Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Instagram GoDieu.com Suivez-nous !   

___________________________________ Publicité ___________________________________
___________________________________ Publicité ___________________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
1 invité

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1674Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Publicité point liée à GoDieu.com

Le livre des Martyrs-13


juin 6, 2016 par GoDieu

 


Chapitre XI.

 

Les souffrances et martyre de Hugh Latimer, évêque de Worcester;
Nicholas Ridley, évêque de Londres; et autres.

Hugh Latimer naquit d'humbles parents à Thirkestone, dans Leicestershire, environ l'année 1475. Ils lui donnèrent une bonne éducation, et l'envoyèrent à Cambridge où il se montra un zélé papiste; mais conversant fréquemment avec Thomas Bilney, il vit les erreurs du papisme et devint un zélé protestant. Latimer étant ainsi converti, travailla à avancer les doctrines réformées et proclama la nécessité d'une sainte vie, en opposition aux formes extérieures. Ceci le rendit odieux à Cambridge — alors le siège de l'ignorance, de la bigoterie et de la superstition. Toutefois la piété sincère de Mr. Bilney et l'éloquence naturelle et gaie de Latimer eut un grand empire sur les jeunes étudiants, et accrut tellement le crédit des protestants que les papistes en furent grandement alarmés et demandèrent hautement l'assistance du bras séculier.

C'est par ce bras que Bilney souffrit à Norwich; mais cela, loin d'ébranler la réformation à Cambridge, inspira aux chefs un nouveau courage. Latimer commença à travailler plus qu'il ne l'avait encore fait; et réussit à obtenir ce crédit auprès de son parti que Bilney avait possédé si longtemps. Parmi d'autres preuves de son zèle et de résolution il y avait celle-ci; il eut le courage d'écrire au roi (Henri VIII.) contre une proclamation, défendant l'usage de la bible en anglais, et autres livres sur des sujets religieux. Il avait prêché devant sa majesté une ou deux fois à Windsor et avait été favorablement remarqué par ce monarque. Mais les quelques espérances d'avancement que la faveur de son souverain pouvait lui procurer, il s'exposa à les perdre plutôt que de négliger ce qu'il croyait être son devoir. Sa lettre est le portrait d'un cœur honnête et sincère, et se termine ainsi:

«Acceptez, très gracieux souverain, sans déplaisir, ce que j'ai écrit. J'ai cru de mon devoir de mentionner ces choses à votre majesté. Je n'ai aucune querelle personnelle avec qui que se soit, comme Dieu m'en est témoin; je voulais seulement induire votre majesté à considérer attentivement quelle espèce de personnes vous entourent et le but qu'elles vous conseillent. À la vérité, grand prince, plusieurs d'entre elles, à moins d'être bien calomniées ont des intérêts privés à ménager. Que Dieu donne à votre majesté de discerner les intentions des hommes méchants, et d'être en toute chose égal à la haute charge qui vous est confiée. C'est pourquoi, excellent roi, pensez à vous-même; ayez égard à votre propre âme et pensez que le jour est proche quand vous aurez à rendre compte de votre charge et du sang qui a été répandu par votre épée; et que dans ce jour votre grâce puisse demeurer inébranlable et non pas avoir honte, mais être prête et exacte dans votre compte et avoir votre pardon scellé avec le sang de notre Sauveur Jésus-Christ, qui seul servira dans ce jour, c'est là ma prière quotidienne à celui qui a souffert pour nos péchés. Que l'esprit divin vous préserve.»

Lord Cromwell était maintenant au pouvoir, et étant un avant-coureur de la réformation, il obtint un bénéfice dans Wiltshire pour Latimer, qui y alla immédiatement, remplissant ses devoirs consciencieusement, quoique bien persécuté par le clergé romain, qui, à la fin poussa sa malice jusqu'à obtenir de le faire citer à l'archevêché à Londres. Ses amis lui avaient conseillé de quitter l'Angleterre, mais leurs efforts furent vains. Il partit pour Londres au milieu de l'hiver, et par une sévère attaque de la pierre et de colique, mais surtout affligé de laisser sa paroisse exposée au clergé papiste. À son arrivée il trouva une cour d'évêque, et de canonistes prêts à le recevoir; où, au lieu d'être examiné, comme il s'y attendait, concernant ses sermons, un papier lui fut remis entre les mains, auquel on lui commanda de souscrire, déclarant sa foi dans l'efficacité des messes pour les âmes du purgatoire, des prières aux saints décédés, des pèlerinages à leurs sépulcres et à leurs reliques, le pouvoir du pape de pardonner les péchés, la doctrine des mérites, les sept sacrements et le culte des images; et quand il refusa de les signer, l'archevêque, en fronçant les sourcils lui commanda de considérer ce qu'il faisait. «Nous n'avons pas,» dit-il, «Mr. Latimer, l'intention d'être dur avec vous; nous vous renvoyons pour le présent. Prenez une copie des articles, examinez-les avec soin, et que Dieu permette qu'à notre nouvelle rencontre nous nous trouvions l'un et l'autre dans une meilleure disposition.»

À l'assemblée suivante et à plusieurs autres qui s'en suivirent la même scène eut lieu de nouveau. Il demeura inflexible et ils continuèrent à le tourmenter. Fatigué d'être ainsi traité, quand il fut de nouveau appelé, au lieu d'y aller il envoya une lettre à l'archevêque dans laquelle il lui dit, «Que le traitement qu'il avait reçu dernièrement l'avait rendu impropre à se présenter ce jour-là, et que dans l'intervalle il ne pouvait s'empêcher de profiter de l'occasion pour se plaindre auprès de sa grâce de l'avoir retenu si longtemps loin de son travail; qu'il lui semblait inexplicable que ceux qui ne prêchaient jamais eux-mêmes en empêchassent les autres; que quant à l'examen qu'on lui faisait subir, il ne pouvait imaginer à quoi il tendait; ils prétendaient une chose au commencement et une autre en avançant; que si ses sermons donnaient offense, quoiqu'il fut persuadé lui-même qu'ils n'étaient ni contraire à la vérité ni à aucun canon de l'église, il était prêt à répondre à ce qui pourrait y paraître répréhensible; qu'il désirait qu'on eût un peu plus de considération pour l'opinion du peuple; et qu'une distinction fut faite entre les ordonnances de Dieu et celles des hommes; que s'il existait quelques abus en religion comme on le supposait communément, il pensait que la prédication était le meilleur moyeu de les opposer; qu'il désirait que tous les pasteurs fussent obligés de remplir leur devoir; mais que, toutefois, on donna liberté à ceux qui le faisait; que quant aux articles qu'on lui proposait, il demandait qu'on l'excuse d'y souscrire; pendant qu'il vivait il n'encouragerait jamais la superstition; et que, enfin, il espérait que l'archevêque excuserait ce qu'il avait écrit. Il connaissait son devoir envers ses supérieurs et le pratiquerait; mais dans ce cas il pensait qu'une plus grande obligation reposait sur lui.»

Les évêques continuèrent leurs persécutions, mais leurs plans furent remarquablement déjoués. Latimer étant élevé au siège de Worcester en l'an 1533, par l'intermédiaire de Anne Boleyn, alors la femme favorite de Henri, à laquelle, très probablement il était recommandé par Lord Cromwell, il avait maintenant un champ plus étendu pour promouvoir les principes de la réformation. Tous les historiens de cette époque parle de lui comme étant remarquablement zélé dans l'exécution de ses devoirs; en surveillant le clergé de son diocèse il était actif, zélé et résolu; il présidait à sa cour ecclésiastique avec le même esprit. Dans ses visites, qu'il faisait souvent, il était observateur; strict et prudent dans ses ordinations; infatigable dans sa prédication; et sévère et persuasif dans ses reproches et ses exhortations.

En 1536 il fut sommé d'être présent au parlement et à la convocation: ce qui lui donna une nouvelle occasion d'avancer la réformation. Plusieurs changements furent faits en matières religieuses, et, quelques mois après, la Bible fut traduite en anglais et recommandée à l'étude du public.

Latimer, grandement satisfait, s'en alla à son diocèse. Il n'avait pas de talents, comme il le disait, pour les affaires de l'État. Toute son ambition était de bien remplir les fonctions pastorales d'un évêque. Combien il était peu qualifié pour être courtisan, l'histoire suivante le montrera. C'était la coutume dans ces temps-là pour les évêques de faire des présents au roi, au nouvel an, et plusieurs d'entre eux donnèrent généreusement, proportionnant leurs dons à leur attente. Parmi le reste, Latimer, étant alors en ville, se rendit chez le roi avec son offrande; mais au lieu d'une bourse d'or, qui était l'obligation ordinaire, il présenta un Nouveau Testament avec une feuille pliée d'une manière très apparente à ce passage, «Dieu jugera les fornicateurs et les adultères.»

En 1539 il fut de nouveau sommé d'assister au parlement. L'évêque de Winchester, Gardiner, était son grand ennemi; et dans une occasion, quand les évêques étaient chez le roi, s'agenouilla et accusa solennellement Latimer d'avoir prêché à la cour un sermon séditieux. Étant prié par le roi, avec sévérité, de se justifier, Latimer fut si loin de s'excuser pour ce qu'il avait dit qu'il se justifia noblement; et se tournant vers le roi, il dit avec cette noble insouciance qu'inspire une bonne conscience, «Je ne me suis jamais cru digne, ni ai-je demandé de prêcher devant votre majesté; mais j'ai été invité et serais disposé à céder la place à mes amis supérieurs. Si c'est le désir de votre majesté de les choisir comme prédicateurs, je serai satisfait de porter leurs livres après eux. Mais si votre majesté me permet de prêcher, je désire que vous me permettiez de décharger ma conscience et de présenter ma doctrine suivant mon auditoire. J'aurais été un idiot, vraiment, d'avoir prêché ainsi sur les confins de votre royaume, comme je l'ai fait devant votre majesté.» La hardiesse de sa réponse déjoua la malice de ses accusateurs; la sévérité du visage du roi se changea en un sourire gracieux et l'évêque fut congédié avec cette obligeante facilité que ce monarque ne montrait qu'à ceux qu'il estimait.

