Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Instagram GoDieu.com Suivez-nous !   

___________________________________ Publicité ___________________________________
___________________________________ Publicité ___________________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - P√ęrkthimi - Zgjidhni gjuh√ęn - sq - Albanais Deutsch - √úbersetzung - Sprache w√§hlen - de - Allemand Šä†ŠąõŠą≠Šäõ - ŠČįŠą≠ŠĆČŠąĚ - ŠČčŠäēŠČč Šč≠ŠąĚŠą®ŠĆ° - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais ōßŔĄōĻōĪō®Ŕäō© - ō™ōĪō¨ŔÖō© - ō™ō≠ōĮŔäōĮ ōßŔĄŔĄōļō© - ar - Arabe ’Ä’°’Ķ’•÷Ä’•’∂ - ‘Ļ’°÷Ä’£’ī’°’∂’ł÷ā’©’Ķ’ł÷ā’∂ - ‘ł’∂’Ņ÷Ä’•÷Ą ’¨’•’¶’ł÷ā’∂ - hy - Arm√©nien Azeri - Translation - Dil se√ßin - az - Az√©ri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque ŗ¶¨ŗ¶ĺŗ¶āŗ¶≤ŗ¶ĺ - ŗ¶Öŗ¶®ŗßĀŗ¶¨ŗ¶ĺŗ¶¶ - ŗ¶≠ŗ¶ĺŗ¶∑ŗ¶ĺ ŗ¶®ŗ¶Ņŗ¶įŗßćŗ¶¨ŗ¶ĺŗ¶öŗ¶® ŗ¶ēŗ¶įŗßĀŗ¶® - bn - Bengali –Ď–Ķ–Ľ–į—Ä—É—Ā—Ć - –ü–Ķ—Ä–į–ļ–Ľ–į–ī - –í—č–Ī—Ä–į—Ü—Ć –ľ–ĺ–≤—É - be - Bi√©lorusse ŠÄôŠÄľŠÄĒŠÄļŠÄôŠÄ¨ŠÄ֊Ĩ - ŠÄėŠÄ¨ŠÄěŠÄ¨ŠÄēŠÄľŠÄĒŠÄļŠÄÜŠÄ≠ŠÄĮŠĀč - ŠÄėŠÄ¨ŠÄěŠÄ¨ŠÄÖŠÄĊĨŠÄłŠÄÄŠÄ≠ŠÄĮŠÄõŠÄĹŠÄĪŠÄłŠÄĀŠÄĽŠÄöŠÄļŠÄēŠÄęŠĀč - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque –Ī—ä–Ľ–≥–į—Ä—Ā–ļ–ł - –ü—Ä–Ķ–≤–ĺ–ī–į—á - –ė–∑–Ī–ĺ—Ä –Ĺ–į –Ķ–∑–ł–ļ - bg - Bulgare catal√† - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa šł≠śĖá (ÁģÄšĹď) - ÁŅĽŤĮĎ - ťÄČśč©ŤĮ≠Ť®Ä - zh-CN - Chinois (simplifi√©) šł≠śĖá (ÁĻĀťęĒ) - ÁŅĽŤ≠Į - ťĀłśďáŤ™ěŤ®Ä - zh-TW - Chinois (traditionnel) ŗ∑Éŗ∑íŗ∂āŗ∑Ąŗ∂Ĺ - ŗ∂īŗ∂Ľŗ∑íŗ∑Äŗ∂Ľŗ∑äŗ∂≠ŗ∂Īŗ∂ļ - ŗ∂∑ŗ∑Źŗ∑āŗ∑Źŗ∑Ä ŗ∂≠ŗ∑Ěŗ∂Ľŗ∑Źŗ∂úŗ∂Īŗ∑äŗ∂Ī - si - Cingalais ŪēúÍĶ≠žĖī - Ž≤ąžó≠ - žĖłžĖīžĄ§ž†ē - ko - Cor√©en Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Krey√≤l ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Cr√©ole ha√Įtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Overs√¶t - V√¶lg sprog - da - Danois Espa√Īol - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Esp√©ranto Eesti - T√Ķlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - K√§√§nt√§j√§ - Valitse kieli - fi - Finnois Fran√ßais - Traduction - Choisissez la langue - fr - Fran√ßais Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotl√Ęn) - Eadar-theangaich - Tagh c√†nan - gd - Ga√©lique (√Čcosse) Galego - Traduci√≥n - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ŠÉ•ŠÉźŠÉ†ŠÉóŠÉ£ŠÉöŠÉė - ŠÉóŠÉźŠÉ†ŠÉíŠÉõŠÉźŠÉúŠÉė - ŠÉĒŠÉúŠÉėŠÉ° ŠÉźŠÉ†ŠÉ©ŠÉĒŠÉēŠÉź - ka - G√©orgien őēőĽőĽő∑őĹőĻőļő¨ - őúőĶŌĄő¨ŌÜŌĀőĪŌÉő∑ - őēŌÄőĻőĽőŅő≥őģ ő≥őĽŌéŌÉŌÉőĪŌā - el - Grec ŗ™óŗęĀŗ™úŗ™įŗ™ĺŗ™§ŗęÄ - ŗ™Öŗ™®ŗęĀŗ™Ķŗ™ĺŗ™¶ - ŗ™≠ŗ™ĺŗ™∑ŗ™ĺ ŗ™™ŗ™łŗ™āŗ™¶ ŗ™ēŗ™įŗęč - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'Ňćlelo - haw - Hawa√Įen ◊Ę◊Ď◊®◊ô◊™ - ◊™◊®◊í◊Ě - ◊Ď◊ó◊ô◊®◊™ ◊©◊§◊Ē - iw - H√©breu ŗ§Ļŗ§Ņŗ§®ŗ•ćŗ§¶ŗ•Ä - ŗ§Öŗ§®ŗ•Āŗ§Ķŗ§ĺŗ§¶ ŗ§ēŗ§įŗ•áŗ§ā - ŗ§≠ŗ§ĺŗ§∑ŗ§ĺ ŗ§öŗ•Āŗ§®ŗ•áŗ§ā - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Ford√≠t√°s - V√°lasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - HŠĽćrŠĽć asŠĽ•sŠĽ• - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indon√©sien Gaeilge - Aistri√ļch√°n - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - √ě√Ĺ√įing - Velja tungum√°l - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien śó•śú¨Ť™ě - ÁŅĽŤ®≥ - Ť®ÄŤ™ě„āíťĀłśäě - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ŗ≤ēŗ≤®ŗ≥ćŗ≤®ŗ≤° - ŗ≤Öŗ≤®ŗ≥Āŗ≤Ķŗ≤ĺŗ≤¶ - ŗ≤≠ŗ≤ĺŗ≤∑ŗ≥Ü ŗ≤Üŗ≤Įŗ≥ćŗ≤ēŗ≥Ü - kn - Kannada “ö–į–∑–į“õ - –ź—É–ī–į—Ä–ľ–į - –Ę—Ė–Ľ–ī—Ė —ā–į“£–ī–į—É - kk - Kazakh ŠěĀŠüíŠěėŠüāŠěö - ŠěĒŠěÄŠěĒŠüíŠěöŠüā - ŠěáŠüíŠěöŠěĺŠěüŠěóŠě∂ŠěüŠě∂ - km - Khmer –ļ–ł—Ä–≥–ł–∑—Ā–ļ–ł–Ļ - –ö–ĺ–ľ–ľ–Ķ–Ĺ—ā–į—Ä–ł–Ļ - –Ę–ł–Ľ —ā–į–Ĺ–ī–į“£—č–∑ - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbij√™re ziman - ku - Kurde ŗļ•ŗļ≤ŗļß - ŗļĀŗļ≤ŗļôŗĽĀŗļõŗļěŗļ≤ŗļ™ŗļ≤ - ŗĽÄŗļ•ŗļ∑ŗļ≠ŗļĀŗļěŗļ≤ŗļ™ŗļ≤ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latvieŇ°u - TulkotńĀjs - Atlasiet valodu - lv - Letton LietuviŇ≥ - Versti - Pasirinkite kalbńÖ - lt - Lituanien L√ętzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois –ú–į–ļ–Ķ–ī–ĺ–Ĺ—Ā–ļ–ł - –ü—Ä–Ķ–≤–ĺ–ī - –ė–∑–Ī–Ķ—Ä–ł —ė–į–∑–ł–ļ - mk - Mac√©donien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien ŗīģŗī≤ŗīĮŗīĺŗī≥ŗīā - ŗī™ŗīįŗīŅŗī≠ŗīĺŗī∑ - ŗī≠ŗīĺŗī∑ ŗī§ŗīŅŗīįŗīěŗĶćŗīěŗĶÜŗīüŗĶĀŗīēŗĶćŗīēŗĶĀŗīē - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - AgńßŇľel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - KŇćwhiri te reo - mi - Maori ŗ§ģŗ§įŗ§ĺŗ§†ŗ•Ä - ŗ§≠ŗ§ĺŗ§∑ŗ§ĺŗ§āŗ§§ŗ§į - ŗ§≠ŗ§ĺŗ§∑ŗ§ĺ ŗ§®ŗ§Ņŗ§Ķŗ§°ŗ§ĺ - mr - Marathi –ú–ĺ–Ĺ–≥–ĺ–Ľ - –ě—Ä—á—É—É–Ľ–≥–į - –•—ć–Ľ —Ā–ĺ–Ĺ–≥–ĺ—Ö - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - N√©erlandais ŗ§®ŗ•áŗ§™ŗ§ĺŗ§≤ŗ•Ä - ŗ§Öŗ§®ŗ•Āŗ§Ķŗ§ĺŗ§¶ - ŗ§≠ŗ§ĺŗ§∑ŗ§ĺ ŗ§õŗ§ĺŗ§®ŗ•ćŗ§®ŗ•Āŗ§Ļŗ•čŗ§łŗ•ć - ne - N√©palais norsk - Oversetter - Velg spr√•k - no - Norv√©gien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek Ŕĺŕöō™Ŕą - Ŕąŕėō®ōßŕďō¶ - ŕėō®Ŕá ŔąŔľōßŕ©ō¶ - ps - Pacht√ī ŗ®™ŗ©įŗ®úŗ®ĺŗ®¨ŗ©Ä - ŗ®Öŗ®®ŗ©Āŗ®Ķŗ®ĺŗ®¶ - ŗ®≠ŗ®ĺŗ®łŗ®ľŗ®ĺ ŗ®öŗ©Āŗ®£ŗ©č - pa - Panjabi ŔĀōßōĪō≥ŘĆ - ō™ōĪō¨ŔÖŔá - ōßŔÜō™ōģōßō® ō≤ō®ōßŔÜ - fa - Persan Polski - TŇāumacz - Wybierz jńôzyk - pl - Polonais Portugu√™s - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Rom√ĘnńÉ - Traducere - SelectaŇ£i limba - ro - Roumain –†—É—Ā—Ā–ļ–ł–Ļ - –ü–Ķ—Ä–Ķ–≤–ĺ–ī—á–ł–ļ - –í—č–Ī–Ķ—Ä–ł—ā–Ķ —Ź–∑—č–ļ - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan —Ā—Ä–Ņ—Ā–ļ–ł - –Ņ—Ä–Ķ–≤–ĺ–ī–ł–Ľ–į—Ü - –ė–∑–į–Ī–Ķ—Ä–ł —ė–Ķ–∑–ł–ļ - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona ō≥ŔÜŕĆŔä - ō™ōĪō¨ŔÖŔą ŕ™ōĪŔäŔą - ŔĽŔąŔĄŔä ŔÖŔÜō™ōģō® ŕ™ōĪŔäŔą - sd - Sindh√ģ slovenńćina - Prekladańć - V√Ĺber jazyka - sk - Slovaque slovenŇ°ńćina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slov√®ne Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - √Ėvers√§tt - V√§lj spr√•k - sv - Su√©dois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili –Ę–ĺ“∑–ł–ļ–ł—Ā—ā–ĺ–Ĺ - –Ę–į—Ä“∑—É–ľ–į–ł - –ł–Ĺ—ā–ł—Ö–ĺ–Ī –∑–į–Ī–ĺ–Ĺ - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog ŗģ§ŗģģŗģŅŗģīŗĮć - ŗģģŗĮÜŗģĺŗģīŗģŅŗģ™ŗĮÜŗģĮŗģįŗĮćŗģ™ŗĮćŗģ™ŗĮĀ - ŗģģŗĮÜŗģĺŗģīŗģŅ ŗģ§ŗĮáŗģįŗĮćŗģĶŗĮĀ - ta - Tamoul ńćesky - PŇôekladańć - Zvolit jazyk - cs - Tch√®que ŗį§ŗĪÜŗį≤ŗĪĀŗįóŗĪĀ - ŗįÖŗį®ŗĪĀŗįĶŗįĺŗį¶ - ŗį≠ŗįĺŗį∑ ŗįéŗįāŗįöŗĪĀŗįēŗĪčŗįāŗį°ŗįŅ - te - Telugu ŗĻĄŗłóŗłĘ - ŗĻĀŗłõŗł• - ŗł†ŗł≤ŗł©ŗł≤ŗĻÄŗł•ŗł∑ŗł≠ŗłĀ - th - Tha√Į T√ľrk - Terc√ľme - Dil se√ßin - tr - Turc —É–ļ—Ä–į—ó–Ĺ—Ā—Ć–ļ–į - –ü–Ķ—Ä–Ķ–ļ–Ľ–į–ī–į—á - –í–ł–Ī–Ķ—Ä—Ė—ā—Ć –ľ–ĺ–≤—É - uk - Ukrainien ōßōĪōĮŔą - ō™ōĪō¨ŔÖŘĀ - ō≤ō®ōßŔÜ ŕ©ōß ōßŔÜō™ōģōßō® ŕ©ōĪŘĆŕļ - ur - Urdu TiŠļŅng ViŠĽát - DŠĽčch - ChŠĽćn Ng√īn ngŠĽĮ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ◊ô◊ô÷ī◊ď◊ô◊© - ◊ė◊®◊ź÷∑◊†◊°◊ú◊ź÷∑◊ė◊ô◊ź÷ł◊ü - ◊ź◊ē◊ô◊°◊ß◊ú◊ô◊ô÷∑◊Ď◊ü ◊©◊§÷ľ◊®◊ź÷∑◊ö - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
141 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1675Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Publicité point liée à GoDieu.com

Dictionnaire de la Bible J.-A. Bost 1849-j


septembre 3, 2010 par GoDieu

J


JAAZANJA,
  1. fils d'un J√©r√©mie inconnu (695 avant J.-C.), et l'un des chefs de la maison des R√©chabites, J√©r√©mie 35:3. J√©r√©mie le proph√®te le fit appeler, lui et les siens, et voulut les contraindre √† boire du vin contre les ordonnances de leur a√Įeul J√©honadab; ils refus√®rent tous, et J√©r√©mie, qui l'avait bien pr√©vu, se servit de ce fait pour reprocher aux Juifs leur r√©bellion contre la loi de Dieu, tandis que la voix d'un homme √©tait encore ob√©ie dans la famille de R√©chab.

  2. Fils de Saphan, √Čz√©chiel 8:11 (594 avant J.-C.). √Ä la t√™te de soixante et dix des anciens d'Isra√ęl, il se tenait dans une des salles du parvis du temple, orn√©e de toutes sortes de figures de reptiles et de b√™tes tout √† l'entour, et il leur offrait de l'encens. √Čz√©chiel √©tait en Cald√©e, quand l'√Čternel lui montra en vision toutes ces abominations et beaucoup d'autres qui se commettaient √† J√©rusalem; il annon√ßa alors aux Juifs qui √©taient avec lui les ch√Ętiments qui devaient fondre sur ces impies idol√Ętres; mais on n'ajouta point foi √† ses paroles.

  3. Jaazanja, fils de Hazur, inconnu, √Čz√©chiel 11:1. On suppose qu'il √©tait un des membres du s√©nat sous le r√®gne de S√©d√©cias; sa parole perfide et pleine d'iniquit√© s√©duisait le peuple par de mauvais conseils.


JABAL,
descendant de Ca√Įn par L√©mec et Hada, Gen√®se 4:20, ¬ęfut p√®re de ceux qui habitent dans les tentes, et des pasteurs.¬Ľ La vie nomade est ainsi s√©par√©e de la vie pastorale. On peut dire que l'un et l'autre de ces genres de vie existaient d√©j√† de fait avant lui, car Abel √©tait berger, et les patriarches √©taient nomades par cela m√™me qu'ils n'√©taient pas organis√©s en soci√©t√©, qu'il n'y avait point de ville, et que chacun se transportait o√Ļ il voulait avec le modeste bien dont il √©tait possesseur. La gloire de Jabal fut probablement d'avoir r√©gularis√© la vie nomade en apprenant aux hommes √† se servir de tentes, √† les dresser, et √† les plier au besoin pour se remettre en course, Gen√®se 4:20.


JABBOK.
Ce torrent, maintenant Zerka, se forme de ruisseaux qui viennent de l'est et du nord, et d'un ruisseau qui arrive du sud et coule pr√®s de Rabbath-Hammon. La source principale descend de la partie de la haute plaine qui touche au grand d√©sert. Le Jabbok coule vers l'ouest, dans une vall√©e assez large dont le fond se maintient √† une certaine √©l√©vation; plus bas il rencontre comme une fente profonde dans le plateau, et se fraye sa route dans une gorge √©troite entre des parois de rochers de 500 pieds de hauteur, d√©chirure singuli√®re qu'on aper√ßoit seulement en arrivant sur ses bords, du haut desquels on entend bouillonner dans l'ab√ģme les eaux de la rivi√®re (Rougemont). L'endroit o√Ļ le Jabbok sort de ce d√©fil√© et du plateau est peut-√™tre le gu√© de P√©niel, Gen√®se 32:22; sq., que d'autres voyageurs croient avoir retrouv√© plus √† l'est sur le plateau. Le Jabbok se jette dans le Jourdain, √† 6 kilom√®tres de l'endroit o√Ļ il sort des montagnes, et √† peu pr√®s √† √©gale distance du lac de Tib√©riade et de la mer Morte. La partie sup√©rieure de son cours, appel√©e aussi le ruisseau de Rabbath-Hammon, √©tait la fronti√®re qui s√©parait les Hammonites √† l'est, des Amorrh√©ens, et plus tard de Gad √† l'ouest. La partie inf√©rieure √©tait la limite nord des Amorrh√©ens sous leur roi Sihon, et la limite sud du royaume de Basan; plus tard elle s√©para Gad de Manass√©, Nombres 21:24; Deut√©ronome 2:37; 3:16; Josu√© 12:2; Juges 11:13,22.


JAB√ąS,
ville de la demi-tribu transjourdaine de Manass√©, ordinairement appel√©e Jab√®s de Galaad. Elle √©tait situ√©e au-dessus d'une vall√©e ou d'un wady qui porte encore son nom, sur le sommet d'une montagne d'o√Ļ elle avait vue sur les collines de Basan, et qui fait partie de la cha√ģne la plus septentrionale des monts de Galaad. Elle fut saccag√©e par les Isra√©lites pour avoir refus√© de prendre part √† la guerre d'extermination contre Benjamin, Juges 21:8,10. Plus tard, Nahas, roi de Hammon, l'ayant r√©duite √† la derni√®re extr√©mit√©, elle allait se rendre aux conditions les plus dures, quand Sa√ľl vint et la d√©livra, 1 Samuel 11. Les habitants conserv√®rent toujours la plus vive reconnaissance pour leur lib√©rateur, et pour sa maison; et quand Sa√ľl et ses fils eurent √©t√© tu√©s en Guilboah, dans la bataille contre les Philistins, ceux de Jab√®s vinrent de nuit, enlev√®rent les corps qui avaient √©t√© pendus aux murailles de Bethsan, et les ensevelirent honorablement sous un ch√™ne, pr√®s de leur ville, 1 Samuel 31:11-12.

‚ÄĒ Eus√®be la met √† 6 milles de Pella, vers G√©rasa.


JABIN,
  1. roi de Hatsor √† l'√©poque de Josu√©, Josu√© 11:1 (1450 avant J.-C.). C'√©tait un des rois les plus puissants de Canaan; il demeurait au-dessus du lac de S√©m√©chon, dans la Galil√©e, et dominait presque tout le nord du pays. Il r√©solut d'√©craser Josu√©, et se ligua avec quelques rois voisins ses tributaires, tellement qu'ils √©taient un grand peuple comme le sable qui est au bord de la mer; mais ils ne se r√©unirent que pour √™tre d√©truits plus facilement, et Josu√© les chargea avec tant de vigueur que personne n'√©chappa, ni hommes, ni chevaux; la ville m√™me fut br√Ľl√©e et Jabin mis √† mort.

  2. Hatsor reconstruite, eut, cent soixante-cinq ans apr√®s, 1285 avant J.-C., un autre roi du m√™me nom, peut-√™tre descendant du premier. Ce Jabin √©tait devenu si puissant, que l'√Čcriture lui donne le nom de roi de Canaan, Juges 4:2. Se rappelant les vieilles injures de son peuple, et d√©sireux de les venger, il avait accabl√© Isra√ęl de toutes ses forces, et entretenait une grande arm√©e, et 900 chariots arm√©s de faux, dont il avait confi√© le gouvernement √† son g√©n√©ral en chef Sis√©ra. Cette oppression, qui fut la troisi√®me servitude, dura vingt ann√©es, et se termina par les victoires et le cantique de D√©bora.

    ‚ÄĒ Voir: Psaumes 83:10.


JABN√Č,
ville des Philistins, situ√©e entre Joppe et Asdod; Hozias s'en empara, 2 Chroniques 26:6. Plus tard, elle fut appel√©e Jamnie, et Flavius Jos√®phe dit qu'elle √©tait tr√®s populeuse, habit√©e par beaucoup de Juifs m√™l√©s avec quelques pa√Įens; elle poss√©dait un bon port. Pomp√©e la prit sur les Juifs et la donna √† la Syrie. Elle √©tait √† 240 stades de J√©rusalem et √† 12 milles de Diospolis. Apr√®s la ruine de J√©rusalem, elle fut pendant quelque temps le si√®ge du sanh√©drin et d'une √©cole juive assez distingu√©e.


JACOB,
  1. Gen√®se 25:26, sq. (1836 avant J.-C.), fils d'Isaac et de R√©becca, plus aim√© de sa m√®re √† cause de son naturel paisible et facile √† mener, le troisi√®me des grands patriarches th√©ocratiques, Exode 19:3; Psaumes 22:24; 105:6; √Čsa√Įe 45:19; √Čz√©chiel 20:5. Il lutta par la ruse contre l'inf√©riorit√© de sa naissance, et r√©ussit √† se procurer le droit d'a√ģnesse pour le prix d'un plat de lentilles; √† ce droit d'a√ģnesse il fallait joindre la b√©n√©diction paternelle, sans laquelle il restait st√©rile, et Jacob, par un artifice honteux et grossier, vint, √† l'√Ęge de soixante-dix-sept ans, se jouer d'un p√®re aveugle pour lui soutirer cette b√©n√©diction que le vieillard se proposait de donner √† l'a√ģn√©, que Dieu avait dessein de transf√©rer sur la t√™te du second, et qu'il e√Ľt effectivement transf√©r√©e sans le concours de moyens d√©shonn√™tes, comme il le fit bien voir plus tard √† Jacob lui-m√™me, en inclinant son cŇďur √† b√©nir de la main droite √Čphra√Įm plut√īt que Manass√©. La ruse r√©ussit, mais Jacob dut recueillir les fruits de son p√©ch√© avant de jouir des b√©n√©dictions que Dieu lui avait assur√©es: il lui fallut quitter son p√®re et sa m√®re pour fuir le ressentiment d'un fr√®re justement irrit√©, et il partit pour la M√©sopotamie, o√Ļ une √©pouse lui √©tait r√©serv√©e dans la maison de Laban, fr√®re de sa m√®re. Il avait alors soixante-dix-sept ans, chiffre qui surprend d'abord, mais qui se justifie par les consid√©rations suivantes: Joseph avait trente ans quand il fut pr√©sent√© √† Pharaon, Gen√®se 41:46; lorsque son p√®re et ses fr√®res vinrent le rejoindre, c'est-√†-dire en la deuxi√®me ann√©e de la famine, il en avait par cons√©quent trente-neuf (45:6). √Ä cette √©poque Jacob en a cent trente (47:9); Joseph est donc n√© dans la quatre-vingt-onzi√®me ann√©e de Jacob. Or Joseph est n√© vers la fin des quatorze premi√®res ann√©es que Jacob passa chez Laban (30:22,25), apr√®s avoir quitt√© la maison d'Isaac, ce qui donne l'√Ęge de soixante-dix-sept ans pour l'√©poque de son entr√©e en M√©sopotamie.

    Ce voyage fut pour Jacob la fin de l'enfance et le commencement de la vie: sa m√®re n'√©tait plus l√† pour le mener, il devait se sentir √† la fois libre et responsable, et le remords dut se faire sentira son cŇďur. Sans doute il emportait la b√©n√©diction de son p√®re, mais Dieu lui accorderait-il la sienne? Accabl√© de fatigue et peut-√™tre aussi de pens√©es d√©courageantes, il s'endormit un soir pr√®s de Luz, et Dieu qui avait fait de lui un vase d'√©lection, voulut le rassurer, et lui envoya cette grande et belle vision de l'√©chelle qui, partant de la terre pour se perdre dans les cieux, servait d'interm√©diaire entre l'homme et l'√Čternel par le moyen des anges, qui montaient et qui descendaient, saints et brillants messagers du Dieu d'Abraham, d'Isra√ęl et de Jacob. Saintement effray√©, le voyageur s'√©cria: ¬ęC'est ici la maison de Dieu, c'est ici la porte des cieux.¬Ľ Il oignit d'huile la pierre qui lui avait servi de chevet, et changea le nom de Luz en celui de B√©thel, qui signifie maison de Dieu. Cependant, il ne comprit pas toute la grandeur des promesses qui lui √©taient faites, et il se borna √† quelques vŇďux pour l'heureux ach√®vement de son voyage et pour son heureux retour aupr√®s d'Isaac. Bient√īt il arrive en M√©sopotamie, o√Ļ Rachel accueille avec joie son cousin presque octog√©naire. Le cupide Laban met √† de rudes √©preuves la patience et l'amour de Jacob; apr√®s sept ans de service il lui donne L√©a, sa fille a√ģn√©e, au lieu de Rachel qu'il aimait et qu'il avait demand√©e. Jacob se plaint de cette substitution, et obtient qu'on lui accorde aussi Rachel, pour laquelle il offre de servir sept nouvelles ann√©es. Les deux √©pouses rivales divisent la maison du patriarche; Rachel est la pr√©f√©r√©e, mais L√©a est f√©conde et s'√©l√®ve au-dessus de sa sŇďur qui ne l'est pas, Gen√®se 30. Pour complaire √† celle qu'il aime, Jacob donne le titre de concubine √† Bilha, la servante de Rachel, et L√©a lui demande la m√™me faveur pour Zilpa, sa servante. La famille de Jacob s'accro√ģt ainsi consid√©rablement, mais il n'est encore que le serviteur de son oncle et beau-p√®re; il exprime le d√©sir de retourner aupr√®s de sa famille et demande √† Laban, avec son cong√©, la r√©compense de ses travaux. Ces deux hommes rivalisent de ruse pour se tromper l'un l'autre, et Jacob est le plus fort; il demande √† Laban de lui donner toutes les b√™tes picot√©es de son troupeau et s'engage √† le servir quelques ann√©es encore. Laban accepte et consent; mais d'abord il √©loigne du troupeau, pour les confier √† ses fils, toutes les b√™tes d√©j√† picot√©es, afin de diminuer d'autant la chance qu'il en naisse de nouvelles. Jacob, de son c√īt√©, s'√©loigne avec les ch√®vres et les brebis blanches. Il devait savoir que Dieu ferait tourner ce contrat en sa faveur (31:11); il voulut, comme toujours, forcer la fortune et accomplir par des ruses la volont√© divine; il pla√ßa donc devant les auges et les abreuvoirs de jeunes branches dont il avait pel√© et mis √† blanc quelques parties, de sorte que les troupeaux ne pouvaient boire sans arr√™ter les yeux sur ces diverses couleurs et sans en √™tre frapp√©s. Jacob pensait que de cette mani√®re les brebis, quoique blanches, donneraient des agneaux de couleur; et le r√©sultat r√©pondit √† ses esp√©rances, soit que Dieu intervint directement, soit aussi que le stratag√®me employ√© par Jacob f√Ľt r√©ellement efficace, ainsi que paraissent l'√©tablir certains faits. En tout cas, Jacob s'enrichit en fort peu d'ann√©es, et ses grands biens ne tard√®rent pas √† exciter la jalousie de Laban et de ses fils. Jacob s'en aper√ßut, et averti par une vision divine, il r√©solut de s'enfuir sans d√©lai. Ses femmes sont d'accord avec lui. Il part donc ¬ę√† la d√©rob√©e¬Ľ, emmenant sa famille, ses serviteurs et ses troupeaux, et apr√®s avoir travers√© les gu√©s de l'Euphrate et les campagnes de la Syrie, il arrive sans accident sur les limites de la terre promise, au pied des montagnes de Galaad; mais l√† il est rejoint par Laban qui s'est mis √† sa poursuite, et il doit lui expliquer les motifs de sa fuite secr√®te et pr√©cipit√©e. ¬ęJe craignais, dit-il, que tu ne me ravisses tes filles.¬Ľ Mais Laban r√©clame encore de petits dieux qu'il dit lui avoir √©t√© enlev√©s, et comme ils ne se retrouvent pas, Jacob lui reproche avec beaucoup d'amertume et d'√©loquence toutes les injustices de sa vie pass√©e et ses soup√ßons pr√©sents que rien ne semble justifier; car Jacob ignorait que Rachel e√Ľt d√©rob√© ces dieux. Apr√®s de longues contestations dans lesquelles l'avantage reste √† Jacob, les deux parents qui vont se s√©parer pour toujours se r√©concilient; une alliance est conclue, un monument s'√©l√®ve, qui prend le nom de Gal-Hed, un sacrifice est offert, et un repas donn√© par Jacob ach√®ve de cimenter la paix et l'oubli du pass√©. Laban s'en retourne et Jacob s'appr√™te √† p√©n√©trer dans ce pays o√Ļ il esp√®re de retrouver son p√®re, o√Ļ il craint de rencontrer le fr√®re qu'il a d√©pouill√©. Comme il est agit√© de diverses pens√©es, de souvenirs p√©nibles, d'incertitudes et d'angoisses, une premi√®re vision le rassure, les anges de Dieu viennent au-devant de lui comme pour le saluer, et il nomme ce lieu, en souvenir de cet √©v√©nement, Mahanajim, c'est-√†-dire le camp de Dieu. Mais il apprend l'approche d'√Čsa√ľ, suivi de 400 hommes; m√©fiant et rancunier, il suppose au g√©n√©reux √Čsa√ľ plus de rancune que celui-ci n'est capable d'en conserver; il prend ses pr√©cautions; il partage ses troupeaux en deux bandes qu'il envoie en deux directions diff√©rentes, afin que si l'une p√©r√ģt, l'autre puisse √™tre sauv√©e; puis, pour essayer de les mettre √† l'abri l'une et l'autre, il met √† part pour son fr√®re un pr√©sent consid√©rable de ch√®vres, de brebis, de chameaux, de vaches et d'√Ęnesses, et confie ces cinq troupeaux √† cinq de ses serviteurs qu'il espace de mani√®re qu'√Čsa√ľ ne les rencontre que successivement, et soit peu √† peu dispos√© d'une mani√®re favorable √† lui pardonner. Cette combinaison √©tant achev√©e, Jacob envoie au-del√† du Jabbok tout ce qui l'accompagnait, famille et troupeaux, et il reste seul sur la rive de l'exil, pour faire peut-√™tre le compte de ses voies, et r√©fl√©chir aux diverses dispensations providentielles dont il avait √©t√© l'objet pendant une vie de pr√®s d'un si√®cle (98 ans). Sa vie avait √©t√© une lutte continuelle contre Dieu et les hommes; il avait lutt√© d√®s le sein de sa m√®re pour supplanter son fr√®re, et il avait fini par √™tre le ma√ģtre. Pendant qu'il √©tait l√†, plong√© dans ces pens√©es dont ceux qui ont quelque peu v√©cu sont bien √† m√™me de comprendre la nature et peut-√™tre la tristesse, un homme lutta avec lui toute la nuit, jusqu'au lever du soleil, lutte miraculeuse, myst√©rieuse, unique. On voudrait pouvoir croire √† une lutte toute morale et spirituelle, tant l'id√©e d'un combat corps √† corps d'un homme avec Dieu r√©pugne √† notre intelligence; mais le r√©cit de l'historien sacr√© est si exact, si complet, si pr√©cis, qu'on est oblig√© de reconna√ģtre qu'il y a eu lutte mat√©rielle et physique entre ces deux personnes, quoiqu'il s'y joign√ģt aussi en m√™me temps une lutte morale qui devait aboutir √† un triomphe plus √©lev√©. La hanche d√©mise fut pour Jacob une d√©faite et une humiliation; il avait √©t√© vaincu et devait se le rappeler √† toujours: mais ce troph√©e de d√©faite √©tait en m√™me temps pour lui un troph√©e de victoire, et lui rappelait que ce qu'il avait recherch√© dans la lutte il l'avait obtenu, la b√©n√©diction de son adversaire. Il pleura et il demanda gr√Ęce, dit Os√©e 12:5, et il fut le plus fort en luttant avec Dieu, car cet adversaire √©tait en effet l'√Čternel lui-m√™me. Jacob re√ßut alors le nom d'Isra√ęl qui consacrait son triomphe, et il nomma ce lieu P√©niel, parce que, dit-il, j'ai vu Dieu face √† face. Il aurait voulu conna√ģtre le nom de son adversaire, mais ce sont l√† de ces choses qui n'ont point de nom au terrestre s√©jour. L'homme ne peut nommer que les √™tres qui ont quelque rapport avec lui, qui sont finis en gloire, en dur√©e, en √©tendue. Ce moyen de reconna√ģtre ce qui appartient √† la terre et qui fut donn√© √† l'homme d√®s la cr√©ation ne peut s'appliquer au}; √™tres infinis; le Dieu de Mo√Įse est celui qui est, le Dieu de Manoah est l'admirable, mais il ne se nomme pas. L'idol√Ętrie d'ailleurs aime √† rendre son culte √† ce qui a un nom, et J√©hovah ne voulait pas √™tre assimil√© √† Bahal; le paganisme seul a des noms pour ses milliers de dieux et de saints.

    Au matin Jacob passe le gu√© et rejoint sa famille; mais d√©j√† √Čsa√ľ s'approche, et Jacob, par un surcro√ģt de pr√©cautions, divise les enfants en trois bandes, en t√™te les deux servantes avec leurs enfants, puis L√©a avec les siens, et enfin Rachel avec Joseph. Mais toutes ces mesures strat√©giques devaient √™tre inutiles; la prudence n'est bonne que contre des adversaires, et √Čsa√ľ s'avan√ßait en fr√®re, en ami; tout √©tait oubli√©, except√© l'affection fraternelle, et d√®s qu'il voit Jacob il se jette √† son cou et l'embrasse en fondant en larmes, pendant que Jacob voulait se prosterner devant lui. √Čsa√ľ fait la connaissance de ses belles-sŇďurs et de ses neveux, et n'accepte que sur les instantes pri√®res de Jacob les pr√©sents que celui-ci lui a destin√©s; puis les deux fr√®res se s√©parent apr√®s que Jacob eut promis √† √Čsa√ľ de l'aller voir dans ses montagnes de S√©hir, promesse sur l'ex√©cution de laquelle nous ne voyons rien dans l'√Čcriture, quoiqu'il soit fort possible que Jacob ait fait ce voyage, soit pendant son s√©jour √† Succoth m√™me, soit pendant son s√©jour √† Sichem, soit plus tard encore; peut-√™tre aussi cette promesse n'√©tait-elle qu'une ruse de plus pour se d√©barrasser plus facilement et plus vite de la pr√©sence d'un fr√®re qui le g√™nait et le troublait.

    Apr√®s s'√™tre d'abord √©tabli pendant quelque temps √† Succoth sur la rive orientale du Jourdain, Jacob passe √† Sichem; puis, apr√®s l'enl√®vement de Dina et la vengeance de Sim√©on et de L√©vi, il quitte cette contr√©e et se rend √† B√©thel, ayant enseveli d'abord les idoles h√©viennes dont le culte s'√©tait introduit dans sa famille; il s'√©tablit ensuite successivement √† √Čphrat, √† Migdal-H√©der et enfin √† H√©bron dans les plaines de Mamr√©, o√Ļ il retrouve son p√®re, le vieillard Isaac qui ne tarde pas √† rendre le dernier soupir entre les bras de ses deux fils r√©unis pour l'accompagner au s√©pulcre. Mais les souffrances du triste p√®lerinage de Jacob ne sont pas √† leur terme; les chagrins qu'il a caus√©s √† son p√®re, ses fils doivent les lui rendre avec usure. Le vieillard aime Joseph l'enfant de Rachel, et ses fr√®res jaloux le font dispara√ģtre et remettent √† leur p√®re une robe magnifique, teinte de sang, que Jacob ne peut h√©siter √† reconna√ģtre pour celle qu'il a donn√©e √† Joseph. Jacob d√©chire ses v√™tements, met un sac sur ses reins et repousse toute consolation: Certainement, dit-il, je descendrai en menant deuil au s√©pulcre vers mon fils! C'est ainsi qu'il le pleurait, c'est ainsi que s'√©coul√®rent vingt ann√©es. Benjamin avait succ√©d√© √† Joseph sans le remplacer dans le cŇďur de Jacob, et le dernier enfant de Rachel rappelait √† Jacob tout ensemble et Rachel et Joseph, deux objets qu'il avait tant aim√©s. Les sept ann√©es de famine se firent sentir en Canaan comme en √Čgypte, et Jacob envoya ses dix fils dans ce dernier pays pour y acheter du bl√©, mais il retint aupr√®s de lui Benjamin. Des dix fils qui √©taient partis il n'en revint que neuf: Sim√©on avait √©t√© retenu prisonnier par celui qui dominait en √Čgypte, et ce dur gouverneur qui avait maltrait√© les dix fr√®res les prenant pour des espions, leur avait d√©fendu de repara√ģtre en sa pr√©sence sans amener avec eux le dernier de la famille, Benjamin. Jacob √©coule avec √©tonnement le rapport de ses fils, et l'√©tonnement de tous redouble quand, √† l'ouverture des sacs, ils retrouvent l'argent qu'ils avaient cependant d√©pos√© en mains propres lorsqu'ils avaient achet√© le bl√©. Bient√īt un second voyage devint n√©cessaire, mais Jacob refusait d'y consentir; car, disait-il, vous m'avez priv√© d'enfants: Joseph n'est plus, et Sim√©on n'est plus, et vous prendriez Benjamin! Toutes ces choses sont contre moi! Il ignorait encore que toutes choses contribuent ensemble au bien de ceux qui aiment Dieu, mais il l'apprit bient√īt par une douce exp√©rience. Contraint de laisser partir Benjamin, il s'√©criait avec r√©signation: ¬ęS'il faut que je sois priv√© de ces deux fils, que j'en sois priv√©!¬Ľ et peu de temps apr√®s, non seulement Sim√©on √©tait de retour, non seulement Benjamin lui √©tait rendu, mais il entendit de la bouche de ses fils ces paroles qui √©taient la r√©surrection de sa vieillesse: ¬ęJoseph vit! et m√™me il commande sur tout le pays d'√Čgypte.¬Ľ Jacob alors part avec toute sa famille, Exode 1:1; 1 Samuel 12:8; Actes 7:14, et Dieu, sans la permission de qui il n'e√Ľt pu sortir, l'y autorise par une vision √† B√©er-S√©bah, lui r√©it√©rant les promesses qu'il lui a d√©j√† faites pour sa post√©rit√©, et lui annon√ßant qu'apr√®s s'√™tre beaucoup accrus en √Čgypte, ses descendants en sortiraient pour venir habiter de nouveau Canaan. Bient√īt il arrive √† Goscen, Joseph accourt √† sa rencontre: le p√®re et le fils se jettent dans les bras l'un de l'autre en fondant en larmes, et Jacob attend la mort avec joie; car, dit-il, j'ai vu ton visage, et que tu vis encore. (1706 avant J.-C.) Pr√©sent√© √† Pharaon, Jacob parle comme un sage qui n'est plus de ce monde, il b√©nit le roi qui l'accueillit avec honneur comme le v√©n√©rable p√®re de son premier ministre, et il r√©sume sa vie en ces mots: Les jours de mon p√®lerinage ont √©t√© courts et mauvais. D√®s lors, il v√©cut encore quelques ann√©es en Goscen, heureux et fier de son Joseph qu'il avait retrouv√©; puis il s'√©teignit doucement √† l'√āge de cent quarante-sept ans (1689 avant J.-C.), ayant recommand√© √† Joseph et √† ses fils de ne point laisser reposer ses os sur la terre √©trang√®re, mais de les transporter aupr√®s de ceux de ses p√®res dans la caverne de Macp√©la. Peu de temps avant sa mort, il avait adopt√© comme siens les enfants de Joseph, l√©guant √† celui-ci, comme au plus puissant de la famille et au plus propre √† le conserver, le territoire de Sichem qu'il avait achet√© des Amorrh√©ens (H√©viens), et qu'il peut dire avoir conquis par son arc, en pensant √† la violence dont deux de ses fils ont us√© √† l'√©gard des Sich√©mites. Les b√©n√©dictions proph√©tiques qu'il pronon√ßa sur ses enfants sont pleines de gr√Ęce, de force et de profondeur; s'il est s√©v√®re, c'est qu'il ne parle plus comme p√®re, mais comme proph√®te; il d√©clare ce qui doit arriver. Joseph conduisit lui-m√™me en Canaan le corps de son p√®re, qui fut enseveli avec grande pompe et au milieu d'un concours immense de personnes venues d'√Čgypte pour y assister.

    Le nom de Jacob se retrouve √Čz√©chiel 28:25; 37:23; Os√©e 12:13; Malachie 1:2; Romains 9:13; H√©breux 11:9,21, et ailleurs.

    Ce patriarche qui v√©cut quinze ans avec Abraham, se pr√©sente avec un caract√®re bien diff√©rent de celui de son p√®re et de son a√Įeul; on peut dire qu'il est sans grandeur naturelle, √† la fois ardent et eff√©min√©, faible et passionn√©, rus√©, trompeur, peu scrupuleux sur les moyens; il ne grandit que par de rudes exp√©riences et par l'adversit√©: mais ces √©preuves lui sont utiles, il profite √† une dure √©cole, et m√Ľrit forc√©ment. Les vingt ann√©es qu'il passe √† pleurer Joseph abr√®gent sa vie et sont √† la fois pour lui la derni√®re et la plus douloureuse des √©preuves; toutes ses souffrances se montrent dans cette parole qu'il adresse au roi d'√Čgypte: ¬ęMes jours n'ont pas atteint les jours des ann√©es de la vie de mes p√®res au temps de leurs p√®lerinages.¬Ľ Sa noble vieillesse fait oublier les p√©ch√©s de sa jeunesse et de sa maturit√©, et Jacob est un exemple de plus qui prouve que Dieu choisit librement ceux dont il veut faire des vases √† honneur, et qu'il les fa√ßonne d'entre ceux-l√† m√™me qui sont le moins honorables. Jacob est le symbole de l'esp√©rance (SchrŇďder); il a pass√© sa vie √† attendre plus qu'√† jouir, √† esp√©rer plus qu'√† poss√©der.

    La Fontaine de Jacob dont il est parlé Jean 4:6, et près de laquelle eut lieu l'entretien de Christ avec la Samaritaine, était située près de Sichem sur la route qui conduit à Jérusalem: elle tirait son nom du patriarche qui l'avait, dit-on, fait creuser. Quelques voyageurs disent l'avoir retrouvée à quelque distance de Naplouse, dans un creux de rocher profond de trente-cinq mètres, mais contenant peu d'eau, situé dans un petit vallon qui court du nord au sud et qui est fort riche en sources; d'autres pensent que la fontaine de Jacob est une source située dans la ville même de Sichem et qui porte encore le nom du patriarche.

  2. Jacob, père de Joseph le charpentier, Matthieu 1:16, inconnu.


JACQUES.
Outre le fr√®re de J√©sus, Matthieu 13:55, le Nouveau Testament nous fait conna√ģtre, au sein de l'√Čglise apostolique, trois hommes de ce nom, savoir: Jacques fr√®re de Jean et fils de Z√©b√©d√©e, bient√īt d√©capit√©, Actes 12:2; Jacques, fils d'Alph√©e, sur la vie duquel nous n'avons aucun d√©tail; et Jacques, fr√®re du Seigneur, Galates 1:19, le conducteur de l'√Čglise de J√©rusalem, et le chef de la portion encore juda√Įsante de cette √Čglise. Plusieurs th√©ologiens regardent ces deux derniers comme identiques, d'autres les distinguent (Sardinoux); d'autres regardent le Jacques fr√®re du Seigneur, comme son cousin, et par cons√©quent distinct encore du Jacques de Matthieu 13:53. Sans entrer dans un examen approfondi de cette question, que j'ai fini par trouver insoluble √† force de l'avoir examin√©e, il convient de dire au moins quelles sont les raisons qui paraissent √©tablir plut√īt leur identit√©. Saint Luc, dans son √Čvangile et dans les Actes, distingue toujours Jacques fils d'Alph√©e, de Jacques fils de Z√©b√©d√©e, jusqu'√† la mort de ce dernier; mais depuis lors, Actes 12:2, il ne se sert plus que de la simple d√©nomination de Jacques, verset 17.

Il para√ģt donc que depuis la mort du fils de Z√©b√©d√©e il ne resta plus dans l'√Čglise qu'un seul Jacques assez distingu√©, et il est peu probable que ce seul Jacques ait √©t√© le troisi√®me, le fr√®re du Seigneur, car on ne saurait alors ce que serait devenu Jacques fils d'Alph√©e; on se verrait oblig√© de construire un √©difice d'hypoth√®ses comme De Wette qui fait mourir le fils d'Alph√©e subitement, et sans que les auteurs sacr√©s en disent rien, et qui √©l√®ve rapidement au plus haut degr√© d'estime dans l'√Čglise apostolique, le fr√®re du Seigneur jusqu'alors inconnu. Saint Luc n'est pas le seul non plus qui, depuis la mort du fils de Z√©b√©d√©e, semble ne reconna√ģtre qu'un seul Jacques dans l'√Čglise,

‚ÄĒ Voir: 1 Corinthiens 15:7; Galates 2:9,12; Jude 1.

Le passage Galates 1:19, semble contredire cette mani√®re de voir, et √©tablir l'existence d'un troisi√®me Jacques, diff√©rent du fils d'Alph√©e et de celui de Z√©b√©d√©e, d'un Jacques fr√®re germain de J√©sus. Mais ce seul passage ne saurait suffire, et il s'explique assez facilement sans cela. Paul parle d'un temps o√Ļ le fils de Z√©b√©d√©e √©tait encore en vie; en nommant Jacques il √©tait donc oblig√© de dire duquel il voulait parler, et il donne au fils d'Alph√©e le nom de fr√®re du Seigneur, parce que sa relation avec J√©sus √©tait alors une marque plus caract√©ristique et plus connue, d'autant plus qu'Alph√©e √©tait un homme obscur (c'est pour la m√™me raison que le fils de Z√©b√©d√©e est quelquefois appel√© le fr√®re de Jean). Reste √† savoir pourquoi Jacques est appel√© le fr√®re du Seigneur s'il n'√©tait que son cousin; et ici la difficult√© est r√©elle; car, quoiqu'on puisse dire et m√™me prouver que le mot fr√®re s'employait quelquefois pour d√©signer une parent√© collat√©rale plus √©loign√©e (‚ÄĒ Voir: Xen. Cyrop. 1, 5; ¬ß 4. Tite-Live 35, 10. Cicer. ad Attic. 1, 5. Gen√®se 13:8; 29:15), cependant la chose n'√©tait point pass√©e en loi, ni m√™me en usage, et dans le cas particulier, comme il est constant que J√©sus avait non seulement des cousins, mais des fr√®res de m√®re, cf. Matthieu 13:55, Jacques √©tait peut-√™tre l'un d'entre eux, et il serait possible que celui qui est mentionn√©, Galates 1:19, comme une des colonnes de l'√Čglise, et qui par cons√©quent se retrouve partout comme seul Jacques depuis la mort du fils de Z√©b√©d√©e, f√Ľt le m√™me que Matthieu 13:55; la chose est possible en elle-m√™me, mais elle n'est que cela, et il faudrait prouver qu'elle est s√Ľre, il faudrait lever l'invraisemblance qu'il y a dans l'apparition subite d'un nouveau Jacques, accompagn√©e de la disparition √©galement subite du fils d'Alph√©e. Ajoutons que dans ce passage, Galates 1:19; cf. Actes 9:27, Jacques est appel√© ap√ītre, et que nous ne voyons nulle part qu'un Jacques, fr√®re de J√©sus, ait √©t√© √©lev√© √† cette dignit√©, jusqu'√† √™tre mis au m√™me rang que Pierre. Nous nous en tenons donc √† l'opinion g√©n√©ralement re√ßue qui pense qu'il n'y a eu que deux Jacques, en renvoyant pour un plus ample examen de la question au Comment, de Winer sur Galates 1:19. √† N√©ander, Apost. Kirche, II, 421, aux Beitr√¶ge de Schneckenburger, et √† un article de Steiger dans l'Evangelischse K. Z, de Hengstenberg, 1834, #95 et suivant.

  1. Jacques, fils de Z√©b√©d√©e et de Salom√©, surnomm√© le Majeur, fr√®re de Jean l'√©vang√©liste, raccommodait ses filets sur les bords du lac de G√©n√©sareth, lorsqu'il entendit l'appel de J√©sus, auquel il ob√©it sans h√©sitation, Matthieu 4:21; 10:2; Marc 1:19; 3:17; Luc 5:9; 6:14. Il fut toujours un des trois plus intimes confidents du Seigneur, malgr√© l'orgueil et l'intol√©rance qui signal√®rent par deux fois ses premiers pas dans la carri√®re √©vang√©lique, Matthieu 20:20; Luc 9:54. On le trouve aupr√®s de son ma√ģtre √† la gu√©rison de la belle-m√®re de Pierre, dans la maison de Ja√Įrus, sur le mont Thabor, sur la colline o√Ļ J√©sus annonce la ruine de J√©rusalem et les signes des derniers temps, en Geths√©man√©, lors de la r√©int√©gration de saint Pierre, et enfin √† J√©rusalem apr√®s l'ascension, Marc 1:29; 5:37; 9:2; 10:35; 13:3; 14:33; Jean 21:2; Actes 1:13. D√©capit√© par l'ordre d'H√©rode Agrippa (44 ans avant J.-C.), il mourut √† J√©rusalem, apr√®s avoir port√© la pr√©dication de l'√Čvangile, si l'on en croit une tradition peu probable, en Espagne et jusqu'en Angleterre.

    ‚ÄĒ J√©sus l'avait surnomm√© Boanerg√®s, q.v.

  2. Jacques le Mineur, fils d'Alph√©e et de Marie sŇďur de la m√®re de J√©sus, succ√©da au pr√©c√©dent comme conducteur de l'√Čglise de J√©rusalem, Matthieu 10:3; 13:55; 27:56. Les √©vang√©listes ne donnent sur sa personne et sur son caract√®re aucun d√©tail particulier. Ses rapports de parent√© avec J√©sus, ses convictions religieuses qui conserv√®rent autant que possible les formes du juda√Įsme, qui √©tablirent le christianisme sur des bases qui n'√©taient point hostiles ou directement oppos√©es au pr√©c√©dent ordre de choses, enfin son caract√®re personnel et ses principes asc√©tiques, tout contribua √† le rendre propre au rang √©lev√© qu'il occupait dans J√©rusalem et dans l'√Čglise. Le chapitre 15 des Actes est celui qui nous fait le mieux conna√ģtre et comprendre son influence et son autorit√©; cf. aussi 21:18, et la mani√®re honorable dont en parle saint Paul, Galates 1:19; 2:9,12. Il parait avoir √©t√© un homme non seulement ferme dans ta foi, mais aussi irr√©pr√©hensible dans sa conduite √† l'√©gard des Juifs incr√©dules. Selon H√©g√©sippe, sa vie √©tait celle d'un vrai Nazar√©en; il jouissait du privil√®ge d'entrer √† toute heure dans le temple, et il y passa beaucoup de temps en pri√®res ferventes; on l'avait surnomm√© le Juste, et le rempart de son peuple. Il v√©cut jusqu'√† la ruine de la nation et de l'√Čglise juive. Peu d'ann√©es avant que la guerre fatale √©clat√Ęt, le souverain sacrificateur Ananus, sadduc√©en, profita de l'intervalle qui s'√©coula entre la mort du gouverneur Festus et l'arriv√©e de son successeur Albinus, pour faire lapider l'ap√ītre. La majorit√© du peuple protesta contre cet acte de violence; Albinus √©tant arriv√© √©crivit √† Ananus une lettre de reproches et de menaces, et Agrippa le destitua de son pontificat. D'apr√®s H√©g√©sippe, les pharisiens auraient aussi pris part √† la mort du juste; il raconte qu'on le pr√©cipita du haut du temple, que Jacques n'ayant pas √©t√© tu√© par la chute, on se mit √† le lapider, et que pendant qu'il priait pour ses pers√©cuteurs, un tanneur lui ass√©na sur la t√™te un coup qui mit fin √† ses jours et √† ses souffrances. C'√©tait vers l'an 64. Eus√®be raconte sa mort d'une mani√®re un peu diff√©rente.

    ‚ÄĒ Beaucoup de Juifs, apr√®s le si√®ge et la destruction de J√©rusalem, attribu√®rent cette catastrophe √† la mal√©diction divine que le peuple avait attir√©e sur lui par le supplice de cet homme si saint et si respect√©.

    C'est probablement √† ce Jacques, fils d'Alph√©e, que se rapporte le passage 1 Corinthiens 15:7; o√Ļ il est fait allusion √† un fait que les √©vang√©listes ne nous ont pas conserv√©.

  3. Jacques, un des fr√®res de J√©sus, Matthieu 13:55, compl√®tement inconnu; il s'est joint √† l'√Čglise apr√®s l'Ascension.

    √Čp√ģtre de saint Jacques. Elle fut probablement √©crite de J√©rusalem, par Jacques fils d'Alph√©e, vers l'ann√©e 61; elle est adress√©e √† des jud√©o-chr√©tiens qui pouvaient √™tre tent√©s de se laisser tomber dans le rel√Ęchement et dans le m√©pris des Ňďuvres et de la loi: on n'y trouve pas un plan proprement dit, mais une suite d'exhortations telles que les circonstances les demandaient, et telles que l'Esprit les lui inspirait. Le chapitre 1er est dirig√© contre la faiblesse de foi, l'irr√©solution en doctrine, la pusillanimit√©; depuis le verset 19 l'ap√ītre rel√®ve la n√©cessit√© d'une vie chr√©tienne.

    ‚ÄĒ Chapitre 2. Apr√®s s'√™tre √©lev√© contre les privil√®ges que le cŇďur humain est trop facilement port√© a accorder aux riches, Jacques reprend ce qu'il a d√©j√† dit sur la n√©cessit√© de montrer sa foi par ses Ňďuvres.

    ‚ÄĒ Chapitre 3. Exhortations relatives √† la temp√©rance de la langue.

    ‚ÄĒ Chapitre 4. Contre la frivolit√©, la l√©g√®ret√©, l'esprit mondain, etc.

    ‚ÄĒ Chapitre 5. Condamnation des richesses iniques, avertissements aux riches; diverses autres exhortations.

    Les sujets que traite cette √©p√ģtre sont importants √† m√©diter, particuli√®rement en certaines √©poques. On peut dire, je crois, que saint Jacques ne suscitera jamais un r√©veil religieux, mais c'est surtout dans un temps de r√©veil religieux qu'il pourra exercer une grande et salutaire influence, parce que la foi √©tant le grand et vrai levier de tout r√©veil, comme elle est aussi le seul moyen de salut, on risque, √† force de relever l'importance de la croyance, de la doctrine, d'oublier que la croyance seule n'est pas la foi, et que pour m√©riter ce nom elle doit √™tre accompagn√©e de ce qui en constitue la r√©alit√©, c'est-√†-dire des bonnes Ňďuvres. Saint Jacques ne diff√®re point de saint Paul sur ce point, ni saint Paul de saint Jacques; l'un veut la foi et les Ňďuvres, l'autre veut les Ňďuvres et la foi, et chacun insiste sur celui des points de vue qui lui para√ģt le plus n√©glig√© dans les circonstances o√Ļ il √©crit, et le plus important √† mettre en saillie. On peut voir sur ce sujet la dissertation du Dr N√©ander, dans ses Kleine Gelegenheitsschriften; elle a √©t√© traduite en fran√ßais dans le Narrateur religieux, 1837.

    Quant √† l'authenticit√© de l'√©p√ģtre, elle a √©t√© attaqu√©e par des hommes de couleurs bien diff√©rentes; cependant De Wette lui-m√™me, qui avait d'abord √©mis quelques doutes, les a compl√®tement r√©tract√©s dans la deuxi√®me √©dition de son Einleitung etc., p. 316 et suivant. Cl√©ment de Rome et Hermas, l'auteur du Berger, connaissaient d√©j√† cette √©p√ģtre, et Ir√©n√©e a fait une allusion √† 2:23, en se servant d'expressions emprunt√©es presque litt√©ralement √† cette √©p√ģtre; Orig√®ne, Denys d'Alexandrie et Eus√®be la mentionnent √©galement et l'attribuent √† saint Jacques; enfin une circonstance tr√®s favorable √† l'authenticit√© de cette √©p√ģtre, c'est qu'elle se trouve d√©j√† dans la Peschito, ce qui prouve que l'√Čglise syrienne au deuxi√®me si√®cle la connaissait et l'avait accept√©e. Pour plus de d√©tails,

    ‚ÄĒ Voir: Guerike, Beitr√¶ge zur Einleitung, ¬ß 3; etc., Comment, de Stier.


JADDUAH,
N√©h√©mie 12:11,22, souverain sacrificateur, le dernier qui soit nomm√© dans l'Ancien Testament. Il vivait √† l'√©poque de Darius de Perse et d'Alexandre le Grand, 336 avant J.-C. C'est probablement le m√™me que ce Jaddus dont Flavius Jos√®phe raconte la courageuse r√©sistance √† Alexandre. Occup√© au si√®ge de Tyr, l'empereur de Mac√©doine envoya demander du secours et des vivres √† Jadduah en exigeant de lui qu'il le reconn√Ľt pour ma√ģtre au lieu de Darius; mais Jadduah, fid√®le √† celui qu'il reconnaissait pour son souverain, refusa. Alexandre, irrit√©, dissimula jusqu'apr√®s la r√©duction de Tyr, puis il marcha contre J√©rusalem. Jadduah, rassur√© par une vision divine, ouvre les portes de la ville et va au-devant d'Alexandre, rev√™tu des ornements pontificaux, accompagn√© des pr√™tres et suivi du peuple en v√™tements blancs. √Ä cette vue, Alexandre, qui venait pour se venger, se prosterne devant Jadduah pour l'adorer, et comme Parm√©nion s'en √©tonne, il lui r√©pond que dans le temps o√Ļ il d√©lib√©rait s'il passerait en Asie, Dieu lui √©tait apparu sous la forme de ce grand pr√™tre et l'avait encourag√© √† ne rien craindre et √† ex√©cuter hardiment son dessein. Puis il entre dans la ville, offre des sacrifices, accorde aux Juifs la libert√© de conscience et des privil√®ges relatifs √† l'imp√īt.

‚ÄĒ Jaddus eut pour successeur Onias 1er, son fils. Un de ses fr√®res, Manass√©, gendre du Samaritain Samballat, se retira aupr√®s de son beau-p√®re et obtint d'Alexandre la permission de b√Ętir sur Gu√©rizim un temple dont il fut le premier grand pr√™tre.


JAHATS,
Nombres 21:23; Deut√©ronome 2:32; √Čsa√Įe 15:4, ou Jathsa, J√©r√©mie 48:21, ville situ√©e au-del√† du Jourdain, non loin de l'Arnon; elle fut donn√©e d'abord √† la tribu de Ruben, Josu√© 13:18, et devint ensuite ville l√©vitique, 1 Chroniques 6:78. Elle para√ģt avoir appartenu plus tard aux Moabites.


JAHAZIEL,
lévite d'entre les enfants d'Asaph, n'est connu que par un seul oracle, 2 Chroniques 20:14; il annonce à Josaphat et au royaume de Juda une prompte et complète victoire sur les Moabites et les Hammonites, prophétie qui ne tarda pas à s'accomplir en effet (897 avant J.-C.).


JAHBETS.
  1. Un des descendants de Juda par Pharez; il vivait apparemment du temps des juges, 1 Chroniques 4:9. Il n'est connu que par une pri√®re qu'il adressa √† Dieu; mais elle est sublime par l'abondance de foi dont elle est l'expression: ¬ęO, si tu me b√©nissais abondamment, et que tu √©tendisses mes limites, et que ta main fut avec moi, et que tu me garantisses tellement du mal que je fusse sans douleur!¬Ľ Il demandait beaucoup, et Dieu lui accorda ce qu'il avait demand√©. Il fut distingu√© entre ses fr√®res. Quelques-uns ont cru que c'√©tait le m√™me que Hothniel, le premier des juges, opinion qui ne peut √™tre ni soutenue ni r√©fut√©e. Il s'√©tablit probablement dans la contr√©e de ce nom.

  2. Jahbets, 1 Chroniques 2:55, ville de la Palestine, située, à ce que l'on croit, dans la tribu de Juda.


JAHEL,
Juges 4:17 (1285 avant J.-C.), femme d'H√©ber, assassina par surprise le g√©n√©ral Sis√©ra, qui lui avait demand√© un asile, fuyant Barac; elle lui donna du lait, lui promit l'hospitalit√©, le cacha sous une couverture, et profita de son sommeil pour lui enfoncer dans la tempe un des clous qui servaient √† retenir en terre les toiles de la tente; action que nous serions dispos√©s √† juger tout autrement que ne fait D√©bora, Juges 5:6,24, et qui dans la vie ordinaire ne serait qu une inf√Ęme et l√Ęche trahison.


JAHZER,
ville de Galaad, 2 Samuel 24:5; Nombres 32:1; 1 Chroniques 26:31. Apr√®s avoir appartenu d'abord aux Moabites, elle fut donn√©e √† la tribu de Gad, puis aux L√©vites, Josu√© 21:39. Elle redevint plus tard ville moabite, √Čsa√Įe 16:8; J√©r√©mie 48:32, et hammonite depuis l'exil, 1 Maccab√©es 5:8. D'apr√®s Eus√®be, elle √©tait situ√©e √† 8 ou 10 milles ouest-nord-ouest de Philadelphie (Rabbath-Hammon), et Seetzen a trouv√© dans cette direction les ruines de deux villes, Sz√©r et Sz√Ęr, sur un petit fleuve.

Qu'est-ce que la mer ou le lac de Jahzer dont il est parl√© J√©r√©mie 48:32? Les g√©ographes, comme d'Anville, placent dans leurs cartes, pr√®s de Jahzer, un lac d'o√Ļ sort une petite rivi√®re qui va se d√©charger dans le Jourdain, mais ils le font peut-√™tre uniquement √† cause du passage cit√©; or ce passage est emprunt√© presque litt√©ralement √† √Čsa√Įe 16:8, sauf la mention du lac, et quelques interpr√®tes supposent qu'il y a dans J√©r√©mie une faute de copiste (ad iam au lieu de adei), conjecture que Dahler trouve ing√©nieuse, mais qui a le malheur de n'√™tre appuy√©e par aucune esp√®ce d'autorit√©. Il n'y a rien d'ailleurs qui emp√™che qu'un lac, maintenant disparu, ait exist√© dans cette contr√©e, et Seetzen dit: ¬ęJ'arrivai pr√®s des sources de Nahar-Szir, que je prends pour Jahzer. Personne ne savait rien de l'existence d'un lac dans le voisinage, mais j'y trouvai quelques √©tangs.¬Ľ Ces √©tangs peuvent fort bien √™tre les restes d'un lac lentement dess√©ch√©, et cette supposition, tout √† fait naturelle, est beaucoup plus admissible que l'alt√©ration du texte sacr√©, si r√©v√©r√© des Juifs. C'est aussi l'opinion de Winer.


JA√ŹR.
  1. Fils de S√©gub; il descendait de Juda par son p√®re, et par sa m√®re de Manass√©, dont il √©tait l'arri√®re-petit-fils par Makir et sa fille, 1 Chroniques 2:21; cf. Nombres 32:41; Deut√©ronome 3:14; Josu√© 13:30. Il s'empara de toute la contr√©e d'Argob √† l'est du Jourdain, et donna son nom aux vingt-trois bourgs nomades dont il lit la conqu√™te et qu'il laissa subsister; selon d'autres passages, le nombre des villes conquises s'√©levait √† soixante, et l'on ne concilie pas facilement ces deux donn√©es, quoiqu'on puisse supposer que le chiffre moindre n'ait √©gard qu'aux endroits plus consid√©rables, et que le plus √©lev√© comprenne les petits villages aussi bien que les villes plus √©tendues. C'est dans la derni√®re ann√©e de Mo√Įse qu'on doit sans doute placer cette exp√©dition, 1451 avant J.-C.

  2. Ja√Įr, Juges 10:3, Galaadite, de la tribu de Manass√©, le huiti√®me des juges d'Isra√ęl, descendait probablement du pr√©c√©dent. Il jugea le pays pendant vingt-deux ans, et s'enrichit pendant son administration: il eut trente fils, qui avaient trente villes, toutes nomm√©es du nom de leur p√®re, villes de Ja√Įr, peut-√™tre, en grande partie du moins, celles qu'avait conquises leur a√Įeul, et auxquelles de nouvelles possessions auraient √©t√© ajout√©es. Cette m√™me contr√©e conservait encore le nom de Ja√Įr sous Salomon, 1 Rois 4:13.

  3. Père de Mardochée, Esther 2:5.

  4. Les villes ou bourgs de Ja√Įr.

    ‚ÄĒ Voir: plus haut.


JA√ŹRUS,
chef ou pr√©sident d'une synagogue de Caperna√ľm; il n'est connu que par l'histoire de la r√©surrection de sa fille, Matthieu 9:18; Marc 5:22; Luc 8:41. La foi du p√®re fut le salut de sa fille, et trouva dans cette r√©surrection un redoublement de force et d'assurance: il croyait, comme le centenier, et il fut aid√© dans son incr√©dulit√©.


JAK√Č,
Proverbes 30:1, père d'Agur; inconnu.


JAKIM,
Matthieu 1:11, probablement un autre nom ou un nom abr√©g√© de J√©hojakim; mais il doit √™tre ray√© de la liste g√©n√©alogique de Joseph, parce qu'il ne se trouve pas dans le plus grand nombre des meilleurs manuscrits; en le conservant, on trouverait d'ailleurs quinze g√©n√©rations au lieu de quatorze dans la troisi√®me classe. La comparaison de 1 Chroniques 3:15-16, justifierait sans doute l'authenticit√© du texte re√ßu, si l'omission de cha√ģnons interm√©diaires n'√©tait pas facile et m√™me ordinaire dans les g√©n√©alogies orientales,

‚ÄĒ Voir: J√©sus.


JAKIN et Boas,
‚ÄĒ Voir: Boaz.


JAMBR√ąS et Jann√®s,
2 Timoth√©e 3:8, deux des faux magiciens qui r√©sist√®rent √† Mo√Įse et √† Aaron, Exode 7:11, en imitant leurs miracles. Leurs noms ne sont pas rapport√©s dans l'Ancien Testament, mais il est probable que saint Paul les a puis√©s dans la tradition orale: selon quelques rabbins, ces enchanteurs auraient √©t√© les fils du faux proph√®te Balaam. D'apr√®s Orig√®ne, il existait fort anciennement d√©j√† un livre apocryphe intitul√© Jamn√®s et Mambr√®s, auquel on supposait que l'ap√ītre avait emprunt√© le nom de ces imposteurs, ce qui aurait donn√© √† quelques-uns l'occasion d'attaquer mal √† propos l'authenticit√© de cette seconde √©p√ģtre √† Timoth√©e. Ces m√™mes noms se trouvent dans les apocryphes, chez les rabbins, dans quelques ouvrages mahom√©tans (Abulfaradsch), et m√™me chez les auteurs pa√Įens, notamment chez le pythagoricien Num√©nius, et chez Pline, qui, √©num√©rant les diff√©rentes sectes ou partis de magiciens, semble mettre Mo√Įse et Jamn√®s sur le m√™me rang.

‚ÄĒ C'est Th√©odoret qui suppose que Paul a puis√© dans la tradition non √©crite, et cela n'aurait rien d'√©tonnant, d'autres faits ayant √©t√© √©galement emprunt√©s √† la tradition,

‚ÄĒ Voir: Actes 7:22.

On poss√®de encore une histoire qui doit avoir √©t√© racont√©e par saint Macaire, fort ancien moine de l'√Čgypte; il affirme en particulier avoir vu leurs tombeaux.


JANNA,
Luc 3:24, fils de Joseph; inconnu.


JANN√ąS,
‚ÄĒ Voir: Jambr√®s.


JANOAH.
ville situ√©e sur les fronti√®res des tribus d'√Čphra√Įm et de Manass√©, Josu√© 16:6; ses habitants furent transport√©s en Assyrie par Tiglath-Pil√©ser, 2 Rois 15:29. Eus√®be nomme un bourg Jan√ī situ√© √† 12 milles est de Sichem, et que l'on croit √™tre le m√™me que Janoah.


JAPHET,
l'a√ģn√© des trois fils de No√© comme il para√ģt d'apr√®s Gen√®se 10:21. La b√©n√©diction que son p√®re pronon√ßa sur lui est tir√©e de la signification m√™me de son nom, 9:27. Martin a traduit ¬ęQue Dieu attire en douceur Japhet¬Ľ, mais le mot h√©breu emporte √† la fois l'id√©e de l'extension et de la libert√©, et le sens de cette b√©n√©diction serait plut√īt ¬ęQue Dieu permette √† Japhet de s'√©tendre librement¬Ľ, par opposition √† Cam qui sera restreint dans ses limites et dans sa libert√©; par opposition aussi √† Sem dont le sceptre sera plus spirituel, dans la famille duquel sera choisie la race th√©ocratique, et dont l'empire dans ce monde sera moins √©tendu comme pouvoir temporel. Voici le tableau de sa descendance, tel qu'il se trouve indiqu√© Gen√®se 10:1-5.

JAPHET

  1. Gomer (Askénas, Riphath, Thogarma).

  2. Magog.

  3. Mada√Į.

  4. Javan (√Člisa, Tarsis, Kittim, Dodanim).

  5. Tubal.

  6. Mésech.

  7. Tiras.

Pour les détails,

‚ÄĒ Voir:, les articles sp√©ciaux.

II y aura bien ci et l√† des choses peu sures et reposant en grande partie sur des conjectures plus ou moins vraisemblables; mais ce qui est √©vident, c'est que la race de Japhet est celle que les naturalistes appellent race du Caucase: la plupart de ces peuples ont en effet franchi le Caucase pour peupler le Nord, et leur famille a fini par occuper tout le nord de l'Asie, l'Europe, et probablement encore l'Am√©rique et la Polyn√©sie. Quant √† cette partie de la proph√©tie ¬ęque Japhet loge dans les tentes de Sera¬Ľ, elle n'annonce √† Japhet ni des conqu√™tes, ni l'esclavage, mais simplement la participation aux bienfaits de la r√©v√©lation divine dont Dieu avait fait la descendance de Sem d√©positaire. On y doit peut-√™tre aussi joindre l'id√©e de la sup√©riorit√© intellectuelle g√©n√©ralement reconnue de la race caucasienne sur les autres, et de l'usage que les descendants de Japhet sauront faire des inventions et des id√©es de leurs fr√®res s√©mites.

Le nom de Japhet s'est conservé dans le titan des Grecs Japet, et les traditions indiennes donnent à leur Noé (Manu Satja, c'est-à-dire le juste), trois fils, Scharmæ (Sem), Charma et Jyapeti; la malédiction de Cam y est aussi rapportée et pour des motifs semblables à ceux dont parle la Genèse.


JAPHIA,
ville de Zabulon, Josu√© 19:12, peut-√™tre la m√™me que Sycamine sur la M√©diterran√©e, non loin du Carmel, entre Ptol√©ma√Įs et C√©sar√©e, √† 20 milles de cette derni√®re; peut-√™tre aussi la m√™me que celle que Pline appelle Jebba (5, 17), et qu'il distingue de Sycamine, mais dont il ne reste plus aucune trace.


JARDINS,
‚ÄĒ Voir: Geths√©man√©, Paradis, etc.

Les passages √Čsa√Įe 1:29; 65:3; 66:17, qui parlent de sacrifices et de purifications faites au milieu des jardins, sont une allusion √† l'usage idol√Ętre des Perses, qui accomplissaient leurs lustrations et autres c√©r√©monies sacr√©es dans les jardins et hors des villes; nous ne pouvons plus d√©chiffrer maintenant le d√©tail de ces myst√®res nocturnes, auxquels √©taient cens√©s pr√©sider Adonis et V√©nus; les Juifs, idol√Ętres par la chair comme par le cŇďur, avaient accept√© en grand nombre ce culte impur, et le proph√®te leur annonce, avec les ch√Ętiments du ciel le terme de leurs c√©r√©monies √©trang√®res,

‚ÄĒ Voir: Gad.


JAREB,
Osée 5:13; 10:6, surnom ou épithète donnée probablement à Tiglath-Piléser, et qui signifie adversaire, vengeur ou médiateur; selon d'autres, le roi Jareb signifierait un roi grand et puissant, titre que prenaient assez volontiers les rois d'Assyrie, cf. 2 Rois 18:19.


JARED, ou Jéred,
fils de Mahalal√©el, v√©cut neuf cent soixante-deux ans (de 3544 √† 2582 avant J.-C.). Il devint p√®re, √† l'√Ęge de cent soixante-deux ans, d'H√©noc, √† qui il surv√©cut quatre cent trente-cinq ans; il est, apr√®s son petit-Bis M√©thus√©lah, celui des patriarches qui a atteint le plus long √Ęge, Gen√®se 5:16; 1 Chroniques 1:2; Luc 3:37.


JARHAH,
serviteur √©gyptien de S√©san, probablement affranchi et pros√©lyte, √©pousa une des filles de son ma√ģtre, 1 Chroniques 2:34, seul fait de ce genre qui soit rapport√© dans l'√Čcriture; il se place √† l'√©poque du s√©jour en √Čgypte.


JARMUTH,
  1. ville des plaines de Juda, Josu√© 15:35; N√©h√©mie 11:29, ancienne r√©sidence d'un roi canan√©en, Josu√© 10:3; 12:11; 15:35. Saint J√©r√īme la place √† 4 milles d'√Čleuth√©ropolis, ailleurs √† 10 milles de la m√™me ville, ce qui est probablement une erreur.

  2. Ville lévitique de la tribu d'Issacar, Josué 21:29, la même qui est appelée Remeth dans le passage parallèle, 19:21.


JASAR,
2 Samuel 1:18, auteur inconnu d'un recueil historique et poétique, si l'on admet la version de nos Bibles. Mais il vaut mieux traduire ce nom qui signifie le juste, le droit, et y voir le titre du même livre du Droiturier déjà nommé Josué 10:13, ainsi que probablement Nombres 21:14, dans une note du texte hébreu. On a cru, il y a quelques années, avoir retrouvé, dans une bibliothèque de l'Orient, ce livre si longtemps perdu.


JASOBHAM ou Joseb-Basébeth, ou Hadino,
1 Chroniques 11:11, appel√© Joseb-Bas√©beth dans le passage parall√®le 2 Samuel 23:8, o√Ļ il porte aussi le nom ou surnom de Hadino, √† moins qu'en admettant une corruption du texte, on ne doive, avec Gesenius, traduire ce mot et le suivant, et rendre ainsi la fin du verset: ¬ęc'est lui qui, brandissant sa lance, eut le dessus sur 800 hommes, etc.¬Ľ, traduction qui est autoris√©e par la comparaison de 1 Chroniques 11:11. Le nom de Joseb-Bas√©beth signifie celui qui habite dans la paix. Jasobham, fils de Hacmoni, √©tait le chef des trois principaux guerriers de David, et par cons√©quent le premier de ses hommes d'√©lite apr√®s Joab, qui √©tait √©tabli sur tous, 2 Samuel 23:8-9. Il n'est connu que par l'exploit mentionn√© dans ce passage, et comme l'un des trois chefs qui expos√®rent leur vie pour procurer un peu d'eau √† leur roi.

‚ÄĒ Voir: Abisa√Į.


JASON,
parent de saint Paul, Romains 16:21, et son h√īte √† Thessalonique, Actes 17:5. Il dut compara√ģtre devant les gouverneurs de la ville, en l'absence de Paul, que les Juifs, ses ennemis, n'avaient pu retrouver. Accus√©s de s√©dition et de complots politiques, Jason et ses amis ne purent √™tre convaincus, et furent rel√Ęch√©s sous caution. On pense que Jason accompagna l'ap√ītre √† Corinthe. Les Grecs le font √©v√™que de Tarse en Cilicie.