Toutefois, comme Latimer ne pouvait pas donner son vote pour les six articles papistes, il cru que c'était mal d'exercer aucune fonction dans une église où de telles conditions de communion étaient requises et il se démit de son évêché et se retira à la campagne. Mais un malheureux accident le porta dans l'atmosphère orageux de la cour: il fut tellement blessé par la chute d'un arbre qu'il fut obligé de chercher de meilleure assistance qu'il ne pouvait se procurer où il demeurait. Avec cette intention il se rendit à Londres où il vit la chute de son patron, lord Cromwell; perte dont il eut raison de s'apercevoir. Car les émissaires de Gardiner le découvrirent bientôt et sur une prétendue accusation il fut envoyé à la Tour, où, sans examen judiciaire, il souffrit un cruel emprisonnement pendant les six dernières années du règne du roi Henri.

À la mort de Henri, l'intérêt protestant fut ravivé sous son fils Édouard, et Latimer fut immédiatement mis en liberté. On prépara une adresse au protecteur lui demandant de lui rendre son évêché; le protecteur était bien consentant et proposa la chose à Latimer; mais lui, se croyant maintenant incapable de le faire, choisit plutôt d'accepter une invitation de fixer sa résidence avec l'archevêque Cranmer à Lambeth, où sa principale occupation fut d'écouter les plaintes et de redresser les torts des pauvres. Son caractère, pour les services de cette espèce, était si universellement connu que les étrangers de toutes les parties de l'Angleterre avaient recours à lui.

Il passa ainsi plus de deux ans, et il assista pendant ce temps l'archevêque à composer les homélies qui furent publiées par autorité sous le règne du roi Édouard; il prêcha aussi les sermons du carême devant sa majesté pendant les trois premières années de son règne. Sur la révolution qui arriva à la cour, après la mort du duc de Somerset, il se retira à la campagne et fit usage de la licence du roi comme prédicateur général, où il pensait que ses travaux seraient le plus utiles. Il fut ainsi employé durant le reste de ce règne et dans le commencement du suivant; mais aussitôt que la réintroduction du papisme fut résolue, l'évêque de Winchester qui était maintenant le premier ministre, envoya un message pour le citer devant le conseil. Il en reçut l'avis quelques heures avant l'arrivée du messager, mais il ne fit aucun usage de l'avis reçu. Le messager le trouva équipé pour le voyage; ce qui le surprit, sur quoi Mr. Latimer lui dit qu'il était prêt de le suivre à Londres pour rendre raison de sa foi, comme il l'avait été pour tout voyage dans sa vie; et qu'il n'avait aucun doute que Dieu, qui l'avait déjà rendu capable de prêcher la Parole devant deux princes le rendrait capable d'y rendre témoignage devant un troisième. Le messager lui dit alors, qu'il n'avait aucun ordre de se saisir de sa personne et lui remettant une lettre, il s'en alla. Toutefois trouvant que c'était une assignation du concile, il partit immédiatement. Comme il passait à travers Smithfield il dit joyeusement, «Cette place de torture a depuis longtemps soupiré après moi.» Le matin suivant il se rendit au concile qui l'ayant comblé de reproches, l'envoya à la Tour d'où après quelque temps il fut transporté à Oxford.

NICHOLAS RIDLEY, évêque de Londres, reçut la première partie de son éducation à Newcastle-upon-Tyne; de là il alla à Cambridge où son grand savoir et son habileté renommée le recommandèrent au point qu'il fut nommé maître-ès-arts de Pembroke-Hall.

Après avoir été quelques années dans cette place, il voyagea dans diverses parties de l'Europe. À son retour il fut fait chapelain à Henri VIII. et évêque de Rochester, d'où il fut transféré au siège de Londres par Édouard VII.

Dans sa vie privée il était humain, pieux et affable; en public il était instruit, orthodoxe et éloquent, diligent dans l'accomplissement de ses devoirs et très populaire comme prédicateur. Il fut instruit dans la religion catholique romaine, mais gagné à la foi protestante par la lecture du livre de Bertram sur les sacrements; et fut affermi dans cette foi par des entrevues fréquentes avec Cranmer et Pierre martyr.

À l'avènement de la reine Marie il partagea le même sort que les autres qui professèrent la vérité de l'Évangile. Étant accusé d'hérésie, il fut envoyé à la Tour et après à la prison de Bocardo, à Oxford; d'où il fut remis à la garde de M. Irish, maire de la ville dans la maison duquel il demeura jusqu'au jour de son exécution.

Le 30 septembre, 1555, ces deux éminents prélats furent cités de comparaître dans l'école de théologie, à Oxford. Le Dr. Ridley fut d'abord examiné et sévèrement réprimandé par l'évêque Lincoln, parce que quand il entendait «la grâce du cardinal» et «la sainteté du pape» mentionnées dans la commission, il ne se découvrait pas. Les paroles de l'évêque furent comme suit: «Mr. Ridley, si vous ne voulez pas vous découvrir par respect du pape et de son légat le cardinal par l'autorité duquel nous siégeons en commission, votre chapeau vous sera ôté.»

L'évêque de Lincoln fit alors un discours en forme dans lequel il supplia Ridley de revenir à la sainte mère l'Église; insista sur l'antiquité et l'autorité du siège de Rome et du pape comme le successeur immédiat de St. Pierre. Le Dr. Ridley en retour opposa vigoureusement les arguments de l'évêque et défendit hardiment les doctrines de la réformation. Il reçut alors l'ordre de paraître le jour suivant à l'église Ste. Marie.

Quand Latimer fut amené en cour, l'évêque de Lincoln l'exhorta chaleureusement à retourner à l'Église dont il s'était révolté. Ses réponses n'étant pas satisfaisantes, il reçut ordre de paraître dans l'église Ste. Marie en même temps que le Dr. Ridley.

Le jour fixé, les commissaires se rencontrèrent, et le Dr. Ridley étant le premier amené devant eux, l'évêque de Lincoln commença à répéter les procédés de la première assemblée, l'assurant qu'il avait pleine liberté de faire tels changements qui lui plaisait dans ses réponses et de les présenter par écrit.

Après quelque débat le Dr. Ridley tira un papier et commença à lire; mais l'évêque commanda au bedeau de lui ôter son écrit. Le docteur désira avoir la permission de la lire, déclarant que le contenu n'était que ses réponses; mais l'évêque et d'autres l'ayant examiné privément ne voulurent pas qu'il fut lu en pleine cour.

L'évêque de Gloucester, affectant un grand intérêt pour le Dr. Ridley, le pressa de ne pas se livrer à un esprit obstiné, mais de retourner à l'unité de la sainte Église catholique.

Le Dr. Ridley lui répondit froidement qu'il n'était pas glorieux de sa propre intelligence, mais qu'il était pleinement persuadé que la religion qu'il professait était fondée sur la très sainte et infaillible Église de Dieu, et qu'en conséquence il ne pouvait l'abandonner ou la renier. Il désira déclarer ses raisons par lesquelles il ne pouvait en sûreté de conscience, admettre la suprématie papale; mais sa requête fut refusée.

L'évêque le trouvant inflexible, l'apostropha ainsi; «Dr. Ridley, c'est avec la plus grande anxiété que je remarque votre entêtement et votre opiniâtreté à persister dans des erreurs damnables et dans l'hérésie; mais à moins de vous rétracter il me faudra procéder à l'autre partie de ma commission quoique à regret.» Ridley ne faisant aucune réponse: la sentence de condamnation fut lue; après quoi il fut reconduit en prison.

Quand Latimer fut amené devant la cour, l'évêque Lincoln l'informa que, quoique ils avaient déjà pris ses réponses, cependant ils lui avaient donné le temps de les considérer, et lui permettraient de faire les changements qu'il jugerait à propos, espérant, par ce moyen, de le ramener de ses erreurs et de l'amener à la foi de la sainte Église catholique. Mais il ne dévia pas dans un seul point des réponses qu'il avait déjà données.

Étant de nouveau averti de se rétracter, il refusa, déclarant qu'il ne renierait jamais la vérité divine qu'il était prêt à sceller de son sang. On prononça alors contre lui sentence de condamnation et il fut remis à la garde du maire.

Le récit de la dégradation de Ridley, sa conduite avant et sur les lieux de l'exécution est intéressant; nous allons le donner au complet:

Le 15 octobre, le Dr. Brooks, évêque de Gloucester et le vice-chancelier d'Oxford, le Dr. Marshall avec quelques-uns des chefs et directeurs de la même université et plusieurs autres vinrent à la demeure du maire où le Dr. Ridley était prisonnier. L'évêque de Gloucester lui dit alors, «Que sa majesté la reine lui offrait de nouveau, par leur intermédiaire, sa gracieuse faveur, s'il voulait la recevoir et revenir encore à la foi dans laquelle il avait été baptisé.» Il dit de plus, «que s'il ne voulait pas se rétracter, il leur faudrait procéder suivant la loi. Mais, dit-il, nous vous avons souvent prié de rétracter vos opinions, imaginaires et diaboliques que jusqu'ici vous n'avez pas fait, quoique en le faisant vous pourriez en gagner plusieurs. C'est pourquoi, mon bon Mr. Ridley, considérez le danger qui va en résulter tant pour l'âme que pour le corps si vous vous exposez volontiers au danger.»

«My Lord,» dit le Dr. Ridley, «vous connaissez parfaitement ma disposition dans cette affaire; et quant à ma doctrine, ma conscience m'assure qu'elle est orthodoxe et en accord avec la Parole de Dieu (cela soit dit à sa gloire); laquelle doctrine, Dieu m'aidant je maintiendrai aussi longtemps que ma langue parlera et qu'il y a un souffle dans mon corps; et en confirmation de quoi je suis consentant de le sceller de mon sang.»

Brooks — Ce serait mieux, Mr. Ridley, de ne pas le faire. Car vous savez très bien que quiconque est hors de l'Église catholique ne peut être sauvé. C'est pourquoi, je dis, que pendant que le pardon vous est offert vous l'acceptiez et confessiez que le pape est le chef et la tête de l'Église.
Ridley — Je m'étonne que vous me dérangiez avec des paroles aussi vaines que folles. Vous savez mon opinion concernant l'autorité usurpée de cet ante-christ.»

Et il aurait alors discuté avec l'évêque, mais on ne le lui permit pas; l'évêque lui dit «que s'il ne voulait pas se taire on l'y forcerait. Et voyant,» dit-il «que vous ne voulez pas recevoir le pardon de la reine, il nous faut, contre notre volonté, procéder à vous dégrader et vous priver de la prêtrise. Car, nous ne vous prenons pas pour évêque et conséquemment nous allons le plus tôt nous débarrasser de vous; ainsi, vous remettant au pouvoir séculier, vous savez ce qui va s'en suivre.»