JASPE,
Exode 28:18; 39:11; √Čz√©chiel 28:13; Apocalypse 21:19. Pierre pr√©cieuse qui, dans presque toute les langues connues, porte le m√™me nom d√©riv√© de l'h√©breu yashp√®h, de sorte que l'identit√© n'est pas difficile √† √©tablir. C'est plut√īt un marbre qu'une pierre pr√©cieuse proprement dite; il n'est pas transparent et approche de la nature de l'agate. Le plus beau jaspe est vert, avec des veines blanches et des taches jaunes ou rouges; on estime aussi le jaspe incarnat, le pourpre et le rose. Les anciens faisaient grand cas d'ornements et de bijoux de jaspe, et Pline dit que si cette pierre est surpass√©e en beaut√© par plusieurs, elle conserve toujours le prestige que lui donne sa priorit√© et l'usage qu'on en a fait de tout temps.


JATBA
(et non Jotba, comme le portent nos versions), lieu de naissance de Messull√©met, m√®re du roi Amon, 2 Rois 21:19, antique ville de la Jud√©e, dit saint J√©r√īme.


JATHSA,
‚ÄĒ Voir: Jahats.


JATTIR,
ville l√©vitique des montagnes de Juda, Josu√© 15:48; 21:14; cf. 1 Samuel 30:27; 1 Chroniques 6:57. Eus√®be la nomme J√©the√Įra, et la place √† 20 milles d'√Čleuth√©ropolis, non loin de Malatha, dans le district de Daromas, qui √©tait tout entier peupl√© de chr√©tiens.


JAVAN,
quatri√®me fils de Japhet, et p√®re d'√Člisa, Tarsis, Kittim et Dodanim, Gen√®se 10:2,4. Son nom se retrouve encore √Čz√©chiel 27:19; Zacharie 9:13, et ailleurs. On est d'accord √† penser qu'il d√©signe la Gr√®ce, l'Ionie, q.v.; son nom h√©breu n'est m√™me pas autre chose que Jon, et dans l'Iliade, 13, 685, les Ioniens sont appel√©s Jaoniens. Plus tard, les Grecs prirent le nom d'Hell√®nes, et celui d'Ioniens fut r√©serv√© √† quelques-uns d'entre eux seulement, qui pass√®rent dans l'Asie Mineure, dont ils peupl√®rent une partie des c√ītes.


JEAN.
L'√Čcriture mentionne quatre personnages de ce nom, le Baptiste, le fils de Z√©b√©d√©e, un juge de la race sacerdotale, et le disciple plus ordinairement appel√© Marc. Ce nom, en h√©breu Jochannan, signifie accord√© par la gr√Ęce de Dieu, et correspond ainsi, pour le sens, aux noms de Samuel, Nathana√ęl, Nathanja, Matthieu, Th√©odore, Diodati, Doroth√©e, Ad√©odat, etc.

  1. Jean-Baptiste, fils de Zacharie et d'√Člisabeth, L√©vite et de la race sacerdotale, Luc 1:13, fut le dernier proph√®te de l'ancienne √©conomie, √Člie ressuscit√©, le pr√©curseur imm√©diat du Messie. Sa naissance fut miraculeuse comme celles d'Isaac, de Samson, de Samuel, et l'ange qui l'annon√ßa dans le temple lui imposa aussi le nom qu'il devait porter. Il naquit six mois avant J√©sus, dans les montagnes de Juda, peut-√™tre √† H√©bron ou √† Jutta (Josu√© 21:16), et resta dans ces solitudes jusqu'au commencement de sa vie publique, environ l'an 15 de Tib√®re. Il apparut au monde avec toute l'aust√©rit√© d√©vie des anciens proph√®tes, Nazar√©en dans la sobri√©t√© de sa nourriture et la simplicit√© de ses v√™tements. Il demeurait non loin de la mer Morte, et c'est l√† qu'il exhorta le peuple √† la repentance et √† un complet changement de vie, l'engageant √† fuir la col√®re √† venir, et lui administrant le signe symbolique du bapt√™me pour marquer que toutes choses devaient √™tre faites nouvelles. Le peuple accourait √† lui de toutes parts; riches et pauvres, pharisiens et sadduc√©ens, tous s'empressaient aupr√®s du proph√®te qui venait, apr√®s plusieurs si√®cles de silence, faire entendre de nouveau les avertissements et les oracles de l'√Čternel; tous esp√©raient trouver dans les eaux du Jourdain l'expiation de leurs p√©ch√©s. Ils paraissaient voir dans le bapt√™me de Jean une magique vertu d'ablution qui devait les dispenser de la puret√© int√©rieure, et cette superstition, si r√©pandue encore chez quelques sectes chr√©tiennes, leur faisait esp√©rer l'impunit√© dans le mal. Mais Jean ne leur cacha point la v√©rit√©; il les repoussa s√©v√®rement, leur montrant dans la purification du cŇďur le vrai rem√®de, le seul moyen d'√©chapper aux justes jugements de Dieu. Surpris de tant d'autorit√©, admirant la saintet√© du proph√®te, le peuple se demandait si cet homme n'√©tait peut-√™tre pas le Messie; mais Jean ne les laissa pas dans cette fatale erreur: il baptisait d'eau, le Messie devait baptiser du Saint-Esprit; il pr√™chait la repentance, le Messie devait pr√™cher le salut et le pardon; entre l'un et l'autre il y avait toute la diff√©rence qu'il y a entre l'Ancien et le Nouveau Testament, et Jean n'h√©sita pas √† le leur dire: Je suis la voix qui crie au d√©sert: aplanissez le chemin du Seigneur; mais il en vient un apr√®s moi, plus puissant, dont je suis indigne de d√©lier la courroie des souliers.

    ‚ÄĒ Parmi ceux qui venaient pour se faire baptiser, Jean vit un jour un de ses parents, J√©sus de Nazareth: on ne peut douter qu'il ne le conn√Ľt, il le regardait m√™me comme un proph√®te plus grand que lui, plus saint que lui. Peut-√™tre tous les myst√®res de la naissance et de la vie de J√©sus lui √©taient-ils encore inconnus, et Jean ignorait-il officiellement que son cousin f√Ľt le Messie promis; mais il pouvait le soup√ßonner, puisque d√©j√† il s'humiliait devant lui. Il refusa d'abord de le baptiser, et ne c√©da que lorsque J√©sus lui eut fait sentir qu'il √©tait venu pour accomplir toute justice. D√®s lors, Jean-Baptiste se borna √† rendre t√©moignage au Messie, qu'il avait fini par reconna√ģtre; il le montra √† la foule, il le montra aux disciples Andr√© et Jean, et comme le peuple cessa d'accourir aupr√®s de lui pour se faire baptiser, et qu'il s'attacha √† J√©sus, les disciples de Jean, peines de cet abandon, le firent remarquer √† leur ma√ģtre; mais il leur r√©pondit simplement en parlant du Seigneur: Il faut qu'il croisse et que je diminue.

    H√©rode Antipas ayant ou√Į parler de Jean-Baptiste, l'attira aupr√®s de lui, plein de respect pour une saintet√© qu'il ne se sentait capable ni d'imiter ni de contraindre; il lui demanda ses conseils et l'√©coutait volontiers, faisant m√™me le, bien que Jean lui disait de faire (Marc 6:20), toutefois sans pr√©judice √† ses honteuses passions, et lorsque Jean eut condamn√© le mariage adult√®re qui l'unissait √† sa belle-sŇďur, il fut mis en prison, et bient√īt apr√®s d√©capit√©, sur la demande de cette femme impure et cruelle.

    C'est dans la forteresse de Mach√¶rus ou Mach√©ronte que se passa, au dire de Flavius Jos√®phe, ce drame inique et sanglant. Cette tour, b√Ętie avec magnificence par H√©rode, √©tait situ√©e √† une grande hauteur sur le penchant de la montagne de N√©bo, dont les parois de rochers descendent dans la mer Morte. Des ravins escarp√©s l'entourent au nord et au midi.

    Il n'est pas douteux que Jean-Baptiste n'ait exerc√© une grande influence et joui d'une grande consid√©ration √† l'√©poque o√Ļ il v√©cut. Ses pr√©tentions eussent suffi pour diriger sur lui bien des regards; sa saintet√© et l'aust√©rit√© de ses mŇďurs appuyaient d'une mani√®re puissante les titres qu'il revendiquait, et l'on voit combien le nombre de ses adh√©rents √©tait consid√©rable et combien ces disciples √©taient jaloux pour sa doctrine et pour sa gloire, Matthieu 3:5; 9:14; Jean 10:41. Le grand sanh√©drin lui-m√™me s'√©tait √©mu et avait d√©put√© aupr√®s du pr√©curseur quelques-uns de ses membres, pharisiens et sacrificateurs, pour l'interroger sur sa mission, Jean 1:19,24. Enfin H√©rode le courtise, et quand il voit plus tard J√©sus faire des merveilles de puissance, il se demande si ce n'est pas le Baptiste ressuscit√©, Matthieu 14:2. Jean n'a pas √©t√© seulement pr√©curseur, i) a √©t√© aussi docteur; il devait pr√©parer la voie au Messie, et pour cela, il ne suffisait pas de l'annoncer, il fallait encore disposer les cŇďurs √† le recevoir; il a donc pr√™ch√© la repentance, la contrition int√©rieure sans laquelle personne n'acceptera e salut, parce que personne ri en sentir le besoin. Il a √©t√© chef d'une √©cole, et cette √©cole a compt√© des disciples en dehors de la Jud√©e, dans l'Asie Mineure, en Gr√®ce, peut-√™tre m√™me √† Alexandrie, Actes 18:25; 19:3. On voit par Luc 11:1, qu'il avait √©t√© jusqu'√† leur donner un mod√®le de pri√®re, ce qui indique √† la fois une grande spiritualit√© dans sa mani√®re de comprendre le royaume de Dieu, une grande √©tendue dans la port√©e de ses enseignements, et une grande autorit√© sur l'esprit de ses adeptes. Mais on se demande avec quelque surprise comment il se fait qu'il y ait eu une si longue rivalit√© entre ses disciples et ceux du Messie, Matthieu 9:14; Luc 5:33; 11:1, rivalit√© qui se produit soit √† propos du je√Ľne, soit √† propos de la pri√®re, soit √† propos du bapt√™me et des succ√®s croissants de l'Ňďuvre de J√©sus? On se demande pourquoi, si Jean a reconnu son parent pour ¬ęcelui qui devait venir¬Ľ, il ne s'est pas joint √† lui avec tous ses disciples, pourquoi il a continu√© d'exercer son activit√© d'une mani√®re si ind√©pendante, au lieu de se subordonner au Messie et de devenir l'un de ses agents? Pourquoi, puisqu'il ne se consid√©rait que comme le pr√©curseur, n'a-t-il pas envoy√© ses disciples √† celui qu'il regardait comme le chemin, la v√©rit√© et la vie? Pourquoi n'a-t-il pas d√©clar√© sa t√Ęche accomplie d√®s le moment o√Ļ le Saint-Esprit fut descendu sur J√©sus aux bords du Jourdain? Il faut peut-√™tre, pour le comprendre, admettre que le Baptiste a partag√© jusqu'√† un certain point le pr√©jug√© d'un r√®gne temporel du Messie et les esp√©rances qu'une interpr√©tation trop litt√©rale de l'Ancien Testament avait fait na√ģtre chez les Juifs m√™me les plus pieux. Il se regardait comme l'avant-coureur officiel du roi du monde, et pensait peut-√™tre que son Ňďuvre ne devait s'arr√™ter que lorsque le Messie lui-m√™me se serait officiellement d√©clar√© comme tel. Or, aussi longtemps qu'il voyait J√©sus faire des miracles, pr√™cher, gagner les √Ęmes √† lui, mais vivre dans l'obscurit√©, dans le renoncement √† lui-m√™me, ne faire que des conqu√™tes spirituelles, et souffrir, ce qui, pour les disciples m√™me du Messie, √©tait encore une √©nigme imp√©n√©trable, il pouvait croire que sa mission de pr√©parateur n'√©tait pas achev√©e, et refuser de licencier ses disciples pour les adresser √† un chef qui ne se pr√©sentait pas avec un caract√®re public. √Ä sa mort, ses disciples continu√®rent d'attendre le Messie, mais ils rest√®rent en l'√©tat o√Ļ Jean les avait laiss√©s; ils n'avanc√®rent pas en lumi√®re, et leur secte, devenue stationnaire, ne fit pas un pas vers J√©sus; priv√©s d'un ma√ģtre qu'ils avaient grandement honor√©, ils eussent cru Se montrer infid√®les √† sa m√©moire s'ils se fussent tourn√©s vers celui dont leur chef n'avait √©t√© que le pr√©curseur; ils annonc√®rent encore le Messie, mais ils ne le virent pas, ils ne le re√ßurent pas, ils ne le reconnurent pas malgr√© toutes les manifestations de sa gloire, et de nos jours encore, on trouve en Orient une secte qui porte le nom des disciples de saint Jean (les Mand√©ens, Nazar√©ens, ou Sab√©ens), et dont les livres saints sont empreints du gnosticisme le plus complet.

    On peut donc regarder comme une tache dans la vie du Baptiste, comme le fruit d'une trop prudente irr√©solution, la prolongation de son minist√®re de pr√©curseur. C'est aussi peut-√™tre √† un affaiblissement momentan√© de sa foi que l'on doit attribuer l'√©tonnante question qu'il lit faire √† J√©sus par deux de ses disciples: Es-tu celui qui devait venir, ou si nous devons en attendre un autre? Matthieu 11:2; Luc 7:19. Quelques auteurs pensent que Jean n'envoya des disciples √† J√©sus que pour fortifier leur foi incertaine et les affermir dans la v√©rit√©; mais il serait √©trange que des hommes aussi d√©vou√©s √† leur ma√ģtre n'eussent pas re√ßu son t√©moignage sur ce qui faisait la partie la plus essentielle de son Ňďuvre, et que Jean e√Ľt, d√Ľ les persuader en les envoyant aupr√®s de celui dont ils √©taient jaloux et en qui m√™me ils ne croyaient pas. D'autres th√©ologiens pensent que sous la forme d'une question, le proph√®te qui √©tait dans les fers, voulait engager le Seigneur √† h√Ęter sa manifestation, √† acc√©l√©rer l'ex√©cution de ses plans de mis√©ricorde et de royaut√©, √† venir le d√©livrer lui-m√™me de la prison dans laquelle il languissait, n'ayant d'esp√©rance que dans le Messie, et voyant la r√©alisation de ces esp√©rances ind√©finiment ajourn√©e. Cette derni√®re explication se rapproche davantage de ce qui nous para√ģt √™tre la v√©rit√©; mais il faut en retrancher l'esp√®ce de conseil que Jean aurait l'intention de donner √† J√©sus. La mani√®re m√™me dont la question est pos√©e prouve qu'en la faisant, Jean pensait plus √† lui qu'√† J√©sus, plus √† sa position personnelle qu'√† la mission de Christ; et c'est dans l'√Ęme du prisonnier plus que dans son esprit que le doute qu'il pr√©sente a d√Ľ prendre naissance. L'exp√©rience int√©rieure, dit Olshausen, peut seule nous faire comprendre la pens√©e de Jean-Baptiste. II y a dans la vie de chaque fid√®le des moments o√Ļ les convictions les plus fortes et les mieux assises viennent √† √™tre √©branl√©es; les t√©n√®bres succ√®dent √† la lumi√®re, et l'on est comme abandonn√© du Saint-Esprit; or il est √† croire que Jean a eu ses moments de faiblesse et de doute comme nous tous. On s'habitue trop en g√©n√©ral √† consid√©rer les caract√®res bibliques comme √©tant tout d'une pi√®ce, fermes et in√©branlables; on les divinise trop, et en les √©levant trop au-dessus de l'humanit√© on leur fait perdre ce qu'il y a pour nous d'instructif dans leur foi triomphant de leurs doutes; en tout cas, on sort de la v√©rit√©. Un seul a v√©cu sans passer alternativement du bien au mal et du mal au bien; un seul a v√©cu immuable dans sa force, parce qu'il √©tait lui-m√™me le Fort, le Puissant; tous les autres ont d√Ľ lutter contre les t√©n√®bres int√©rieures, et tous ont pu succomber, pour tous il a pu y avoir des jours d'obscurcissement. Et si l'on se repr√©sente le pr√©curseur dans son cachot, on ne sera pas surpris qu'il ait eu ses heures d'angoisses, qu'en de pareils moments la tranquille et lente activit√© de J√©sus lui ait paru peu divine, suspecte peut-√™tre, et qu'il ait oubli√© toutes ses exp√©riences pr√©c√©dentes pour se laisser aborder par des doutes. Mais dans ces doutes encore, que de confiance dans cette incr√©dulit√©, que de foi! C'est √† J√©sus lui-m√™me qu'il s'adresse dans son incertitude, et sa question n'est autre que cette pri√®re: ¬ęJe crois, Seigneur, aide-moi dans mon incr√©dulit√©!¬Ľ Il ne s'interroge pas lui-m√™me, il ne va pas aupr√®s des docteurs et des pharisiens, il va droit √† J√©sus. Et certes, celui qui demande √† Dieu s'il est Dieu, et au Sauveur s'il est Sauveur, celui-l√† n'est pas en dehors de la foi; un seul rayon du ciel dissipera l'obscur nuage qui p√®se sur son √Ęme. Aussi ne voyons-nous aucune contradiction dans les doutes de Jean, et le t√©moignage que J√©sus lui rend imm√©diatement apr√®s avoir r√©pondu aux deux messagers; c'est bien par rapport √† Jean que J√©sus dit: Bienheureux celui qui n'aura pas √©t√© scandalis√© en moi; mais ces paroles sont tout ensemble un encouragement et un avertissement. Le Sauveur est bref parce que ces combats int√©rieurs doivent √™tre livr√©s int√©rieurement, et que le secours m√™me ne peut venir du dehors; il voyait d'ailleurs que, pour Jean, la victoire √©tait proche. Puis, quand les messagers sont partis, il s'adresse √† la foule et leur demande: Qu'√™tes-vous all√©s voir au d√©sert? Vous n'y √™tes certainement pas all√©s pour voir seulement des roseaux ou d'autres objets de ce genre: vous avez voulu voir un proph√®te, et vous l'avez vu; c'est m√™me plus qu'un proph√®te, c'est l'√Člie qui devait venir. Peut-√™tre aussi le roseau et l'homme v√™tu de v√™tements se rapportaient-ils directement √† Jean et √©taient-ils une allusion √† la fermet√© de la foi et √† la s√©v√©rit√© de sa vie. Quoi qu'il en soit, J√©sus reproche √† la foule d'avoir √©t√© seulement pour voir cet homme admirable, pour voir un proph√®te, comme s'il y avait l√† quelque chose √† voir, et de n'avoir pas compris qu'il fallait surtout entendre, √©couter ses exhortations, les mettre en pratique, et forcer le royaume des deux. Jean a √©t√© appel√© par J√©sus le plus grand des proph√®tes, et c'est lui aussi qui termine la longue liste des proph√®tes de l'ancienne alliance, en m√™me temps qu'il sert de point de d√©part au minist√®re de la nouvelle √©conomie, Malachie 4:5; Luc 1:17; Actes 1:22; 10:37; Matthieu 11:11,13, etc. √Čsa√Įe l'avait annonc√© (40:3), de m√™me que Malachie 3:1, et ce dernier proph√®te (4:5) l'avait fait l'√©gal du plus grand des proph√®tes, √Člie, le contemporain d'Achab. Jean-Baptiste a eu sur √Člie l'avantage d'avoir vu sa mission couronn√©e d'un grand succ√®s, et si le premier √Člie a fui dans les d√©serts pour y d√©sesp√©rer, le second a v√©cu dans les m√™mes solitudes, mais pour accomplir son Ňďuvre, pr√™cher et baptiser.

    ‚ÄĒ Heureux ceux qui croient, car le plus petit sous la nouvelle √©conomie est plus grand encore que Jean-Baptiste, et les doutes du pr√©curseur ne sont plus permis √† ceux qui savent que le Christ est mort et qu'il est v√©ritablement ressuscit√©.

    Les reliques de ce proph√®te sont malheureusement nombreuses. Son visage se trouve √† Amiens et √† Saint-Jean-d'Ang√©ly, son front en Espagne et √† Malte, sa m√Ęchoire √† Besan√ßon et √† Paris. Sa t√™te est, en outre, tout enti√®re √† Rome, sans parler d'une masse ¬ę(Je lopins¬Ľ qu'on en montre encore √† Lucques, √† Saint-Flour, √† Noyon; il y en a pour la grosseur de la t√™te d'un bŇďuf, dit Calvin. Et, quant au doigt dont il montra l'agneau de Dieu, il est √† Besan√ßon, √† Toulouse, √† Lyon, √† Bourges, √† Florence, et dans un village pr√®s de M√Ęcon.

  2. Jean, l'ap√ītre, d'abord p√™cheur de poissons, puis p√™cheur d'hommes, √©tait fils de Salom√© et de Z√©b√©d√©e, cf. Matthieu 27:56; Marc 15:40. Ses parents paraissent avoir √©t√© du nombre de ceux qui attendaient la consolation d'Isra√ęl; aussi voyons-nous Z√©b√©d√©e laisser aller son fils au moment o√Ļ J√©sus l'appelle, et consentir aux sacrifices nombreux que Salom√© fait pour J√©sus. Ils √©taient de Bethsa√Įda, ce que l'on conclut de leur association pour la p√™che avec les familles de Pierre, d'Andr√© et de Philippe, qui appartenaient √† ce village, cf. Matthieu 4:18,21; Jean 1:44; 21:3-7; peut-√™tre √©taient-ils comme eux domicili√©s √† Caperna√ľm, Luc 4:31; 38; Marc 1:21,29. Quoi qu'il en soit, ils demeuraient au bord du lac de G√©n√©sareth, sur les rives duquel une √©cole de proph√®tes avait √©cout√© les enseignements d'un grand ma√ģtre sous l'ancienne alliance; la premi√®re √©cole de la nouvelle √©conomie devait partir des m√™mes rivages. Quelques anciens auteurs ont cru que la famille de l'ap√ītre √©tait pauvre: c'est l'opinion de Chrysost√īme, qui le conclut de ce que Z√©b√©d√©e √©levait ses fils dans son propre m√©tier, de ce qu'il raccommode lui-m√™me ses filets, de ce qu'ils p√®chent non point dans la mer mais dans un petit lac, enfin de ce que les p√™cheurs sont ordinairement mis√©rables. Cette derni√®re raison n'en est pas une: quant aux autres, elles sont bien faibles, et l'on peut supposer au contraire que Z√©b√©d√©e jouissait d'une honn√™te m√©diocrit√©, car le lac de G√©n√©sareth √©tait fort poissonneux et fournissait √† ses riverains une grande ressource commerciale. Z√©b√©d√©e a des ouvriers, Marc 1:20, ce qui prouve tout au moins une certaine extension dans l'ensemble de ses travaux; Salom√© assiste J√©sus de ses biens et ach√®te de l'encens pour l'embaumer apr√®s sa mort; enfin Jean para√ģt avoir poss√©d√© une demeure √† lui, Jean 19:27: tout cela marque suffisamment qu'il y avait plut√īt de l'aisance dans cette famille, quoiqu'elle ne f√Ľt point riche. Quant aux rapports de Jean avec Ca√Įphe, Jean 18:15, ils prouvent peu de chose sur cette terre o√Ļ le riche et le pauvre se rencontrent.

    Si Jean √©tait un homme sans lettres, Actes 4:13, on ne peut douter qu'il n'ait √©t√© √©lev√© dans la crainte de Dieu et dans l'attente du Messie; il entendit les enseignements du pr√©curseur, et fut baptis√© par lui dans les eaux du Jourdain. Puis, lorsqu'il eut vu J√©sus, ce disciple, avide de lumi√®re, se tourna enti√®rement vers lui, l'accepta pour son ma√ģtre, et fut si captiv√© par une premi√®re conversation qu'il resta avec lui depuis quatre heures du soir jusqu'√† la nuit, Jean 1:39. N√©anmoins la sagesse de J√©sus ne donnant jamais aux esprits au-del√† de ce qu'ils peuvent porter, il se borna pour cette premi√®re fois √† jeter la semence dans l'√Ęme du disciple, et il l'y laissa germer; ce ne fut que quelque temps apr√®s, que J√©sus, sur les bords de la mer de Galil√©e, appela le jeune homme, qui le suivit aussit√īt. Il jouit d√®s lors non seulement de ses enseignements, mais de son amiti√© toute sp√©ciale, et J√©sus, apr√®s lui avoir accord√© la faveur d'assister √† la gu√©rison de la belle-m√®re de Pierre, Marc 1:29, √† la r√©surrection de la fille de Ja√Įrus, 5:37, √† la transfiguration sur le Thabor, 9:2, et √† l'agonie de Geths√©man√©, 14:33, lui l√©gua encore sa m√®re en quittant la vie, Jean 19:26. Il a pu √™tre appel√© celui que J√©sus aimait, comme Abraham avait √©t√© nomm√© l'ami de Dieu; et dans les sc√®nes du Calvaire, il lui fut seul fid√®le. Sans doute il s'enfuit avec les autres au premier moment de l'arrestation, mais il revint plus tard (l'anecdote racont√©e Marc 14:51-52, se rapporte plus probablement √† Marc lui-m√™me qu'√† Jean, quoique cette derni√®re opinion ait ses d√©fenseurs), il entre dans la cour du palais de justice, il se montre au pied de la croix, lui seul entre les douze, il recueille l'h√©ritage de son ami, il le voit expirer, il voit l'eau et le sang jaillir d'une blessure qui lui est faite d'un coup de lance, et il peut sceller le t√©moignage qu'il rend, de ces paroles: Celui qui le t√©moigne l'a vu, Jean 19:35. Au troisi√®me jour il arrive le premier au s√©pulcre, et il croit le premier √† la r√©surrection de son ma√ģtre, Jean 20. Pendant les quarante jours qui s'√©coulent entre la r√©surrection et l'ascension, il demeure avec les autres ap√ītres, il fait avec eux le voyage de la Galil√©e, et lorsque J√©sus se fait voir sur les rives du lac, c'est encore lui qui le reconna√ģt le premier. Le m√™me jour a lieu la r√©int√©gration de Pierre dans l'apostolat, et Jean, qui avait √©t√© le t√©moin du reniement, fut aussi le t√©moin du pardon. Apr√®s l'ascension de J√©sus et l'effusion du Saint-Esprit, il demeura √† J√©rusalem, probablement encore quelques ann√©es; on le voit surtout avec Pierre, Actes 3:1; 4:13; 8:14. Ensemble ils gu√©rissent un impotent; ensemble ils sont accus√©s, d√©tenus et rel√Ęch√©s; ensemble ils vont b√©nir la Samarie et faire descendre le Saint-Esprit sur ces bourgades sur lesquelles Jean, dans le premier z√®le de son ignorance, avait voulu faire tomber le feu du ciel, Luc 9:54. Paul, lors de son premier voyage √† J√©rusalem, avant l'an 40, n'y trouve point Jean, Galates 1:18-19, mais √† son second ou troisi√®me voyage, il l'y trouve fix√© et √©tabli, et l'appelle une des colonnes de l'√Čglise, Galates 2:9. D√®s lors le Nouveau Testament garde le silence sur la vie de cet ap√ītre, dont il ne mentionne plus que l'exil √† Patmos. II para√ģt qu'il resta √† J√©rusalem jusqu'√† la mort de Marie, dont la date est incertaine, et que pendant quelques ann√©es il v√©cut missionnaire, √©vang√©lisant, √† ce que l'on croit, le sud-est de la Palestine; mais il est probable que plus tard il alla vivre au milieu des √Čglises de l'Asie Mineure, et qu'il fixa sa r√©sidence √† √Čph√®se (60-66). Il devint doublement n√©cessaire dans cette grande ville quand Paul, et apr√®s lui Timoth√©e, eurent abandonn√© ce champ de travail si important, qui se trouvait plac√© comme un point central entre l'Asie et l'Europe. On comprend qu'il ait exerc√© une supr√©matie de fait sur toutes les √Čglises environnantes. C'est √† √Čph√®se qu'une maison de bains a d√Ľ s'√©crouler sur C√©rinthe, et que Jean a d√Ľ ressusciter un mort, deux miracles qui n'ont rien de surprenant si l'on se rappelle que l'antiquit√© lui en attribue un grand nombre, et que la vertu des miracles r√©sidait abondamment dans la personne des ap√ītres, si bien que leur ombre m√™me gu√©rissait les malades. On peut rel√©guer sans risque au nombre des l√©gendes l'histoire de la coupe de cigu√ę qui lui fut donn√©e √† boire; cette anecdote ne repose sur aucune preuve authentique, et nous ne la rappelons que parce que saint Jean est quelquefois repr√©sent√©, dans les statues qu'on lui √©l√®ve, tenant √† la main une coupe au fond de laquelle se trouve un serpent.

    Une violente pers√©cution ayant √©clat√© en 95, sous le r√®gne de Domitien, plusieurs √Čglises furent priv√©es de leurs chefs, et Jean fut envoy√© en exil √† Patmos, l'une des Sporades, non loin d'√Čph√®se (96). Cet exil est un fait constant et av√©r√©; il n'est sans doute pas en opposition directe avec la translation de Jean √† Rome sous Domitien, et son supplice dans l'huile bouillante, mais si Tertullien et J√©r√īme racontent ce dernier fait, le silence d'Eus√®be et d'Ir√©n√©e semble le d√©mentir. C'est pendant son s√©jour √† Patmos que l'ap√ītre fut honor√© de ces magnifiques r√©v√©lations qu'il √©crivit plus tard pour l'√©dification et l'instruction des fid√®les,

    ‚ÄĒ Voir: Apocalypse.

    √Ä son retour √† √Čph√®se, Jean trouva l'√Čglise en d√©sordre et ses membres dispers√©s. C'est l√† que prend place l'histoire bien connue, racont√©e par Eus√®be, Chrysost√īme et Cl√©ment d'Alexandrie, du jeune homme qui s'est joint √† une bande de voleurs et que Jean, d√©j√† vieux, poursuit jusque dans les montagnes. √Ä supposer qu'en passant de mains en mains, cette anecdote se soit rev√™tue d'ornements √©trangers, comme tout ce qui passe par les mains de Rome, le fait lui-m√™me n'en parait pas moins avoir eu lieu, et plusieurs t√©moignages respectables le confirment. Enfin, J√©r√īme nous a conserv√© un dernier trait qui cl√īt dignement la sainte carri√®re de l'ami de J√©sus. Vers la fin de sa vie il √©tait trop faible pour se rendre √† pied aux assembl√©es des fr√®res, il √©tait trop faible m√™me pour parler aux jeunes gens; mais il r√©p√©tait cependant toujours: Mes petits enfants, aimez-vous les uns les autres; et quand on lui demandait pourquoi il insistait sur ce devoir, il r√©pondait: ¬ęC'est que c'est le commandement du Seigneur.¬Ľ Les anciens sont unanimes √† lui donner un grand √Ęge; il a vu, selon Ir√©n√©e, l'av√®nement de Trajan, en 98, et il est mort √† √Čph√®se, o√Ļ l'on a longtemps montr√© son tombeau; quoiqu'on l'ait appel√© martyr, il ne para√ģt pas que sa mort ait √©t√© violente. Un malentendu sur les paroles de Christ, Jean 21:22-23, a accr√©dit√© parmi les anciens le bruit que Jean n'√©tait pas mort, et qu'il ne mourrait pas jusqu'√† la fin du monde, tandis que J√©sus n'avait parl√© que de la destruction de J√©rusalem; on l'a en cons√©quence cherch√© longtemps sur la terre, tout en oubliant qu'il parle et qu'il vit encore dans ses √©crits. Son grand √Ęge est pour nous un pr√©cieux gage de la canonicit√© des √©crits du Nouveau Testament, et l'on ne peut douter que ce t√©moin, qui a vu l'√Čglise se former, n'ait aussi eu l'influence d'un t√©moin sur les livres qu'on admettait comme authentiques, et dont on faisait usage dans l'√Čglise, et que le t√©moignage qu'il a rendu √† la v√©rit√© des autres √Čvangiles n'ait contribu√© √† confirmer aux yeux de tous leur authenticit√©.

    Quant au caract√®re de Jean, c'est un m√©lange admirable de force et de douceur; une esp√®ce de charme l'entoure, c'est le charme des dons de l'esprit, la paix de J√©sus, l'humilit√©, la charit√©, l'amour, la pi√©t√© la plus profonde; c'est le charme d'un grand z√®le et d'un grand s√©rieux, m√™l√© de douceur et de bont√©. Si la paix est le trait saillant de son cŇďur et de son activit√©, ce n'est pas qu'il ait manqu√© d'√©nergie, au contraire; mais ses vertus douces nous font oublier ses vertus fortes, parce qu'il n'est pas dans notre nature de comprendre √† la fois deux extr√™mes, et les hommes sont rares qui, renomm√©s pour leur douceur, eussent √©crit ces paroles de 2 Jean 10: ¬ęSi quelqu'un vient √† vous et qu'il n'apporte point cette doctrine, ne le recevez point dans votre maison, et ne le saluez point.¬Ľ Plusieurs traits semblent montrer aussi que, dans sa jeunesse, et avant d'avoir eu la pleine connaissance de la v√©rit√©, Jean avait un caract√®re plus vif, plus imp√©tueux, plus ardent qu'on ne se le figure d'ordinaire: cela se voit par son opposition au disciple qui faisait des miracles sans suivre J√©sus, Marc 9:38, par la demande qu'il fait √† son ma√ģtre d'appeler le feu du ciel sur une bourgade des Samaritains, qui avait refus√© de les recevoir, Luc 9:54, par la requ√™te orgueilleuse de Salom√© en sa faveur et en faveur de Jacques, son fr√®re, Matthieu 20:20, enfin par le nom de Boanerg√®s, q.v., qui fut donn√© √† ces deux fr√®res.

    √Čvangile.

    Ce n'est pas une histoire proprement dite du minist√®re de notre Sauveur; on pourrait l'appeler plut√īt ses m√©moires ou ses pens√©es. Il para√ģt supposer la connaissance des trois autres √Čvangiles, et passe sous silence plusieurs faits rapport√©s dans ces derniers, la naissance du pr√©curseur, celle du Messie, son bapt√™me, sa tentation, l'appel d√©finitif de plusieurs des ap√ītres, le nom qu'il leur donne, leur mission, l'envoi des septante, un grand nombre de miracles et de paraboles, plusieurs des instructions de J√©sus, et en particulier le sermon sur la montagne, la transfiguration, l'institution de la c√®ne, les angoisses de Geths√©man√©, l'ascension; il omet ou se borne √† rappeler ce qui est connu, et se montre original dans toute son √©tendue. La plupart des faits qu'il rapporte ont eu lieu √† J√©rusalem ou dans les environs, et il d√©signe avec plus d'exactitude que les trois autres √©vang√©listes (synoptiques) le lieu, le temps, les personnes, les circonstances, les usages. Les miracles qu'il raconte sont principalement ceux qui sont li√©s aux enseignements du Sauveur, ou qui ont fait quelque sensation publique. On ne peut nier qu'il n'y ait une grande diff√©rence, entre cet √Čvangile et les autres, mais encore ne faut-il pas exag√©rer cette diff√©rence, comme le fait tr√®s bien remarquer Tholuck; et si l'image qu'il nous donne des discours, de la vie, de la personne de Christ, est plus grande, elle n'est cependant pas autre, et De Wette lui-m√™me, qui cherche plut√īt les diff√©rences que les ressemblances, avoue que dans ce cas particulier les diff√©rences sont dans la forme plut√īt que dans le fond, et qu'elles se comprennent facilement. Notre plan ne comporte pas un examen d√©taill√© des rapports qui se trouvent entre Jean et les synoptiques: on les retrouvera dans les ouvrages sp√©ciaux, parmi lesquels nous recommandons surtout Sander, traduit en fran√ßais, avec une excellente pr√©face de M. de Rougemont sur le m√™me sujet (Neuch√Ętel).

    ‚ÄĒ Jean a √©crit son √Čvangile √† √Čph√®se, quoique plusieurs auteurs pr√©tendent qu'il l'a compos√© pendant les loisirs de Patmos. Ir√©n√©e et J√©r√īme sont positifs dans leur t√©moignage, tandis qu'un √©crit apocryphe (les douze ap√ītres) est la premi√®re source connue de la tradition en faveur de Patmos. Quant au temps, les uns (Basnage, Lampe, Wegscheider) veulent que J√©rusalem subsist√Ęt encore lorsque Jean a fait son travail, et ils mettent la composition de cet √Čvangile environ vers l'an 67, opinion qui ne peut gu√®re se soutenir. D'autres pensent que Jean l'a √©crit avant l'exil de Patmos, et par cons√©quent avant l'Apocalypse; ils s'appuient sur ce que, Apocalypse 1:5,9, Jean dit qu'il a rendu t√©moignage √† J√©sus, paroles qu'ils estiment se rapporter n√©cessairement √† son √Čvangile; mais cette preuve prouve peu. Reste enfin la troisi√®me opinion, qui place la r√©daction de l'√Čvangile apr√®s celle de l'Apocalypse; elle est appuy√©e par Ir√©n√©e, J√©r√īme, √Čpiphane et Eus√®be; le style de l'√Čvangile a aussi quelque chose de plus soign√©, de plus m√Ľri, comme celui d'un homme plus habitu√© √† √©crire et plus vers√© dans le maniement de la langue grecque.

    On comprend qu'un √©crit aussi beau et aussi important ait trouv√© de nombreux commentateurs; nous n'indiquerons, parmi ceux de la R√©forme, que Zwingle, Luther, M√©lanchthon, Calvin et B√®ze; puis, au si√®cle dernier, en 1724, Lampe d'Utrecht, plein d'√©rudition, de sagacit√© et de chaleur chr√©tienne. Parmi les auteurs plus r√©cents, nommons Paulus dont la r√©putation comme orthodoxe moderne est faite et perdue depuis longtemps; KuinŇďl, bon r√©pertoire; L√ľcke; Clarke; Olshausen (traduction en fran√ßais); enfin Tholuck: ces deux derniers sont les plus connus, et peut-√™tre aussi les plus dignes de l'√™tre. Olshausen para√ģt avoir mieux senti, Tholuck avoir mieux compris saint Jean; mais tous les deux l'ont comment√© en chr√©tiens, et leur travaux resteront. Tholuck r√©unit √† la bri√®vet√© le m√©rite de fournir tous les moyens ex√©g√©tiques de lire avec fruit cet √Čvangile, comme en g√©n√©ral les autres √©crits du Nouveau Testament qu'il a comment√©s.

    ‚ÄĒ En anglais, Le√ßons explicatives de Bird Summer.

    √Čp√ģtres de saint Jean. Elles sont au nombre de trois, et quoiqu'elles ne portent point de nom d'auteur, non plus que l'√Čvangile, elles ont √©t√© attribu√©es √† cet ap√ītre, presque sans contestation, les t√©moignages anciens ne laissant aucun doute √† ce sujet. La premi√®re porte le nom de catholique, parce qu'elle a √©t√© adress√©e √† un ensemble de congr√©gations, et l'on pense g√©n√©ralement que saint Jean l'envoya de Patmos aux √Čglises de l'Asie Mineure et √† celle d'√Čph√®se en particulier, malgr√© certains t√©moignages apocryphes d'apr√®s lesquels l'ap√ītre l'aurait destin√©e aux Parthes ou aux Juifs convertis d'entre ceux qui √©taient exil√©s parmi les Parthes, au-del√† de l'Euphrate. Jean y combat les m√™mes erreurs que dans son √Čvangile; on y retrouve le m√™me plan, le m√™me style, le m√™me vocabulaire peu riche, et dont le verbe aimer semble faire le fond. L'Homme-Dieu y est annonc√© d'une mani√®re √©clatante; la mani√®re claire et pr√©cise dont y est pr√©sent√©e la doctrine de Dieu a fait donner √† Jean le nom de th√©ologien par excellence; il expose que la Parole √©tait au commencement, qu'elle √©tait avec Dieu, qu'elle √©tait Dieu lui-m√™me; il appelle anti-Christs, menteurs et faux proph√®tes ceux qui le nient, et comme ces s√©ducteurs ennemis de la croix commen√ßaient √† mettre en avant leurs doctrines d√©j√† vers la fin du premier si√®cle, saint Jean, le dernier des √©crivains du Nouveau Testament, a √©lev√© ce boulevard in√©branlable contre lequel se meurtrissent les faux th√©ologues de nos jours.

    ‚ÄĒ La seconde et la troisi√®me √©p√ģtre sont adress√©es √† des particuliers; on a voulu leur donner pour auteur un autre Jean, mais le t√©moignage d'Ir√©n√©e repousse cette supposition, et le style, comme aussi la pens√©e intime, affectueuse et dogmatique, rappelle la mani√®re de saint Jean l'ap√ītre, celle de l'√Čvangile, celle de la premi√®re √©p√ģtre.

    On a voulu entendre, par la dame √©lue, une √Čglise particuli√®re; d'autres m√™me (comme Hammond) l'ont entendu de l'√Čglise chr√©tienne tout enti√®re. Ce sont des jeux d'esprit. Le plus simple est de prendre les mots pour ce qu'ils sont, et de voir dans cette dame une dame, et dans ses enfants des enfants; l'√©pith√®te √©lue se rapporte soit √† quelque distinction terrestre, soit plut√īt √† l'√©lection du Sauveur. L'√©poque de la r√©daction est incertaine, mais elle se place dans la vieillesse de l'ap√ītre.

    La troisi√®me √©p√ģtre enfin est adress√©e √† un certain Ga√Įus, qui para√ģt avoir √©t√© converti par l'ap√ītre, verset 4, et qui est aussi diff√©rent du Ga√Įus dont il est parl√© Romains 16:23; 1 Corinthiens 1:14, lequel √©tait un enfant spirituel de Paul. Date incertaine; probablement contemporaine de la seconde. Jean loue Ga√Įus de l'accueil bienveillant et hospitalier qu'il accorde aux fr√®res missionnaires, et il bl√Ęme la conduite d'un certain Diotr√®phe, orateur, s'√©vaporant en mauvais discours, inhospitalier pour son compte, et cherchant √† propager sa pr√©somptueuse intol√©rance, parce qu'il aime √† √™tre le premier. Apocalypse,

    ‚ÄĒ Voir: cet article.

  3. Jean, Actes 4:6, sacrificateur, peut-être le fils d'Anne, dont Flavius Josèphe parle à plusieurs reprises. Il est nommé parmi ceux qui assistèrent à la comparution de Pierre et Jean devant le conseil, après la guérison de l'impotent.

  4. Jean.

    ‚ÄĒ Voir: Marc.


JEANNE,
Luc 8:3, √©pouse de Chuzas et l'une des pieuses femmes qui ont consacr√©, pendant plus de trois ann√©es, une partie de leur fortune √† l'entretien du Christ et des douze missionnaires qui voyageaient avec lui. Fid√®le au Sauveur jusqu'√† sa mort, elle vint lui faire une visite au s√©pulcre avec Marie Madeleine et les autres amies de J√©sus, et ne l'ayant point trouv√©, elles all√®rent raconter ensemble aux ap√ītres l'apparition des anges, les paroles qu'ils leur avaient dites, et la r√©surrection de leur ma√ģtre, Luc 24:10.


J√ČBUS, J√©busiens,
Gen√®se 10:16, peuplade de la famille des Canan√©ens. Lors de l'entr√©e des Isra√©lites en Palestine, ils occupaient, avec les H√©thiens et les autres tribus de la m√™me race, les montagnes situ√©es entre le Jourdain et la M√©diterran√©e, Nombres 13:30; Josu√© 9:1; 11:3, lisse gouvernaient monarchiquement, Josu√© 10:1,23. Ils s'alli√®rent √† Jabin, roi de Hatsor, pour faire la guerre √† Isra√ęl, mais Josu√© les d√©fit apr√®s plusieurs batailles, et les mit pour plusieurs ann√©es hors d'√©tat de recommencer, Josu√© 11, cf. 24:11. Quant √† J√©bus, leur ville principale, celle qui porta plus tard le nom de J√©rusalem (q.v.), il ne para√ģt pas que Josu√© ait entrepris de la r√©duire, et dans tous les cas elle resta au pouvoir des J√©busiens jusqu'aux jours de David, qui en fit la capitale de son royaume, Josu√© 15:8,63; 18:28; 2 Samuel 5:6; 1 Chroniques 11:4. Sous les juges, les J√©busiens apparaissent comme la plus forte des tribus canan√©ennes, Juges 19:11; un petit nombre d'Isra√©lites seulement r√©ussissent √† s'√©tablir dans leur ville, Juges 1:21; cf. 3:5; m√™me lorsque J√©bus est conquise, les J√©busiens ne peuvent en √™tre enti√®rement chass√©s, 2 Samuel 24:16,18, et Salomon doit encore lutter avec eux pour achever de les soumettre au tribut, 1 Rois 9:20. On retrouve des J√©busiens jusqu'apr√®s l'exil, Esdras 9:1.


J√ČCHONIAS
(que l'√Čternel √©tablit), fils de J√©hojakim et petit-fils de Josias, portait aussi les noms de Chonja et de J√©hojachin, 1 Chroniques 3:16; Matthieu 1:12; 2 Rois 24:6; 2 Chroniques 36:8. Il fut, d√®s l'√Ęge de huit ans, associ√© au tr√īne de son p√®re, avec qui il r√©gna dix ans, puis il lui succ√©da, mais seulement pour trois mois et dix jours. Il fit le mal comme son p√®re et fut puni comme lui. J√©r√©mie lui fil r√©v√©ler par deux fois les malheurs qui devaient fondre sur lui (13:18; 22:24); bient√īt ces oracles s'accomplirent: J√©chonias fut assi√©g√© par N√©bucadnetsar, pris avec sa famille et les principaux d'entre les Juifs, et conduit √† Babylone, o√Ļ il demeura trente-six ans dans une dure captivit√©, jus qu'√† ce qu'√† la mort de N√©bucadnetsar √Čvilm√©rodac le sortit de sa prison, le traita avec honneur, et le mit au-dessus des autres rois qui √©taient comme lui captifs √† Babylone, 2 Rois 25:27; J√©r√©mie 52:31. On peut croire, par l'heureux changement qu'il √©prouva dans son ext√©rieur, que l'√©preuve lui avait √©t√© salutaire, et qu'il s'est tourn√© vers Dieu en se repentant de ses fautes. Son nom se trouve encore √Čz√©chiel 1:2; Esther 2:6; J√©r√©mie 24:1; 28:4; 29:2; 37:1;

‚ÄĒ Voir: J√©sus et Salathiel.


J√ČDAHIA,
‚ÄĒ Voir: Helda√Į.


JEDDO,
‚ÄĒ Voir: Hiddo.


JEDIDJA,
2 Samuel 12:25, un des noms de Salomon, q.v. Il signifie aimé de Dieu.

‚ÄĒ Voir: verset 24.


J√ČDUTHUN,
‚ÄĒ Voir: Asaph.


J√ČHIEL,
  1. Rubénite, 1 Chroniques 5:7.

  2. Benjamite et fondateur de Gabaon. 1 Chroniques 9:35; 8:29. Peut-être ne fut-il que le chef des Benjamites qui s'établirent dans cet endroit.


J√ČHOACHAZ ou Sallum, ou Joachaz,
(que l'√Čternel poss√®de),

  1. ‚ÄĒ Voir: Achazia.

  2. J√©hoachaz ou Sallum, 1 Rois 23:30; 2 Chroniques 36:1; cf. 1 Chroniques 3:15; J√©r√©mie 22:11, fils de Josias (probablement le second, mais en tout cas ni l'a√ģn√© ni le plus jeune), et son successeur au tr√īne de Juda, fut le dix-septi√®me roi de ce pays (611 avant J.-C.). Il fut appel√© par le peuple √† porter une couronne que sa naissance ne lui donnait pas; il fut sacr√© √† J√©rusalem, mais il suivit les √©garements de ses anc√™tres, et r√©tablit les idoles que son p√®re avait renvers√©es. Son r√®gne fut court; au bout de trois mois il fut fait prisonnier, emprisonn√© d'abord √† Ribla, en Syrie, puis emmen√© en √Čgypte par Pharaon N√©co. Sophonie, contemporain de J√©hoachaz, fait de l'√©tat moral de Juda un tableau qui laisse facilement comprendre comment, apr√®s les mesures pieuses et r√©formatrices de Josias, l'idol√Ętrie et l'impi√©t√© purent cependant √©clater de nouveau avec tant de force dans ce malheureux pays.

    ‚ÄĒ C'est peut-√™tre de J√©hoachaz qu'√Čz√©chiel a voulu parler, 19:3, sous l'embl√®me d'un lionceau.

  3. J√©hoachaz, 2 Chroniques 25:17, ou plus ordinairement Joachaz, onzi√®me roi d'Isra√ęl, fils et successeur de J√©hu. Il r√©gna dix-sept ans (856-839), 2 Rois 13:1, et para√ģt, d'apr√®s le verset 10, avoir admis son fils √† la r√©gence dans les derni√®res ann√©es de sa vie. Le royaume eut beaucoup √† souffrir des invasions des Syriens (Haza√ęl et Benhadad), et Joachaz fut r√©duit √† la derni√®re extr√©mit√©; il comprit alors qu'il s'√©tait attir√© ces malheurs par ses fautes, et parce qu'il avait suivi en toutes choses les traces de son p√®re; il s'humilia, il implora le pardon de l'√Čternel, et quoique sa conversion f√Ľt bien imparfaite, Dieu daigna y avoir √©gard, et lui accorda quelque repos. Son fils Joas lui succ√©da et r√©tablit la prosp√©rit√© du pays, cf. 2 Rois 14:1; 2 Chroniques 25:17.


J√ČHOJACHIN,
‚ÄĒ Voir: J√©chonias.


J√ČHOJADAH ou Joad, ou Jojadah,
(que l'√Čternel conna√ģt), ou Joad, 2 Rois 11:4; 2 Chroniques 23:1, etc.

  1. souverain sacrificateur, successeur de Hazaria, √©poux de J√©hos√©bah, et p√®re de Zacharie. Il v√©cut aux jours d'Achazia et d'Hatalie, et put soustraire √† leur fureur le jeune Joas, neveu de son √©pouse et dernier rejeton de la race royale de David. L'enfant, encore √† la mamelle, fut cach√© dans le temple avec sa nourrice (884 avant J.-C.), et ce n'est que dans la septi√®me ann√©e que J√©hojadah crut pouvoir le r√©v√©ler √† sa nation, et renverser ainsi du m√™me coup l'usurpatrice et les idoles. La conjuration th√©ocratique r√©ussit, et le peuple retrouva son Dieu avec son roi. Le temple de Bahal fut d√©moli; J√©hojadah rappela l'alliance de l'√Čternel avec le roi et le peuple, et aussi longtemps qu'il v√©cut le royaume prosp√©ra, parce que le peuple fut fid√®le √† son Dieu. Il r√©solut de faire au temple des r√©parations devenues n√©cessaires, par suite d'un long abandon, et il lit amasser pour cela des sommes consid√©rables dans toutes les villes de Juda; mais ce projet ne se r√©alisa enti√®rement que lorsque le roi, devenu majeur, put joindre son autorit√© √† celle du souverain pontife, et presser les l√©vites trop indolents. La r√©gence de J√©hojadah est justifi√©e et lou√©e par ce qui est dit de Joas, qu'il fit ce qui est droit, devant l'√Čternel pendant tout le temps que J√©hojadah le sacrificateur l'enseigna: l'√©l√®ve a fait l'√©loge du ma√ģtre, et rien dans toute la conduite de J√©hojadah ne vient ternir la puret√© de son d√©sint√©ressement. Il mourut √† l'√Ęge de cent trente ans (834 avant J.-C.), et fut enseveli dans les tombeaux des rois √† J√©rusalem, ¬ęparce qu'il avait fait du bien en Isra√ęl envers Dieu et envers sa maison¬Ľ, 2 Chroniques 24:16.

    ‚ÄĒ Son nom ne se retrouve que J√©r√©mie 29:26.

  2. J√©hojadah ou Jojadah, N√©h√©mie 12:10, grand sacrificateur, successeur d'√Čliasib, contemporain de N√©h√©mie. La date pr√©cise de son pontificat est inconnue comme l'ann√©e de sa mort.


J√ČHOJAKIM ou √Čliakim
(que l'√Čternel √©tablit, ou ordonne), 1 Chroniques 3:15; 2 Rois 23:34; 2 Chroniques 36:4, fils a√ģn√© de Josias et de Z√©budda, ne monta sur le tr√īne qu'apr√®s que son fr√®re J√©hoachaz en eut √©t√© renvers√©. Il r√©gna onze ans (610-599) et fut d'abord tributaire du roi d'√Čgypte, N√©cho, qui lui avait fait obtenir la couronne. Il marcha dans les voies de l'iniquit√©, comme faisait alors la nation toute enti√®re. Au commencement de son r√®gne il fit poursuivre le proph√®te Urie en √Čgypte o√Ļ il s'√©tait r√©fugi√©, il le fit p√©rir par l'√©p√©e et refusa √† son cadavre les honneurs de la s√©pulture, J√©r√©mie 26:1,21; 2 Rois 24:1. Plus tard, J√©r√©mie remplit aupr√®s de ce malheureux monarque les fonctions d'un fid√®le interpr√®te de la volont√© divine, et n'√©chappa qu'avec peine et par la protection du Seigneur aux ordres donn√©s de l'arr√™ter, lui et Baruc, pers√©cutions qui ne manquent jamais aux t√©moins de la v√©rit√© vis-√†-vis d'une g√©n√©ration corrompue. J√©hojakim jette m√™me au feu, apr√®s l'avoir d√©chir√© avec un canif, le recueil des oracles c√©lestes, comme l'autruche qui pense √©chapper aux coups du chasseur en cachant sa t√™te dans le buisson, comme aussi les hommes irr√©g√©n√©r√©s qui refusent de penser √† la mort parce qu'elle leur fait peur.

‚ÄĒ En 606, N√©bucadnetsar, cor√©gent de son p√®re Nabopolassar, bat les √Čgyptiens √† Circ√©sium √† l'embouchure du Chaboras dans l'Euphrate, J√©r√©mie 46:2; il s'avance jusque pr√®s de la M√©diterran√©e, menace J√©hojakim de l'emmener captif √† Babylone, et finit par lui laisser son tr√īne moyennant un fort tribut; il emporte en m√™me temps les vases du temple, et prend en otages Daniel et ses amis. Trois ans apr√®s, en 603, J√©hojakim se r√©volte contre N√©bucadnetsar, qui, trop occup√© des guerres importantes qu'il livre en Orient, ne peut songer que plus tard (599) √† punir la d√©fection de son vassal. J√©rusalem est prise, et son roi p√©rit. On a, sur la mort de J√©hojakim, les quatre donn√©es suivantes, 2 Rois 24:6; 2 Chroniques 36:8; J√©r√©mie 22:19; 36:30; les deux derni√®res semblent contredire les premi√®res; Prideaux, Jahn et H√¶vernick cherchent √† concilier ces notices diff√©rentes, en supposant que J√©hojakim a p√©ri pendant le si√®ge dans une sortie dont il n'est pas parl√© dans les livres historiques; on peut cependant se passer de cette hypoth√®se, admettre que J√©hojakim est mort de mort naturelle √† J√©rusalem, et que N√©bucadnetsar, √† son arriv√©e trois mois apr√®s, irrit√© de ne plus pouvoir le punir vivant, l'aurait fait arracher √† son tombeau et jeter hors de la ville. Le cadavre de ce roi portait la marque des incisions qu'il s'√©tait faites en l'honneur des faux dieux; on put lire sur son corps le sort des idol√Ętres.

‚ÄĒ Quant au caract√®re de J√©hojakim, voici le portrait qu'en fait J√©r√©mie, 22:13-18. ¬ęIl b√Ętit sa maison par l'injustice, et ses √©tages sans droiture; il se sert pour rien de son prochain et ne lui donne point le salaire de son travail: tes yeux et ton cŇďur ne sont adonn√©s qu'√† ton gain d√©shonn√™te, qu'√† r√©pandre le sang innocent, qu'√† faire tort et qu'√† opprimer.¬Ľ

‚ÄĒ Son nom se trouve encore, mais comme simple indication de date, ou accompagn√© du nom de son fils, J√©r√©mie 1:3; 52:2; 25:1; 27:1; 24:1,3 5:1; 28:4. C'est aussi lui qui est nomm√© Jakim, Matthieu 1:11, dans la seconde division de la liste g√©n√©alogique du Sauveur; l'existence de ce nom dans les premiers manuscrits n'est pas prouv√©e; il est probable qu'il a √©t√© ajout√© plus tard et qu'on doit le supprimer.


J√ČHONADAB,
‚ÄĒ Voir: Jonadab.


J√ČHONATHAN,
J√©r√©mie 37:15; 38:26, peut-√™tre le m√™me que Jonathan fils de Kar√©ah, 40:8, un des secr√©taires de S√©d√©cias; il laissa changer sa maison en prison pour y retenir dans les fers J√©r√©mie qu'il ha√Įssait. Le proph√®te maltrait√© supplia le roi de lui donner un autre logement, soit que la prison f√Ľt malsaine, soit que J√©r√©mie e√Ľt √† se plaindre du ge√īlier; en tout cas il dit que s'il devait y rester ce serait pour y mourir.


J√ČHOS√ČBAH,
femme de J√©hojadah le souverain sacrificateur, q.v., et tante du roi Joas; fille de Joram, probablement par une autre femme que Hathalie, et sŇďur d'Achazia. On ignore l'√©poque de sa mort.


J√ČHOSUAH,
‚ÄĒ Voir: J√©suah.


J√ČHOTSADAK ou Jotsadak,
L√©vite et membre de la famille sacerdotale, suivit √† Ribla son p√®re S√©raja, le dernier des souverains sacrificateurs avant l'exil de Juda; il ne para√ģt pas avoir lui-m√™me exerc√© ces fonctions, √† cause du malheur des temps o√Ļ il v√©cut; mais J√©suah, son fils, qui surv√©cut √† la captivit√©, reprit avec ses droits l'exercice de ses devoirs, 1 Chroniques 6:15; Esdras 3:2; 5:2; N√©h√©mie 12:26; Agg√©e 1:1; Zacharie 6:11.


J√ČHU.
  1. Proph√®te, et fils de Hanani le proph√®te (953 avant J.-C.). On ne sait autre chose de lui sinon qu'il exer√ßa son minist√®re au temps de Bahasa, roi d'Isra√ęl, 1 Rois 16:1,7,12, et que Dieu l'employa encore un demi-si√®cle plus tard pour porter au roi de Juda, Josaphat, un message √† la fois de reproche et de pardon, 2 Chroniques 19:2. Il est aussi nomm√© 2 Chroniques 20:34, comme auteur d'un ouvrage historique. Enfin, selon quelques personnes, il faudrait lire J√©hu au lieu d'√Člie dans le passage 2 Chroniques 21:12, parce que √Člie √©tait d√©j√† mont√© au ciel avant le r√®gne de Joram.

  2. J√©hu, dixi√®me roi d'Isra√ęl, occupa le tr√īne pendant vingt-huit ans (884-856). D'abord simple officier de l'arm√©e de Joram, il avait √©t√© d√©sign√© comme successeur de ce roi par l'onction sainte que le proph√®te √Člis√©e lui avait administr√©e de la part de l'√Čternel, 1 Rois 19:16. Mais une impatience charnelle, et le manque de foi, le port√®rent √† presser l'ex√©cution du d√©cret divin qui le destinait √† fonder une nouvelle dynastie, et il se fraya le chemin du tr√īne par l'assassinat. Il ex√©cuta l'extirpation de la famille d'Achab et de tous les serviteurs de Bahal avec une √©nergie foudroyante; il fut dans la main de Dieu un instrument de destruction, mais lui-m√™me √©tait loin d'√™tre droit dans ses voies. Il abolit le cuite ext√©rieur de Bahal, mais l'idol√Ętrie resta dans les cŇďurs, et lui-m√™me adora les veaux d'or, comme firent aussi ses successeurs. Dieu donna en cons√©quence de mauvais jours √† Isra√ęl, et pour d√©raciner l'idol√Ętrie par les tribulations et les calamit√©s, il permit que les Syriens, conduits par Haza√ęl, inqui√©tassent les derni√®res ann√©es de ce r√®gne, vainquissent les Isra√©lites, et s'emparassent de tout le pays situ√© au-del√† du Jourdain. Quant aux d√©tails de l'usurpation de J√©hu et √† la mani√®re dont elle s'accomplit, il faut lire 2 Rois 9 et 10,; aucun r√©cit ne saurait √™tre plus concis, plus √©nergique, plus rapide, que le r√©cit de l'historien sacr√©. Le nom de J√©hu se retrouve 2 Rois 12:1; 13:1; 14:8; 2 Chroniques 25:17; Os√©e 1:4.


J√ČHUCAL ou Jucal,
J√©r√©mie 37:3 (587 ans avant J.-C.), un des officiers de S√©d√©cias, fut envoy√© par son ma√ģtre aupr√®s de J√©r√©mie pour lui demander ses pri√®res; le proph√®te lui fit annoncer le retour des Cald√©ens et la prise de J√©rusalem. Jucal se joignit alors √† ceux qui demand√®rent au roi la mort de J√©r√©mie, parce que ses oracles tendaient √† d√©courager le peuple, 38:1,4.


J√ČHUDI,
Jérémie 36:14,21, un des officiers de Jéhojakim, fut chargé par le roi d'aller demander à Baruch le terrible rouleau; ce fut lui qui en commença la lecture, mais lorsque le roi osa porter sur le saint livre une main sacrilège, Jéhudi n'osa pas s'y opposer, il laissa faire.


J√ČKABTS√ČEL,
Néhémie 11:25, ou simplement Kabtséel, Josué 15:21; 2 Samuel 23:20, ville de la tribu de Juda sur les frontières de l'Idumée,


J√ČKUTHIEL,
1 Chroniques 4:18; Josué 15:34, de la tribu de Auda, chef de Zanoah; du reste, inconnu.


J√ČMIMA, Ketsiha et K√©ren-Happuch,
Job 42:14, noms ou surnoms des trois filles de Job; le premier signifie belle comme le jour, le second, la casse, q.v., et le troisième, corne de parfums,

‚ÄĒ Voir: Antimoine.

Ces noms, tout √† fait dans le go√Ľt oriental, indiquent la grande beaut√© des jeunes filles. Il est dit qu'elles eurent une part dans l'h√©ritage de leur p√®re, ce qui n'avait lieu que lorsque le p√®re de famille √©tait tr√®s riche. On remarque aussi avec surprise que les filles seules sont nomm√©es, tandis que les fils de Job ne le sont pas; il est difficile de se rendre compte de cette anomalie, dans l'arch√©ologie du livre de Job.


J√ČMINI,
‚ÄĒ Voir: Benjamin.


JEPHTH√Č,
Juges 11:1 (1188 avant J.-C.). Ce neuvi√®me juge d'Isra√ęl √©tait l'enfant ill√©gitime de Galaad et d'une de ses concubines. Repouss√© de la famille par la fl√©trissure de sa naissance, il v√©cut longtemps en aventurier dans les solitudes de Tob en Syrie; mais son pays eut besoin de lui, les Hammonites s'√©taient avanc√©s contre Galaad, et Jephth√© consentit √† les repousser, √† condition que le pouvoir lui rest√Ęt, s'il √©tait vainqueur: il le fut; le guerrier devint juge du pays, mais le p√®re dut offrir en sacrifice sa fille qu'il avait vou√©e aux dieux pa√Įens. Apr√®s cette victoire, si tristement couronn√©e, Jephth√© fut appel√© √† une victoire √©galement triste sur ses fr√®res d'√Čphra√Įm, qui s'√©lev√®rent contre lui, redoutant sa sup√©riorit√©; les n√©gociations qu'il entama avec eux, et les explications qu'il leur donna n'ayant amen√© aucun r√©sultat, il dut prendre les armes, et les vainquit; 42,000 hommes p√©rirent dans cette guerre. D√®s lors Jephth√© jugea en paix Isra√ęl pendant six ans, puis il mourut et fut enseveli en Galaad. Son nom est rappel√© dans un discours de Samuel, 1 Samuel 12:11, et dans l'√©p√ģtre aux H√©breux, 11:32. Les diverses questions que soul√®ve l'histoire de ce chef c√©l√®bre sont examin√©es dans mes Juges d'Isra√ęl, p. 86-95. On y trouvera aussi une po√©sie de M. le pasteur Fr√©d. Chavannes, le Dernier Chant de la fille de Jephth√©.


J√ČRAH,
Gen√®se 10:26, Joktanide nomm√© entre Hatsarmaveth et Hadoram; inconnu. J√©rah signifie, en h√©breu, la lune, et se retrouve √©galement dans le nom de J√©rico, d'o√Ļ quelques targums ont voulu induire que J√©rah avait √©t√© le fondateur de cette ville, mais c'est une explication qui ne peut se soutenir. Micha√©lis, avec plus de raison, quoique l'on ne puisse rien d√©cider, pense √† la c√īte et √† la montagne de la Lune, en Arabie, pr√®s la mer des Indes.


J√ČRAHM√ČEL.
  1. Fils de Kis, 1 Chroniques 24:29.

  2. Fils a√ģn√© de Hetsron, fr√®re de Ram et de C√©luba√Į, de la tribu de Juda, 1 Chroniques 2:9,25-27.

  3. District de la partie méridionale de Juda; il fut occupé sans doute par les descendants du fils de Hetsron, 1 Samuel 27:10; 30:29.


J√ČRED,
  1. ‚ÄĒ Voir: Jared.

  2. J√©red, p√®re de Gu√©dor, de m√™me que P√©nu√ęl, 1 Chroniques 4:18,4. Ils √©taient de la tribu de Juda, et paraissent avoir √©t√© fondateurs ou princes de la ville de Gu√©dor, mais on ignore l'√©poque √† laquelle ils v√©curent.


J√ČR√ČMIE.
  1. Proph√®te h√©breu, fils de Hilkija, de la race sacerdotale, natif de Hanathoth, dans la tribu de Benjamin, J√©r√©mie 1:1; 32:8. Sa vocation √©tait d√©j√† annonc√©e avant sa naissance, et fort jeune encore, √Ęg√© de quatorze ans √† peine, il commen√ßa l'exercice de son minist√®re dans la treizi√®me ann√©e du roi Josias (628-627 avant J.-C.). Il demeura jusque pr√®s de sa fin √† J√©rusalem, seul, sans famille (16:2), presque sans amis, annon√ßant le malheur √† ses concitoyens, qui ne s'en effrayaient point; le bonheur, et ils refusaient d'y croire. Presque toujours mena√ßant dans ses proph√©ties, il vit presque toujours les hommes r√©pondre √† ses oracles par des menaces ou de mauvais traitements; il dut pleurer sur lui-m√™me en pleurant sur les autres, mais il ne sut jamais faiblir ni d√©guiser la v√©rit√©, quelles que fussent les pri√®res ou les menaces. Il ne se laissa point d√©courager par l'opini√Ętre r√©sistance, ni aigrir par la malveillante fureur de ses ennemis; il les aimait, il les plaignait, et ne cessa de les conjurer de chercher leur bonheur dans l'accomplissement de la volont√© divine; d√©vou√© √† son pays, √† cette Jud√©e qui le pers√©cutait, il resta le t√©moin infatigable de la v√©rit√©, l'ennemi, toujours ferme dans sa mod√©ration, de l'erreur, de l'incr√©dulit√©, de l'obstination; il remplit dignement sa mission d'ambassadeur des cieux, et fut en Juda comme un homme d'un autre monde ou d'un autre temps. Sa vie a √©t√© remplie d'√©v√©nements, et n'en est pas moins monotone, parce que ces √©v√©nements se ressemblent tous, ils se passent tous dans la sph√®re de la fid√©lit√© d'une part, de la pers√©cution de l'autre. Il commen√ßa sous le r√®gne de Josias et continua sous J√©hoachaz, J√©hojakim, J√©chonias et S√©d√©cias. Apr√®s avoir proph√©tis√© d'abord √† Hanathoth, il se rendit √† J√©rusalem, 11:21,22; cf. 12:5-6, et l'on ne conna√ģt aucun d√©tail de son histoire jusqu'en la quatri√®me ann√©e de J√©hojakim, o√Ļ il faillit p√©rir pour avoir annonc√© la destruction de J√©rusalem et du temple, J√©r√©mie 26. Sous J√©chonias il proph√©tise encore, 2 Chroniques 36:12, mais son minist√®re n'est interrompu, ni signal√© par aucun √©v√©nement. Enfin, sous S√©d√©cias, √† l'approche des grands malheurs de J√©rusalem, il parle avec plus de force encore, avec plus de clart√©, ses oracles sont plus effrayants, et les pers√©cutions redoublent, J√©r√©mie 11 et 12. Ceux de Hanathoth m√™me, sa ville natale, s'√©l√®vent contre lui, 11:21; plus tard il est renferm√© dans la maison de J√©honathan, 37 et 38, parce qu'il a voulu quitter J√©rusalem qui s'est rebell√©e contre le roi de Babylone, malgr√© les conseils et les oracles du proph√®te. Conduit devant S√©d√©cias, il lui r√©it√®re l'annonce des m√™mes malheurs, et obtient une autre prison moins dure, un ge√īlier moins s√©v√®re, 37:17. Ses ennemis, irrit√©s du changement qui s'est op√©r√© dans sa position, demandent sa mort √† S√©d√©cias; le proph√®te est jet√© dans une fosse boueuse o√Ļ il e√Ľt p√©ri si Dieu n'e√Ľt veill√© sur ses jours, et ne l'e√Ľt sauv√© par le moyen d'H√©bed-Melec, 39:15. Enfin J√©rusalem est prise, et J√©r√©mie trouve dans le malheur public son enti√®re libert√©; le roi pa√Įen le sauve quand les rois juifs l'ont pers√©cut√©; et si J√©r√©mie est un instant, par m√©garde, charg√© de cha√ģnes et conduit √† Rama, il est bient√īt remis en libert√© par ordre de N√©buzaradan, et pr√©f√®re rester dans sa patrie que de suivre les vainqueurs √† Babylone, o√Ļ de grands honneurs lui sont promis. Un parti √©tait rest√© en Jud√©e, celui de Johannan, qui projetait d'aller chercher en √Čgypte une patrie nouvelle, un asile contre de nouvelles invasions; ils s'adressent √† J√©r√©mie pour faire l√©gitimer leur r√©solution par un oracle, mais le proph√®te cherche √† les en dissuader, chapitre 42 et 43. La foule se tourne √©galement vers l'√Čgypte, on √©migr√© en masse, et plut√īt que d'abandonner ces malheureux, le proph√®te les accompagne et cherche, mais en vain, √† les pr√©server de l'idol√Ętrie et surtout du culte des astres. Ici s'arr√™te son histoire; le lieu et l'√©poque de sa mort sont inconnus. Il est probable qu'il est mort √† Taphn√®s; d'autres montrent son tombeau au Caire; quelques-uns pensent qu'il est revenu en Jud√©e; quelques p√®res enfin, s'appuyant sur Matthieu 16:14, pensent qu'il n'est pas mort, mais qu'il a √©t√© enlev√© au ciel comme √Člie.

    Prophéties.

    Les oracles de J√©r√©mie sont en g√©n√©ral √©crits dans un style large et abondant, moins obscur que celui de la plupart des autres proph√®tes. Les embl√®mes y abondent, mais s'expliquent facilement: celui du potier qui, d'un vase bris√©, en reforme un autre, annonce aux Juifs que Dieu peut d√©truire leur race perverse pour se faire un autre peuple ob√©issant et fid√®le, 18:2; ailleurs c'est un pot de terre que le proph√®te met lui-m√™me en pi√®ces dans la vall√©e de Hinnom, 19:1; ailleurs, un joug charg√© de liens, qu'il porte sur son cou, 27 et 28; ou bien, l'achat d'une propri√©t√©, 32:7; ou encore, une ceinture de lin qu'il cache dans une des cavernes de l'Euphrate, 13:1. C'est √©galement comme symbole qu'il fait appeler devant lui les R√©cabites, 35:1. Les oracles de J√©r√©mie ont √©t√© r√©unis sans √©gard √† la chronologie, et il r√®gne dans leur arrangement un p√™le-m√™le qu'il est plus facile d'apercevoir que de d√©brouiller. Abarbanel a dit que c'√©tait un livre qu'il fallait lire sens devant derri√®re (pri√Ļs posteri√Ļs et posteri√Ļs pri√Ļs). On a fait beaucoup de travaux pour essayer de r√©tablir ces oracles dans l'ordre dans lequel ils ont √©t√© prononc√©s; le commentaire fran√ßais de Dahler est √† cet √©gard un des meilleurs, comme il est en g√©n√©ral utile √† consulter sur toutes les difficult√©s relatives aux temps et aux proph√©ties de J√©r√©mie. En anglais, un des meilleurs ouvrages est celui du docteur Blayney. Voici comment il fixe la suite des chapitres:

    1. les prophéties qui ont été prononcées sous le règne de Josias 1-12;

    2. celles qui ont été prononcées sous Jéhojakim 13-20; 22; 23; 35; 36; 45-48; 49:1-33;

    3. sous Sédécias, 21; 24; 27-34; 37-39; 49:34-39; 50; 51;

    4. celles qui furent prononc√©es pendant le gouvernement de Gu√©dalia, depuis la prise de J√©rusalem jusqu'au d√©part du peuple pour l'√Čgypte, 40-44.

    On doit remarquer comme plus particuli√®rement messianiques les passages 23:5-6, o√Ļ Christ est appel√© l'√Čternel notre Justice; et 31:31-36; 33:8, qui annoncent l'efficace de l'expiation faite par la mort de J√©sus, le caract√®re spirituel de la nouvelle alliance, et l'influence profonde et int√©rieure de l'√Čvangile, cf. H√©breux 8:8-13; 10:16.

    ‚ÄĒ Le proph√®te J√©r√©mie est cit√©, Matthieu 27:9, au lieu de Zacharie, 11:12, soit que J√©r√©mie, √©tant l'un des plus importants des proph√®tes, e√Ľt donn√© son nom comme titre g√©n√©ral au recueil de toutes les proph√©ties, soit qu'il y ait eu une faute ou une addition de copiste, ou un manque de m√©moire chez saint Matthieu, soit enfin par une confusion (appel√©e synchyse) de deux passages en un seul, cf. le passage cit√© de Zacharie avec J√©r√©mie 32, qui n'est pas sans analogie mat√©rielle avec Matthieu 27. On peut opter entre ces divers moyens de conciliation; il y en a encore treize autres √† ma connaissance.

    Lamentations. Recueil de cinq chapitres, contenant autant de chants ou √©l√©gies dans lesquels le proph√®te d√©plore les diverses calamit√©s qui ont afflig√© sa patrie; le cinqui√®me est un √©pilogue ajout√© aux quatre premiers chants. J√©r√©mie est aupr√®s de Dieu l'interpr√®te du peuple qui demande le pardon de ses p√©ch√©s et la restauration d'Isra√ęl. Quelques anciens auteurs pensent que c'est des Lamentations qu'il est parl√© 2 Chroniques 35:25 (Flavius Jos√®phe, saint J√©r√īme, Ňícolampade), mais il para√ģt √©vident que le chant fun√®bre prononc√© sur la mort de Josias, est un autre ouvrage de J√©r√©mie qui ne doit pas √™tre confondu avec les Lamentations, et Calvin appelle ce sentiment une grossi√®re erreur (crassum; ‚ÄĒ Voir: aussi Bullinger). Jarchi veut encore que les Lamentations soient le livre qui a √©t√© √©crit par Baruc, sous la dict√©e de J√©r√©mie, apr√®s que J√©hojakim dans sa stupide fureur en eut jet√© au feu le premier rouleau; mais le contenu des Lamentations n'est pas en accord avec ce qui est dit, J√©r√©mie 36:2, des choses renferm√©es dans le livre dict√© √† Baruc; peut-√™tre y a-t-il une allusion √† ce livre √† la fin de 36:32, mais on n'en sait rien. L'√©poque de la r√©daction est inconnue; les Septante et la version arabe disent que J√©r√©mie l'√©crivit pendant la captivit√© et sur les ruines de J√©rusalem abandonn√©e. Les quatre premiers chapitres sont compos√©s de strophes acrostiches suivant l'ordre alphab√©tique; au chapitre 3 les strophes sont de trois versets: ce m√™me genre de po√©sie se retrouve d'ans quelques psaumes et dans quelques chapitres des Proverbes; l'auteur sacr√©, en y ayant √©gard, a consult√© peut-√™tre le go√Ľt de son temps, peut-√™tre aussi la m√©moire de ceux √† qui s'adressaient ses chants. Pour un autre ordre on ne saurait en chercher; le proph√®te s'abandonne √† ses sentiments douloureux plus qu'il ne s'attache √† leur donner une forme, et ses plaintes ne sont pas un discours; l'esp√©rance qui le soutient au milieu de ses peines, c'est la pens√©e que lors m√™me que la terre est d√©serte et le temple d√©truit, Dieu r√®gne encore et peut contracter avec son peuple une alliance nouvelle, pleine de gr√Ęce, pourvu que le peuple retourne √† Dieu par un repentir sinc√®re et v√©ritable.

  2. Le nom et les prophéties de Jérémie sont rappelés, 2 Chroniques 36:21; Esdras 1,1; Daniel 9:2; cf. Jérémie 25:12; 29:10.

    L'√Čcriture sainte mentionne encore d'autres hommes de ce nom: le p√®re de Hamutal, √©pouse de Josias, 2 Rois 24:18; un vaillant chef de la tribu de Manass√©, 1 Chroniques 5:24; enfin deux h√©ros de l'arm√©e de David, 1 Chroniques 12:4,10,13.