Ridley — Faites de moi ce qu'il plaira à Dieu que vous fassiez; je suis bien content de m'y conformer.
Brooks — Ôtez votre chapeau et mettez ce surplis.
Ridley — Pas moi, vraiment.
Brooks — Mais il le faut.
Ridley — Je ne le ferai pas.
Brooks — Il le faut; c'est pourquoi, ne faites pas plus de difficulté, mais mettez ce surplis sur vous.
Ridley — Vraiment, s'il est mis sur moi ce sera contre ma volonté.
Brooks — Ne voulez-vous pas le mettre?
Ridley — Non, je ne le ferai pas.
Brooks — Il sera mis sur vous par l'un ou pour l'autre.
Ridley — Faites là-dessus comme il vous plaira; j'en suis bien content et même plus que cela; le domestique n'est pas plus grand que son maître. S'ils ont si cruellement traité notre Sauveur Jésus-Christ, et qu'il l'ait souffert patiemment, combien il nous convient à nous, ses serviteurs!

En disant ces paroles il lui mirent un surplis avec tous les quolifichets employés dans la messe. Comme ils le faisaient le Dr. Ridley s'éleva fortement contre l'évêque romain et tout son appareil insensé, appelant le premier ante-christ et le dernier fou et abominable, «même trop sot pour un artifice sur la scène.»
Brooks — Vous faites mieux de vous taire, pour qu'on ne vous ferme pas la bouche.

Un nommé Edridge, se tenant près, dit alors, «Monsieur, la loi est qu'il soit bâillonné, ainsi qu'il soit bâillonné.» À ces mots le Dr. Ridley, le regardant attentivement secoua la tête vers lui, et ne fit pas de réponse.

Quand ils vinrent à l'endroit où le Dr. Ridley devait tenir le calice et l'hostie le Dr. Ridley, «ils ne viendront pas dans mes mains; car s'ils y viennent ils tomberont à terre pour moi.» Alors quelqu'un fut choisi pour les tenir, tandis que l'évêque Brooks lut ce qui concernant la dégradation de personnes dans les ordres d'après la loi du pape. Ils mirent alors le livre dans sa main, et lurent en latin, «Nous t'ôtons ton office de prêcher l'Évangile,» etc. À ces mots le Dr. Ridley laissa échapper un grand soupir et regardant au ciel, il dit, «Ô Éternel pardonne-leur méchanceté.» Ayant mis sur lui les habillements de la messe, ils commencèrent à les lui ôter (commençant avec le pardessus) lisant ensuite en latin suivant la loi du pape. Quand tout lui fut ôté, excepté seulement le surplis, le Dr. Ridley dit, «De quelle puissance êtes-vous pour pouvoir ôter à un homme ce qu'il n'a jamais eu? Je n'ai jamais été un chanteur; vous m'ôtez ce que je n'ai jamais eu.»

Ainsi quand cette ridicule dégradation fut finie, le Dr. Ridley dit à Brooks, «Avez-vous fini? Si vous avez fini, alors donnez-moi la permission de causer un peu concernant ces matières.» Brooks répondit, «Mr. Ridley, nous ne devons pas parler avec vous; vous êtes hors de l'église; et notre loi est que nous ne devons pas parler avec quelqu'un hors de l'église.» Alors le Dr. Ridley répondit, «Voyant que vous ne voulez pas me permettre de parler, et ne daignez pas non plus de m'écouter, quel remède sinon la patience? Je porte ma cause à mon Père céleste qui modifiera les choses qui sont mauvaises quand il le jugera à propos.»

Ils s'en allaient quand Ridley dit, «My lord, je vous prie de bien vouloir lire un petit livre des écrits de Bertram concernant le sacrement. Je vous assure que vous y trouverez beaucoup d'informations excellentes.» Le Dr. Brooks ne lui répondit pas, mais s'en allait. Alors le Dr. Ridley ajouta, «Oh, je m'aperçois que vous ne pouvez supporter ce genre de conversation. Eh bien, puisque cela ne sert à rien, je ne dirai plus rien; je parlerai d'affaires séculières. Je vous prie donc, my lord de m'écouter et d'être un intermédiaire à sa majesté la reine en faveur de plusieurs pauvres, surtout ma pauvre sœur et son mari qui se tiennent là. Ils avaient une pauvre rente que je leur accordais quand j'occupais le siège de Londres qui leur est ôtée par celui qui occupe la même place, sans loi ni conscience. J'ai une supplication à faire à sa majesté en leur faveur. Vous allez l'entendre.» Alors il la lut et quand il fut à l'endroit qui parlait de sa sœur en la nommant, il pleura; de sorte que, pour un moment, il ne pouvait parler. Mais se remettant, il dit, «c'est un sentiment naturel qui me poussait, mais j'ai fini maintenant;» et sur cela il la finit, et la remit à son frère lui commandant de la remettre à sa majesté la reine et de prier non seulement en sa propre faveur mais aussi pour ceux qui avaient des baux ou des donations accordés par lui et retirés par le Dr. Bonner. Le Dr. Brooks dit, «En vérité, M. Ridley, votre demande dans cette pétition est bien juste; c'est pourquoi il me faut en conscience parler à sa majesté la reine en leur faveur.»

Ridley — Je vous prie, pour l'amour de Dieu, de le faire.
Brooks — Je crois que votre requête vous sera accordée, il n'y a qu'une chose pour lui nuire, et c'est parce que vous n'encouragez pas les procédés de la reine, mais que vous vous y opposez obstinément.
Ridley — Quel remède? Je ne puis faire plus que de parler et d'écrire. J'espère que j'ai déchargé ma conscience et que la volonté de Dieu sera faite.
Brooks — Je ferai de mon mieux.

La dégradation étant terminée, le Dr. Brooks appela les baillis, leur remettant le Dr. Ridley avec cette recommandation de le garder sûrement afin d'empêcher toute personne de lui parler, et de l'amener au lieu de l'exécution quand requis. Alors le Dr. Ridley dit, «Je remercie Dieu qu'il n'y ait personne de vous capable de m'accuser de quelque crime manifeste et notoire; car si vous le pouviez, cela se ferait certainement, je le vois très bien.» Ce à quoi Brooks répliqua qu'il jouait le rôle d'un pharisien orgueilleux en s'exaltant lui-même.

Le Dr. Ridley dit, «Non, je confesse que je suis un misérable pécheur, et que j'ai grand besoin de l'aide et de la miséricorde de Dieu et que je les demande tous les jours: c'est pourquoi je vous prie de ne pas avoir une telle opinion de moi.» Alors ils partirent et en s'en allant, un certain recteur d'un collège conseilla au Dr. Ridley de se repentir et d'oublier ses opinions erronées. «Monsieur,» dit le docteur, «repentez-vous, car vous êtes hors de la vérité; et je prie Dieu (si c'est sa divine volonté) d'avoir pitié de vous et de vous accorder l'intelligence de sa Parole.» Alors le recteur, étant en colère lui dit, «J'espère que je ne serai jamais de votre opinion diabolique ou dans le lieu où vous irez; tu es l'homme le plus obstiné et volontaire que j'aie jamais entendu parler.»

La nuit avant de souffrir, comme il était assis au souper dans la maison de M. Irish, il invita son hôtesse et le reste à la table, à son mariage; car, dit-il, demain il faut que je sois marié; et ainsi il se montra aussi gai que jamais. Il demanda ensuite à son frère s'il pensait que sa sœur aurait le cœur de s'y trouver; il répondit, «Oui, j'ose le dire, de tout son cœur.» Sur cela il dit, «Qu'il était content de voir sa sincérité.» En entendant cela Mme. Irish pleura. Mais le Dr. Ridley la consola disant, «Oh Mme Irish, vous ne m'aimez pas; car puisque vous pleurez il paraît que vous ne serez pas à mon mariage ni en serez contente. Vraiment vous n'êtes pas autant mon amie que je pensais que vous l'étiez. Mais tranquillisez-vous: quoique mon déjeuner puisse être piquant et pénible, cependant je suis sûr que mon souper sera plus agréable et doux.»

Quand ils se levèrent de la table, son frère lui offrit de rester toute la nuit avec lui. Mais il dit «Non, non, vous ne ferez pas cela. Car j'ai l'intention (Dieu voulant) de dormir aussi tranquillement cette nuit que je ne l'ai jamais fait.» Là-dessus son frère s'en alla, l'exhortant à être de bon courage et de prendre sa croix tranquillement, car sa récompense était grande, etc.

 

Martyre de Ridley et de Latimer.

Le côté nord de Oxford, dans le fossé tout près du collège Baliol fut choisi pour le lieu de l'exécution; et crainte de quelque tumulte, lord Williams reçut ordre par lettre de la reine de s'y rendre avec les troupes de la ville pour l'assister, quand tout fut prêt, les prisonniers furent amenés par le maire et les baillis.

Le Dr. Ridley portait une robe noire de fourrure, telle qu'il portait quand il était évêque; une écharpe de velours garnie de fourrure, un bonnet de nuit en velours, avec un chapeau à cornes et des pantoufles aux pieds. Il se rendit au bûcher entre le maire et un échevin.

Après lui venait Latimer vêtu d'une pauvre redingote de ratine de Bristol bien usée avec un bonnet boutonné et un mouchoir sur la tête, tout prêt pour le feu, avec un linceul neuf et long descendant jusqu'aux pieds; cette vue causa du chagrin chez les spectateurs qui voyaient d'un côté l'homme qu'ils avaient vu autrefois et de l'autre la calamité dans laquelle ils étaient tombée.

Le Dr. Ridley, comme il passait vers Bocardo, regarda ou se trouvait le Dr. Cranmer, espérant le voir à la fenêtre et lui parler. Mais le Dr. Cranmer était occupé alors à disputer avec le moine Soto et ses confrères, de sorte qu'il ne put le voir. Le Dr. Ridley regardant en arrière vit Latimer venant après lui auquel il dit, «Oh, êtes-vous là?» «Oui,» dit Mr. Latimer «j'y vais aussi vite que je puis.» Ainsi, lui le suivant, ils arrivèrent enfin au bûcher. Le Dr. Ridley entra d'abord sur la place, et il leva les deux mains vers le ciel; alors apercevant Mr. Latimer il courut vers lui avec un visage joyeux, l'embrassa en lui disant, «Ne crains rien, mon frère, car Dieu va apaiser la fureur des flammes ou nous fortifier pour l'endurer.»

Il se rendit alors au bûcher et, s'agenouillant, il pria avec une grande ferveur; pendant que Mr. Latimer, le suivant, s'agenouilla et pria avec autant d'instance que lui. Après cela, ils se levèrent et conversèrent ensemble, et pendant qu'ils étaient ainsi occupés, le Dr. Smith commença son sermon à leur adresse sur ce texte de St. Paul, «Si je livre mon corps pour être brûlé et si je n'ai pas la charité, cela ne me profitera de rien.» Il y allégua que la bonté de la cause et non pas l'espèce de mort produit la sainteté de la personne; ce qu'il confirma par les exemples de Judas, et d'une femme de Oxford qui se pendit dernièrement parce que eux et leurs pareils peuvent alors être jugés justes, qui se détruisent eux-mêmes dans le désespoir, comme ils craignaient que ses hommes qui se tenaient devant lui le feraient. Il conseilla alors au peuple de s'en méfier, car ils étaient hérétiques et morts quant à l'église. Il termina en les exhortant de se rétracter et de revenir à l'église. Son sermon ne dura guère qu'un quart d'heure.

À sa conclusion le Dr. Ridley dit à M. Latimer, «Voulez-vous commencer à répondre au sermon, ou le ferai-je?» M. Latimer dit, «Commencez le premier, je vous prie.» «Je le ferai,» dit le Dr. Ridley.

Il s'agenouilla alors avec M. Latimer devant lord Williams le vice chancelier de Oxford et les autres commissaires qui étaient assis sur un banc et dit, «Je vous prie, my lord, pour l'amour de Christ de me permettre de dire deux ou trois mots;» et pendant que le lord baissait sa tête devant le maire et le vice-chancelier pour savoir s'il aurait la permission de parler, les baillis et le Dr. Marshal, le vice-chancelier, coururent à la hâte vers lui et avec leurs mains sur sa bouche dirent, «M. Ridley, si voulez révoquer vos opinions erronées vous n'aurez pas seulement la liberté de le faire, mais aussi la vie.» «Pas autrement?» dit le Dr. Ridley. «Non,» répondit le Dr. Marchai; «c'est pourquoi si vous ne voulez pas le faire, il n'y a pas de remède; vous devez souffrir ce que vous méritez.» «Eh bien,» dit le martyr, «aussi longtemps qu'il y aura un souffle dans mon corps je ne renierai jamais Christ mon Seigneur et sa vérité révélée; que la volonté de Dieu soit faite en moi,» sur cela il se leva et dit à haute voix, «Je remets notre cause au Dieu Tout-Puissant qui jugera tous les hommes sans acception de personne.» M. Latimer ajouta à ceci son dicton accoutumé. «Eh bien, il n'y a rien de caché qui ne soit découvert.» On leur ordonna de se préparer immédiatement pour le bûcher.

Ils obéirent avec douceur. Le Dr. Ridley donna sa robe et son écharpe à son beau-frère, Mr. Shipside, qui tout le temps de son emprisonnement quoiqu'il n'eut pas la permission de venir à lui, se chargeait du soin de lui procurer les choses nécessaires qu'il lui faisait parvenir par le sergent. Quelques autres parties de son habillement il donna aussi et les autres furent pris par les baillis.

Il fit aussi présent de petits objets aux messieurs qui l'entouraient, plusieurs d'entre eux pleurant de pitié; à Sir Henry Lea, il donna un sou neuf; au gentilhomme de lord Williams des serviettes, etc., et celui qui pouvait obtenir la moindre bagatelle comme souvenir de cet excellent homme se trouvait heureux. Mr. Latimer permit tranquillement à son gardien, de lui ôter son haut-de-chausse et ses autres habits qui étaient très ordinaires; et son linceul étant enlevé, il paraissait être une aussi belle personne qui se put voir.

«Alors le Dr. Ridley, se tenant encore dans son pantalon, dit à son frère, «il vaudrait mieux pour moi que j'aille dans mon pantalon.» «Non,» dit Latimer, «cela vous causerait plus de souffrance; et il pourrait être de service à un pauvre homme.» La dessus, dit le Dr. Ridley, «Qu'il en soit ainsi au nom de Dieu,» et il se déboutonna. Alors mis en chemise, il leva la main et dit, «Ô Père céleste, je t'offre mes plus sincères remerciements de ce que tu m'as appelé à confesser ton nom même jusqu'à la mort; je te supplie, Dieu éternel, d'avoir pitié du royaume d'Angleterre et de le délivrer de tous ses ennemis.»

Le forgeron prit alors une chaîne de fer et la mit à la ceinture des deux; et comme il clouait la gâche, le Dr. Ridley prit la chaîne de sa main et regardant le forgeron de côté, dit, «Mon bon ami, cloue-la bien, car la chair aura son cours.» Alors son frère apporta un sac de poudre et l'attacha à son cou. Le Dr. Ridley, lui demanda ce que c'était, il répondit, de la poudre. «Alors» dit-il «Je la prends pour être envoyé à Dieu, c'est pourquoi je la prendrai. Et en avez-vous» dit-il, «pour mon frère?» (voulant dire Mr. Latimer,) «Oui, monsieur, j'en ai,» dit-il. «Alors donnez-lui-en, à temps, dit-il, de crainte que vous arriviez trop tard.» Ainsi son frère en porta à Mr. Latimer.

Ils apportèrent alors un fagot allumé, et le mirent aux pieds du Dr. Ridley; là-dessus Mr. Latimer dit, «Ayez bon courage Mr. Ridley et soyez homme; nous allons allumer aujourd'hui, en Angleterre, par la grâce de Dieu, une chandelle qui, je crois, ne s'éteindra jamais.»

Quand le Dr. Ridley vit que la flamme venait de son côté, il cria d'une voix remarquablement forte, «En tes mains, Ô Éternel, je remets mon esprit; Éternel reçois mon esprit; et il continua à répéter, Seigneur, Seigneur, reçois mon esprit.» Mr. Latimer cria fortement, «Ô Père qui est aux cieux, reçois mon esprit.» Il mourut bientôt après, apparemment avec peu de souffrance.

Mais le Dr. Ridley — à cause du feu mal allumé, les fagots étaient verts, et entassés trop haut de sorte que les flammes qui brûlaient furieusement en dessous, ne pouvaient pas aisément l'atteindre — fut exposé à une telle souffrance qu'il leur demanda pour l'amour de Dieu, de laisser le feu venir vers lui. Son beau-frère l'entendant, mais ne le comprenant pas très bien, pour le débarrasser de sa souffrance et ne sachant pas très bien ce qu'il faisait amoncela des fagots sur lui, de sorte qu'il le couvrit entièrement. Ceci fit brûler le feu si ardemment en dessous qu'il brûla les parties inférieures avant de toucher aux supérieures et le fit se débattre sous les fagots, et lui fit demander souvent de laisser venir le feu vers lui, disant «Je ne puis brûler.» Cependant dans tous ces tourments il n'oublia pas de s'adresser à Dieu. Il souffrit de tels tourments jusqu'à ce qu'un des assistants tira, avec sa hallebarde, les fagots du haut, et où le Dr. Ridley vit flamber le feu, il se pencha de ce côté. Enfin le feu toucha la poudre et on ne le vit pas remuer davantage, mais brûla l'autre côté, tombant aux pieds de Latimer; son corps étant divisé.

L'affreux spectacle remplit presque tous les yeux de larmes. Quelques-uns s'affligèrent sérieusement de voir la mort de ceux dont la vie leur avait été si chère. Quelques autres s'apitoyaient sur leurs personnes pensant que leurs âmes n'en avaient pas besoin. Mais le chagrin de son frère, dont l'anxiété le poussa à essayer de finir promptement ses souffrances, mais qui, par erreur et confusion, les prolongea si malheureusement et qui surpassèrent celles de tous les autres. Son chagrin fut si violent que les spectateurs s'apitoyèrent sur lui presque autant que sur le martyr.

 

Les souffrances et martyre de Thomas Cranmer,
Archevêque de Canterbury.

Cet éminent prélat naquit à Aslacton, en Nottinghamshire, le 2 de juillet, 1489. Ayant complété ses études à l'université, il prit les degrés ordinaires, et était si bien aimé qu'il fut choisi agrégé du collège Jésus et devint célèbre par son grand savoir et ses talents. En 1521, il se maria et par là perdit sa position; mais sa femme, mourant en couche, il fut réélu. En 1523, il fut choisi pour conférencier en théologie dans son propre collège et choisi par l'université, l'un des examinateurs dans cette science. Dans cette office, il inculqua surtout l'étude des Saintes Écritures, alors bien négligée, comme étant indispensablement nécessaire.

La peste s'étant déclarée à Cambridge, M. Cranmer alla à Waltham-Abbey, où, rencontrant Gardiner et Fox, l'un le secrétaire et l'autre l'aumônier du roi, le divorce projeté de ce monarque concernant Catherine sa reine fut mentionné; quand Cranmer conseilla d'en référer à notre université et aux universités étrangères pour connaître leur opinion dans ce cas-là. Il donna tant de satisfaction à ces messieurs qu'ils l'introduisirent au roi, qui lui donna ordre d'écrire ses pensées sur le sujet, le prit pour son chapelain et l'admit à cette faveur et estime qu'il ne perdit jamais après.

En 1530 il fut envoyé par le roi pour discuter sur le sujet du divorce à Paris, à Rome et autres endroits. À Rome il remit un livre au pape et offrit de le justifier dans une controverse publique; mais personne ne se présenta pour l'opposer; tandis qu'en particulier il les força à confesser que le mariage était contraire à la loi de Dieu. Le pape le constitua pénitencier général de l'Angleterre et le renvoya.

Pendant qu'il était loin, le grand archevêque Warham mourut: Henri convaincu du mérite de Cranmer décida qu'il lui succéderait et lui donna ordre de revenir. Il en soupçonna la cause et retarda; il désirait refuser cette haute position, car il avait une vraie et exacte appréciation de l'office. Mais ceci ne fit que stimuler la résolution du roi. Il fut consacré le 30 mars, 1853; et quoiqu'il reçut les bulles ordinaires du pape, il protesta, à sa consécration, contre le serment de fidélité, etc., à lui. Car il avait conversé librement avec les réformés en Allemagne, avait lu les livres de Luther et était attaché fortement à la cause glorieuse de la réformation.