J√ČRICO ou J√©richo,
ville de la tribu de Benjamin sur les fronti√®res d'√Čphra√Įm, √† 8 kilom√®tres du Jourdain, et √† 28 de J√©rusalem, dont elle √©tait s√©par√©e par une contr√©e rocheuse et d√©serte, Josu√© 16:7; 18:21. C'est peut-√™tre √† cause de cette circonstance que J√©sus a plac√© entre ces deux villes la sc√®ne du Samaritain mis√©ricordieux, Luc 10:30. Les environs de J√©rico, v√©ritable oasis au milieu des sabl√©s de la solitude, born√©s √† l'ouest comme en amphith√©√Ętre par des montagnes calcaires, hautes et sans verdure, √©taient f√©cond√©s par de riants cours d'eau, et extr√™mement fertiles. Ils produisaient surtout des palmiers, dont la ville a pris son nom, Deut√©ronome 34:3; Juges 1:16; 3:13. On y trouvait √©galement des rosiers et du baume odorif√©rant; (le nom de J√©rico peut se d√©river √† cause de cela de l'h√©breu riach, sentir, en allemand riechen; d'autres le d√©rivent de y√©rach, ‚ÄĒ Voir: J√©rah; ce serait ville de la lune): le miel y abondait et le climat √©tait d√©licieux; tout √©tait r√©uni pour en faire un paradis terrestre, except√© les serpents venimeux qui y foisonnaient. J√©rico, d√©j√† construite et fortifi√©e lors de l'entr√©e des Isra√©lites en Canaan, fut leur premi√®re conqu√™te; ils la d√©truisirent, et Josu√© la voua √† l'interdit, d√©fendit de la reb√Ętir, et annon√ßa que celui qui braverait sur ce point les menaces divines, y perdrait successivement l'a√ģn√© et le second de ses fils; Hiel fut assez malheureux, 537 ans plus tard, pour oser s'exposer √† cette terrible √©preuve, et il y succomba, 1 Rois 16:34. Entre ces deux √©poques cependant, le nom de J√©rico n'est pas perdu: cette ville est nomm√©e comme existant, Josu√© 18:21. H√©glon, roi de Moab, y poss√®de un palais, Juges 3:20, et les ambassadeurs de David, outrag√©s par Hanun, s'y retirent pour laisser cro√ģtre leur barbe, 2 Samuel 10:5; 1 Chroniques 19:5. On peut croire que dans le premier de ces passages, il ne s'agit que du territoire de la ville; dans les autres, il s'agit plut√īt d'un hameau reconstruit non loin de l'emplacement de la pr√©c√©dente J√©rico, hameau qu'un roi pa√Įen aura pris comme un lieu de plaisance, o√Ļ il se sera √©tabli avec quelques sujets, et qu'on ne saurait confondre avec la ville proprement dite, dont le r√©tablissement avait √©t√© d√©fendu aux Isra√©lites seulement. Flavius Jos√®phe distingue clairement les deux villes (Guerre des Juifs, 5, 4). Depuis Hiel, l'ancienne J√©rico rentra dans le domaine public, et personne ne craignit plus d'y demeurer; Achab la fit fortifier; une √©cole de proph√®tes s'y √©tablit, 2 Rois 2:4, et on la revoit encore apr√®s l'exil, Esdras 2:34; N√©h√©mie 7:36. Elle fut embellie par H√©rode, qui y fit construire un magnifique palais, et l'√©leva au-dessus des plus belles villes de son royaume; il y fit noyer son beau-p√®re le sacrificateur Aristobule, et lui-m√™me y mourut. Notre Sauveur √† fait quelques miracles √† J√©rico, et il y visita Zach√©e qui √©tait √† la t√™te des p√©ages que les Romains avaient √©tablis sur le commerce du baume, Luc 19:1. On trouve encore sous le nom de Richa les ruines de cette ancienne ville, mais ce n'est plus qu'un m√©chant village; au douzi√®me si√®cle d√©j√†, Phocas dit qu'il en restait √† peine quelques traces.

‚ÄĒ Quant √† l'assainissement des eaux de J√©rico, 2 Rois 2:19, on ne peut y voir qu'un miracle. Ces eaux √©taient rendues am√®res, sal√©es, peut-√™tre par le voisinage de la mer Morte, et le proph√®te les rendit saines et potables en jetant du sel sur la source, et en annon√ßant de la part de Dieu qu'elles cesseraient d'√™tre insalubres, b√©n√©diction que Dieu seul pouvait donner, secret que les hommes n'ont jamais connu.


J√ČROBOAM
(dont le peuple est nombreux).

  1. J√©roboam I, fondateur du royaume des dix tribus, sur lequel il r√©gna vingt-deux ans, 975-954. Fils de N√©bat et de Ts√©ruha, il appartenait par sa naissance √† la grosse et jalouse tribu d'√Čphra√Įm; il remplit sous Salomon, les fonctions d'inspecteur des travaux publics dans la tribu de Joseph, (√Čphra√Įm et Manass√©); nul doute que pendant ce temps, et gr√Ęce √† sa position, il n'ait eu souvent l'occasion de pr√™ter l'oreille aux m√©contents et de leur servir d'appui et de centre de ralliement. Dieu qui avait annonc√© √† Salomon la division de son royaume comme ch√Ętiment de ses p√©ch√©s, et qui voulait se servir de J√©roboam pour accomplir cette r√©volution, lui fit r√©v√©ler par le proph√®te Ahija les hautes dignit√©s qui lui √©taient r√©serv√©es. J√©roboam, press√© de jouir du tr√īne, conspire, mais ses complots sont d√©couverts, et pour √©viter le ressentiment du roi, il doit s'enfuir en √Čgypte √† la cour de Sisak; apr√®s la mort de Salomon il ne tarde pas √† √™tre rappel√© par son parti, et comme Roboam refuse de supprimer ou de diminuer les imp√īts, et d'all√©ger les charges du peuple, J√©roboam est proclam√© roi des dix tribus, et le schisme s'op√®re. J√©roboam choisit pour capitale de son royaume Sichem d'abord, puis Tirtsa; pour consolider sa puissance il commence par faire fortifier plusieurs villes, Sichem et P√©nuel, et craignant l'influence des souvenirs religieux, il change par politique la religion de son peuple, brise les liens religieux si forts qui unissent encore ses nouveaux sujets √† J√©rusalem la capitale du royaume rival: les grandes f√™tes les y appelaient trois fois l'an, ces voyages eussent pu t√īt ou tard les rattacher √† la dynastie l√©gitime, il faut √† tout prix les pr√©venir. C'est √† quoi il parvint en √©tablissant aux deux extr√©mit√©s de son royaume, √† Dan et √† B√©thel, le culte du veau d'or, prodigieux acheminement √† l'idol√Ętrie, et en faisant desservir ce nouveau culte par des personnes qui n'appartenaient point √† la tribu de L√©vi; il maintint ces mesures impies, ces innovations anti-th√©ocratiques, malgr√© les avertissements des proph√®tes, malgr√© leurs miracles, 1 Rois 13, et ne se laissa pas m√™me toucher par la mort pr√©matur√©e de son fils Abija, bien qu'√† cette occasion il e√Ľt paru vouloir se rapprocher un instant du vrai Dieu, 14:1. Enfin, comme il √©tait assez naturel de s'y attendre, il ne donna pas la paix √† son pays, et fut, pendant tout le temps de son r√®gne, en guerre avec Roboam, roi de Juda, et avec son successeur, 1 Rois 11-15; 2 Chroniques 10-13. Son histoire √† √©t√© √©crite par le proph√®te Jiddo, 2 Chroniques 9:29,12,15.

  2. J√©roboam II, treizi√®me roi d'Isra√ęl, fils de Joas, r√©gna sur Isra√ęl pendant cinquante et un ans, 825-784. Par ses richesses et de nouvelles conqu√™tes qu'il fit sur les Syriens, auxquels il reprit Damas et Hamath, il √©leva au plus haut degr√© de puissance et de splendeur le royaume que son p√®re avait d√©j√† laiss√© dans la plus florissante prosp√©rit√©; il lui rendit ses anciennes limites orientales, et parut b√©ni de Dieu. Mais en m√™me temps le luxe et la corruption des mŇďurs firent de nouveaux progr√®s, et le culte du veau d'or fut maintenu comme sous le premier J√©roboam, ainsi qu'on peut le voir par la lecture des proph√®tes contemporains Amos et Os√©e. Apr√®s lui, Isra√ęl ne fit que d√©cliner, 2 Rois 13:13-14:23-29.


J√ČRUBBAHAL et J√©rubb√©seth,
‚ÄĒ Voir: G√©d√©on.


J√ČRUSALEM.
Cette ville célèbre a porté différents noms, d'abord Jébus, Juges 19:10; 1 Chroniques 11:4, puis, poétiquement, Salem, Psaumes 76:2, et dans le sens religieux ville sainte, ville de Dieu (Hiéropolis), Néhémie 11:1,18; Matthieu 4:5, ou ville de justice (Sédec), et enfin Jérusalem, qui est son nom le plus ordinaire, celui qu'elle porta depuis que David en eut fait la capitale de son royaume. Elle était située à 8 milles de Joppe et à 5 du Jourdain, sur un plateau assez élevé au-dessus du reste du pays, ce qui explique la locution monter à Jérusalem, employée par les Juifs de toutes les tribus. Son sol était pierreux et calcaire, mais très fertile.

Primitivement, et lorsqu'elle appartenait encore aux rois de Canaan, Josu√© 10:1,23, elle n'occupait que la colline de Sion, et se composait de la citadelle tr√®s forte de ce nom, 2 Samuel 5:7, et de la ville proprement dite. Cette derni√®re avait d√©j√† √©t√© prise et habit√©e, concurremment avec les J√©busiens, par les hommes de Juda et de Benjamin, √† l'√©poque des Juges, Josu√© 15:63; Juges 1:21; cf. 1 Samuel 17:54; mais la forteresse opposa toujours aux Isra√©lites, jusqu'aux jours de David, la plus vigoureuse r√©sistance. David r√©ussit enfin √† s'en emparer, 2 Samuel 5:6; il y fixa sa r√©sidence, et la nomma de son nom, cit√© de David, 2 Samuel 5:7,9; 6:12,16; 1 Rois 3:1; 8:1; 2 Rois 9:28; 14:20; cf. N√©h√©mie 12:37. D√®s lors J√©rusalem fut le centre politique et religieux du royaume; elle prit un accroissement consid√©rable. Salomon la fortifia, 1 Rois 3:1; 9:15; il y fit √©lever le temple sur la colline de Morija, 1 Rois 6, et se construisit √† lui-m√™me un palais magnifique, 1 Rois 3:1; 9:15. Hosias, Jotham, √Čz√©chias et Manass√© l'agrandirent encore et continu√®rent de la fortifier, 2 Chroniques 26:9; 27:3; 32:5; 33:14. Elle n'en succomba pas moins dans plusieurs si√®ges, 1 Rois 14:26; 2 Rois 14:13, et finit par tomber entre les mains des Cald√©ens, qui la d√©molirent, 2 Rois 24:25 (588 avant J.-C.). La Bible ne donne pas beaucoup de d√©tails sur le genre d'architecture et le mode de construction des maisons de J√©rusalem: on voit seulement que les murailles √©taient garnies de tours et de cr√©neaux, 2 Chroniques 26:9,15; 32:5; l'une de ces tours est sp√©cialement d√©sign√©e, J√©r√©mie 31:38; Zacharie 14:10. Hophel et Millo paraissent avoir √©t√© comme deux forts d√©tach√©s, 2 Samuel 5:9; 1 Rois 9:24; 11:27; 2 Chroniques 32:5; 27:3; 33:14. Il est parl√© des portes de la ville J√©r√©mie 39:4; 2 Chroniques 32:6, et les auteurs sacr√©s nomment la porte des poissons, 2 Chroniques 33:14; celle du coin, 2 Rois 14:13; Zacharie 14:10; celle de Benjamin, J√©r√©mie 37:13; 38:7; Zacharie 14:10; celle d'√Čphra√Įm, 2 Rois 14:13; la premi√®re porte, Zacharie 14:10; celle de la vall√©e, 2 Chroniques 26:9; celle des chevaux, J√©r√©mie 31:39; celle du potier, vers la vall√©e de Hinnom, J√©r√©mie 19:2; enfin la porte du milieu, J√©r√©mie 39:3. Quant √† leur position pr√©sum√©e,

‚ÄĒ Voir: plus bas.

‚ÄĒ La haute porte de √Čz√©chiel 9:2 √©tait, selon toute apparence, une des portes du temple. Comme places publiques, on remarque celle de la porte et celle des boulangers, 2 Chroniques 32:6; J√©r√©mie 37:21. Autour de la ville √©taient deux √©tangs provenant de la source de Silo√©, √Čsa√Įe 7:3; 36:2, et les jardins royaux qui √©taient arros√©s et f√©cond√©s par ces √©tangs, J√©r√©mie 39:4; 52:7; N√©h√©mie 2:14.

Une question qui ne peut se r√©soudre compl√®tement est celle de savoir √† laquelle des deux tribus de Juda ou de Benjamin a appartenu J√©rusalem avant le temps de l'exil. D'apr√®s Josu√© 18:28; cf. 15:8, elle a √©t√© donn√©e en partage aux Benjamites, et bien qu'ils soient m√™l√©s aux J√©busiens, c'est eux que l'on y voit demeurer, Juges 1:21; le passage J√©r√©mie 6:1, confirme la m√™me opinion. D'un autre c√īt√©, d'apr√®s Juges 1:8, ce sont ceux de Juda qui s'emparent de la ville; ce sont eux encore qui s'y m√™lent aux J√©busiens, Josu√© 15:63, et le Psaumes 78:68, semble donner J√©rusalem √† cette tribu. On peut concilier ces deux versions en admettant que si les hommes de Juda ont en effet occup√© la plus grande partie de J√©rusalem, la ville cependant et son territoire appartenait r√©ellement aux Benjamites, et qu'elle √©tait situ√©e en dedans des fronti√®res de cette tribu.

Apr√®s l'exil, et dans les premiers temps de la reconstruction de J√©rusalem (536 avant J.-C.), on trouve d'autres d√©tails, N√©h√©mie 3, et 8. On mit sans doute √† profit, pour ce nouveau travail, ce qui subsistait encore des anciens fondements et des anciennes fortifications, et l'on reb√Ętit les murs et les portes autant que possible sur leur emplacement primitif, cependant avec des diff√©rences amen√©es soit par des besoins d'agrandissement, soit par les corrections jug√©es bonnes, soit par la disparition des premiers trac√©s. Le nom des portes fut chang√©, et l'on en trouve douze nouvelles, mentionn√©es N√©h√©mie 3 et 8,: celle des eaux, des chevaux, du bercail, des poissons (Sophonie 1:10); la porte vieille (probablement la m√™me que la premi√®re porte, Zacharie 14:10); celle d'√Čphra√Įm, N√©h√©mie 8:16; celle de la vall√©e, N√©h√©mie 2:13,15; celle de la fiente, N√©h√©mie 2:13; celle de la fontaine, N√©h√©mie 2:14; la porte orientale, celle de Miphkad (du conseil), et celle de la prison. Il n'est plus parl√© de celles du coin, du potier et de Benjamin. (Quant aux portes mentionn√©es √Čz√©chiel 48:31, elles appartiennent √† une vision, et sont proph√©tiques). On ne peut gu√®re pr√©ciser la position de ces diff√©rentes portes; le chapitre 12 de N√©h√©mie ne donne m√™me √† cet √©gard que de vagues indications. Au nord-ouest, la porte du coin et celle d'√Čphra√Įm (qui √©tait peut-√™tre la m√™me que celle de Benjamin, 2 Rois 14:13; cf. Zacharie 14:10); du nord-ouest au sud-est, la vieille porte, celle des poissons et celle du bercail, N√©h√©mie 3:1-6; 12:39; entre elles √©taient celle des chevaux, et celle de l'eau; celle d'√Čphra√Įm et la vieille porte √©taient voisines, sans qu'il y en e√Ľt aucune autre entre elles, N√©h√©mie 12:39; du sud-ouest au nord-ouest, la porte de la fontaine (Silo√©); celle de la fiente et celle de la vall√©e (Guihon); la porte du potier √©tait peut-√™tre la m√™me que celle de la fontaine; quant √† la porte du milieu, on ne la conna√ģt pas; s'il y a eu avant l'exil une ville inf√©rieure, on peut croire que c'est la porte qui joignait les deux villes. Les portes nomm√©es 2 Rois 11:6; 15:35; 1 Chroniques 11:18; 26:16; 2 Chroniques 23:5; J√©r√©mie 36:10; cf. 26:10, appartenaient au temple ou √† des villes voisines.

Il n'est parl√© que de deux tours sur les murailles de la ville, celle de Hanan√©el, et celle de M√©ah, N√©h√©mie 3:1; 12:39; Zacharie 14:10, toutes les deux proche de la porte du bercail, du c√īt√© de celle des poissons, vers l'est.

‚ÄĒ On ne trouve dans cette p√©riode le nom d'aucune place et d'aucune rue. La partie la plus forte de J√©rusalem parait avoir √©t√© alors la cit√© de Sion, nomm√©e aussi ville de David, qui avait √©t√© fortifi√©e par les Syriens, et que l'on regardait comme imprenable, 1 Maccab√©es 1:35; 3:45; 4:2; 9:52; 10:6, jusqu'au moment o√Ļ le prince Simon r√©ussit √† s'en emparer, 1 Maccab√©es 14:37.

La troisi√®me √©poque est celle de J√©sus et des ap√ītres jusqu'√† Flavius Jos√®phe: cet historien lui-m√™me est une source pr√©cieuse de renseignements de tous genres sur la topographie de J√©rusalem aux temps qui pr√©c√©d√®rent la conqu√™te des Romains, et par cons√©quent aux temps de J√©sus, puisque la ville resta √† peu pr√®s la m√™me jusqu'√† sa destruction, sauf l'ach√®vement et la mise en √©tat de d√©fense de la nouvelle ville. D'apr√®s Flavius Jos√®phe, J√©rusalem √©tait b√Ętie sur quatre collines, et se composait de trois parties principales: la ville d'en haut, situ√©e vers le midi sur la colline de Sion, la plus √©lev√©e de toutes; la ville d'en bas, sur la colline d'Acra, au nord de Sion et de Morija; la nouvelle ville, au nord, sur une colline qui √©tait primitivement plus basse, et qui fut √©lev√©e par des travaux et des terrassements subs√©quents: c'est cette ville neuve que H√©rode Agrippa chercha √† r√©unir √† la vieille ville. Entre la haute et la basse ville passait du nord-ouest au sud-est, jusqu'√† la source de Silo√©, la vall√©e des faiseurs de fromage (Tyrop√©ens), devenue peu √† peu une rue par les nombreuses constructions qui y furent faites. Au sud-est s'√©levait le temple sur la montagne de Morija, qui touchait au nord-ouest, par la forteresse Antonia, √† la ville inf√©rieure, et communiquait par des ponts avec la ville d'en haut: cette derni√®re √©tait fortifi√©e par une muraille garnie de soixante tours ou tourelles, dont les trois plus importantes (Hippique, Phasa√ęl, et Marianne) avaient √©t√© √©lev√©es par H√©rode le Grand, et qui formaient comme une couronne autour de la colline; la ville d'en bas, qui touchait au sud √† la ville d'en haut, √©tait garnie d'une muraille avec quatorze tours √† sa partie septentrionale; enfin la muraille de la nouvelle ville √©tait la plus forte et la plus solide de toutes, ayant 20 coud√©es (11 m√®tres) de haut, ou 23 (11m,50) en comptant les cr√©neaux et les parapets, et construite probablement en zigzag, puisque Flavius Jos√®phe lui donne quatre-vingt-dix tours, dont la principale, au nord-ouest, avait 70 coud√©es de haut. Vers le nord, J√©rusalem avait trois rangs de murailles; le sud (Sion et Morija) n'en avait qu'un seul, ces collines √©tant suffisamment prot√©g√©es, √† l'est, au sud, et au sud-ouest, par les rapides vall√©es qui √©taient √† leur pied. On voit que J√©rusalem pouvait √† juste titre passer pour une forte citadelle. Flavius Jos√®phe lui donne une lieue et demie de tour (33 stades) H√©cat√©e lui donne 50 stades, et une population de 120,000 √Ęmes, chiffre bien peu √©lev√© en comparaison de l'√©valuation de Flavius Jos√®phe, qui porte √† 2,700,000 le nombre des hommes qui se trouvaient dans la sainte cit√© les jours des f√™tes solennelles.

Outre le temple, dont nous reparlerons en son lieu, il faut nommer parmi les édifices les plus remarquables de Jérusalem:

  1. La citadelle Antonia, b√Ętie par Jean Hyrcan, qui lui donna d'abord le nom de Baris, puis fortifi√©e et embellie par H√©rode en l'honneur de Marc Antoine. Elle √©tait situ√©e sur un rocher escarp√© de 50 coud√©es de hauteur, au nord-ouest du temple, avec lequel elle communiquait par des passages d√©rob√©s; elle pr√©sentait dans son int√©rieur toute l'apparence d'une ville, des places, des all√©es, des statues, et un grand nombre de b√Ętiments. Aux quatre coins √©taient des tours, dont celle du sud-ouest, qui √©tait la plus rapproch√©e du temple, avait 70 coud√©es de haut; elle dominait ainsi non seulement le temple, mais la ville toute enti√®re, et les Romains y entretinrent longtemps une garnison; c'est l√† que Paul fut conduit et d√©tenu, Actes 21:34,37; 22:24; 23:10.

  2. Le palais d'H√©rode, magnifique b√Ętiment de marbre, entour√© de murs de 30 coud√©es de hauteur, non loin des trois tours septentrionales de la ville sup√©rieure.

  3. le Xyste, grande place publique entourée d'allées et de galeries vers la partie est-nord-est de la ville d'en haut, communiquant par un pont avec le temple.

  4. La tour d'Ophel, q.v., vers la muraille orientale de la ville supérieure.

  5. Le prétoire,

    ‚ÄĒ Voir: cet article et Procurateurs.

Hérode Agrippa II semble avoir le premier imaginé le pavage des rues.

Les environs de la ville, surtout vers le nord, étaient riches en jardins et en maisons de plaisance, 2 Rois 25:4; Jérémie 39:4; Néhémie 3:15: on y trouvait aussi quelques lieux de sépulture; quant aux étangs et rivières,

‚ÄĒ Voir: Roguel et Silo√©.

Depuis l'exil, J√©rusalem a √©t√© la proie des nations; son histoire est celle de tout Isra√ęl.

Elle fut prise successivement, en 320 (ou 323), par le roi d'√Čgypte Ptol√©m√©e Lagus; en 161, par Antiochus √Čpiphanes de Syrie; en 36 (l'an 717 de Rome), par H√©rode le Grand, devenu roi des Juifs; enfin, l'an 70 avant J.-C., par Titus, fils de Vespasien: massacre effroyable dans lequel p√©rirent plus d'un million de Juifs, et dans lequel la plus belle des villes devint en peu de jours la plus m√©morable des ruines. Titus laissa subsister les trois tours du nord, la muraille occidentale et quelques maisons; mais ces d√©bris eux-m√™mes furent d√©molis en 136, quand Adrien eut r√©solu de faire construire sur l'emplacement de l'ancienne J√©rusalem, une nouvelle ville sous le nom de √Ülia Capitolina, et √† la place du temple de J√©hovah un temple de Jupiter; mais cette colonie militaire n'occupa jamais tout l'emplacement qu'embrassait le centre de l'isra√©litisme. Aujourd'hui J√©rusalem n'est plus rien, c'est une ville de 4630 pas de tour, un √©v√™ch√© anglo-prussien, le rendez-vous de 25,000 habitants de toutes les nations et de tous les cultes; seuls ses anciens ma√ģtres, les Juifs, y marchent en courbant la t√™te, honteux de s'y trouver, triste monument de la v√©rit√© des proph√©ties et de la ferme ex√©cution des menaces divines.

Nommons parmi les ouvrages bons √† lire pour compl√©ter les secs et incomplets d√©tails qui pr√©c√®dent, Schubert, Chateaubriand, Lamartine, Ackermann, Keith (les Juifs d'Eur. et de Palest.), le Journ, d'un Voyage au Levant, t. III; en allemand, une int√©ressante monographie de Joh. Bail, Strauss (Sina√Į und Golgatha); et la th√®se de M. A. Coquerel fils, qui se recommande √† plus d'un titre. Il serait facile d'en ajouter d'autres, peut-√™tre de meilleurs, mais ceux-l√† suffisent, et touchent, par leur diversit√© de but et de plan, aux divers points qui peuvent int√©resser le g√©ographe et le chr√©tien biblique.

Que sera la nouvelle Jérusalem de l'Apocalypse 21:2? Cette question ne peut se traiter ici; mais comme on ne la traite presque nulle part, il importe de la rappeler: Jérusalem sera restaurée, et deviendra de nouveau le centre du peuple de Dieu, la capitale du monde, et la résidence de celui qui aura vaincu l'Anti-christ.


J√ČSABEL ou Iz√©bel.
  1. La plus m√©chante peut-√™tre de toutes les femmes qui ont jamais occup√© un tr√īne. Pa√Įenne de naissance, fille d'Ethbahal, roi de Tyr et de Sidon, elle √©tait la sŇďur de Badezorin, le grand-p√®re de Pygmalion et de Didon. Toujours adoratrice des dieux pa√Įens, dont le patronage favorisait ses volupt√©s et ses cruaut√©s, elle √©pousa sans crainte un Juif de nom, Achab, qui lui apportait un tr√īne et une grande tol√©rance pour le crime: elle sut rendre son √©poux plus idol√Ętre et plus sanguinaire encore (918 avant J.-C.). Elle jura l'extermination d'un culte qui ne pouvait √™tre extermin√©, et la mort d'un proph√®te, √Člie, qui ne devait point mourir. √Člie r√©ussit mieux avec Naboth, qu'elle fit tuer pour avoir sa vigne; mais ce crime envers un homme du commun peuple ne fut pas moins enregistr√© devant Dieu, et √Člie lui annon√ßa que les chiens d√©voreraient son corps. Achab mourut, et J√©sabel vit le r√®gne de ses deux fils, Achazia et Joram; puis vint J√©hu, l'exterminateur de sa dynastie. Le palais d'Achab √©tait probablement pr√®s des murs de la ville, non loin du champ de Naboth: J√©sabel, voyant arriver l'usurpateur, se montra tout orn√©e √† l'une des fen√™tres du palais, peut-√™tre pour voir J√©hu, peut-√™tre pour le braver, le s√©duire ou le menacer; mais J√©hu parla, et cette odieuse femme fut pr√©cipit√©e dans la rue, o√Ļ les chiens la d√©vor√®rent et la firent dispara√ģtre en peu d'heures. 1 Rois 16:31; 18:4; 19:1; 21:5; 2 Rois 3:2; 9:7.

    ‚ÄĒ Son nom signifie, selon les uns, l'insulaire; selon les autres, intacte, pure, une Agn√®s: on l'a conserv√© dans l'Isabelle moderne.

  2. Femme de l'√©glise de Thyatire, qui n'est connue que par la mention de l'Apocalypse 2:20. L'Esprit lui reproche ses impudicit√©s et ses doctrines idol√Ętres; le nom qui lui est donn√© n'est probablement qu'une √©pith√®te, un souvenir de l'ancienne J√©sabel, qu'elle rappelait par sa scandaleuse conduite. On pense que c'est une femme de haut rang, que Jean n'a pas voulu nommer.


JESS√Č,
‚ÄĒ Voir: Isa√Į.


J√ČSUAH, ou J√©hosuah,
Esdras 2:2; 3:2; 4:3; 5:2. N√©h√©mie 7:7; 12:1 (536 avant J.-C.), fils de J√©hotsadak, exer√ßa, sous Zorobabel, les fonctions de souverain sacrificateur, auxquelles il avait droit quoique son p√®re n'e√Ľt pu les exercer; il se montra digne de sa t√Ęche, combattit les machinations des Samaritains, et travailla sans rel√Ęche √† la reconstruction de J√©rusalem et du temple. Son nom se retrouve Agg√©e 1:1; 2:2. Zacharie 3:1; 6:11. Dans ces deux derniers passages, il est nomm√© comme embl√®me du peuple, d'abord opprim√© puis restaur√©, et il rappelle, par sa lutte avec Satan, que le v√©ritable empire et la v√©ritable sacrificature d'Isra√ęl ne trouveront leur r√©alit√© qu'en Christ.


J√ČSUS.
  1. Jésus-Christ,

    ‚ÄĒ Voir: l'article suivant.

  2. ‚ÄĒ Voir: Juste.

  3. J√©sus, fils de Sirach, auteur du livre de l'Eccl√©siastique ou la Sapience; il a v√©cu sous Ptol√©m√©e √Čverg√®te, et on ne le rappelle ici que pour m√©moire.

    ‚ÄĒ J√©sus est la forme grecque de l'h√©breu Josu√© ou Y√©h√īshuah; il signifie sauveur, et fait du premier Josu√© qui a introduit la race √©lue dans la Canaan terrestre, un vrai type de celui qui a ouvert la Canaan c√©leste √† ceux qui croiront en lui.


J√ČSUS-CHRIST.
Devant ce nom, qui est √† la fois celui d'un homme et celui de Dieu manifest√© en chair; ce nom, le seul qui ait √©t√© donn√© aux hommes par lequel nous puissions √™tre sauv√©s; ce nom √† l'ou√Įe duquel tout genou se ploie, dans le ciel et sur la terre; devant ce nom la raison s'humilie dans le sentiment profond de son impuissance, et la foi, posant son doigt divin sur nos l√®vres, nous invite √† adorer en silence ces choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, qui ne sont point mont√©es au cŇďur de l'homme, et dans lesquelles les anges eux-m√™mes d√©sirent de regarder jusqu'au fond.

La nature de Christ et les caract√®res de sa mission, sa pr√©sence et son oeuvre, son apparition dans l'histoire et son r√īle en dehors du temps, tout est pour la pens√©e une source de questions pleines d'int√©r√™t sans doute, mais aussi pleines d'obscurit√©. Comment concevoir et d√©finir la personnalit√© du Fils, ses rapports avec le P√®re et le Saint-Esprit, l'union de la divinit√© et de l'humanit√© dans sa personne; son Ňďuvre de roi, de sacrificateur et de proph√®te; son origine, sa naissance, sa vie, sa mort, sa r√©surrection, son action dans l'√Čglise et aupr√®s du P√®re; son second av√®nement, son r√®gne futur?

Que peuvent dire et la physiologie et la psychologie pour expliquer son corps et son √Ęme?

‚ÄĒ ce corps form√© tout √† la fois et par l'influence du Saint-Esprit et dans le sein de la chair, cette √Ęme dou√©e de toutes les facult√©s, accessible √† toutes les √©motions humaines, et empreinte de toutes les perfections, de toute la majest√© divine;

‚ÄĒ ce corps qui, en forme de chair de p√©ch√©, na√ģt d√©bile, cro√ģt, se d√©veloppe, ressent la fatigue et la souffrance, subit la mort, mais ne peut √™tre retenu par elle, sort du s√©pulcre, encore susceptible d'accomplir les fonctions animales, et pourtant √©chappe aux lois de la mati√®re, et s'√©l√®ve d'une mani√®re visible vers ce royaume o√Ļ la chair et le sang ne peuvent entrer;

‚ÄĒ Cette √Ęme qui, elle aussi, se d√©veloppe, cro√ģt en sagesse, souffre, se r√©jouit, s'attache, ressent la tentation, s'abat dans la tristesse, puis se rel√®ve triomphante au milieu de toutes les faiblesses, pure de toute souillure, et ferme, sereine, sainte, radieuse, r√©v√®le au monde l'id√©al d'une grandeur humaine qui se confond avec la grandeur m√™me de Dieu.

‚ÄĒ Tous ces probl√®mes peuvent √† peine √™tre indiqu√©s ici. Nous ne saurions songer, nous ne disons pas √† les r√©soudre, la science de l'homme n'y suffirait pas, mais m√™me √† les examiner dans leurs d√©tails. Ils sont d'ailleurs du ressort de la dogmatique, de la psychologie et de la philosophie, et ne sauraient √™tre abord√©s dans ce travail.

Nous n'avons pas davantage la pr√©tention d'√©crire une biographie de J√©sus. Par des motifs de convenance, plusieurs auteurs ont cru bien faire que de supprimer l'article entier; une telle vie est trop haute, disaient-ils, et trop riche, pour qu'une plume purement humaine r√©ussisse √† en tracer un tableau satisfaisant: la main des √©vang√©listes, guid√©e par l'esprit m√™me de Christ, a pu seule se charger de ce soin. Nous comprenons ce scrupule, mais sans le partager enti√®rement, et ce qui nous arr√™te, c'est moins cette pens√©e, que la consid√©ration m√™me de l'√©tendue du sujet, et les d√©veloppements consid√©rables qu'il exige pour √™tre trait√© d'une mani√®re convenable. Tout l'√Čvangile, d'ailleurs, se r√©sume en J√©sus; en lui se r√©sume aussi l'histoire de ceux qui l'ont vu, annonc√©, accompagn√© et pr√™ch√©; sa vie se rattache √† une foule d'hommes et de faits qui trouvent d√©j√† leur place ailleurs, et qui, se reproduisant ici, feraient n√©cessairement double emploi.

Nous nous bornons donc à donner quelques explications sur les points suivants.

  1. Le nom de J√©sus signifie Sauveur; le nom de Christ signifie oint: ce sont √† la fois des noms propres et des noms d'attributs. Le dernier est la traduction grecque de l'h√©breu Messie ou Mashiach. J√©sus s'appelle encore Emmanuel, q.v., le dernier Adam, Scilo, David, Os√©e 3:5; J√©r√©mie 30:9, germe, J√©r√©mie 23:5; Zacharie 3:8, Mica√ęl, Daniel 12:1, roi, proph√®te, avocat, Nazarien, roi des rois, p√Ęque, d√©fenseur, souverain sacrificateur, etc. La Concordance de M. Mackenzie, p. 734, sq., compte pr√®s de deux cents noms et titres donn√©s √† J√©sus, dans l'√Čcriture.

  2. La venue de J√©sus est suppos√©e d'un bout √† l'autre de l'Ancien Testament, depuis l'instant de la chute, Gen√®se 3:15. Les c√©r√©monies du culte l√©vitique, le mosa√Įsme tout entier, le sacerdoce et les proph√®tes l'annoncent et lui rendent d'avance t√©moignage; J√©sus a mis le sceau √† leurs visions, cf. Daniel 9:24. Les types et les proph√©ties messianiques abondent; il faut se tenir en garde toutefois contre l'imagination qui pourrait en faire voir partout. Girard des Bergeries a peut-√™tre exag√©r√© les types, Hengstenberg, dans sa Christologie, a √©t√© pr√©occup√© outre mesure de son sujet, et a multipli√© le nombre des oracles relatifs au Messie. Ces deux ouvrages n'en ont pas moins une grande valeur, et m√©ritent d'√™tre √©tudi√©s. Les faits principaux de la vie de J√©sus sont annonc√©s clairement: l'√©poque de sa naissance, Daniel 9:25; le lieu, Mich√©e 5:2; sa naissance d'une vierge, √Čsa√Įe 7:14; son nom, ibid.; son surnom (Nazarien, rejeton) √Čsa√Įe 11:1; son retour d'√Čgypte, Os√©e 11:1; le massacre des innocents, J√©r√©mie 31:15; l'Ňďuvre du pr√©curseur, √Čsa√Įe 40:3; Malachie 3:1; 4:5; la mission de Christ, √Čsa√Įe 53; son entr√©e dans J√©rusalem, Zacharie 9:9; son humiliation, ses souffrances, sa mort expiatoire, le prix auquel il serait livr√©, les m√©chants qui seraient mis √† mort avec lui, sa glorieuse s√©pulture, sa r√©surrection, Psaumes 22, √Čsa√Įe 52:13-53:12; Zacharie 11:13; cf. J√©r√©mie 18:1; sq.; l'√Čglise enfin qui na√ģtrait de son travail, de sa doctrine, et de son sang, Zacharie 6:12, etc. Il est beaucoup d'autres proph√©ties imm√©diatement et exclusivement applicables √† Christ; nous avons indiqu√© les principales. On peut voir encore Agg√©e 2:6-9; Zacharie 12:10; Daniel 2:44; 7:13; Psaumes 2, 45, 102, 110, etc.

  3. L'ann√©e de la naissance de J√©sus ne peut pas √™tre d√©termin√©e d'une mani√®re exacte; mais ce qui para√ģt prouv√©, et assez g√©n√©ralement admis, c'est qu'elle est de quelques ann√©es ant√©rieure √† l'an 1 de l'√®re chr√©tienne. On voit, en effet, par Matthieu 2:1-6, que J√©sus est n√© du vivant d'H√©rode le Grand, mais peu de temps avant sa mort. Or H√©rode mourut l'an 750 de Rome, un peu avant P√Ęque (Flavius Jos√®phe, Antiquit√©s Juda√Įques 17, 8, 1-14; 14, 5-17, 9, 3). Si, de cette date, nous d√©falquons les jours de la purification, le temps de la visite des mages, le voyage en √Čgypte, le s√©jour dans ce pays jusqu'au moment de la mort d'H√©rode (et six mois ne seront pas un chiffre exag√©r√©), il en r√©sulte que le Christ est n√© au plus t√īt dans l'automne de l'an 749 de Rome, quatre ans avant notre √®re.

    ‚ÄĒ Une seconde donn√©e historique nous apprend, Luc 3:1-2, que Jean-Baptiste commen√ßa son minist√®re en la 15e ann√©e de Tib√®re; J√©sus au moment de son bapt√™me avait trente ans, Luc 3:23. L'un et l'autre √©taient sans doute entr√©s en fonctions au m√™me √Ęge, conform√©ment √† l'usage l√©vitique, Nombres 4:3,35, sq. Si nous reculons de trente ans en arri√®re, nous arriverons √† conna√ģtre l'ann√©e de la naissance des deux cousins. Auguste √©tait mort le 29 ao√Ľt 767; il fut imm√©diatement remplac√© par Tib√®re, qui √©tait d√©j√† son associ√© sur le tr√īne depuis deux ou trois ans. Ces ann√©es de cor√©gence comptent habituellement dans la vie des rois: Tib√®re serait donc mont√© sur le tr√īne en 765 ou m√™me en 764; sa 15e ann√©e tomberait sur l'an 773, d'o√Ļ il suivrait que Jean, n√© trente ans auparavant, serait n√© en 748, et notre Seigneur en 749. (Si cependant on ne date les ann√©es du r√®gne de Tib√®re que depuis la mort d'Auguste, la naissance du Seigneur tombe sur l'an 752, r√©sultat sensiblement diff√©rent de celui que donne Matthieu).

    ‚ÄĒ On trouve un troisi√®me indice, mais √©galement sujet √† incertitude, dans Jean 2:20, ¬ęOn a √©t√© quarante-six ans √† b√Ętir ce temple.¬Ľ Flavius Jos√®phe dit qu'H√©rode a commenc√© la restauration de cet √©difice la 18e ann√©e de son r√®gne, mais ailleurs il nomme la 15e (Antiquit√©s Juda√Įques 15, 11, 1. Guerre des Juifs 1, 21, 1), comme il donne aussi tant√īt trente-sept, tant√īt trente-quatre ans au r√®gne de ce monarque, suivant qu'il le fait commencer √† la mort d'Antigone, ou √† sa confirmation par les Romains. Ce n'est qu'en 714 qu'il fut proclam√© roi; la 18e ann√©e de son r√®gne tomberait donc sur l'an 732, et la premi√®re P√Ęque de notre Sauveur, dans la 47e ann√©e du temple restaur√©, sur l'an 779. J√©sus avait alors trente ans et quelques mois, et sa naissance remonterait √† l'automne 748.

    ‚ÄĒ Notons enfin une tradition conserv√©e par les p√®res latins (Tertullien, Lactance, Augustin), portant que la mort de notre Seigneur eut lieu sous le consulat de Rubellius et de Fuflus, c'est-√†-dire l'an de Rome 782. Si, comme on le suppose ordinairement, la vie de J√©sus a √©t√© de trente-trois ans et demi, sa naissance tomberait encore sur l'an 748; mais c'est une question √† part.

    ‚ÄĒ Quelques √©crivains modernes se fondant sur Matthieu 2:16, et prolongeant le s√©jour d'√Čgypte, pensent que J√©sus avait d√©j√† deux ou trois ans √† la mort d'H√©rode, et le font na√ģtre par cons√©quent d√©j√† en 747 (M√ľnter, etc.). C'est la m√™me ann√©e que fixent √©galement ceux qui, avec Keppler et Ideler, voient dans l'√©toile des mages la conjonction de Jupiter et de Saturne qui eut lieu cette ann√©e-l√†.

    ‚ÄĒ Il r√©sulte de ce qui pr√©c√®de que J√©sus a d√Ľ na√ģtre quatre √† cinq ans au moins avant l'√®re vulgaire, et qu'il a pu na√ģtre quelques ann√©es plus t√īt encore. L'√®re vulgaire a √©t√© fix√©e au vie si√®cle, par l'abb√© Denys (Dionysius) Exiguus qui lui a donn√© son nom; elle a √©t√© employ√©e par B√®de le V√©n√©rable (premi√®re partie du VIIIe si√®cle) dans ses ouvrages historiques, et bient√īt apr√®s dans des actes publics, par les rois francs P√©pin et Charlemagne.

    ‚ÄĒ L'√©poque de l'ann√©e en laquelle J√©sus naquit est plus difficile encore √† d√©terminer; ce qu'il y a de sur, c'est que ce ne fut pas en hiver, puisque les bergers gardaient les brebis dans les champs. Selon Lardner, ce serait entre la mi-ao√Ľt et la mi-novembre; selon l'archev√™que Newcome qui prend la moyenne, ce serait le 1er octobre; Winer donne une marge plus grande, et n'exclut que la saison froide. En fait, il n'y a aucune donn√©e positive; le 25 d√©cembre commen√ßa √† pr√©valoir au Ive si√®cle, comme jour de la nativit√©, et si l'on en croit L√©on le Grand, qui mourut en 461, il y avait bon nombre de gens √† Rome qui c√©l√©braient ce jour bien moins √† cause de la naissance du Sauveur qu'en l'honneur du soleil renaissant (Sermon XXI, chapitre 6).

  4. Les généalogies. Matthieu 1:1-16; et Luc 3:23-38, donnent l'un et l'autre la généalogie de Jésus; l'un, écrivant pour les Juifs, prend Abraham pour point de départ; le second, écrivant pour les nations, remonte jusqu'au chef de l'humanité, Adam, et jusqu'à Dieu. Matthieu divise ses générations en trois groupes de quatorze membres chacun; le premier groupe, période de la promesse, va d'Abraham à David; il y manque plusieurs anneaux, notamment entre Salmon et Jessé.

    ‚ÄĒ David, qui est le dernier terme de la premi√®re division, compte aussi comme le premier de la seconde; il est deux fois compris dans les quatorze; cette seconde p√©riode, celle des types rois, s'√©tend jusqu'aux jours de la transportation; au verset 8, entre Joram et Hozias, il manque trois anneaux, Achazia, Joas, Amatsia; au verset 11, les meilleures autorit√©s portent simplement: ¬ęEt Josias engendra J√©chonias, etc.¬Ľ, en omettant la mention de Jakim, qui n'est qu'une glose, mais la glose bien naturelle d'un copiste qui avait remarqu√© une lacune, et qui voulait la combler; seulement elle a √©t√© maladroitement combl√©e. Historiquement, Josias engendra J√©hojakim et ses fr√®res; J√©hojakim n'engendra que J√©chonias, et peut-√™tre un S√©d√©cias mort bient√īt, 2 Rois 23:34; 2 Chroniques 36:4; cf. 1 Chroniques 3:15-16. Les fr√®res de J√©hojakim sont donc les oncles de J√©chonias, et le verset 11 doit se traduire, quant au sens du moins: ¬ęJosias engendra (fut le p√®re ou grand-p√®re de) J√©chonias, et ses oncles.¬Ľ II manque donc √† cette division quatre noms au moins, et au lieu de quatorze on en devrait compter dix-huit, ce qui a fait supposer √† quelques commentateurs que le verset 17, n'√©tait qu'une note qu'un copiste aurait plus tard fait passer dans le texte; mais l'accord des manuscrits s'y oppose. Il est plus probable que ces quatre noms √©taient habituellement omis dans les tables g√©n√©alogiques, sans qu'il y ait pour cela de motif √† nous appr√©ciable (on peut voir une omission semblable dans la g√©n√©alogie d'Esdras, 7:1-5; cf. 1 Chroniques 6:3-15). Dans le troisi√®me groupe (abolition de la royaut√© et des types rois), Salathiel est not√© comme p√®re de Zorobabel (Matthieu et Luc), tandis que, d'apr√®s 1 Chroniques 3:19, Zorobabel √©tait fils de P√©daja, son fr√®re; il faut donc supposer, avec Hug (II, 269), que Zorobabel √©tait le fils a√ģn√© de P√©daja et de la veuve de Salathiel, qui √©tait mort sans enfants, et que pour cela il fut inscrit sur les registres de Salathiel, conform√©ment √† la loi du l√©virat, Deut√©ronome 25:6. Au verset 13, Abiud, et Luc 3:27, R√©sa, sont nomm√©s comme fils de Zorobabel; leurs noms ne se trouvent pas 1 Chroniques 3:19, mais cela n'a gu√®re d'importance. Enfin, verset 16, nous voyons en quelque sorte l'esprit de cette g√©n√©alogie; elle est l√©gale: J√©sus descend de David l√©galement, par Joseph, le mari de Marie; la formule ¬ęengendra¬Ľ dispara√ģt entre Joseph et J√©sus; apr√®s avoir suivi la filiation officielle de Joseph, Matthieu constate que, si J√©sus appartient √† la famille de Joseph, il ne lui appartient que l√©galement, civilement, et non selon la chair. J√©sus √©tait l'h√©ritier naturel, l√©gitime, de Joseph, puisque Joseph, qui avait d'abord voulu renvoyer Marie, l'avait, sur l'ordre de Dieu, √©pous√©e avant la naissance de J√©sus, verset 18; ses droits au tr√īne de David passaient ainsi √† celui qui l√©galement √©tait son fils a√ģn√©; en m√™me temps il doit rester √©tabli pour les lecteurs que Joseph n'√©tait point le p√®re de J√©sus, mais seulement le mari de sa m√®re.

    En comparant les deux généalogies, nous trouvons dans chacune une partie qui commence à David et se termine à Salathiel, mais par deux filiations différentes:

    Matthieu 1     David     Luc 3        
    |

    Salomon
    |
    Jéchonias
    Nathan
    |
    Néri

    |
    Salathiel
    Zorobabel, etc.

    Ainsi, Matthieu désigne Salathiel comme fils ou descendant de Jéchonias et de Salomon, tandis que Luc le désigne comme fils de Néri et de Nathan. L'hypothèse de Paulus qui, pour écarter la difficulté, suppose deux Salathiel, est trop hardie. On peut voir ailleurs l'explication que nous avons donnée de cette espèce de divergence; Salathiel est fils d'Assir, de fait et de droit, et petit-fils de Néri selon la chair, de Jéchonias selon la loi.

    ‚ÄĒ Voir: Salathiel.

    On est assez g√©n√©ralement d'accord √† supposer, quoique rien ne le dise positivement, que Luc a donn√© la g√©n√©alogie de Marie; les rapports de Joseph √† H√©li, verset 23, seraient ceux de gendre √† beau-p√®re, relation l√©gale d'ascendance et de descendance, que le texte ne contredit point, puisque les relations de parent√© ne sont indiqu√©es que par la juxtaposition des noms dont l'un r√©git l'autre, sans indication du degr√©; le g√©nitif peut sous-entendre p√®re, fils, etc.; le texte porte litt√©ralement: ¬ęFils, comme on l'estimait, de Joseph d'H√©li¬Ľ, ces deux noms n'√©tant point unis par le mol fils. Il serait √©tonnant, d'ailleurs, que la descendance directe de Joseph fut indiqu√©e dans la branche de Nathan, lorsqu'on pouvait le rattacher directement √† la branche beaucoup plus glorieuse de Salomon. S'il s'agissait, en effet, de la g√©n√©alogie de Marie, fille d'H√©li, Luc l'aurait donn√©e pour √©tablir que J√©sus descendait de David, non seulement selon la loi, mais aussi selon la chair. Marie √©tait r√©ellement de la famille royale, ce qui nous para√ģt ressortir de Luc 1:27. (¬ęqui √©tait de la maison de David¬Ľ, se rapporte √† ¬ęune vierge¬Ľ); de 2:5, o√Ļ l'enregistrement de Joseph et de Marie dans le m√™me endroit suppose une m√™me origine et une proche parent√©; enfin et surtout de Romains 1:3 (H√©breux 7:14), o√Ļ J√©sus est appel√© fils de David selon la chair,

    ‚ÄĒ Voir: Orig. cont. Celse, et S. Basnage, Ann. I, 88.

    ‚ÄĒ Ceux qui pensent que Luc donne, comme Matthieu, la filiation de Joseph, font d'H√©li et de Jacob deux fr√®res, dont l'un serait mort sans enfants; Joseph, le fils a√ģn√© du survivant, serait l√©galement attribu√© au d√©funt.

    ‚ÄĒ Sur l'ensemble de cet article, dont nous n'avons pu qu'effleurer les difficult√©s,

    ‚ÄĒ Voir: les commentaires, et sp√©cialement en anglais Robinson.

  5. Parents de Jésus,

    1. Marie, sŇďur de la m√®re de J√©sus, Jean 19:25, femme de Cl√©opas ou Alph√©e.

    2. √Člisabeth, cousine de Marie, Luc 1:36.

    3. Jacques, Joses, Simon et Judas, fr√®res de J√©sus, Jean 7:3,5,10; 1 Corinthiens 9:5; Matthieu 12:46; 13:55; Marc 3:32; Luc 8:19; Jean 2:12; Actes 1:14. On a voulu donner au mot ő¨őīőĶőĽŌÜőŅőĮ le sens de cousins, pour concilier ces nombreux passages avec la soi-disant virginit√© perp√©tuelle de Marie; ce sens est possible, mais il est forc√©: on ne comprend pas, en effet, l'affectation avec laquelle les √©vang√©listes emploieraient continuellement le mot fr√®res dans un sens qui n'est pas ordinaire, pour √©viter le mot propre, qui ne se pr√™te √† aucune √©quivoque. Plus la chose √©tait importante, plus il importait aussi de la dire de mani√®re √† √©viter tout malentendu;les ap√ītres ont employ√© une expression qui laisse des doutes sur le degr√© de cette parent√©, et il en r√©sulte au moins ceci, qu'ils n'attachaient aucune importance au fait, en effet bien indiff√©rent, de la virginit√© de Marie. Mais si, √† cette r√©guli√®re r√©p√©tition du m√™me mot, qui finit par signifier quelque chose, qui n'est plus un accident, mais une intention, nous ajoutons le nom de premier-n√© donn√© √† J√©sus, Matthieu 1:25, dans un passage o√Ļ il est parl√© des relations de Joseph et de Marie (cf. aussi verset 18, avant qu'ils fussent ensemble), on doit convenir que la probabilit√© prend un caract√®re plus d√©termin√©, plus positif. Le fait que ces fr√®res et sŇďurs sont constamment avec la m√®re de J√©sus, est √©galement caract√©ristique: ce cort√®ge s'explique s'il s'agit d'enfants, il ne s'explique pas s'il s'agit de neveux et de ni√®ces. On l'a si bien compris, que plusieurs auteurs ont fini par reconna√ģtre qu'il s'agissait l√† des fr√®res de J√©sus, mais fr√®res selon la loi, fils de Joseph, et non de Marie: cette explication l√®ve quelques difficult√©s, mais elle en laisse subsister d'autres, notamment Matthieu 1:18,25. Le passage Jean 19:26, qu'on a parfois invoqu√© pour prouver que Marie n'avait pas d'enfants, prouve seulement que Jean √©tait plus digne de recueillir la vieillesse de Marie, alors presque sexag√©naire, que des fr√®res qui n'avaient pas cru en lui, et qui m√™me une fois avaient voulu faire arr√™ter J√©sus comme ali√©n√©, Marc 3:21; il para√ģt qu'ils furent convertis par la r√©surrection du Seigneur, Actes 1:14, et que ce fait merveilleux les d√©cida de se joindre √† l'√Čglise. Les sŇďurs de J√©sus sont mentionn√©es Matthieu 13:56; cf. Marc 6:3.

    4. La tradition fait de Salom√©, femme de Z√©b√©d√©e, la sŇďur de Joseph, p√®re de J√©sus; mais le Nouveau Testament se tait sur cette parent√©.

  6. J√©sus fut √©lev√© √† Nazareth, et l'on conclut de Jean 7:15, qu'il ne fr√©quenta pas l'√©cole publique (rabbinique) de la ville. Il apprit l'√©tat de son p√®re, suivant l'usage de ce temps, et l'on croit qu'il continua, m√™me pendant sa carri√®re √©vang√©lique, d'y chercher, comme les rabbins, une partie de sa subsistance. Une variante assez recommandable de Marc 6:3, appuierait cette opinion. Ses amis et disciples pourvoyaient du reste √† tout ce qui pouvait lui manquer, Luc 8:3; Marc 15:41, et dans ses voyages il trouvait une hospitalit√© distingu√©e, et des soins qu'il devait aux mŇďurs de l'Orient, et √† la notori√©t√© de ses miracles, Jean 4:45; 12:2. Le coll√®ge apostolique avait un petit fonds commun, destin√© aux besoins les plus urgents, Matthieu 14:17; Luc 9:13; Jean 12:6; 13:29. Si J√©sus n'√©tait pas riche, Luc 2:24; Matthieu 8:20; 2 Corinthiens 8:9; cf. L√©vitique 12:8, on ne saurait non plus se le repr√©senter comme pauvre et mis√©rable, cf. Jean 19:23. Ce serait m√™me contraire √† l'analogie de la foi, cf. Psaumes 37:25.

    On a fait de nombreuses tentatives pour r√©unir en une seule biographie tous les d√©tails que les √Čvang√©listes donnent sur la vie de J√©sus, mais ces Harmonies ont l'inconv√©nient d'√™tre fort arbitraires, car il n'y a pas de fil directeur pour guider dans un travail de ce genre. Les √Čvangiles sont de simples recueils de faits, qui ne tiennent que peu ou point de compte de l'ordre chronologique. Il en r√©sulte que tous les essais qui ont √©t√© faits dans ce sens, et celui de Calvin est certainement le plus remarquable, ne peuvent √™tre consid√©r√©s que comme des pr√©somptions. L'√Čvangile de Jean donne seul quelques dates, mais peu de faits; et c'est √† ces dates qu'il faut rattacher les faits racont√©s dans les synoptiques.

    J√©sus demeurait habituellement √† Caperna√ľm; il fit son premier miracle √† Cana. De l√†, par Nazareth et Caperna√ľm, il va c√©l√©brer √† J√©rusalem sa premi√®re P√Ęque, Jean 2:13. C'est apr√®s cela qu'il appelle ses ap√ītres sur les rives du lac de G√©n√©sareth, Luc 5; il visite Gadara et retourne √† Caperna√ľm; appel de L√©vi; fille de Ja√Įrus; sermon sur la montagne; serviteur du centenier; envoi des douze ap√ītres; retour √† J√©rusalem par B√©thanie. Seconde ou troisi√®me P√Ęque. Lavoir de B√©thesda, retour √† Caperna√ľm, multiplication des pains; voyage √† Tyr et Sidon, Matthieu 15; √† J√©rusalem par la P√©r√©e; retour en Galil√©e; voyage √† C√©sar√©e de Philippe, et peut-√™tre au mont Hermon o√Ļ eut lieu la transfiguration (et non sur le Tabor?) Matthieu 16 et 17, Marc 9, Luc 9; retour √† Caperna√ľm, en P√©r√©e, √† B√©thanie, Luc 9 et 10, Matthieu 19; il passe le Jourdain et revient √† B√©thanie, Jean 10 et 11; en √Čphra√Įm, √† B√©thel et Bethsan: √† J√©rico, Luc 19; entr√©e √† J√©rusalem; derni√®re P√Ęque.

    ‚ÄĒ Celui qui voudra se donner la peine d'essayer pour son compte une harmonie des quatre √Čvangiles, en comprendra tout ensemble les difficult√©s et l'utilit√©. L'esquisse que nous en donnons fera comprendre l'une, le travail seul fera comprendre l'autre. On trouvera un plan approximatif des voyages de J√©sus, dans le Bibel-Atlas de Weiland et Ackermann; c'est une carte qui manque au Scripture-Atlas de Bagster.

    La liste compl√®te des miracles, et celle des paraboles du Sauveur, se trouve dans Bickersteth, Consid√©rations sur l'√Čcriture sainte, p. 98 et 108.

  7. La dur√©e de son minist√®re ne peut √™tre d√©termin√©e d'une mani√®re exacte et s√Ľre. On trouverait les √©l√©ments de cette recherche dans le nombre des P√Ęques que J√©sus a c√©l√©br√©es, mais les trois premiers √©vang√©listes ne mentionnent que la derni√®re, et Jean qui parle de cinq f√™tes juives que J√©sus aurait faites √† J√©rusalem, outre une P√Ęque qu'il a pass√©e en Galil√©e, ne les d√©termine pas assez nettement pour qu'on en puisse rien conclure √† coup s√Ľr. Trois P√Ęques au moins sont cependant indiqu√©es: la premi√®re, Jean 2:13, peu apr√®s le bapt√™me de J√©sus, ainsi presque au commencement de son minist√®re; la seconde, Jean 6:4, J√©sus est en Galil√©e; la troisi√®me et dans tous les cas la derni√®re, Jean 12 et 13. Le minist√®re de J√©sus aurait ainsi dur√© un peu plus de deux ans. Mais si la f√™te des Juifs, Jean 5:1, doit √™tre entendue de la P√Ęque, ce serait une ann√©e de plus qu'il faudrait ajouter √† la dur√©e de sa carri√®re publique. Sans entrer dans des d√©tails qui sont du ressort des commentaires, on peut dire que le mot f√™te, m√™me sans article, d√©signe souvent la P√Ęque, Matthieu 27:15; Marc 15:6; Luc 23:17; cf. Jean 18:39; que Jean, qui a l'habitude de mesurer le temps par les f√™tes, n'a pas voulu dire simplement qu'il y avait une f√™te, mais la f√™te, ce qui semble se rapporter plus sp√©cialement √† la P√Ęque; qu'il ne peut gu√®re √™tre question ici, ni de la f√™te de Pentec√īte, ni de celle des Tabernacles, ni de celle de Purim, quoique ce soit l'opinion de Keppler, propos√©e pour la premi√®re fois en 1615, et adopt√©e aujourd'hui par Hug, Neander, Olshausen, Tholuck, Meyer, Wieseler; que la plupart des auteurs anciens et modernes se prononcent pour la P√Ęque; ainsi Ir√©n√©e: ¬ęEt posthac iterum secund√Ę vice adscendit (J√©sus) in diem Pasch√¶ in Hierusalem, quando paralyticum, qui juxta natatoriam jacebat XXXVIII annos, curavit, etc.;¬Ľ c'est l'opinion d'Eus√®be et de Th√©odoret, de Luther, Scaliger, Grotius, Lightfoot, Leclerc, Lampe, Hengstenberg, Greswell, etc. Cyrille et Chrysostome, √Črasme, Calvin, B√®ze et Bengel, pensent qu'il s'agit de la Pentec√īte. L√ľcke et De Wette laissent la question ind√©cise.

    On voit que les limites de la vie publique de J√©sus sont entre deux ans et demi et trois ans et demi. D'apr√®s ce que nous avons dit de l'√©poque de sa naissance, et en se rappelant qu'il commen√ßa son minist√®re √† l'√Ęge d'environ trente ans, il serait mort √† l'√Ęge de trente-deux ou trente-trois ans, et vers l'an 28 ou 29 de 1√®re chr√©tienne; les termes extr√™mes sont l'an 781 et l'an 783 de Rome, quoique plusieurs p√®res de l'√Čglise le fassent mourir √† un √Ęge beaucoup plus avanc√©, quarante ou cinquante ans, et ne lui donnent en outre qu'une carri√®re publique de huit √† dix mois, d'un an au plus.

    ‚ÄĒ Voir: Winer, Realw.

  8. Calme et tranquille dans la pacifique r√©volution qu'il apporte au monde, J√©sus ne veut pas d√©molir le juda√Įsme avant d'avoir √©tabli le christianisme. Il continue d'observer lui-m√™me les prescriptions de la loi, et s'il les maintient dans toute leur s√©v√©rit√©, en opposition √† la l√Ęche tol√©rance des pr√™tres d'alors, c'est peut-√™tre pour constater une derni√®re fois qu'il est impossible √† l'homme d'√™tre sauv√© par les Ňďuvres. En observant la loi il en d√©termine l'esprit. Il fait du bien √† tous, aux pa√Įens comme aux Juifs, au centenier de Caperna√ľm, √† la syroph√©nicienne, comme √† Ja√Įrus, le chef de la synagogue; il supporte les intol√©rants Samaritains, et les prot√®ge contre l'intol√©rance de ses disciples; il ne craint pas de s'entretenir publiquement avec une femme de cette nation d√©test√©e des Juifs; peu soucieux de l'opinion publique, et la bravant, il s'√©tablit en Galil√©e, et choisit ses amis et ses disciples parmi les humbles et m√©pris√©s Galil√©ens, protestant ainsi de diverses mani√®res contre les pr√©jug√©s de l'orgueil humain, de l'orgueil national, de l'orgueil hi√©rarchique, et de l'orgueil personnel. Il pardonne aux p√©cheurs, il est l'ami des pauvres, des p√©agers, des gens de mauvaise vie; il habite avec eux, et les reprend avec douceur, les relevant au lieu de les abaisser; il semble n'avoir de paroles s√©v√®res que pour les grands de ce monde et les dignitaires du temple; H√©rode est un renard, les pr√™tres et tout ce qui est √† leur d√©votion, une race de vip√®res. On le voit pleurer avec ceux qui pleurent, avec la veuve de Na√Įn, avec la famille de Lazare; l'amour est le fond de son caract√®re; il embrasse tout, il supporte tout; il aime tout ce qui a un cŇďur d'homme, il aime surtout les faibles et les ch√©tifs; c'est aux pauvres que l'√Čvangile est annonc√©; il repr√©sente l'humanit√© dans le sens le plus large; il pr√™che la fraternit√© universelle. On ne doit donc pas s'√©tonner de voir son nom devenir si populaire, de son vivant encore, et servir aux g√©n√©rations de dix-huit si√®cles, comme un symbole de ce qu'il y a de plus divin dans l'humanit√©; l√† m√™me o√Ļ l'√Čglise l'a m√©connu, le peuple l'a reconnu et revendiqu√©, souvent mal √† propos et dans l'ignorance, mais cette ignorance est la faute de ceux qui ne l'ont pas compris eux-m√™mes, lorsqu'ils √©taient charg√©s de l'expliquer. Aux jours de J√©sus le peuple attendait le lib√©rateur d'Isra√ęl, mais un lib√©rateur terrestre; et dans tous les temps J√©sus a √©t√© consid√©r√© par les peuples comme le repr√©sentant d'un lib√©ralisme politique; c'est une erreur qu'il faut imputer avant tout √† ceux qui ont voulu faire du christianisme un moyen de r√©gner, et qui n'ont pas voulu comprendre que son r√®gne n'est pas de ce monde.

    ‚ÄĒ Voir: Bastie, D√©mocratie et Religion, p. 29.

  9. Les ouvrages les plus importants √† consulter sont, outre les commentaires: la Vie de J√©sus par Hess, √©crite surtout en vue de l'√©dification; la Vie de J√©sus, par N√©ander, √©crite davantage au point de vue scientifique et dogmatique; divers fragments de Herder dans ses Ňíuvres m√™l√©es, et la plupart des voyages en Palestine. En fran√ßais nous n'avons presque rien; aucune vie de J√©sus proprement dite; quelques travaux sp√©ciaux seulement, et limit√©s dans leur but; quelques traductions de l'allemand, Sander, Olshausen; puis, sur l'Oraison dominicale, Bonnet, les Discours du pasteur Bridel, de Lausanne, et les Conf√©rences de J. Martin, de Gen√®ve; la Famille de B√©thanie, par Bonnet; quelques travaux dogmatiques de Malan, Gaussen, Roussel; sur son Proc√®s, l'ouvrage de M. Dupin; sur sa Passion, un grand nombre de discours (Saurin, Ad. Monod, H. Monod, Grand-pierre), et de recueils, parmi lesquels nous citerons Francillon, Galland, Dardier, les Hom√©lies du R. P. Innocent, traduction du russe par A, de Stourdza, les Conf√©rences de J. Martin, etc. Nous rappelons aussi pour m√©moire l'ouvrage fabuleux du docteur Strauss, et les nombreuses r√©futations dont il a √©t√© l'objet.

  10. On ne poss√®de aucune donn√©e authentique sur la figure et la taille du Christ; les repr√©sentations et portraits les plus anciens qu'on en a faits, n'ont aucune valeur historique: ainsi, la statue d'airain que lui √©rigea, dit-on, √† Pan√©as (C√©sar√©e), l'h√©morrho√Įsse qu'il avait gu√©rie, monument qui fut d√©truit par ordre de l'empereur Julien; ainsi, le portrait que J√©sus aurait lui-m√™me envoy√© √† Abgare, roi d'√Čdesse; ainsi, le saint mouchoir qui aurait servi √† essuyer sa sueur, et aurait re√ßu miraculeusement l'empreinte de sa ligure (le m√™me qui a derni√®rement p√Ęli √† Rome, et dont les yeux ont lanc√© des √©clairs d'indignation √† propos de la ruine commenc√©e de la papaut√©); ainsi, les portraits que Luc aurait faits de J√©sus, de Marie et de plusieurs ap√ītres; ainsi encore, la description qu'en a donn√©e un employ√© romain, Publius Lentulus, et dont les textes varient consid√©rablement:

    ¬ęCapillos ver√≤ circinos et crispos,... barbam habens copiosam et rubram,... bifurcatam, etc.¬Ľ Ce que l'on peut dire, c'est que, selon toute probabilit√©, J√©sus n'avait pas de d√©fauts corporels, qu'il n'avait rien non plus de bien saillant dans son ext√©rieur, puisque Marie l'a pu prendre d'abord pour le jardinier, que les disciples d'Emma√ľs, et une autre fois les ap√ītres, au bord du lac de Tib√©riade, sont rest√©s quelques moments avant de le reconna√ģtre. Sa physionomie devait refl√©ter la grandeur de son √Ęme, et cet amour de l'humanit√© qui √©tait le fond de son caract√®re et le mobile de sa mission; il devait enfin porter l'empreinte de la souffrance. Son regard et sa voix paraissent avoir eu quelque chose de particuli√®rement puissant. Quelques p√®res, Cl√©ment d'Alexandrie, Orig√®ne, ont cru, mais √† tort, pouvoir conclure de √Čsa√Įe 53:2, que l'ext√©rieur du Seigneur √©tait m√©prisable et repoussant, mais ce v, se rapporte plut√īt √† sa mission et √† sa condition qu'√† son corps et √† sa figure.

    ‚ÄĒ On peut voir dans Calvin quelques d√©tails de plus sur ce sujet, et la nomenclature des reliques nombreuses qu'on pr√©tend avoir conserv√©es de J√©sus, depuis le jour de sa naissance et de sa circoncision jusqu'au jour de son ascension.

Comme essai d'une harmonie des √Čvangiles, et en r√©servant ce que nous avons dit sur la difficult√© et l'incertitude d'un travail de ce genre (I, p. 496) nous pr√©sentons ici le tableau synoptique du professeur Edward Robinson, de New-York, en suivant ses divisions et subdivisions, qui diff√®rent √† quelques √©gards de celles de la Concordance.


PREMI√ąRE PARTIE.

√Čv√©nements relatifs √† la naissance et √† la jeunesse du Seigneur.
(Comprenant l'espace d'environ treize ans et demi.)

5 ou 6 avant J.-C.

‚ÄĒ (Introduction √† l'√Čvangile de saint Luc.)

‚ÄĒ L'ange Gabriel appara√ģt √† Zacharie, et lui annonce la naissance de Jean-Baptiste.

‚ÄĒ J√©rusalem; dans le temple. (Luc 1:1-25)

5 avant J.-C.

‚ÄĒ Six mois apr√®s, le m√™me ange annonce √† Marie la conception miraculeuse, et la naissance de J√©sus-Christ. Nazareth.

‚ÄĒ Visite de Marie √† √Člisabeth. Jutta? H√©bron?

‚ÄĒ Naissance de Jean-Baptiste. Jutta?

‚ÄĒ Vision de Joseph; l'ange lui explique la grossesse de Marie. Nazareth. (Luc 1:26-80; Matthieu 1:18-24)

4 avant J.-C.

‚ÄĒ Naissance de J√©sus. Bethl√©em.

‚ÄĒ Un ange des cieux appara√ģt aux bergers. Environs de Bethl√©em.

‚ÄĒ Circoncision de J√©sus, et sa pr√©sentation dans le temple. Bethl√©em, J√©rusalem.

‚ÄĒ Les mages. Ibid.

‚ÄĒ Fuite en √Čgypte. Cruaut√©s d'H√©rode. Retour de J√©sus. Bethl√©em, Nazareth.

‚ÄĒ Les g√©n√©alogies. (Matthieu 1:25; 2:1-23; 4:1-17; Luc 2:11-40; 3:23-38)

8 après J.-C.

‚ÄĒ J√©sus, √Ęg√© de douze ans, se rend √† J√©rusalem pour la p√Ęque; il enseigne dans le temple. (Luc 2:41-52)


DEUXI√ąME PARTIE.

Le précurseur. Commencements du ministère public du Seigneur.
(Comprenant environ une année.)

An 27 de l'ère vulgaire.

‚ÄĒ Minist√®re de Jean-Baptiste.

‚ÄĒ Le d√©sert. Le Jourdain.

‚ÄĒ Bapt√™me de J√©sus. Jourdain.

‚ÄĒ Sc√®nes de la tentation. D√©sert de Juda (la Quarantania?).

‚ÄĒ Introduction √† l'√Čvangile de saint Jean. Divinit√©, humanit√©, mission de J√©sus.

‚ÄĒ T√©moignage rendu √† J√©sus par Jean-Baptiste. B√©thabara.

‚ÄĒ J√©sus re√ßoit ses premiers disciples, Andr√©, Simon, Philippe. Son entrevue avec Nathana√ęl. Jourdain. Galil√©e.

‚ÄĒ Noces de Cana. (Matthieu 3:1-4:11; Marc 1:1-13; Luc 3:1-4:13; Jean 1:1-2:12)


TROISI√ąME PARTIE.

De la premi√®re √† la seconde p√Ęque.
(Une année.)

An 27-28 de l'ère vulgaire.

‚ÄĒ J√©sus chasse les marchands du temple. J√©rusalem.

‚ÄĒ Son entretien avec Nicod√®me; ibid.

‚ÄĒ Il quitte J√©rusalem, continue de visiter la Jud√©e, et baptise. Nouveau t√©moignage que lui rend Jean-Baptiste. √Čnon. (Jean 2:13-3:36)

Apr√®s l'emprisonnement de Jean-Baptiste, J√©sus quitte la Jud√©e pour se rendre en Galil√©e; il traverse la Samarie. Son entretien avec la femme samaritaine. Beaucoup de Samaritains croient en lui. Sychar (Sichem). Il enseigne publiquement en Galil√©e, et pr√™che dans les synagogues. Nouveau miracle √† Cana de Galil√©e; il gu√©rit, sans y aller, le fils d'un seigneur de la cour, malade √† Caperna√ľm.

‚ÄĒ J√©sus √† Nazareth; rejet√© des habitants, il se retire √† Caperna√ľm et y poursuit son Ňďuvre. P√™che miraculeuse; vocation d√©finitive de Pierre, Andr√©, Jacques et Jean; Bords du lac de G√©n√©sareth, pr√®s de Caperna√ľm. Le sabbat suivant, il gu√©rit un d√©moniaque dans la synagogue de Caperna√ľm. Gu√©rison de la belle-m√®re de Pierre et de plusieurs autres malades; ibid. Tourn√©e dans les villes de la Galil√©e; gu√©rison d'un l√©preux.

‚ÄĒ Gu√©rison d'un paralytique; vocation de Matthieu. Caperna√ľm. (Matthieu 4:12-25; 14:3-5; 8:2-4,14-47; 9:2-9; Marc 1:14-45; 2:1-14; 6:17-20; Luc 3:19-20; Luc 4:14-44; 5:12-28; Jean 4)


QUATRI√ąME PARTIE.

De la seconde √† la troisi√®me p√Ęque.
(Une année.)

An 28-29 de l'ère vulgaire.

‚ÄĒ Lavoir de B√©thesda; gu√©rison d'un impotent. Discours et d√©fense de J√©sus devant le sanh√©drin. J√©rusalem, (Jean 5)

Ses disciples cueillent des √©pis un jour de sabbat, pendant le retour en Galil√©e. Il gu√©rit un homme qui avait la main s√®che. Galil√©e (Caperna√ľm?). Il se retire vers le lac de Tib√©riade, o√Ļ il est suivi par la multitude. Apr√®s avoir pass√© la nuit en pri√®res, il choisit les douze, et fait plusieurs miracles. Pr√®s de Caperna√ľm. (Matthieu 12:1-21; 10:2-4; Marc 2:23-28; 3:1-19; Luc 6:1-19)

Sermon sur la montagne, pr√®s de Caperna√ľm. (Matthieu 5:1-8:1; Luc 6:20-49)

Descendu de la montagne, il gu√©rit le serviteur du centenier (Caperna√ľm); ressuscite le fils de la veuve (Na√Įn); r√©pond aux questions des disciples de Jean qui est toujours en prison (Caperna√ľm); il en appelle √† ses Ňďuvres. Invit√© √† d√ģner chez un pharisien, il pardonne √† la p√©cheresse qui lui oint les pieds (Caperna√ľm). (Matthieu 8:5-13; 11:2-30; Luc 7)

Nouveau voyage en Galilée avec les douze. Il guérit un démoniaque; les scribes et les pharisiens blasphèment; il leur répond par la parabole du démoniaque relaps, et les avertit du péché qui ne sera point pardonné. Ils demandent un miracle; réponse et réflexions du Seigneur. Les vrais disciples de Christ sont ses plus proches parents. À la table d'un pharisien, Jésus dénonce les malheurs qui attendent les scribes et les pharisiens hypocrites. Discours à ses disciples et à la multitude. Massacre des Galiléens; parabole du figuier stérile. Galilée. (Matthieu 12:22-50; Marc 3:19-35; Luc 8:1-3; 19-21; 11:14-54; 12; 13:1-9)

Paraboles du royaume, sur les bords du lac de G√©n√©sareth. Pr√®s de Caperna√ľm. (Matthieu 13:1-53; Marc 4:1-34; Luc 8:4-18)

J√©sus s'embarque pour le bord oriental du lac; incidents; il apaise la temp√™te. D√©moniaques de Gadara. C√īte sud-est de la mer de Galil√©e. Les Gadar√©niens le prient de s'en aller; il traverse de nouveau le lac. Repas dans la maison de Matthieu; discours sur le je√Ľne; il justifie ses rapports avec les p√©agers et les p√©cheurs. R√©surrection de la fille de Ja√Įrus; gu√©rison de l'h√©morro√Įde, de deux aveugles, et d'un d√©moniaque; Caperna√ľm. Il retourne √† Nazareth, enseigne dans la synagogue, mais est de nouveau rejet√©. (Matthieu 8:18-34; 9:1,10-34; 13:54-58; Marc 4:35-41; 5; 2:15-22; 6:1-6; Luc 8:22-56; 5:29-39)

Troisi√®me voyage en Galil√©e; J√©sus envoie les douze pour pr√™cher l'√Čvangile, avec pouvoir de gu√©rir les malades et de chasser les d√©mons. H√©rode-Antipas croit que J√©sus n'est autre que Jean-Baptiste ressuscit√©. Retour des douze; J√©sus se retire avec eux au d√©sert de Bethsa√Įda de Juliade; une multitude d'hommes accourent de toutes parts; J√©sus gu√©rit leurs malades, et nourrit 5,000 hommes avec cinq pains. Caperna√ľm; cote nord de la mer de Galil√©e. Il envoie ses disciples par eau √† Caperna√ľm; la nuit il les rejoint pendant l'orage en marchant sur les eaux qu'il apaise. Contr√©e de G√©n√©sareth. Discours √† la multitude dans la synagogue de Caperna√ľm; il se d√©clare le vrai pain de vie; plusieurs, scandalis√©s de ses discours, l'abandonnent; Pierre confesse que le Christ est le Fils de Dieu. (Matthieu 9:35-38; 10:1; 5-42; 11:1; 14:1-2,6-36; Marc 6:6-16; 21-56; Luc 9:1-17; Jean 6:1-7:1.)


CINQUI√ąME PARTIE.

Depuis la troisi√®me p√Ęque du minist√®re de notre Seigneur,
jusqu'à son départ de la Galilée pour la célébration de la fête des Tabernacles
.
(Espace de six mois.)

An 29 de l'ère vulgaire.

‚ÄĒ Les pharisiens accusent les disciples parce qu'ils mangent sans se laver les mains; J√©sus les d√©fend contre le formalisme. Traditions pharisa√Įques. Caperna√ľm.

‚ÄĒ Voyage dans la contr√©e de Tyr et de Sidon; gu√©rison de la fille de la syroph√©nicienne. Retour par la D√©capole; gu√©rison d'un sourd-muet; nombreuses gu√©risons sur une montagne aux environs du lac: 4,000 hommes nourris miraculeusement. Les pharisiens et les sadduc√©ens demandent un miracle. Pr√®s de Magdala. Pendant la travers√©e, J√©sus met ses disciples en garde contre le levain des pharisiens, etc. C√īte nord-est de la mer de Galil√©e. Gu√©rison d'un aveugle √† Bethsa√Įda. (Matthieu 15; 16:1-12; Marc 7; 8:1-26)

Aux environs de C√©sar√©e de Philippes, Pierre confesse de nouveau la foi de l'√Čglise, et J√©sus lui donne un t√©moignage √©clatant de son approbation. J√©sus annonce ses souffrances, sa mort et sa r√©surrection; Pierre le reprend et J√©sus le repousse comme tentateur.