Le premier service qu'il rendit au roi dans son caractère archiépiscopal fut de prononcer la sentence de son divorce d'avec Catherine; le suivant, fut de l'unir en mariage avec Anne Boulen, la conséquence de ce mariage fut la naissance de Élisabeth dont il fut le parrain.

Comme la reine était grandement intéressée à la réformation, les amis de cette bonne œuvre commencèrent à concevoir de grandes espérances. Mais la disposition changeante du roi et la malheureuse fin de Anne, excitèrent leurs craintes; il n'en résulta, toutefois, aucun mauvais effet. La suprématie du pape était universellement désapprouvée; les monastères, etc., détruits sur la découverte complète des vices les plus abominables et de la corruption qui y existaient; ce livre précieux de «L'Érudition d'un chrétien» fut recommandé par l'autorité publique; et les Écritures Saintes enfin, à la joie infinie de Cranmer et de lord Cromwell ne furent pas seulement traduites mais introduites dans toutes les paroisses. La traduction en fut reçue avec une immense joie; chaque personne qui était capable de l'acheter le fit; les pauvres s'empressèrent de l'entendre lire; des personnes avancées en âge apprirent à lire, pour pouvoir l'étudier; et même les petits enfants s'empressèrent avec avidité de l'entendre. Nous ne pouvons nous empêcher de remarquer combien nous sommes tenus d'apprécier ce trésor sacré, et combien nous devons repousser toutes les tentatives de ses ennemis, et de cette église qui voudrait nous en priver, et nous réduire encore aux légendes et aux scolastiques, à l'ignorance et à l'idolâtrie.

Cranmer fit alors une collection des opinions tirées des œuvres des pères de l'Église et des docteurs nouveaux. Peu de temps après ceci il donna une preuve éclatante de sa constance désintéressée par son opposition à ce qui est communément appelé les six articles sanguinaires du roi Henri. Toutefois, il essuya l'orage et publia, avec un incomparable préface, la grande Bible, dont six copies furent mises à la disposition du peuple par Bonner — alors nouvellement consacré évêque de Londres — dans sa cathédrale de St. Paul.

Les ennemis de la réforme, toutefois, étaient remuants et Henri, hélas! n'était pas protestant dans le cœur. Cromwell leur fut sacrifié et ils dirigeaient leurs traits vengeurs contre Cranmer. Gardiner en particulier était infatigable; il le fit accuser en parlement et plusieurs lords du conseil privé poussèrent le roi à envoyer l'archevêque à la Tour. Le roi s'aperçut de leur malice; et un soir, faisant semblant de s'amuser sur l'eau il commanda de conduire son bateau à Lambeth. L'archevêque descendit pour présenter ses respects et reçut ordre du roi de monter sur le bateau. Henri l'informa des accusations mises à sa charge et parla de son opposition aux six articles. L'archevêque répliqua modestement qu'il ne pouvait s'empêcher d'être de la même opinion, mais n'avait pas conscience de les avoir violées. Le roi alors prenant un air de plaisanterie, lui demanda si sa chambre à coucher pourrait supporter l'épreuve de ces articles? L'archevêque confessa qu'il avait été marié en Allemagne avant sa promotion; mais il assura le roi que, sur la passation de cet acte, il s'était séparé de sa femme et l'avait envoyée chez ses amis. Sa majesté fut si charmée de sa franchise et de son intégrité, qu'il lui découvrit tout le complot formé contre lui et lui donna un anneau de grande valeur qu'il pourrait produire en cas de nécessité.

Quelques jours après cela, les ennemis de Cranmer le citèrent devant le conseil. Il s'y rendit donc, mais ils le firent attendre dans l'antichambre parmi les domestiques; le traitèrent, à sa rentrée, avec un grand mépris; et l'aurait envoyé à la Tour. Mais il produisit l'anneau qui changea leur ton à son égard; pendant que ses ennemis recevaient une sévère réprimande de Henri, Cranmer lui-même obtint le plus haut degré de sécurité et de faveur. Dans cette occasion il montra une indulgence et une douceur pour lesquelles il a toujours été si distingué; il ne persécuta aucun de ses ennemis mais il pardonna même volontiers à Gardiner, son ennemi invétéré, quand il lui écrivit une lettre le suppliant de le faire. La même douceur se montra envers le Dr. Thornton, le suffragant de Dover, et le Dr. Barber qui, quoique reçu dans sa famille, dépositaire de ses secrets, et redevable de beaucoup de faveurs avait ingratement conspiré avec Gardiner pour lui ôter la vie.

Quand Cranmer eut découvert leur perfidie, il les fit venir à son étude et leur dit qu'il avait été vilement et faussement accusé par quelques-uns en qui il avait placé la plus grande confiance, leur demanda comment il devrait agir à leur égard? Eux, ne soupçonnant pas qu'ils y étaient concernés répondirent, que «de tels scélérats devraient être poursuivis avec la plus grande rigueur; de plus ils méritaient de mourir sans miséricorde.» En entendant cela l'archevêque, levant les mains, s'écria, «Dieu de miséricorde! à qui peut-on se fier?» Et alors, prenant de son sein les lettres par lesquelles il avait découvert leur perfidie, leur demanda s'ils les reconnaissaient? Quand ils virent leurs propres lettres, ils furent confus à l'extrême; et tombant à genoux ils demandèrent humblement pardon. L'archevêque leur dit «qu'il leur pardonnait et prierait pour eux, mais qu'ils ne pouvaient s'attendre qu'ils se fieraient à eux à l'avenir.»

Comme nous en sommes à sa facilité de pardonner les injures, nous pouvons raconter un charmant exemple qui arriva quelque temps auparavant: —

La première femme de l'archevêque — qu'il maria à Cambridge — était parente de l'hôtesse à l'hôtellerie du Dolphin et y prenait pension. Comme il la fréquentait souvent pour cette raison, le parti papiste fit circuler une histoire qu'il avait été palefrenier dans cette hôtellerie, et n'avait jamais reçu une éducation libérale. Cette sotte histoire avait été répétée dans une auberge par un prêtre de Yorkshire qu'il avait habitude de fréquenter, se moquant de l'archevêque en disant qu'il n'avait pas plus de savoir qu'une oie. Quelqu'un en informa lord Cromwell et le prêtre fut enfermé dans la prison Fleet. Quand il y eut été neuf ou dix semaines il envoya supplie: l'archevêque de lui pardonner et demanda d'être élargi. L'archevêque le cita devant lui et après l'avoir blâmé doucement, lui demanda s'il l'avait jamais connu? Il lui répondit «Non.» L'archevêque lui demanda alors pourquoi il attaquait son caractère? Le prêtre s'excusa en disant qu'il était en boisson; mais Cranmer lui répondit que c'était une double faute. Il lui dit alors que s'il était disposé à essayer quelle espèce d'écolier il était, il aurait la liberté de l'essayer dans n'importe quelle science il le désirait. Le prêtre lui demanda humblement pardon et confessa qu'il était ignorant et ne comprenait rien autre que sa langue maternelle. «Il n'y a aucun doute» dit Cranmer «que vous êtes bien versé dans la Bible anglaise et que vous pouvez répondre aux questions qui en sont tirées; dites-moi — qui était le père de David?» Le prêtre s'arrêta un moment pour réfléchir; mais enfin dit à l'archevêque qu'il ne s'en rappelait pas. «Dites-moi, alors,» dit Cranmer, «qui était le père de Solomon?» Le pauvre prêtre répondit qu'il n'était pas versé dans les généalogies et ne pouvait le dire. L'archevêque alors lui conseillant de fréquenter moins souvent les buvettes et d'étudier davantage le renvoya en liberté à sa curé.

Ce sont là des exemples qui servent à montrer le caractère indulgent de Cranmer. En vérité, il fut blâmé par plusieurs pour son excès d'indulgence. Le roi qui était bon juge des hommes remarquant la haine implacable de ses ennemis changea ses armoiries de trois grues à trois pélicans, nourrissant leurs petits de leur propre sang; et dit à l'archevêque, «que ces oiseaux devraient signifier pour lui qu'il devrait être prêt comme le pélican à répandre son sang pour ses petits élèves dans la foi chrétienne;» car dit le roi, «il est probable que vous serez essayé, à la fin, si vous ne changez pas de direction.» L'évènement prouva que le roi n'était pas un mauvais prophète.

En 1547, Henri mourut, et laissa sa couronne à son fils unique, Édouard, qui était filleul de Cramer et avait puisé tout l'esprit d'un réformateur. Cet excellent jeune prince influencé non moins par sa propre inclination que par les conseils de Cranmer et les autres amis de la réformation était diligent de la promouvoir en toutes occasions. Des homélies et un catéchisme furent composés par l'archevêque; les notes d'Érasme sur le Nouveau Testament furent traduites et affichées dans les églises; les sacrements furent administrés sous les deux espèces; et la liturgie lue en langue vulgaire. Ridley, le grand ami de l'archevêque, et l'une des lumières les plus brillantes de la réformation anglaise était également zélé dans la bonne cause; et, de concert avec lui, l'archevêque prépara les quarante-deux articles de religion et publia un traité bien estimé, intitulé, «Une défense de la vraie doctrine catholique du sacrement du Corps et du Sang de notre Seigneur Jésus-Christ.»

Mais cette heureuse scène de prospérité ne devait pas continuer long temps. Il plut à Dieu de priver la nation du roi Édouard en 1553, se disposant, dans sa sage providence, de perfectionner l'Église de son fils Jésus-Christ nouvellement née, en Angleterre, par le sang des martyrs, comme au commencement il perfectionna l'Église en général. Inquiet pour le succès de la réforme et poussé par l'artifice du duc de Northumberland, Édouard avait été induit à exclure ses sœurs et à léguer la couronne à l'aimable et bien digne bru du duc la lady Jane Grey. L'archevêque fit tout en son pouvoir pour opposer ce changement dans la succession; mais le roi fut contrôlé; le testament fut fait et signé par le conseil et les juges. L'archevêque fut appelé le dernier et requis de souscrire; mais il répondit qu'il ne pouvait le faire sans se parjurer, ayant prêté serment à la substitution de la couronne en faveur des deux princesses Marie et Élizabeth. Le roi répondit à cela, «que les juges qui étaient les plus versés dans la constitution, devraient être consultés sur ce point, et l'avaient assurés que malgré cette substitution il pouvait légalement léguer la couronne à lady Jane.» L'archevêque désira converser lui-même avec eux sur le sujet; et eux tous s'accordant à dire qu'il pouvait légalement souscrire au testament du roi il fut enfin gagné à mettre de côté ses propres scrupules par leur autorité et à y souscrire.