‚ÄĒ La transfiguration. Entretien de J√©sus avec ses trois disciples touchant Eue. Gu√©rison d'un d√©moniaque que les ap√ītres n'ont pu gu√©rir. Retour en Galil√©e. J√©sus annonce de nouveau sa mort et sa r√©surrection. Miracle pour payer le demi-sicle d'imp√īt; Caperna√ľm. Dispute entre les ap√ītres sur la sup√©riorit√©: J√©sus les exhorte √† l'humilit√©, au support, et √† l'amour fraternel, (Matthieu 16:13-28; 17; 18; Marc 8:27-38; 9; Luc 9:18-50) D√©part pour J√©rusalem. Il traverse la Samarie. Envoi des soixante-dix disciples. Dix l√©preux nettoy√©s. (Luc 9:51-62; 10:1-16; 17:11-19; Jean 7:2-10)

‚ÄĒ C'est ici que l'harmonie des √Čvangiles pr√©sente le plus de difficult√©s, et que les interpr√®tes varient le plus dans leurs essais de coordination.


SIXI√ąME PARTIE.

Depuis la fête des Tabernacles,
jusqu'à l'arrivée de notre Seigneur à Béthanie,
six jours avant la p√Ęque
.
(Six mois, moins une semaine.)

An 29-30 de l'ère vulgaire.

‚ÄĒ J√©sus monte secr√®tement √† J√©rusalem, √† la f√™te des Tabernacles; il se montre vers le milieu de la f√™te. Discussion avec les Juifs sur sa mission divine; il offre √† tous ceux qui en ont soif les gr√Ęces de son Saint-Esprit.

‚ÄĒ La femme surprise en adult√®re.

‚ÄĒ Il condamne les pr√©tentions des Juifs, et √©chappe miraculeusement √† ceux qui voulaient le lapider (Jean 7:11-53; 8;). R√©ponse au docteur qui demande √† J√©sus ce qu'il faut faire pour avoir la vie √©ternelle. D√©finition de l'amour du prochain. Parabole du bon Samaritain. Aux environs de J√©rusalem. J√©sus chez Marthe et Marie, √† B√©thanie. Il apprend √† ses disciples comment il faut prier avec pers√©v√©rance (environs de J√©rusalem); retour des soixante-dix disciples; le Sauveur gu√©rit un aveugle-n√©, en un jour de sabbat; discours et discussions touchant cet √©v√©nement. J√©rusalem. J√©sus √† J√©rusalem pour la f√™te de la d√©dicace. Il se retire au-del√† du Jourdain, √† B√©thabara. R√©surrection de Lazare. B√©thanie. Proph√©tie de Ca√Įphe; les principaux des Juifs d√©cr√®tent la mort de J√©sus. J√©sus quitte J√©rusalem et se retire √† √Čphra√Įm. (Luc 10:17-42; 11:1-13; Jean 9; 10; 11:1-54)

Des multitudes suivent J√©sus au-del√† du Jourdain; gu√©rison (un jour de sabbat) d'une femme malade depuis dix-huit ans. Vall√©e du Jourdain, P√©r√©e. Notre Seigneur s'avance de nouveau vers J√©rusalem √† petites journ√©es, enseignant et gu√©rissant les malades; on l'avertit de prendre garde √† H√©rode. Il d√ģne un jour de sabbat chez un des principaux d'entre les pharisiens; il gu√©rit un hydropique; par plusieurs paraboles il pr√©pare ses disciples √† une vie de renoncement et de sacrifices. Paraboles de la brebis perdue, de l'enfant prodigue, de l'√©conome infid√®le, du mauvais riche, et de Lazare.

‚ÄĒ Exhortations √† une vie irr√©prochable, au pardon et √† l'humilit√©. Il annonce que son r√®gne viendra soudainement et sans √©clat, et pr√©dit la ruine de J√©rusalem. Paraboles du juge inique, du pharisien et du p√©ager; pr√©ceptes relatifs au divorce; J√©sus re√ßoit et b√©nit de petits enfants; le jeune homme qui avait de grands biens; parabole des ouvriers. J√©sus annonce pour la troisi√®me fois sa mort et sa r√©surrection. Ambitieuses pr√©tentions des fils de Z√©b√©d√©e. P√©r√©e.

‚ÄĒ Gu√©rison de deux aveugles aux environs de J√©rico.

‚ÄĒ Visite √† Zach√©e; parabole des dix mines; ibid. J√©sus arrive √† B√©thanie, six jours avant la p√Ęque. (Matthieu 19; 20; Marc 10; Luc 13:10-35; 14; 15; 16; 17; 18; 19:1-28; Jean 11:55-57; 12:1,9-11)


SEPTI√ąME PARTIE.

Depuis l'entr√©e publique de J√©sus dans J√©rusalem jusqu'√† sa quatri√®me p√Ęque.
(Cinq jours.)

An 30 de l'ère vulgaire.

‚ÄĒ J√©sus port√© sur un √Ęnon fait son entr√©e triomphale dans J√©rusalem. Il pleure sur la ville. Le figuier st√©rile, il chasse de nouveau les marchands du temple. B√©thanie. J√©rusalem. Le figuier st√©rile est s√©ch√©. Christ, interrog√© sur l'origine de son autorit√©, confond les membres du sanh√©drin, et les reprend par la parabole des deux fils. Paraboles des m√©chants vignerons, et du festin des noces. Question insidieuse des pharisiens et des h√©rodiens touchant le tribut; r√©ponse de J√©sus. Questions des sadduc√©ens sur la r√©surrection, et des pharisiens sur le plus grand commandement. Comment Christ est le fils de David? J√©sus exhorte les troupes √† se tenir en garde contre les scribes et les pharisiens. Il pleure sur J√©rusalem. La pite de la veuve. Il passe la nuit sur la montagne des Oliviers (?). (Matthieu 21-23; Marc 11 et 12; Luc 19:29-48; 20; 21:1-4; Jean 12:12-19)

Quelques Grecs désirent de voir Jésus. Réflexions sur l'incrédulité des Juifs. Jésus, en quittant le temple, annonce sa prochaine destruction et les persécutions qu'auront à souffrir ses disciples. Mont des Oliviers. Signes précurseurs de la destruction de Jérusalem; Christ est la fin de l'économie juive. Il passe de là, par une transition naturelle, aux grands événements qui précéderont et accompagneront la fin du monde et le jugement dernier. Exhortations à la vigilance. Paraboles des dix vierges, des cinq talents, etc. Ibid. Scènes du jugement dernier.

‚ÄĒ Les chefs conspirent. Le souper de B√©thanie. Trahison de Judas. (Matthieu 24; 25; 26:1-16; Marc 13; 14:1-11; Luc 21:5-36; 22:1-6; Jean 12:2-8)


HUITI√ąME PARTIE.

Quatri√®me p√Ęque. La passion, jusqu'√† la fin du sabbat juif.
(Deux jours.)

Pr√©paration de la p√Ęque. B√©thanie. J√©rusalem.

La p√Ęque. Nouvelle dispute des ap√ītres quant √† leur sup√©riorit√©. J√©sus leur donne l'exemple de l'humilit√© en leur lavant les pieds. Pendant le repas J√©sus d√©signe le tra√ģtre, et Judas se retire. J√©sus annonce la dispersion des douze et le reniement de Pierre. J√©rusalem. (Matthieu 26:17-25,31-35; Marc 44:12-21,27-31; Luc 22:7-18,21-38; Jean 13;)

À la fin du repas Jésus institue la sainte cène (Matthieu 26:26-29; Marc 14:22-25; Luc 22:19-20; cf. 1 Corinthiens 11:23-25) Jérusalem.

J√©sus exhorte et console ses disciples au sujet de son d√©part; il leur promet le Saint-Esprit. Discours de J√©sus; il se repr√©sente comme le vrai cep. Ses disciples seront ha√Įs du monde et doivent se pr√©parer √† souffrir pers√©cution; il leur annonce de nouveau les dons du Saint-Esprit, les exhorte √† prier, et leur promet sa protection et celle de son p√®re. Pri√®re sacerdotale (Jean 14 √† 17). J√©rusalem.

L'agonie en Geths√©man√©; J√©sus trahi et emmen√© prisonnier. Mont des Oliviers. J√©sus devant Ca√Įphe. J√©rusalem. Pierre le renie trois fois. J√©sus devant Ca√Įphe et le sanh√©drin; il d√©clare qu'il est le Christ; il est fouett√© et moqu√©. Le sanh√©drin le renvoie √† Pilate, Pilate √† H√©rode. Pilate cherche √† d√©livrer J√©sus; les Juifs demandent Barabbas. J√©sus, condamn√© √† mort, est frapp√© de verges et insult√©.

Après de nouvelles tentatives pour le délivrer, Pilate livre enfin Jésus aux bourreaux. Repentir de Judas, son suicide. (Matthieu 26:26-75; 27:1-30; Marc 14:26-72; 15:1-19; Luc 22:39-71; 23:1-25; Jean 18:1-19:16; Actes 1:18-19)

J√©sus est conduit au lieu du supplice. Simon de Cyr√®ne. Crucifixion. Les sept paroles. T√©n√®bres. J√©sus expire, le voile du temple est d√©chir√©; le centenier reconna√ģt Christ pour le Fils de Dieu. Les femmes au pied de la croix. La descente de la croix. S√©pulture. Gardiens du s√©pulcre. J√©rusalem. (Matthieu 27:31-66; Marc 15:20-47; Luc 23:26-56; Jean 19:16-42)


NEUVI√ąME PARTIE.

Depuis la résurrection jusqu'à l'ascension.
(Quarante jours.)

Le matin de la résurrection.

La visite des femmes au s√©pulcre; Marie Magdeleine retourne √† J√©rusalem. Les anges au s√©pulcre. J√©sus se montre aux femmes sur le chemin de J√©rusalem. Pierre et Jean courent au s√©pulcre. Le Seigneur et Marie Magdeleine. Rapport des gardes. J√©sus appara√ģt √† Pierre, puis aux deux disciples, sur le chemin d'Emma√ľs. √Ä J√©rusalem il appara√ģt au milieu des ap√ītres, Thomas n'√©tant pas avec eux. Huit jours apr√®s il se montre √† eux, Thomas √©tant au milieu d'eux. J√©rusalem.

‚ÄĒ Les ap√ītres retournent en Galil√©e; J√©sus se montre √† neuf d'entre eux sur les bords du lac de Tib√©riade: il se fait voir aux ap√ītres et √† cinq cents fr√®res sur une montagne de la Galil√©e.

‚ÄĒ Il se montre √† Jacques, puis √† tous les ap√ītres. J√©rusalem.

‚ÄĒ Son ascension; B√©thanie.

‚ÄĒ Conclusion de l'√Čvangile de Jean. (Matthieu 28; Marc 16; Luc 24; Jean 20, et 21; Actes 1:1-12; 1 Corinthiens 15:5-7)

‚ÄĒ Les paraboles de J√©sus, qui renferment toutes ou le germe de sa doctrine, ou le germe de sa morale, ont fix√© dans tous les temps l'attention des commentateurs. Elles ont √©t√© derni√®rement expliqu√©es ou m√©dit√©es par un grand nombre de th√©ologiens ou de pr√©dicateurs fran√ßais, sp√©cialement au point de vue de leurs indications sur la nature de l'√Čglise chr√©tienne (A. Bost, Recherches; A. Saintes, le Royaume des cieux sur la terre, etc.); et dans un point de vue plus g√©n√©ral, E. Buisson, les Paraboles.

‚ÄĒ On trouve bien peu de choses dans les commentaires sur les circonstances qui ont accompagn√© la mort de J√©sus. L'√Čcriture nous dit qu'il y eut des t√©n√®bres sur tout le pays (la Jud√©e, ou la Palestine), depuis la sixi√®me heure jusqu'√† la neuvi√®me (de midi jusqu'√† 3 heures), ainsi pendant toute la dur√©e de la crucifixion,

‚ÄĒ et qu'√† la mort du Sauveur le voile du temple se d√©chira en deux, depuis le haut jusqu'au bas, et la terre trembla, et les rochers se fendirent, et les s√©pulcres s'ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui √©taient morts ressuscit√®rent, et √©tant sortis de leurs s√©pulcres, apr√®s sa r√©surrection, ils entr√®rent dans la sainte cit√©, et ils apparurent √† plusieurs personnes, Matthieu 27:45,51; sq..

‚ÄĒ On a voulu expliquer par une √©clipse de soleil les t√©n√®bres qui accompagn√®rent la crucifixion, et cela a pu para√ģtre d'autant plus naturel que saint Luc ajoute, 23:45: ¬ęLe soleil s'obscurcit.¬Ľ Mais une consid√©ration p√©remptoire s'y oppose, c'est que le mois de nisan commen√ßait avec la nouvelle lune, et que la p√Ęque avait lieu le 15 nisan, par cons√©quent pendant la pleine lune. Tous les commentateurs sont d'accord √† repousser une explication naturelle tir√©e de cet ordre d'id√©es; mais il ne le sont plus quant √† ce qui doit lui √™tre substitu√©. Luc cause physique quelconque (on ne saurait la d√©terminer davantage) a pu produire ce ph√©nom√®ne, et quand on se rappelle non seulement l'√©ternelle prescience de Dieu qui exclut toute id√©e de hasard, mais encore l'importance immense, unique, de la mort du Sauveur pour celui qui dispose √† son gr√© de toutes les forces de la nature, on ne peut m√©conna√ģtre que celui qui a salu√© la naissance de J√©sus par un concert des anges dans les cieux, a d√Ľ aussi consacrer le moment de sa mort par un bouleversement dans les lois naturelles. D'ailleurs, ce n'est point le soleil seulement qui s'obscurcit; la terre s'√©meut, et l'√©conomie du mont Sina√Į est d√©chir√©e dans ce voile myst√©rieux qui fermait l'entr√©e du lieu tr√®s saint; le s√©pulcre et la mort se reconnaissent vaincus, et les pierres m√™me crient; les rochers parlent, l√† o√Ļ un impie clerg√© avait r√©ussi a imposer le silence aux l√Ęches et charnels enfants d'Abraham. ¬ęTous les miraculeux ph√©nom√®nes ici rapport√©s, dit Gerlach (traduction Bonnet et Baup), sont symboliques et renferment de profondes le√ßons. Dieu voulait montrer d'abord qu'il retirait de dessus ce peuple sa lumi√®re, sa pr√©sence protectrice et consolante, et que toutes les puissances des t√©n√®bres r√©unissaient leurs efforts contre le Sauveur du monde, comme il venait de le d√©clarer lui-m√™me, Luc 22:53. Dieu voulut aussi, lors de cet √©v√©nement, le plus extraordinaire de l'histoire de l'humanit√©, montrer, par un miracle qui glorifi√Ęt J√©sus-Christ, l'unit√© qui existe entre le monde invisible et le r√®gne de la nature: le soleil de justice s'√©teint dans les douleurs du Calvaire, et le soleil de la nature se voile de t√©n√®bres.

‚ÄĒ Chacun de ces prodiges, outre le but g√©n√©ral de r√©veiller l'attention et la crainte d'un peuple stupide et endurci, renferme un enseignement particulier. Le voile du temple, cf. Exode 30:10; L√©vitique 16:2; sq., indiquait que la demeure du Dieu vivant et saint √©tait inaccessible √† l'homme p√©cheur, et m√™me au peuple de l'alliance, jusqu'√† l'accomplissement des temps. Ce voile, d√©chir√© au moment o√Ļ se consommait sur la croix le vrai sacrifice d'expiation pour le p√©ch√©, proclamait d'une mani√®re frappante aux yeux de tout le peuple assembl√© dans le temple pour l'ablution du soir (trois heures), que d√©sormais l'acc√®s du tr√īne de la gr√Ęce (figur√© par l'arche de l'alliance dans le lieu tr√®s saint) √©tait ouvert, et que l'homme p√©cheur, banni du ciel, pouvait tourner ses regards et ses esp√©rances vers les demeures √©ternelles de la maison du P√®re, cf. H√©breux 10:20.

‚ÄĒ La terre, th√©√Ętre du p√©ch√©, tremble sous le jugement de Dieu qui lui annonce √† la fois sa destruction et sa r√©novation future.

‚ÄĒ Les rochers, moins insensibles que l'homme aux souffrances du Fils de Dieu et aux coups de la justice divine (‚ÄĒ Voir: Sermon d'Ad. Monod), se fendent et accomplissent litt√©ralement cette parole de J√©sus √† l'√©gard de ses disciples maintenant dispers√©s: ¬ęSi ceux-ci se taisent, les pierres m√™mes crieront¬Ľ, Luc 19:40.

‚ÄĒ Par la rupture de ces rochers, plusieurs s√©pulcres qui y √©taient taill√©s, selon l'usage d'alors, s'ouvrirent; les corps de quelques √©lus de Dieu, endormis dans la foi au grand sacrifice qui venait de s'accomplir, p√©n√©tr√©s de la vie nouvelle dont le Sauveur ouvrait les sources et qui se communiquait √† leur √Ęme, se ranim√®rent, et, apr√®s que la r√©surrection de J√©sus-Christ eut remport√© la derni√®re victoire sur le p√©ch√© et sur la mort, ils sortirent de leurs tombeaux; pr√©mices de la r√©surrection du dernier jour, ils entr√®rent dans ¬ęla cit√© sainte¬Ľ, expression choisie √† dessein pour figurer la J√©rusalem c√©leste, o√Ļ entreront tous les rachet√©s de Christ tir√©s un jour de leurs s√©pulcres; et enfin ils apparurent √† plusieurs fid√®les, pour leur faire conna√ģtre ce merveilleux √©v√©nement et sa signification proph√©tique.¬Ľ

En g√©n√©ral, on n'a pas assez remarqu√© combien toutes les circonstances importantes de l'humanit√© sont intimement mises en rapport avec des faits correspondants dans l'ordre physique et naturel, combien l'esprit et la mati√®re semblent unis par une m√™me vie. Quelquefois on a exag√©r√© ce point de vue; le plus souvent on l'a m√©connu. Il y a peut-√™tre plus d'esprit que de v√©rit√© dans ce parall√®le qu'Olshausen √©tablit entre l'histoire de la chute et celle de la Passion: ¬ęL'arbre de la science a amen√© la chute de l'homme, l'arbre de la croix son rel√®vement; c'est dans le jardin d'√Čden que le premier a succomb√© en mangeant du fruit d√©fendu, c'est dans le jardin de Geths√©man√© que le second Adam a triomph√©, dans le jardin encore qu'il a go√Ľt√© au s√©pulcre le repos du sabbat; le premier homme a trouv√© la mort dans le fruit d'√Čden, c'est dans le fruit du vrai cep (symbole de la communion) que les croyants go√Ľtent la vie √©ternelle. Le p√©ch√© a fait cro√ģtre les √©pines qui ont form√© la couronne du Fils de Dieu, martyr, vainqueur et roi.¬Ľ Mais, quoi qu'il en soit de ces d√©tails, l'√Čcriture nous appelle √† consid√©rer la terre comme le corps de l'humanit√©; elles sont unies comme le corps et l'√Ęme; l'une n'est que mati√®re, l'autre est esprit; mais l'esprit r√©agit sur la mati√®re. Il semble que ce soit une loi de la nature cr√©√©e. √Ä l'homme parfait une terre parfaite; au rachet√© qui soupire en attendant l'adoption, une cr√©ation qui soupire et qui est en travail, Romains 8:21-22; √† l'homme nouveau une nouvelle terre. L'alliance de Dieu avec Isra√ęl, sur le Sina√Į, est scell√©e par l'√©branlement des puissances de l'air. La naissance du Sauveur est c√©l√©br√©e dans les cieux. √Ä sa mort, la lumi√®re p√©n√®tre jusque dans le lieu invisible. Des tremblements de terre annonceront les derniers temps; la r√©surrection des deux t√©moins, Apocalypse M, sera accompagn√©e de signes semblables, et la R√©v√©lation nous montre √† plusieurs reprises le soleil noir comme un sac de poil et la lune comme du sang, jusqu'au jour o√Ļ la terre, elle-m√™me renouvel√©e par un bapt√™me de feu, rentrera en gr√Ęce et sera rendue √† l'homme pour qui elle avait √©t√© cr√©√©e.

On a cherch√©, naturellement, √† expliquer d'une mani√®re purement symbolique, mythique, les bouleversements qui ont accompagn√© la mort du Sauveur. Mais les historiens sacr√©s, parlant √† leurs contemporains de faits r√©cents, ne pouvaient gu√®re esp√©rer de les tromper sur des d√©tails de cette importance; et quant √† l'opinion qui veut que ces faits se soient pass√©s dans l'ordre moral, dans le cŇďur des disciples, ou dans la conscience agit√©e de Pilate et des pr√™tres, elle est combattue par cette circonstance, que le centenier pa√Įen et ses soldats, qui gardaient J√©sus, furent fort effray√©s et tellement frapp√©s de ce tremblement de terre, qu'ils s'√©cri√®rent: ¬ęV√©ritablement cet homme √©tait le Fils de Dieu.¬Ľ


J√ČTHER,
  1. Juges 8:20 (1245 avant J.-C.), fils a√ģn√© de G√©d√©on, refusa de mettre √† mort Z√©bah et Tsalmunah chefs de Madian, parce qu'il √©tait trop jeune.

  2. Isra√©lite d'apr√®s 2 Samuel 17:25, Isma√©lite d'apr√®s 1 Chroniques 2:17. (Ce dernier est le plus probable, mais en tout cas il √©tait pros√©lyte). Il √©pousa Abiga√Įl sŇďur de David, et fut p√®re d'Hamasa, 1 Rois 2:5; il portait aussi le nom de Jithra.


J√ČTHRO, ou R√©huel,
Exode 2:18 (1531 avant J.-C.), prince et sacrificateur de Madian, devait ces titres peut-√™tre √† ses richesses ou √† sa grande sagesse; il donna une de ses filles en mariage √† Mo√Įse, qui les avait prot√©g√©es contre les attaques de bergers avides et paresseux, et retint son gendre aupr√®s de lui, lui confiant la garde de ses troupeaux. Ils durent cependant bient√īt se s√©parer, et J√©thro ne revit Mo√Įse que lorsque celui-ci √©tait √† la t√™te de toute la multitude d'Isra√ęl, dans le d√©sert au pied du Sina√Į. J√©thro, par ses conseils, compl√©ta ce qui pouvait manquer encore √† la paix et au bonheur mat√©riel du peuple et de Mo√Įse, en sugg√©rant √† ce dernier l'id√©e de se faire soulager dans ses fonctions de juge, par des juges inf√©rieurs √©tablis sur cinquante, sur cent, sur mille Isra√©lites, et qui ne feraient remonter jusqu'√† lui que les causes difficiles. Lorsque J√©thro retourna dans son pays, il laissa aupr√®s de Mo√Įse Hobab, son fils, qui l'avait accompagn√©, et qui devait servir de guide aux Isra√©lites dans les solitudes qu'ils traversaient. Exode 3:1; 18:1.

J√©thro descendait d'Abraham par K√©turah; quoique plac√© en dehors du peuple b√©ni, il avait conserv√© quelque connaissance du vrai Dieu, sa foi avait pu √™tre √©clair√©e et fortifi√©e par ce qu'il avait vu et entendu pr√©c√©demment; elle le fut davantage encore par les r√©cits de Mo√Įse, et par l'ou√Įe de toutes les d√©livrances merveilleuses que Dieu avait accord√©es √† son peuple, et il n'h√©sita pas √† se joindre √† Mo√Įse et aux anciens pour offrir un sacrifice en l'honneur de l'√Čternel, grand pardessus tous les dieux.


J√ČTUR, Naphis et Nodab,
1 Chroniques 5:19, Hagar√©niens, chefs de tribus isma√©lites; les deux premiers descendaient d'Isma√ęl, Gen√®se 25:15, mais Nodab √©tait d'une autre famille, √† moins qu'il ne soit le m√™me que Kedma ou tel autre des fils d'Isma√ęl nomm√©s dans ce passage.


JEUNE,
exercice d'abstinence qui a √©t√© dans tous les temps et dans tous les pays une marque de deuil et d'affliction, parce qu'il en est la manifestation naturelle. En Orient surtout, et les mahom√©tans ont encore leur ramadan, ou je√Ľne d'un mois, le jeune a jou√© un grand r√īle dans les c√©r√©monies religieuses, et l'on peut dire qu'il est plus qu'une c√©r√©monie; c'est un acte, mais individuel, recommand√© m√™me par l'exemple et par les pr√©ceptes de J√©sus et de ses ap√ītres. On peut le consid√©rer comme acte de p√©nitence, eu comme pr√©paration de fait √† une vie moins charnelle, moins terrestre, plus pure. Les anciens le consid√©raient davantage sous le premier point de vue, les chr√©tiens doivent s'attacher davantage au second. Chez les Juifs comme chez tous les Orientaux, le je√Ľne √©tait l'expiation des fautes pass√©es, le moyeu de pr√©venir les ch√Ętiments divins, cf. Jonas 3:5, une esp√®ce de sacrifice, surtout le sacrifice des pauvres. Pour le chr√©tien ce doit √™tre un pr√©servatif contre les passions, un moyen presque naturel de les amortir et de les mater, une sorte de crucifixion de la chair, un protecteur, trop n√©glig√© des chr√©tiens, contre l'influence d'un corps de p√©ch√© qui devrait √™tre dompt√© et soumis √† l'esprit.

La loi de Mo√Įse √©tait du reste bien sobre en pr√©ceptes relatifs au je√Ľne; une seule fois dans tout le cours de l'ann√©e, dans le jour solennel des expiations, le je√Ľne le plus s√©v√®re √©tait ordonn√© aux H√©breux, L√©vitique 16:29; 23:27; cf. Actes 27:9; ils devaient alors s'abstenir non seulement du manger et du boire, mais encore de toutes les autres jouissances mat√©rielles qui les auraient √©loign√©s des pr√©occupations s√©rieuses auxquelles ils devaient, se livrer. D'autres je√Ľnes, mais sp√©ciaux, individuels ou facultatifs, sont mentionn√©s dans l'histoire sacr√©e, celui de Josu√©, 7:6, celui des onze tribus, Juges 20:26, celui des Juifs en Mitspa, 1 Samuel 7:6, celui de David, 2 Samuel 12:16;

‚ÄĒ Voir: encore Jonas 3:5; Jo√ęl 2:12; J√©r√©mie 36:9; 1 Rois 21:12; 2 Chroniques 20:3; 1 Samuel 31:13.

‚ÄĒ Apr√®s l'exil, des je√Ľnes furent √©tablis r√©guli√®rement: en m√©moire de la ruine de J√©rusalem et du temple au cinqui√®me mois, Zacharie 7:5; cf. 2 Rois 25:8; J√©r√©mie 52:12; de la mort de Gu√©dalia et des Juifs qui √©taient avec lui, 2 Rois 25:25; J√©r√©mie 41:1; de la premi√®re invasion des Cald√©ens √† J√©rusalem, au quatri√®me mois, J√©r√©mie 52:6; du commencement du si√®ge au dixi√®me mois, 2 Rois 25:1; Zacharie 8:19, et d'autres √©v√©nements plus ou moins affligeants de l'histoire nationale juive; et la passion des je√Ľnes vint au point qu'ils en √©tablirent un au huiti√®me jour du quatri√®me mois contre la traduction des Septante. Le sanh√©drin en prescrivait aussi quelquefois d'extraordinaires, lorsque la terre √©tait menac√©e de s√©cheresse, ou dans l'attente de toute autre calamit√© publique; alors les animaux eux-m√™mes pouvaient √™tre oblig√©s de je√Ľner, Jonas 3:5,7, et Virgile fait dire √† un berger d√©plorant la mort de C√©sar, que les animaux eux-m√™mes je√Ľn√®rent en cette occasion:

Non ulli pastos illis egere diebus
Frigida, Daphoi, boves ad flumina; nulla neque amnem
Libavit quadrupes, nec graminis attigit herbam.
(√Čglog. 5, 24)

On voit des je√Ľnes de famille (dans les m√™mes circonstances o√Ļ nous les trouverions chez nous, si cette coutume avait su s'√©tablir dans nos mŇďurs faibles et sensuelles), 1 Samuel 4:7; 20:34; 31:13; 2 Samuel 1:12; 1 Rois 22:27; Esdras 10:6; N√©h√©mie 1:4, et quelquefois dans l'attente d'un malheur prochain, et pour le d√©tourner, 2 Samuel 12:16; Esther 4:16; Tobie 1:12.

Au temps de Christ, le je√Ľne avait atteint en importance des proportions un peu trop colossales: √† d√©faut de pi√©t√© on avait cherch√© la religion dans les pratiques et dans le je√Ľne; les personnes pieuses savaient je√Ľner et se r√©jouir dans l'attente d'un Sauveur, Luc 2:37; les autres ne savaient que je√Ľner; pour eux je√Ľner c'√©tait tout; les disciples de Jean-Baptiste, qui n'√©taient pas encore entr√©s dans la vive lumi√®re de l'√Čvangile, partageaient les pr√©jug√©s des m√©rites du je√Ľne, Matthieu 9:14; les pharisiens √©taient d√©vou√©s √† cette id√©e, et ils se montraient je√Ľnant deux fois par semaine, Matthieu 9:14; Luc 18:12, le cinqui√®me jour de la semaine auquel Mo√Įse monta sur le Sina√Į, et le second auquel il en descendit. Les ess√©ens et les th√©rapeutes je√Ľnaient aussi beaucoup, et si plusieurs d'entre eux √©taient anim√©s de sentiments pieux et vraiment isra√©litiques, plusieurs aussi ne voyaient non plus dans leur je√Ľne qu'un m√©rite dont ils s'enorgueillissaient.

On voit que Daniel se pr√©parait par le je√Ľne aux r√©v√©lations divines, 10:3; 9:3. C'est aussi par le je√Ľne que se pr√©parait l'exorcisme de ceux qui √©taient poss√©d√©s de mauvais esprits, Matthieu 17:21, et les ap√ītres n'imposaient les mains aux anciens qu'apr√®s avoir je√Ľn√© avec pri√®res, Actes 13:3; 14:23, toujours afin de diminuer les forces de la chair et de d√©gager l'esprit de son enveloppe.

Les Isra√©lites je√Ľnaient ordinairement d'un soir √† l'autre, mais jamais aux jours de sabbat ou de f√™te, et cette longue abstinence leur √©tait plus facile qu'√† nous √† cause de l'ardeur de leur climat. Quelquefois le je√Ľne se prolongeait de plusieurs jours, et alors l'abstinence ne portait que sur les aliments les plus substantiels, Daniel 10:3. On voit cependant, Esther 4:16, l'exemple d'un je√Ľne entier de trois jours. Quant aux deux je√Ľnes de quarante jours, celui de Mo√Įse et celui de J√©sus, ils sortent de la r√®gle et des moyens ordinaires, et on ne peut pas mieux les expliquer que les nier, Exode 24:18; Deut√©ronome 9:9,18; Matthieu 4:2.

J√©sus ne prescrivit aucun je√Ľne √† ses ap√ītres, Matthieu 9:14, cependant ils continu√®rent longtemps d'observer les je√Ľnes juda√Įques, Actes 13:2; 14:23; 2 Corinthiens 11:27, et les premiers chr√©tiens je√Ľnaient, soit seuls, soit ensemble, mais volontairement.

Voici quelques paroles de l'abb√© Fleury sur le je√Ľne; il regrette les anciens temps, et apr√®s avoir cit√© pour mod√®les les Juifs, les ap√ītres et les premiers chr√©tiens, il ajoute: ¬ęJe sais que l'on est aujourd'hui peu touch√© de ces exemples. On croit que ces anciennes aust√©rit√©s ne sont plus praticables. La nature, dit-on, est affaiblie depuis tant de si√®cles. On ne vit plus si longtemps. Les corps ne sont plus si robustes. Mais je demanderais volontiers des preuves de ce changement; car il n'est point ici question des temps h√©ro√Įques de la Gr√®ce, ni de la vie des patriarches ou des hommes avant le d√©luge: il s'agit du temps des premiers empereurs romains, et des auteurs grecs et latins les plus connus. Que l'on y cherche tant que l'on voudra, on ne trouvera point que la vie des hommes soit accourcie depuis seize cents ans. D√®s lors, et longtemps devant, elle √©tait born√©e √† soixante-dix ou quatre-vingts ans. Dans les premiers si√®cles du christianisme, quoiqu'il y e√Ľt encore quelques Grecs et quelques Romains qui pratiquassent les exercices de la gymnastique pour se faire de bons corps, il y en avait encore plus qui s'affaiblissaient par les d√©bauches, particuli√®rement par celles qui minent le plus la sant√©, et qui font qu'aujourd'hui plusieurs d'entre les Levantins (Orientaux) vieillissent de bonne heure. Cependant de ces d√©bauch√©s d'√Čgypte et de Syrie sont venus les plus grands je√Ľneurs, et ces grands je√Ľneurs ont v√©cu plus longtemps que les autres hommes.¬Ľ


JEUX.
Les Hébreux n'étaient riches en divertissements d'aucun genre; leur caractère était trop sérieux, leur éducation trop sévère, leur religion trop pure, même dans son formalisme. Les vers de Racine le font admirablement sentir:

Quels sont donc vos plaisirs? ‚ÄĒ Quelquefois √† l'autel
Je présente au grand prêtre ou l'encens ou le sel:
J'entends chanter de Dieu les grandeurs infinies;
Je vois l'ordre pompeux de ses cérémonies.

Sans doute, les enfants s'amusaient quelquefois; on les voit jouer dans les rues, Zacharie 8:5; Matthieu 11:16; Job 40:24; semble indiquer qu'ils aimaient √† apprivoiser des oiseaux, et Zacharie, 12:3; qu'ils connaissaient le jeu du disque ou un exercice gymnastique de ce genre, comme le jet de la pierre des montagnards suisses. Ce sont les seules traces qui nous soient laiss√©es de divertissements quelconques; et du reste, on ne trouve chez eux aucune sorte de jeux particuliers, pas m√™me le jeu de d√©s si usit√© chez les anciens, ni jeux de hasard, ni jeux de repr√©sentations, ni th√©√Ętres, ni courses de chevaux, ni combats d'hommes ou d'animaux. Et Salomon, qui avoue qu'il ne s'est refus√© aucun plaisir, ne parle de rien de semblable (Calmet); il ne parle que de beaux b√Ętiments, de jardins, de vignes, de vergers, de r√©servoirs d'eau, de bonne ch√®re, d'amas d'or et d'argent, de musiciens et de musiciennes. Dans le passage 2 Samuel 2:14, il n'est pas question d'un jeu, mais d'un v√©ritable combat. La musique, Lamentations 5:14, le chant et la conversation aux portes de la ville √©taient les seuls d√©lassements des H√©breux, leurs seules distractions. Plus tard, apr√®s l'exil, lorsqu'ils se corrompirent par le contact des Grecs, ils accept√®rent leurs jeux, et les pontifes eux-m√™mes introduisirent dans les √©coles publiques et dans les gymnases la lutte, la course, le palet, 2 Maccab√©es 4:12; cf. 1 Maccab√©es 1:15; puis quand √† la domination grecque eut succ√©d√© la domination romaine, les H√©rodes firent construire des th√©√Ętres et des amphith√©√Ętres en plusieurs villes de la Palestine, et y firent repr√©senter des pi√®ces et des jeux de tous genres, divertissement fort honn√™te, fort innocent en lui-m√™me, qui tendait seulement √† faire aimer les choses visibles au d√©triment des choses invisibles, et qui ne pr√©para pas les cŇďurs √† recevoir le roi humble et d√©bonnaire qui allait venir.

‚ÄĒ Saint Paul fait quelques allusions aux jeux et aux combats des Grecs: 1 Corinthiens 9:24,27; 2 Timoth√©e 2:4,5; peut-√™tre aussi 1 Corinthiens 15:32; cf. 4:9, quoiqu'il ne soit pas tr√®s s√Ľr (R√ľckert) que les b√™tes f√©roces dont il est parl√© dans ce passage, soient de celles auxquelles on livrait quelquefois les malfaiteurs pour satisfaire la curiosit√© th√©√Ętrale du public; une des principales objections, c'est que Paul √©tait citoyen romain, et que cette qualit√© devait le soustraire au supplice, mais son titre n'a pas toujours √©t√© connu ou respect√©, cf. Actes 16, et dans un mouvement de cruaut√© populaire l'on aura pu n'y pas avoir √©gard et le m√©conna√ģtre.


J√ČZANIA,
‚ÄĒ Voir: Hazaria #7.


JIBL√ČHAM,
ville de la tribu de Manassé en deçà du Jourdain, Josué 17:11; 2 Rois 9:27. Elle fut longtemps habitée par les Cananéens, Juges 1:27. C'est la même que Bilham, 1 Chroniques 6:70.


JIGDALIA,
fils de Hanan, Jérémie 35:4, homme de Dieu ou prophète, entièrement inconnu.


JIR√ČIJA,
Jérémie 37:13 (587 avant J.-C.), officier de Sédécias; il arrêta, à la porte de Benjamin, le prophète Jérémie qui voulait quitter Jérusalem, dont il attendait la destruction, et se retirer en Benjamin. Tu vas te rendre aux Caldéens, lui dit-il, et il le conduisit devant les chefs ses ennemis, qui le firent battre de verges et jeter en prison.


JISBAH,
fils de Méred et père ou chef d'Estemoah, ville de Juda, 1 Chroniques 4:17; Josué 15:50 (?).


JISCA,
Gen√®se 11:29, fille de Haran le fr√®re d'Abraham, et par cons√©quent ni√®ce de ce dernier; elle √©tait sŇďur de Milca, qui √©pousa son oncle Nacor, aussi fr√®re d'Abraham. Quelques-uns pensent que c'est la m√™me qui prit plus tard le nom de Sara√Į et devint √©pouse d'Abraham; cependant cela est peu probable √† cause de Gen√®se 20:12.


JITHNAN,
ville de Juda sur la fronti√®re de l'Idum√©e, Josu√© 15:23, √† 6 milles d'√Čleuth√©ropolis du c√īt√© d'H√©bron, d'apr√®s Eus√®be.
JITHRA,
‚ÄĒ Voir: J√©ther #2.


JIZRABIA,
1 Chroniques 7:3, arrière-petit-fils d'Issacar, eut quatre enfants, et sa postérité sous David comptait déjà 36,000 hommes en état de porter les armes; l'historien sacré explique par la polygamie ce prodigieux accroissement.