Ayant fait cela, il se crut en conscience obligé de joindre lady Jane; mais son pouvoir passager expira bien vite, quand Marie et la persécution montèrent sur le trône et Cranmer ne pouvait s'attendre à autre chose qu'à ce qui arriva — arrêt, emprisonnement, destitution et la mort.

Il fut condamné pour trahison, et, avec une feinte clémence, pardonné; mais, pour gratifier la malice de Gardiner et son propre ressentiment implacable contre lui pour le divorce de sa mère, Marie donna ordre de procéder contre lui pour hérésie. La Tour était encombrée de prisonniers; de sorte que Cranmer, Ridley, Latimer et Bradford furent tous mis dans une chambre. Ils bénirent Dieu pour l'occasion de converser ensemble; de lire et de comparer les Écritures; de se conformer à la vraie foi; et de s'exhorter mutuellement à la fermeté dans sa profession et à la patience dans la souffrance pour l'amour d'elle. Heureuse société! heureux martyrs! plus dignes d'être enviés que le tyran vêtu de pourpre avec l'épée toute rougie de sang et entouré de toute la pompe et le faste du pouvoir.

En avril, 1554, l'archevêque, avec les évêques Ridley et Latimer, furent transportés de la Tour à Windsor, et de là à Oxford, pour discuter avec des personnes choisies des deux universités. Mais combien sont vaines les débats quand le sort des hommes est déterminé et chaque mot interprété en mauvaise part! Tel était le cas ici; car au 20 avril, Cranmer fut amené à l'église Ste. Marie devant les commissaires de la reine, et refusant de souscrire à l'article papiste, il fut déclaré hérétique, et la sentence de condamnation fut passée sur lui. Il leur dit sur cela qu'il en appelait de leur injuste sentence à celle du Tout-Puissant.

Après cela ses domestiques furent renvoyés et lui-même renfermé à l'étroit à Bocardo, la prison d'Oxford. Mais cette sentence étant nulle en loi, comme l'autorité du pape y manquait une nouvelle commission fut envoyée à Rome en 1555; et dans l'église Sainte Marie, la cour fit le procès de Cranmer déjà condamné. Il fut ici presque trop fort pour ses juges; et si la raison et la vérité avaient pu prévaloir, il n'y a aucun doute qui aurait dû être acquitté, et qui condamné.

En février suivant, une nouvelle commission fut donnée à l'évêque Bonner et à l'évêque Thirlby. Quand ils vinrent à Oxford, ils lurent leur commission du pape, et pour ne pas avoir comparu devant eux en personne comme ils l'avaient cité de le faire, il fut déclaré contumace, quoiqu'ils l'eussent eux-mêmes gardé à l'étroit comme prisonnier. Bonner, alors dans un discours injurieux, l'insulta de la manière la plus grossière pour laquelle il fut souvent réprimandé par l'évêque Thirlby, qui pleura et déclara que c'était la scène la plus triste qu'il avait vue de sa vie. Dans la commission on déclarait que la cause avait été entendue à Rome avec impartialité; les témoins des deux côtés examinés; et le défenseur de l'archevêque avait eu la permission de faire la meilleure défense possible pour lui. À cette lecture, l'archevêque ne put s'empêcher de s'écrier, «Mon Dieu, quels mensonges voilà; que moi, qui suis continuellement en prison et empêché d'avoir un défenseur ou un avocat ici, je puisse produire des témoins et appointer mon conseil à Rome. Dieu doit punir ces honteux et évidents mensonges.»

Quand Bonner eut fini ces investives, ils se mirent à le dégrader; et pour le rendre aussi ridicule que possible, le costume épiscopal dont ils le revêtirent était fait en canevas et de vieilles guenilles. Bonner, pour s'en moquer, l'appelait «M. Canterbury» ou quelque chose de semblable. Il endura ce traitement avec courage et patience; leur dit que, «la dégradation ne lui donnait aucun souci, car il y avait longtemps qu'il méprisait ces ornements;» mais quand ils en vinrent à lui ôter sa crosse, il la retint et en appela à Thirlby, disant, «J'en appelle au prochain concile général.»

Quand ils l'eurent dépouillé de ses habits, ils le revêtirent d'une pauvre robe d'un bedeau de campagne usée, de forme étrange et d'un bonnet de citadin; et de cette manière le livrèrent au bras séculier pour être reconduit à la prison, où il fut gardé dans un grand dénuement, et éloigné de ses amis. Même, telle était la fureur de ses ennemis, qu'un noble fut arrêté par Bonner, et échappa bel d'avoir un procès pour avoir donné de l'argent à l'archevêque pour s'acheter à dîner.

Cranmer avait maintenant été emprisonné presque trois ans et la mort aurait du suivre sa sentence et sa dégradation; mais ses cruels ennemis le réservaient à une plus grande privation et insulte. Tous les moyens imaginables furent employés pour ébranler sa fermeté; mais il se montra inébranlable dans la profession de sa foi. Même quand il vit le martyre cruel de ses chers compagnons, Ridley et Latimer, il était si loin de reculer, qu'il pria Dieu non seulement de les fortifier, mais aussi, par leur exemple, de l'encourager à une patiente attente et à la même épreuve du bûcher.

Les papistes enfin déterminèrent d'essayer ce que la douceur produirait auprès de Cranmer. Ils le transportèrent en conséquence de la prison au logis du doyen de Christ Church, où ils se servirent de tous les arguments persuasifs et touchants pour le faire renoncer à sa foi; et, même, affectèrent trop sa nature sensible par le faux brillant d'une prétendue civilité et de respect. Le malheureux prélat, toutefois résista à toutes les tentations, ce qui les irrita tellement qu'ils le renvoyèrent à la partie la plus dégoûtante de la prison et le traitèrent alors avec la plus cruelle sévérité. Ceci fut plus que ne purent supporter les infirmités d'un homme si âgé: la fragilité humaine prévalut; et il fut poussé à signer la rétraction suivante que la malice et l'artifice de ses ennemis lui arrachèrent.

«Moi, Thomas Cranmer, ci-devant archevêque de Canterbury, renonce, méprise et déteste toutes sortes d'hérésies et les erreurs de Luther et de Twingle et tous les autres enseignements qui sont contraires à la saine et vraie doctrine. Et je crois très fermement dans mon cœur et je confesse de ma bouche qu'il n'y a qu'une sainte Église catholique visible, hors de laquelle il n'y a point de salut; et je reconnais que l'évêque de Rome en est la tête suprême sur la terre lequel je reconnais être le plus grand évêque et pape, le vicaire de Christ auquel tous les chrétiens doivent être soumis.


Et quant au sacrements, je crois et révère dans le sacrement de l'autel le vrai corps et sang de Christ étant contenu très certainement sous la forme du pain et du vain; le pain étant changé, par la toute puissance de Dieu en corps de notre Sauveur Jésus-Christ et le vin en son sang.


Et quant aux autres six sacrements, aussi (comme en ceci) je crois et maintiens ce que l'Église universelle maintient et ce que l'église de Rome juge à propos et décrète.


De plus, je crois qu'il y a une place de purgatoire, où les âmes des trépassés sont punies pour un temps, pour lesquelles l'église prie saintement et salutairement, comme aussi elle honore les saints et leur adresse des prières.


Finalement, en toutes choses je professe que je ne crois pas autrement que l'Église catholique et l'Église de Rome dans ce qu'elle maintient et enseigne. Et je supplie le Dieu Tout-Puissant que dans sa miséricorde il daigne me pardonner ce que j'ai pu commettre contre Dieu ou son Église et je désire aussi et prie que tous les chrétiens prient pour moi.


Et de tous ceux qui ont été trompés soit par mon exemple ou ma doctrine, je leur demande, par le sang de Jésus-Christ, qu'ils reviennent à l'unité de l'Église pour que nous soyons tous d'un même esprit sans schisme et sans division.

Et en conclusion, comme je me soumets à l'Église catholique de Christ, et à son chef suprême, je me soumets aussi à ses très excellentes majestés Philippe et Marie, roi et reine de ce royaume d'Angleterre, etc., et à toutes leurs autres lois et ordonnances, étant toujours prêt comme fidèle sujet à leur obéir en tout temps. Et Dieu m'est témoin que je n'ai pas fait ceci pour obtenir faveur ou par crainte de quelqu'un, mais volontairement et suivant ma propre conscience.»

Cette rétraction de l'archevêque fut immédiatement imprimé et distribué par tout le pays. Pendant tout ce temps-là Cranmer n'avait aucune assurance certaine d'avoir la vie sauve quoique cela lui fit promis par les docteurs; mais après avoir accompli leur dessein, ils laissèrent le reste au hasard, comme cela arriva avec les adhérents de cette religion. La reine, ayant maintenant trouvé une occasion de se venger de lui, reçut sa rétraction avec joie; mais insista pour qu'il fut mis à mort.

Le Dr. Cranmer était dans une triste état, n'ayant ni tranquillité en sa propre conscience ni aucun aide de la part de ses adversaires. Outre cela, d'un côté il y avait louange, de l'autre mépris, des deux côtés danger, de sorte qu'il ne pouvait ni mourir ni vivre honnêtement. Et quand il cherchait à se sauver, il fit double perte car il ne pouvait éviter une secrète honte auprès des braves gens ni auprès des méchants le semblant de dissimulation.

Cependant la reine, prenant conseil comment se débarrasser de Cranmer, qui jusqu'à présent ne savait rien de sa haine secrète et ne s'attendait pas à la mort, choisit le Dr. Cole pour préparer pour le 21 mars un discours funéraire pour la mort de celui-là par le feu. Bientôt après, d'autres hommes respectables et des magistrats furent sommés, au nom, de la reine de se rendre à Oxford le même jour avec leurs domestiques et leurs suites, de crainte que la mort de Cranmer ne causa du tumulte. Le Dr. Cole revint à Oxford, prêt à jouer son rôle. Comme le jour de l'exécution approchait, il vint à la prison pour voir le Dr. Cranmer et s'assurer s'il retenait toujours la foi catholique. Cranmer lui répondit que par la grâce de Dieu il serait tous les jours plus ferme dans la foi catholique; Cole partit pour cette fois et revint à lui le jour suivant, ne lui donnant encore aucun avis de sa mort qu'on avait décrétée. À cette occasion il lui demanda s'il avait quelque argent; sur sa réponse négative Cole lui remit quinze écus pour être donnés à tels pauvres qu'il voudrait; et l'exhortant à être constant dans la foi, il partit.

L'archevêque commença maintenant à imaginer ce dont il s'agissait. Alors un religieux espagnol vint à lui, un des témoins de sa rétractation apportant un papier avec les articles que Cranmer devait publiquement déclarer devant le peuple, le pressant de le copier et de le signer de son nom; et quand il l'eut fini, le religieux lui demanda d'en écrire une autre copie qu'il pourrait garder, ce qu'il fit aussi. Mais toutefois l'archevêque, voyant où tendaient leur artifice, et pensant que le temps approchait auquel il ne pourrait plus dissimuler, mit sa prière et son exhortation, écrit sur un autre papier, secrètement dans son sein, ayant l'intention de les réciter au peuple avant de faire sa dernière profession de foi; craignant que s'ils entendaient d'abord sa confession de foi ils ne lui permettraient pas après d'exhorter le peuple.

Bientôt après, environ sur les neuf heures, lord Williams, Sir. Thomas Bridges, Sir John Brown et plusieurs autres juges, avec certains autres nobles qui furent envoyés par le conseil de la reine,vinrent à Oxford avec un grand train d'assistants. Il y avait en outre une grande multitude et une plus grande attente; ceux qui était du côté du pape ayant une grande espérance d'entendre ce jour-là quelque chose de Cranmer qui fortifierait leur opinion; d'autres, animés d'un meilleur sentiment, ne doutant pas que lui, qui, pendant plusieurs années, avait présenté la vraie doctrine de l'Évangile, la confesserait maintenant dans le dernier acte de sa vie.

Le Dr. Cranmer vint enfin de sa prison de Bocardo à l'église de Ste. Marie. Le maire allait en avant, venaient ensuite les échevins; après eux Cranmer entre deux religieux qui, marmottant à tour certains psaumes dans les rues, se répondaient l'un à l'autre jusqu'à ce qu'ils vinrent à la porte de l'église et commencèrent là le cantique de Siméon, «Nunc dimittis;» et entrant dans l'église les religieux en chantant les psaumes l'amenèrent à son poste, et l'y laissèrent. Il y avait une estrade appuyée contre la chaire sur laquelle se tenait Cranmer, en attendant que le Dr. Cole fut prêt pour son sermon.

Le triste cas de cet homme offrait un désolant spectacle à tous ces chrétiens qui le contemplaient. Celui qui dernièrement était archevêque, métropolitain et primat de toute l'Angleterre et conseiller privé du roi, vêtu d'une simple robe déchirée avec un vieux bonnet carré, exposé au mépris et au ridicule de tous.

Mis ainsi, quand il eut demeuré assez longtemps sur l'estrade, se tournant vers une colonne contiguë, il leva les mains et pria. Enfin le Dr. Cole montant dans la chaire et commençant son sermon, fit mention de Tobie et de Zacharie qu'il loua pour leur persévérance dans le culte du vrai Dieu; il divisa son sermon en trois parties, désirant de parler d'abord de la miséricorde de Dieu; secondement de montrer sa justice; et en dernier lieu comment les secrets du prince ne doivent pas être dévoilés. Mais il prit bientôt occasion de se tourner vers Cranmer et avec plusieurs paroles violentes le blâma de ce que lui qui était imbu de la doctrine saine et catholique tombât dans une erreur pernicieuse, qu'il n'avait pas défendue par ses écrits, mais avait aussi réduit d'autres personnes à faire pareil, avec des dons multipliés.

Après que Cole eut terminé son sermon il rappela les gens à la prière. «Mes frères,» dit-il, «de peur que quelqu'un ne doute de la repentance de cet homme, vous l'entendrez parler devant vous; et en conséquence je vous prie, M. Cranmer d'accomplir maintenant ce que vous avez promis; à savoir que vous fassiez publiquement une vraie profession de votre foi, afin que tous les hommes puissent comprendre que vous êtes vraiment catholique.» «Je vais le faire» dit l'archevêque, «et cela de bonne volonté.» Alors se levant et ôtant son bonnet il commença à parler comme suit: —

«Mes bonnes gens, mes chers frères bien-aimés et sœurs en Christ. Je vous prie très sincèrement de prier le Dieu Tout-Puissant de me pardonner tous mes péchés et mes offenses qui sont sans nombre et grands au-delà de toute mesure. Mais une chose afflige ma conscience plus que tout le reste, dont, Dieu voulant, je parlerai ci-après. Mais quelques grands et nombreux que soient mes péchés, je vous supplie de prier Dieu qu'il me les pardonne tous dans sa miséricorde.»


Et s'agenouillant il répéta la prière suivante: —


«Ô Père céleste, Ô Fils de Dieu, Rédempteur du monde, Ô Saint-Esprit, trois personnes en un seul Dieu ayez pitié de moi, le plus misérable esclave et pécheur. J'ai péché contre le ciel et la terre, plus que ma langue ne peut exprimer. Où puis-je alors aller ou puis-je fuir? J'ai honte de lever mes yeux au ciel et sur la terre je ne trouve aucune place de refuge et de secours. À toi donc Ô Éternel j'ai recours; devant toi je me prosterne, disant, Ô Éternel mon Dieu, mes péchés sont grands mais cependant aie pitié de moi pour l'amour de ta miséricorde. Le grand mystère que Dieu se fit homme n'a pas été accompli pour de petites offenses ou pour peu. Tu n'as pas livré ton Fils (Ô Père céleste) à la mort pour de petits péchés seulement, mais pour tous les grands péchés du monde, afin que le pécheur retourne à toi de tout son cœur, comme je le fais à présent. C'est pourquoi aie pitié de moi, Ô Dieu dont la nature est d'avoir toujours compassion; aie pitié de moi, Ô Éternel par ta grande miséricorde. Je ne demande rien par mes propres mérites, mais pour l'amour de ton nom, afin qu'il en soit sanctifié et pour l'amour de ton Fils Jésus-Christ. Et maintenant, donc Ô Père céleste que ton nom soit sanctifié, etc.».


Et se levant, il dit: —


«Tout homme désire au temps de sa mort de donner quelque bonne exhortation, pour que les autres s'en rappelle avant leur mort et s'en trouvent mieux; aussi je prie Dieu de m'accorder la grâce de pouvoir dire quelque chose à mon départ actuel par lequel Dieu soit glorifié et vous-mêmes édifiés.


D'abord, c'est une triste chose que de voir tant de personnes soient attachées à ce vain monde et en soient si soigneuses, qu'elles s'occupent peu ou point du tout de l'amour de Dieu ou du monde à venir. C'est pourquoi ceci sera ma première exhortation que vous tourniez vos pensées vers Dieu et le monde à venir, et appreniez à connaître ce que veut dire ce qu'enseigne St. Jean, "Que l'amour de ce monde est inimitié contre Dieu."


La seconde exhortation est que vous obéissiez à votre roi et à votre reine volontairement et sans murmure; non pas par la crainte que vous en avez, mais beaucoup plus par la crainte de Dieu; sachant qu'ils sont les ministres de Dieu, appointés par Dieu pour vous commander et vous gouverner; et en conséquence quiconque leur résiste, résiste à l'ordonnance de Dieu.


La troisième exhortation est que vous vous aimiez comme des frères et des sœurs. Car, hélas! c'est pitoyable de voir la haine que porte un chrétien à un autre ne se regardant pas comme frère et sœur mais plutôt comme étrangers et ennemis mortels. Mais je vous prie de bien apprendre cette leçon-ci, de faire du bien à tous les hommes autant qu'il se peut. Car vous pouvez être sûrs de ceci, que quiconque hait quelqu'un ou qui s'efforce de lui nuire, Dieu n'est pas avec cet homme quoiqu'il se croit lui-même être en faveur devant Dieu.


La quatrième exhortation sera pour ceux qui ont de grands biens et des richesses de ce monde pour qu'ils considèrent bien et pèsent trois déclarations de l'Écriture l'une de notre Sauveur lui-même, "Il est difficile à un riche d'entrer dans le royaume des cieux!" Une déclaration pénible et cependant prononcée par celui qui connaît la vérité. La seconde de St. Jean, "Celui qui a des biens de ce monde et qui voit son frère dans la nécessité lui fermera ses entrailles, comment peut-il dire qu'il aime Dieu?" La troisième de St. Jacques, qui parle comme suit du riche avare: "Pleurez et vous lamentez à cause de la calamité qui va tomber sur vous; vos richesses sont pourries, vos habits rongés des vers. Votre or et votre argent se sont rouillés, et leur rouille s'élèvera en témoignage contre vous et dévorera votre chair comme un feu; vous avez amassé un trésor de la colère de Dieu pour le dernier jour." Que ceux qui sont riches pèsent bien ces trois déclarations; car s'ils ont jamais eu occasion de montrer leur charité ils l'ont aujourd'hui, car il y a tant de pauvres et les provisions si chères.


Et maintenant, puisque j'arrive à la dernière partie de ma vie de laquelle dépend toute ma vie passée et toute ma vie future, soit de vivre avec Christ mon maître éternellement dans la joie, ou bien dans la peine pour toujours avec les mauvais anges en enfer, et que je vois devant mes yeux présentement soit le ciel prêt à me recevoir ou l'enfer prêt à m'engloutir je déclarerai devant vous ma foi sans dissimulation.


D'abord, je crois en Dieu le Père Tout-Puissant, créateur du ciel et de la terre, etc. Et je crois chaque article de la foi catholique, chaque mot et phrase prononcés par Notre Sauveur Jésus-Christ, ses apôtres et ses prophètes dans l'Ancien et le Nouveau Testament.


Et maintenant je viens à ce qui trouble ma conscience plus que tout ce que j'ai fait ou dit dans ma vie; et c'est d'avoir publié un écrit contraire à la vérité que je renonce ici et répudie, vraiment écrit de ma main, mais contraire à la vérité que je croyais dans mon cœur, écrit par crainte de la mort et pour sauver ma vie si possible; tous ces papiers que j'ai écrits et signés de ma main depuis ma dégradation je les renonce comme faux. Et comme ma main a commis l'offense en écrivant ce qui était contraire à mon cœur, ma main sera en conséquence punie d'abord: car quand j'irai au feu elle sera brûlée d'abord.


Quant au pape, je le rejette avec sa fausse doctrine, comme l'ennemi de Christ et comme l'ante-christ.


Et quant au sacrement, je crois ce que j'ai enseigné dans mon livre contre l'évêque de Winchester; la doctrine que mon livre enseigne demeurera en force au dernier jour au jugement de Dieu où la doctrine papiste aura honte de se montrer le visage.»

Ici les spectateurs furent tous étonnés. Les uns commencèrent à lui rappeler sa rétraction et à l'accuser de fausseté. Il était étrange de voir les docteurs déçus d'une si grande espérance. Je crois que jamais la cruauté n'a été jouée et trompée d'une manière plus remarquable. Car il n'y a aucun doute qu'ils s'attendaient à une glorieuse victoire et à un triomphe perpétuel par la rétraction de cet homme.

Alors on attacha une chaîne autour de Cranmer, et l'on commanda de l'entourer de feu. Quand le bois fut allumé, et que le feu commença à l'entourer il étendit sa main droite qui avait signé sa rétractation, dans les flammes, et l'y tint pour que le peuple vit qu'elle était réduite en charbon avant que son corps ne fut touché.

En un mot, il fut si patient et constant au sein de ces tortures, qu'il ne semblait pas se remuer plus que le poteau auquel il était attaché; ses yeux étaient levés vers le ciel et il disait souvent aussi longtemps que sa voix le lui permit, «Cette indigne main droite!» et répétant les paroles d'Étienne, «Seigneur Jésus reçois mon esprit,» jusqu'à ce que la fureur de flammes l'eussent réduit au silence, et il rendit l'esprit.

 

Martyre de William Bongeor, Thomas Benhote, William Purchase,
Agnes Silverside, Helen Ewring, Elisabeth Folk, William Muni,
John Johnson, Alice Munt et Rose Allen, à Colchester.

Parmi vingt-deux personnes amenées de Colchester à Londres et renvoyées après avoir signées une confession se trouvaient William Munt, qui demeurait à Muchbentley, Alice, sa femme, et Rose Allen, sa fille. Après leur retour à la maison ils s'absentèrent encore du service idolâtre de l'église papiste et fréquentèrent la compagnie de personnes pieuses qui lisaient diligemment la Parole de Dieu et invoquaient son nom par Jésus-Christ. Cette conduite offensa tellement les catholiques qu'ils en furent accusés auprès de Lord Darcy. Une persécution s'éleva contre ses pauvres gens, ce qui les força pour un temps de se retirer. Peu de temps après, toutefois, endormis dans la sécurité, ils y retournèrent. Le 7 mars 1557, à environ deux heures du matin, Edmond Tyrrel (un descendant de la personne qui assassina le roi Édouard V., dans la tour de Londres) assisté par le bailli, deux commissaires et autres assistants vinrent à la porte et dirent à Mr. Munt que lui et sa femme devaient aller avec lui au château de Colchester.

Cette grande surprise affecta beaucoup Mme Munt, qui était bien indisposée à cause du traitement cruel qu'elle avait reçu auparavant du parti papiste; mais après s'être un peu remise, elle demanda à Tyrrel que sa fille lui apporte quelque chose à boire. Quand cela fut fait, Tyrrel conseilla à la fille de recommander à son père et à sa mère de se conduire comme de bons chrétiens et membres de l'église catholique; auquel elle répondit, «Monsieur ils ont un meilleur maître que moi. Car le Saint-Esprit les enseigne et ne leur permettra pas de se tromper.»

Tyrrel — Es-tu encore de cette disposition? Il est temps vraiment, de rechercher de tels hérétiques.
Rose — Monsieur, avec ce que vous appelez hérésie je sers mon Dieu Éternel; je vous dis la vérité.
Tyrrel — Alors je m'aperçois que vous brûlerez, commère, avec le reste pour l'amour de la compagnie.
Rose — Non, monsieur, pas l'amour de la compagnie, mais pour l'amour de Christ, si j'y suis contrainte; et j'espère que, dans sa miséricorde, s'il m'y appelle, il me rendra capable de l'endurer.

Le cruel Tyrrel lui saisit alors le poignet et prenant une chandelle allumée qu'elle tenait à la main, la tint sous sa main, la brûlant sur le dos jusqu'à ce que les muscles se cassassent; et pendant cette barbare opération il lui disait souvent, «Quoi, ne crieras-tu pas? ne crieras-tu pas?» Ce à quoi elle répondit constamment «qu'elle remerciait Dieu qu'elle n'avait pas de cause, mais plutôt de se réjouir. Mais,» dit-elle, «il avait plus de cause de pleurer qu'elle, s'il considérait l'affaire avec soin.» Enfin il la repoussa violemment loin de lui avec un langage grossier; auquel elle ne fit pas d'autre attention que de lui demander. Monsieur, avez-vous fait ce que vous vouliez faire? Il répondit, «Oui et si vous ne l'approuvez pas, alors améliorez-le.»
Rose — Le rectifier? vraiment que le Seigneur vous rectifie et vous donne la repentance, si c'est sa volonté; et maintenant, si vous le trouvez à propos, commencez par les pieds et brûlez aussi la tête; car celui qui vous a mis à l'ouvrage vous paiera vos gages un jour, je vous en certifie; et ainsi elle s'en alla et porta l'eau à sa mère comme en elle avait reçu l'ordre.

Tyrrel les conduisit alors tous au château de Colchester avec John Johnson qu'ils prirent en chemin.

Le même matin ils en prirent six autres, à savoir William Bongeor, Thomas Benhote, William Purchase, Agiles Silverside, Helen Ewring, et Elisabeth Folk qu'ils envoyèrent comme prisonniers à Mote-Hill. Après quelques jours ils furent amenés avec plusieurs autres, devant plusieurs magistrats, prêtres, et officiers pour être examinés concernant leur foi.

Ils furent tous condamnés et l'évêque Bonner envoya un ordre pour qu'ils fussent brûlés le 2 août. Comme ils étaient gardés à différents endroits, on résolut qu'une partie d'entre eux serait exécutée dans la première partie du jour et le reste dans la dernière. Quand ceux qui étaient appointés pour le matin arrivèrent sur les lieux, ils s'agenouillèrent et invoquèrent humblement le Dieu Tout-Puissant, quoiqu'ils fussent interrompus par leurs ennemie papistes. Ils se livrèrent alors; furent attachés aux poteaux et brûlés au feu. Ils moururent avec un courage étonnant et avec résignation, triomphant au milieu des flammes et se réjouissant au sien des espérances de la gloire qui les attendait.

Dans l'après-midi du jour, les autres furent amenés au même endroit. Là ils s'agenouillèrent tous et prièrent avec la plus grande ferveur. Après la prière ils furent attachés aux bûchers et brûlés; exhortant le peuple avec leur dernier souffle d'être sur leur garde de l'idolâtrie en confessant leur foi en Christ crucifié.

Près de 400 tombèrent victimes durant le règne de Marie. On brûla 5 évêques; 21 ministres; 8 gentilshommes; 84 artisans, 100 agriculteurs, serviteurs et ouvriers; 26 femmes; 20 veuves; 9 vierges; 2 garçons et 2 enfants; 64 de plus furent persécutée pour leur religion dont sept furent fouettés, 16 périrent en prison et 12 furent enterrés dans des tas de fumier.

Telles sont les annales des apôtres de l'Angleterre; hommes et femmes qui n'ont pas compté leur vie précieuse pour pouvoir finir leur course avec joie. Honorons tous ces héros du progrès spirituel et ces champions de notre foi qui furent martyrs, et baptisés dans le sang parce que leur génie et leurs lumières les ont poussés en avant de leur siècle.

 

La mort de la reine Marie — L'heureuse accession de Lady Élisabeth
au trône d'Angleterre.

Le 17 novembre, 1558, la reine Marie mourut étant dans sa quarante-troisième année de son âge, après avoir régné cinq ans et quatre mois et onze jours. Sa fausse conception, et la mélancolie qui s'en suivit, aggravée par la perte de Calais affecta sa constitution ce qui se tourna en hydropisie qui mit fin à son malheureux règne.

L'histoire de son règne démontre l'excès de sa bigoterie; elle joignit à cela un caractère cruel et vindicatif qu'elle prenait pour du zèle pour la religion; mais quand il n'était pas possible de les unir, elle montrait clairement qu'elle n'était pas moins enclin à la cruauté par nature que par zèle. C'était son malheur d'être encouragée dans cette horrible disposition par toutes les personnes qui l'approchaient. Le roi Philippe était naturellement morose; Gardiner était l'un des hommes les plus vindicatifs; Bonner était une furie; et les autres évêques furent choisis parmi les plus cruels du clergé. Elle laissait à son conseil toute la conduite des affaires et elle s'abandonna entièrement aux caprices de son clergé.

Sa sœur de père; lady Élisabeth, succéda à ce règne sanguinaire. Son avènement causa une immense joie à la nation en général mais une grande mortification aux prêtres, au parti catholique qui appréhendaient avec raison une nouvelle révolution en matière de religion. Elle passa à travers Londres parmi toute la joie qu'un peuple délivré de la terreur du feu et de l'esclavage peut exprimer. Le roi Philippe lui proposa de l'épouser, mais en vain; elle lui fit répondre qu'elle avait épousé son royaume. Elle commanda que tous ceux qui étaient en prison à cause de leur religion fussent mis en liberté; sur cela quelqu'un fit la remarque, les quatre Évangélistes étaient encore captifs, et que le peuple soupirait de les voir restaurés à leur liberté, elle répondit qu'elle en parlerait à ses sujets pour connaître leur opinion. Ayant décidé de favoriser la réforme, la reine désira que les changements se fissent de manière à causer aussi peu de division que possible parmi ses sujets; les résultats produits furent une nouvelle traduction des Écritures et l'établissement national de la religion protestante. La reine Élisabeth mourut le 24 mars 1603 à l'âge de soixante-dix ans dans la quarante-cinquième année de son règne.

___________________________________ Publicité ___________________________________
___________________________________ Publicité ___________________________________

Marque de commerce © 1999-2022 GoDieu.com - Tous droits réservés universellement