JIZR√ČHEL, Jesr√©el, ou Esdraelon,
  1. √©tait une ville de la tribu d'Issacar, Josu√© 19:18; elle fut longtemps la r√©sidence du roi Achab, 1 Rois 18:45; 21:1, et apr√®s lui de sa veuve J√©sabel, 2 Rois 9:30, qui l'a rendue c√©l√®bre par l'histoire de la vigne de Naboth, 1 Rois 21:1; 2 Rois 9:10. D'apr√®s Eus√®be, elle √©tait situ√©e entre Scythopolis et L√©gion, √† 12 milles de la premi√®re selon J√©r√īme, et √† 10 de la derni√®re, non loin de Dotha√Įn, Judith, 3:11. La source qui se trouve dans son voisinage, 1 Samuel 29:1, porta plus tard le nom de Tubania, et allait jeter ses eaux dans le Jourdain du c√īt√© de Scythopolis. La plaine de Jizr√©hel, Josu√© 17:16; Juges 6:33; Os√©e 1:5, s'√©tendait de tous les c√īt√©s √† l'entour de la ville, depuis le Carmel jusqu'au Jourdain √† la sortie du lac de G√©n√©sareth; elle touchait, au nord, aux montagnes de la Galil√©e, vers le pied du mont Thabor, au sud aux montagnes d'√Čphra√Įm; le Kison la traversait dans presque toute son √©tendue, et lui donnait une richesse de fertilit√© qui n'est pas perdue de nos jours, quoiqu'elle ait consid√©rablement diminu√©. Un grand nombre de batailles s'y sont livr√©es, car la plaine de Jizr√©hel √©tait bien faite pour s√©duire ceux qui aiment √† √©tendre de longues colonnes d'arm√©es: outre les combats rapport√©s dans l'√Čcriture, Juges 4:13; 6:33; 1 Samuel 29:1; 31:1; 1 Rois 20:26; 2 Rois 23:29; 1 Maccab√©es 12:49, il faut compter encore la sanglante bataille des Juifs contre Vespasien, la rencontre des crois√©s et de Sa-ladin, la d√©faite des Turcs par Bonaparte en 1799, et un combat plus sanglant, plus acharne, d√©finitif, que l'√Čcriture semble annoncer comme devant se livrer dans cette c√©l√®bre plaine √† la fin des temps.

    C'est par la plaine de Jizréhel que passait la grande route de Samarie à Jérusalem. Les voyageurs qui l'ont parcourue ne sont pas d'accord sur son étendue, et varient entre 10 et 20 milles de longueur et 7 à 12 de largeur.

  2. Ville de Juda, Josué 15:56.

  3. Un fils de Hétham, de la tribu de Juda, 1 Chroniques 4:3.

  4. Fils d'Osée et de Gomer la femme débauchée, Osée 1:4.


JOAB,
  1. 1 Chroniques 4:14, fils de S√©raja, fonda une colonie d'ouvriers √† Ono, dans une vall√©e de Benjamin voisine du Jourdain, cf. N√©h√©mie 11:35. Il √©tait petit-fils de K√©naz et neveu de Hothniel, le premier des juges, Juges 1:13. √Ä cette √©poque, qui n'√©tait pas fort √©loign√©e du s√©jour de l'√Čgypte, les Isra√©lites avaient, comme on voit, conserv√© la connaissance des arts et m√©tiers que leurs p√®res avaient appris pendant la servitude, et qu'ils avaient eu l'occasion d'exercer encore pendant le voyage du d√©sert.

  2. Joab, neveu de David par Ts√©ru√Įa fille d'Isa√Į, 1 Samuel 26:6; 2 Samuel 8:16; 17:25; 23:18; 1 Chroniques 2:16; 18:15; 27:7 (1053 avant J.-C.). Il devint g√©n√©ral en chef des troupes de son oncle, et fut redevable de son avancement aussi bien √† ses grands talents militaires qu'√† ses liens de parent√© avec le roi. Il commanda, avec ses fr√®res Haza√ęl et Abisa√Į, les troupes de David contre Abner, lorsque David n'avait encore pour lui que la tribu de Juda; vainqueur, il vengea la mort d'Haza√ęl en tuant Abner dans un guet-apens. Puis lorsque David eut √©t√© reconnu roi de tout le pays et qu'il eut transport√© sa r√©sidence de H√©bron √† J√©rusalem, Joab ayant enlev√© aux J√©busiens la colline de Sion qu'ils occupaient encore, il fut nomm√© chef supr√™me de l'arm√©e, 2 Samuel 10:7; 11:1; 1 Rois 11:15, et on ne le voit qu'une seule fois √† la t√™te d'une division sous les ordres de David, 2 Samuel 18:2. Il fit ensuite la guerre d'Idum√©e, Psaumes 60:1, et le si√®ge de Rabbath-Hammon o√Ļ p√©rit Urie, qu'il exposa lui-m√™me sur l'ordre de David.

    Pendant l'exil d'Absalon, Joab le servit aupr√®s de son p√®re et r√©ussit √† op√©rer un rapprochement momentan√©, qu'il ne voulut ou n'osa pas m√™me solliciter complet; cependant Absalon ayant fait incendier les champs de Joab, celui-ci, fatigu√© des importunes instances d'Absalon, finit par interc√©der pour lui aupr√®s du roi, et obtint qu'il p√Ľt rentrer √† la cour. Mais, soit qu'il en voul√Ľt √† Absalon pour le proc√©d√© dont il s'√©tait servi, soit qu'√† tout prendre il pr√©f√©r√Ęt le roi l√©gitime √† un usurpateur dont il √©tait peut-√™tre jaloux, il ne s'associa pointa la conjuration, resta fid√®le √† David, battit Absalon √† la bataille d'√Čphra√Įm et le tua malgr√© les ordres expr√®s du roi, 2 Samuel 18. Ce meurtre resta impuni devant la loi, mais David rempla√ßa Joab par Hamasa, et le favori disgraci√© ne put reprendre sa place que par un nouveau meurtre, celui de son rival, 2 Samuel 20:7. Il continue alors le si√®ge d'Abel, o√Ļ s'√©tait r√©fugi√© S√©bah, et ne se retire qu'apr√®s la mort du rebelle. De retour aupr√®s de David, il entreprend malgr√© lui le d√©nombrement du peuple, qu'il d√©conseille, 1 Chroniques 21; puis, ne pouvant oublier l'affront qu'il a re√ßu, toujours irrit√© contre David, voyant ce roi devenir vieux, il cherche √† se mettre dans la faveur d'Adonija, qui aspire √† la couronne; mais, au milieu d'un banquet des conjur√©s, arrive le bruit du sacre de Salomon et des mesures royales qui sont prises pour pr√©venir la r√©ussite du complot. Joab s'enfuit √† Gabaon, le sort d'Abiathar l'effraye, celui d'Adonija, fr√®re de Salomon, l'effraye plus encore; il se cramponne √† l'autel, mais B√©naja se jette sur lui, et, malgr√© la saintet√© du lieu, le met √† mort sur l'ordre r√©it√©r√© de Salomon, √† qui David avait laiss√© l'ordre de ne point l'√©pargner, 1 Rois 2:5; sq..

    Ainsi mourut ce grand et sanguinaire capitaine, expiant √† la fois quatre grands crimes qui, tous les quatre, avaient eu leurs excuses (quel crime n'en a pas!), le meurtre d'Abner qui avait tu√© Haza√ęl, le meurtre d'Absalon qui avait √©t√© rebelle, celui d'Hamasa qui avait aussi commenc√© par la r√©volte, enfin la conjuration d'Adonija, qui se pr√©sentait comme l'a√ģn√© des fils et le pr√©tendant l√©gitime. Ambitieux, mais sage et prudent, il a su toute sa vie d√©truire ou m√©nager, selon que cela lui √©tait avantageux. Il a attendu la vieillesse pour commettre une imprudence, et elle lui a co√Ľt√© cher; il tenait √† la vie et n'a pu la sauver, malgr√© sa passive r√©sistance. Son nom est rappel√©, 1 Chroniques 26:28, parmi ceux qui consacr√®rent √† Dieu les d√©pouilles des vaincus.


JOACHAZ,
‚ÄĒ Voir: J√©hoachaz #3.


JOAD,
‚ÄĒ Voir: J√©hojadah.


JOAS.
  1. P√®re de G√©d√©on, de la tribu de Manass√© (1245 avant J.-C.), Juges 6:11; 7:14; 8:13. Longtemps idol√Ętre, il avait chez lui un autel de Bahal, et un bocage pr√®s de sa demeure, mais lorsque son fils eut port√© la main sur ces tristes objets d'un faux culte, il comprit lui-m√™me la grandeur de son p√©ch√©, et n'h√©sita pas √† se joindre √† G√©d√©on contre ceux qui venaient lui demander raison de sa conduite; il eut le bonheur d'√™tre plus ferme dans le bien qu'il ne l'avait √©t√© dans le mal.

  2. Joas, 1 Rois 22:26; 2 Chroniques 18:25, appelé fils du roi (d'Achab, peut-être, par une femme de second rang), ou fils d'Hammélec (inconnu). C'est à lui que fut confiée la garde du prophète Michée pendant l'expédition d'Achab contre le roi de Syrie.

  3. Joas, huiti√®me roi de Juda, occupa le tr√īne pendant quarante ans (878-838). Il √©tait le seul des fils d'Achazia qui eut √©chapp√© √† la cruaut√© de sa grand'm√®re, l'usurpatrice Hathalie. √Člev√© sur le tr√īne √† l'√Ęge de sept ans, par les soins du souverain sacrificateur J√©hojadah, qui lui avait conserv√© la vie et la couronne, il marcha dans les voies de la pi√©t√© aussi longtemps qu'il fut sous la direction de ce cher et v√©n√©rable parent, et son royaume prosp√©ra; il s'occupa entre autres, avec beaucoup de z√®le, de la restauration du temple. Mais apr√®s la mort de J√©hojadah, il para√ģt qu'il tomba sous l'influence des grands du royaume, qui, enclins au vice et √† l'idol√Ętrie, supportaient avec impatience le joug de la religion, et qui l'entra√ģn√®rent m√™me √† faire mourir le proph√®te Zacharie, fils de son bienfaiteur J√©hojadah, dont les reproches irritaient leurs consciences. D√®s lors son histoire ne pr√©sente plus qu'une suite de malheurs. Sa noire et honteuse ingratitude envers son fr√®re adoptif fut punie, et ceux qui la lui avaient sugg√©r√©e n'√©chapp√®rent pas au malheur commun; il se vit menac√© d'une invasion des Syriens, ses arm√©es furent d√©faites par des ennemis bien moins nombreux, et il dut racheter sa couronne et son ind√©pendance au prix des tr√©sors du temple; enfin il se forma une conjuration contre lui, et il p√©rit sous le fer des assassins, 2 Rois 11 et 12:2 Chroniques 23 et 24. Il fit le bien ou le mal, suivant qu'il fut bien ou mal conseill√©; il ne manqua pas d'√©nergie, mais de volont√©, et ce qu'on lui lit vouloir, il sut l'ex√©cuter avec r√©solution; triste r√©solution qui a imprim√© √† sa m√©moire une tache ineffa√ßable. S'il devait mal finir il e√Ľt mieux valu pour lui qu'il n'e√Ľt pas bien commenc√©.

  4. Joas, fils et successeur de Joachaz, fut le douzi√®me roi d'Isra√ęl, et r√©gna seize ans (840-825). Ce que l'histoire sacr√©e nous dit de lui nous donne l'id√©e d'un caract√®re assez m√©lang√©. D'un c√īt√© l'on voit chez lui un certain courage, un certain degr√© de foi, quelque confiance, et beaucoup d'estime pour le proph√®te √Člis√©e; de l'autre, il para√ģt avoir suivi les √©garements de ses pr√©d√©cesseurs, et √™tre rest√© fid√®le au culte du veau d'or. Il pleura quand il apprit que le proph√®te √©tait pr√®s de sa fin; il vint le voir et frappa trois fois la terre de ses fl√®ches; c'√©tait un oracle, et √Člis√©e lui dit qu'au lieu d'exterminer les Syriens il ne les frapperait qu'en trois rencontres; il r√©ussit en effet √† reprendre aux Syriens quelques villes situ√©es sur la rive droite du Jourdain, que son p√®re avait perdues, mais il ne poussa pas plus loin ses avantages. Il fut √©galement heureux contre Amatsia, roi de Juda. Malgr√© ses efforts pour maintenir la paix, il dut prendre les armes et p√©n√©tra jusque dans J√©rusalem, qu'il ran√ßonna, et qu'il laissa ainsi appauvrie et ruin√©e √† son roi naturel, d√©daignant de le d√©tr√īner, 2 Rois 13:9-25; 14:1-18; 2 Chroniques 25.

    ‚ÄĒ √Ä tout prendre, pour un roi d'Isra√ęl, il n'a pas √©t√© un mauvais roi, et sa m√©moire ne doit pas √™tre sans estime. Son nom est rappel√© Os√©e 1:1; Amos 1:1.


JOB.
L'id√©e principale de tout le livre qui porte le nom de Job, revient √† cette question dont plusieurs autres documents de la litt√©rature h√©bra√Įque se sont aussi occup√©s, l'Eccl√©siaste par exemple: Pour quoi l'homme le plus pieux est-il souvent le plus souffrant, tandis que les plus m√©chants peuvent se r√©jouir dans l'abondance du bonheur? L'auteur r√©pond √† cette question, non par le raisonnement, mais par une r√©signation pieuse; il n'en sait rien: c'est une hardiesse coupable de se permettre des jugements sur les intentions cach√©es de Dieu, parce que l'exp√©rience montre toujours que si Dieu impose des souffrances aux hommes pieux, ces souffrances servent √† leur v√©ritable bien, et seront pour eux la source de joies d'autant plus grandes, d'autant plus excellentes; il y aurait, par cons√©quent, de l'injustice √† tirer du bonheur ou du malheur d'un homme des conclusions √† l'√©gard de ses dispositions morales.

Cette id√©e n'est pas d√©velopp√©e seulement par une th√©orie, elle est mise en action et pr√©sent√©e d'une mani√®re visible, sous une forme d'histoire. La Providence, dans ses conseils, choisit un fils de cette terre pour r√©aliser par ses √©preuves la v√©rit√© de sa sagesse et de sa bont√©. Cette personne est emprunt√©e √† l'antiquit√© la plus recul√©e; les charmes qu'ont pour lui les lieux o√Ļ ont v√©cu ses anc√™tres l'entourent; Job, le riche patriarche, l'heureux p√®re, l'√©mir de l'Arabie, devient le plus malheureux des mortels; sa pi√©t√© grandit avec son malheur; au milieu des maux qui l'accablent il ne murmure pas, il reste un mod√®le de patience jusqu'au moment o√Ļ l'on vient attaquer sa droiture et sa pi√©t√© elle-m√™me.

Les trois amis de Job repr√©sentent les jugements du monde: ils r√©p√®tent sans cesse, et sous diff√©rentes formes, que Dieu fait du bien aux bons et du mal aux m√©chants. Cette pens√©e peut √™tre vraie en elle-m√™me, elle peut √™tre juste, elle est fausse dans certaines limites, dans l'application qu'ils en font; ils m√©connaissent la pi√©t√© de Job parce qu'ils ont des id√©es fausses sur ce qu'est la vraie pi√©t√©, et Job remporte la victoire sur eux sans avoir cependant enti√®rement raison lui-m√™me. La v√©rit√© est entre les deux. √Člihu survient alors, il entre en sc√®ne et fait des reproches aux deux partis; il montre √† Job ses torts, c'est qu'il s'est cru innocent, et s'est regard√© comme Dieu; Job a discut√© avec sa propre justice, aussi bien que ses amis. √Člihu est donc destin√© √† humilier Job; il pr√©pare ainsi l'apparition de Dieu lui-m√™me, qui, dans une brillante th√©ophanie et dans un discours plein de majest√©, d√©clare qu'il est le seul souverain, montre √† Job les miracles de la nature et les merveilles de la cr√©ation, et lui reproche d'avoir os√© entrer en lutte avec lui. Mais Job obtient sa gr√Ęce, Dieu lui pardonne, lui accorde la gr√Ęce de ses amis, et lui rend au double tout ce qu'il a perdu. Le livre se compose de trois parties:

  1. le prologue, chapitre 1 et 2;

  2. le corps du livre, discours et action, la partie poétique, 3-41;

  3. dénouement et épilogue, chapitre 42.

Il y a beaucoup de rapports entre l'idée dominante du livre de Job, et celle qui règne dans la plupart des tragédies grecques. Le contraste du bien et du mal; l'inégalité de la récompense; les luttes de l'existence humaine dans toute sa fragilité, avec les coups du sort, voilà le but sublime de l'ancienne tragédie: c'est également celui de Job, mais avec cette différence que les Grecs, suivant la nature de leur religion, nous montrent l'idéal de l'humanité (Sophocle lui-même nous indique l'idéal de la tragédie quand il dit qu'il a décrit les hommes tels qu'ils devraient être, et qu'Euripide les a décrits tels qu'ils sont), tandis que dans Job l'homme est dépeint avec ses misères, n'occupant qu'un rang inférieur; Dieu et ses perfections sont mis au premier rang, et forment l'objet principal de tout le livre; toute la gloire revient à Dieu et à lui seul. Du reste, ressemblance dans la forme, même choix des objets, même caractère dramatique des personnes; le fait présenté n'est plus un fait individuel, c'est une affaire publique, la propriété de la nation: même distinction exacte des personnes, et partant même intérêt, parce que ce ne sont plus des caractères ordinaires, mais les représentants d'un certain nombre d'hommes et d'idées. Enfin, même beauté de langage, de poésie, dont les beautés varient comme dans les drames grecs, et même profondeur des idées.

Le contenu du livre est-il une fable ou une histoire? Cette question a souvent été décidée d'une manière trop exclusive; les uns ont voulu tout nier, les autres ont voulu regarder jusqu'aux moindres détails comme des faits, et les moindres paroles comme ayant été réellement prononcées. Les uns et les autres ont mis en avant de bonnes raisons. On peut faire valoir contre la vérité historique,

  1. le caractère poétique du livre, qui indique une fiction: on ne peut pas imaginer que les amis de Job aient improvisé des réponses en vers aussi bien faits, et dans un ordre aussi admirable. Ce que Schultens dit du caractère national des Arabes et de leur facilité à improviser en vers, n'est pas suffisant pour expliquer la richesse de la poésie des discours de ce livre. Dans la bouche de Job, ces improvisations sont encore moins probables.

  2. Le prologue même, et l'épilogue, qui sont en prose, ne peuvent pas être pris à la lettre; la scène dans les cieux, et le conseil de Dieu, sont une fiction. Les chiffres sont ronds: après son rétablissement, Job retrouve le double de ce qu'il a perdu; cette précision est également le fait du narrateur! Enfin la manière égale et calme dont tout est raconté ne convient pas à l'histoire, et l'on voit que celui qui raconte tient moins à l'exactitude historique qu'à l'impression générale.

  3. Le nom de Job est symbolique; soit qu'on le fasse dériver de l'arabe, il signifie se repentir, soit qu'on le dérive de l'hébreu, il signifie un homme qui est attaqué, comme Job, de toutes sortes de maux.

‚ÄĒ Voici, d'un autre c√īt√©, les arguments qu'on invoque pour prouver que l'histoire de Job n'est pas un conte fait √† plaisir, mais un fait r√©ellement arriv√©:

  1. Quelques circonstances, quelques notices historiques, la g√©n√©alogie d'√Člihu, 32:2, la patrie d√©sign√©e de Job et de ses amis, 1:1; 2:11.;

  2. le t√©moignage d'√Čz√©chiel, chapitre 14:14,16,20; cf. Jacques 5:11, o√Ļ Job est cit√© comme un personnage historique;

  3. la tradition; ainsi les Septante et la Peschito racontent toute sa généalogie en voyant Job dans le Jobab de Genèse 36:33. (cependant les Septante ayant copié la Peschito, ne font pas un témoignage à part).

  4. On montre encore en Orient le sépulcre de Job, mais malheureusement en cinq endroits différents, à Neva ou Nava, sur la route de Damas, non loin de Jérusalem; à Hems (Hamath), en Syrie; à Hellé, sur l'Euphrate; dans l'Arabie Heureuse, à 2 ou 3 lieues de Sanaa; et sur la route d'Ispahan à Schiras; enfin, d'après Eusèbe, la tradition montrait encore la maison de Job à Hastaroth-Karnajim.

‚ÄĒ En r√©sum√©, il para√ģt √©vident que l'auteur a, comme les po√®tes, puis√© son sujet dans l'histoire, qu'il l'a d√©velopp√© po√©tiquement, et qu'il a appropri√© l'histoire √† son but; dans tous les cas, il serait hardi de vouloir d√©terminer ce qui appartient absolument √† l'histoire et ce qui est absolument fiction.

Quant √† l'√©poque de la composition de ce livre, plusieurs pensent qu'il a √©t√© r√©dig√© pendant la captivit√© (le Talmud, Gesenius, De Wette); mais il y a eu une foule d'autres id√©es √©mises sur ce sujet, et toutes aussi probables ou improbables que celle-l√†. Cette premi√®re id√©e s'appuie de pr√©somptions plut√īt que d'arguments. On dit, par exemple,

  1. que l'idée de Satan assistant au conseil de Dieu est venue aux Hébreux par les Caldéens; on suppose alors que la Genèse a aussi été écrite dans ce temps; quand on en vient là, on n'a plus d'opinions, mais des préjugés, des préoccupations dogmatiques.

  2. On trouve dans la doctrine des anges un coloris caldéen, 4:18; 5:1; 15:15; 21:22; 33:23,24; 38:7. Il est vrai que la doctrine des anges, dans Job, a quelque chose de particulier, d'étrange, mais ce doit être expliqué en grande partie par le caractère des personnes qui parlent; les détails que Daniel nous donne sur les Caldéens ne s'appliquent pas ici, et la foi de l'Orient a toujours été qu'il y a dans les cieux des saints qui sont les serviteurs de Dieu; rien n'empêche d'accorder à cette doctrine une haute antiquité,

  3. On a voulu voir des allusions aux tristes événements de l'exil dans 9:24; 3:14; 12:17-25; 15:28; 16:7; 30:14,15; mais il faut pour cela une imagination à la fois vive et pauvre, et on ne peut le faire à toute rigueur qu'en détachant ces passages de leur contexte; c'est, au reste, le même principe en vertu duquel quelques théologiens modernes (De Wette) veulent donner à des psaumes un caractère exclusivement national,

  4. On se fonde enfin sur le coloris aram√©en du langage; mais cette objection ne repose que sur un examen tr√®s superficiel de la langue, car c'est un coloris tout √† fait particulier que celui de la langue de Job. Que l'on compare ce livre avec ceux qui ont √©t√© compos√©s au temps de l'exil, et l'on verra que l'influence de l'aram√©en dans Job a √©t√© tout √† fait originale, comme celle d'une langue beaucoup plus rapproch√©e de l'h√©breu qu'elle ne l'√©tait lors de la captivit√©. Une autre influence, d'ailleurs, se fait sentir, que l'on oublie enti√®rement, c'est celle de l'arabe; il y a dans Job des formes et des constructions qu'on ne peut expliquer que par l'arabe, et si quelques auteurs ont √©t√© un peu trop loin en voulant voir des arabismes l√† o√Ļ il n'y en avait pas (Schullens), cependant on en trouve qui ne peuvent nullement s'expliquer si l'on place la r√©daction du livre au temps de la captivit√©.

D'autres th√©ologiens ont fix√© l'√Ęge de Salomon comme celui de la composition de Job; oh a voulu m√™me donner √† ce livre Salomon pour auteur (Gr√©goire de Naziance, Luther, DŇďderlin, Richter, Rosenmuller). Cette opinion ne repose que sur l'analogie que l'on trouve entre quelques phrases de Job et des Proverbes, preuve qui ne prouve pas beaucoup; car rien n'est plus naturel que cette analogie, parce que Job parle souvent en forme de sentences, construction peu susceptible d'une grande diversit√©. En g√©n√©ral la po√©sie de Job est telle qu'elle a d√Ľ fr√©quemment servir de mod√®le aux auteurs post√©rieurs.

Enfin, une troisi√®me opinion tr√®s-r√©pandue regarde Mo√Įse comme auteur de ce livre (quelques talmudistes, plusieurs P√®res, Jacques d'√Čdesse, √Čphrem Syrus, Eus√®be, Jahn, Micha√©lis). Ce qui plaide en faveur de cette hypoth√®se, c'est que Job renferme des allusions assez fr√©quentes √† l'√Čgypte, et que la description du crocodile en particulier suppose une certaine connaissance de ce pays; on ajoute que le s√©jour de Mo√Įse dans les d√©serts de l'Arabie peu apr√®s sa fuite d'√Čgypte, a √©t√© un temps tr√®s favorable √† la composition d'un livre o√Ļ l'auteur expose que la prosp√©rit√© n'est pas une preuve de justice, ni le malheur une preuve de p√©ch√©. On remarque enfin l'analogie qu'il y a entre Job et le Pentateuque pour le style. Ces circonstances prouvent seulement que l'√©poque de Mo√Įse, fort ancienne, doit avoir √©t√© celle de la composition de cet ouvrage; mais, dit Eichhorn, le style des livres de Mo√Įse et celui de Job sont trop diff√©rents pour que leur composition puisse √™tre attribu√©e au m√™me auteur.

‚ÄĒ L'archev√™que Magee a √©mis une opinion partag√©e par Horne, et qui rentre dans celle qui pr√©c√®de, c'est que Job aurait √©crit lui-m√™me l'ouvrage primitif, et que Mo√Įse l'aurait transcrit en l'appropriant aux besoins des Juifs, et en le sanctionnant de son autorit√©.

Pour parvenir à un résultat sur cette question, fixons quelques points comme jalons directeurs.

  1. On voit d'abord que l'auteur du livre conna√ģt l'histoire la plus ancienne du genre humain; il renferme des allusions √† la cr√©ation et √† la chute de l'homme, 9:8,9; 10:9; 12:7-10; 15:7; 20:4; 26:6-13; 27:2; 31:33; 38:4; sq. cf. Gen√®se 1-3. Il conna√ģt aussi le nom de J√©hovah, ce qui prouve qu'il √©tait H√©breu et au courant des plus anciennes traditions des H√©breux. On pourrait donc croire qu'il a v√©cu en Palestine, apr√®s Mo√Įse.

  2. Mais il ne parait conna√ģtre ni la loi, ni la constitution politique d'Isra√ęl. Le grand nom de la Thorah (la loi), si solennel pour les Juifs, n'est pris, 22:22, que dans le sens d'instructions, de pr√©ceptes; et, quant √† des allusions, celles que l'on a voulu chercher et trouver, prouvent plut√īt le contraire, par exemple 24:3. Il y a m√™me dans Job des usages contraires √† la l√©gislation mosa√Įque, cf. 42:15; et Nombres 27:8. Job est pr√™tre lui-m√™me et sacrifie des victimes √† l'√Čternel; ailleurs, 12:20, les pr√™tres sont regard√©s comme les chefs et les princes de la nation, ce qui rappelle les temps d'Abram √† Mamr√©, Gen√®se 13:18. Nous sommes conduits de l√† √† fixer notre attention sur un temps ant√©rieur √† la th√©ocratie.

  3. Tout est patriarcal dans ce livre; Job est un prince, un √©mir; nomade comme un arabe; les vieillards sont l'autorit√© dont la sagesse est prise pour arbitre, 5:13,22; 8:8; 12:12,20; 15:10,18; 32:6; lui-m√™me atteint un √Ęge qui appartient plus aux jours d'Abraham qu'√† ceux de Mo√Įse. Il distingue, avec la simplicit√© d'un Arabe b√©douin, le pays, c'est-√†-dire sa patrie, et le dehors, l'√©tranger, 18:17. Le jugement est dans les mains du patriarche, 31:13. Les b√™tes sauvages du d√©sert, les lions, les onagres, sont fr√©quemment employ√©es comme images, 4:10; 11:12; 24:5; de m√™me les caravanes qui traversent le d√©sert, les fleuves, les brigands, 6:5,19; 14:11; 30:3. Il a v√©cu sous le ciel, il a observ√© les √©toiles comme un Arabe, et montre des connaissances remarquables en astronomie (‚ÄĒ Voir: Ideler, Recherches sur l'origine et la signification du nom des √©toiles dans Job, Berlin 1809).

  4. D'autres circonstances encore montrent √©videmment la haute antiquit√© du livre. Il est question, dans Job, des Cald√©ens, que Mo√Įse conna√ģt aussi, mais qui ne reparaissent dans l'histoire qu'au temps d'√Čsa√Įe, et alors comme un peuple beaucoup plus civilis√©. L'usage des Romains, de d√©poser un enfant nouveau-n√© aux pieds de son p√®re, qui √©tait libre ou de le laisser, de l'abandonner, ou de le relever (de l√† √©lever un enfant) et de le prendre sur ses genoux en signe d'adoption; cet usage contraire √† la loi h√©bra√Įque, et dont on trouve des traces dans la Gen√®se, 50:23; 30:3, se montre aussi dans le livre de Job, 3:12. Nommons encore la description du cheval, qu'un H√©breu n'e√Ľt pas faite avec autant de complaisance, 39:22-28, et l'on se convaincra facilement que la patrie de l'auteur n'√©tait pas la Palestine, et que la sc√®ne m√™me se passait en Arabie.

  5. Enfin, c'est avec cette opinion seulement qu'on peut se rendre compte de plusieurs particularit√©s que pr√©sente le style de cet ouvrage; on y trouve des formes tout √† fait antiques, un seul genre pour le pronom personnel, 31:10; etc.: des expressions cald√©ennes et l'influence de l'arabe nous renvoient √† un temps o√Ļ les dialectes √©taient s√©par√©s d'une mani√®re moins tranch√©e, comme les dialectes grecs au temps d'Hom√®re.

    Ce que l'on oppose à cette opinion est assez insignifiant; on a voulu voir dans les ruines, les tombeaux, les mausolées dont il est fait mention, les traces d'une époque plus moderne; mais Bertholdt a montré (Anmerkungen) qu'avec une connaissance plus approfondie de l'antiquité toutes ces difficultés disparaissent.

    Il n'y a donc que deux dates principales entre lesquelles il faille opter: ou le livre de Job est fort ancien, ou il est tout à fait moderne; et alors le choix n'est nullement douteux. Quanta des hypothèses de détail sur le temps et la personne de Fauteur, il serait absurde d'en faire; on ne peut rien décider que négativement.

    Quelques Allemands modernes, par un esprit d'hyper-critique, ont imagin√© de nier l'authenticit√© de quelques portions de Job; ils ont rejet√© le prologue, l'√©pilogue, et le discours d'√Člihu; (B√¶renstein, De Wette, Ewald). Ils trouvent en particulier qu'√Člihu, en r√©pondant √† Job, montre qu'il ne l'a pas compris; ¬ęmais, dit H√¶vernick, toute la question consiste √† savoir, puisque ces th√©ologiens ne comprennent pas Job de la m√™me mani√®re qu'√Člihu, si c'est √Člihu, ou si ce ne sont pas eux qui ont mal compris. Il leur para√ģt encore singulier que Job ne r√©ponde rien √† ce discours: c'est probablement que le point de vue de Job est qu'il ne faut pas r√©pondre quand on se reconna√ģt battu, tandis que ces disputeurs voudraient qu'on discut√Ęt √©ternellement.¬Ľ

    En fait de commentaires on n'en a pas beaucoup sur Job; en français, on peut se procurer celui de Bridel de Lausanne; en allemand, l'un des meilleurs et des plus modernes est celui d'Umbreit, deuxième édition, bon à étudier pour la langue et pour l'esprit.

    Quant à la maladie de Job, c. Lèpre.


JOBAB.
  1. Gen√®se 10:29, peuplade arabe nomm√©e avec Ophir et Havila, mais du reste inconnue. Bochart compare les Jobarites de Ptol√©m√©e, tribu qui habitait la c√īte orientale de l'Arabie; il suppose avec Saumaise qu'il faut lire Jobabites, et Micha√©lis s'est joint √† cette id√©e, mais elle ne tient qu'√† un fil.

  2. Jobab, fils de Pérah de Botsra, 1 Chroniques 1:44, ou de Zérah, Genèse 36:33, un des chefs de l'Idumée. C'est sans aucune raison que quelques auteurs ont voulu l'identifier avec Job.


JO√čL
(Dieu l'√Čternel, ou celui dont l'√Čternel est le Dieu).

  1. Fils de Samuel.

    ‚ÄĒ Voir: Abija #1.

  2. Jo√ęl, fils de P√©thuel, le second des petits proph√®tes. On ne sait rien de particulier sur sa famille et sur son histoire. Ce qu'il y a de s√Ľr, c'est que c'est dans le royaume de Juda, et pour ce royaume, qu'il exer√ßa son minist√®re proph√©tique. L'examen de ses proph√©ties, dans lesquelles on peut reconna√ģtre plusieurs rapports avec celles d'Amos,

    ‚ÄĒ Voir: p. ex. Jo√ęl 3:4; Amos 1:9; et Jo√ęl 3:16; Amos 1:2,

    a engagé la plupart des critiques à le placer sous le règne d'Hozias, en 758, (Abarbanel, Vitringa, Rosenmuller, De Wette, Preiswerk). Les circonstances dans lesquelles il prophétisa sont donc celles qui sont décrites 2 Chroniques 26.

    ‚ÄĒ Le contenu de son livre est assez g√©n√©ral, et ce serait mal l'interpr√©ter que de consid√©rer ses proph√©ties comme √©puis√©es par tel ou tel √©v√©nement particulier. Elles annoncent d'abord, sous l'image d'un fl√©au de sauterelles, les ch√Ętiments que l'√Čternel se propose d'envoyer √† Juda par le moyen des peuples √©trangers; puis, un retour de la b√©n√©diction divine provoqu√© par la repentance, l'humiliation sinc√®re du peuple, et comme le point le plus √©lev√© de cette b√©n√©diction, l'effusion du Saint-Esprit; enfin, comme un autre c√īt√© du tableau, le ch√Ętiment des ennemis du royaume de Dieu. La p√©riode messianique est d√©peinte par le proph√®te, et m√™me avec beaucoup de clart√©, de vigueur et de magnificence, mais il s'attache plut√īt aux caract√®res de l'Ňďuvre du Messie qu'√† sa personne. Le langage de Jo√ęl est √©lev√© et pur; son style est des plus beaux; il se montre po√®te distingu√©, son ouvrage semble avoir √©t√© bien m√©dit√©, et pr√©sente un plan net et bien arrang√©. Cet √©crit est, pr√©cis√©ment √† cause de sa g√©n√©ralit√©, une riche source d'√©dification pour tous les temps; il est rappel√© par saint Pierre, Actes 2:16.


JOGB√ČHA,
ville de la tribu de Gad, Nombres 32:35; Juges 8:11.


JOHANAN
(don de l'√Čternel),

  1. fils a√ģn√© de Josias; son nom, qui se trouve dans la g√©n√©alogie de 1 Chroniques 3:15, n'est mentionn√© nulle part ailleurs, ni pendant, ni apr√®s le r√®gne de Josias, ce qui fait supposer avec raison qu'il est mort jeune et avant son p√®re.

  2. Johanan, fils de Kar√©ah, 2 Rois 25:23; J√©r√©mie 40:8 (588 avant J.-C.). Il fut l'un des premiers qui reconnurent l'autorit√© du sage et pieux Gu√©dalia, et celui qui travailla le plus √Ä la lui conserver; il l'avertit des complots form√©s contre sa vie par Isma√ęl, et lui offrit d'en pr√©venir l'ex√©cution par la mort de son ennemi; ses services n'ayant pas √©t√© accept√©s, et Gu√©dalia √©tant mort victime de sa confiance, Johanan, qui n'avait pu le sauver, le vengea, d√©livra les prisonniers qu'avait faits Isma√ęl, continua sa marche vers Bethl√©em, et l√†, incertain dans une route sans issue, craignant que N√©bucadnetsar ne venge√Ęt sur toute la Jud√©e la mort du gouverneur qu'il y avait plac√©, il r√©solut avec ses partisans de se rendre en √Čgypte. J√©r√©mie, consult√©, n'ayant pas r√©pondu d'une mani√®re conforme √† leurs projets et √† leurs d√©sirs, ils s'emport√®rent contre lui, l'accus√®rent d'√™tre √† la solde de Baruc pour travailler √† leur perte ou √† leur servitude, et refus√®rent de l'√©couter. Johanan, et surtout Hazaria, √©taient √† la t√™te des m√©contents; ils r√©solurent de donner suite √† leur id√©e, et ne voulant pas laisser J√©r√©mie en arri√®re comme un remords, ils l'entra√ģn√®rent de force avec eux; mais le proph√®te qui n'avait pu les d√©tourner de l'√Čgypte, ne put non plus, lorsqu'ils furent arriv√©s √† Tap√ģmes, les d√©tourner de l'idol√Ętrie, et sa seule mission fut d√®s lors de leur pr√©dire les ch√Ętiments qui devaient leur arriver.

    ‚ÄĒ On ne peut s'expliquer que par la peur et l'incr√©dulit√© la chute de ce Johanan qui avait si bien commenc√© et qui finit si mal; ses intentions √©taient bonnes, mais il n'a pas su ce qui √©tait bien; il est tomb√© parce qu'il a refus√© de voir la lumi√®re.


JOHANNA,
fils de Rhésa, un des ancêtres de Marie, Luc 3:27, inconnu.


JOJADAH,
‚ÄĒ Voir: J√©hojadah #2.


JOKDEHAM,
ville des montagnes de Juda, Josué 15:56.


JOK√ČBED ou Jokbed,
fille ou descendante de L√©vi, n√©e en √Čgypte, et m√®re ou anc√™tre de Mo√Įse, Nombres 26:59; Exode 6:20. Elle √©pousa Hamram son neveu. Si elle a √©t√© la fille de L√©vi elle n'a pu √™tre la m√®re de Mo√Įse, et r√©ciproquement, √† cause du long espace de temps qui s'est √©coul√© entre l'un et l'autre; le plus probable, c'est qu'elle a √©t√© effectivement la m√®re de Marie, d'Aaron et de Mo√Įse, et qu'elle descendait de L√©vi. On sait les soins qu'elle prit pour la conservation de son fils cadet, et comment apr√®s avoir √©t√© oblig√©e de l'exposer, elle eut le bonheur d'√™tre choisie par la fille de Pharaon pour le nourrir. Paul rend √† sa foi et √† celle de Hamram un beau t√©moignage; ils ne craignirent pas l'√©dit du roi; et ce serait chercher bien loin l'explication de leur foi que de la faire reposer sur des promesses directes qui leur auraient √©t√© faites de la part de Dieu, touchant la vie et les hautes destin√©es de leur fils.


JOKIM,
1 Chroniques 4:22,23, fils de S√©la et petit-fils de Juda, chef d'une famille qui primitivement s'√©tait empar√©e d'une grande autorit√© en Moab, et dont une branche, √† l'√©poque o√Ļ les Isra√©lites √©taient encore libres en √Čgypte, travaillait √† des fabriques de poterie et de porcelaine dans les domaines et pour le compte du roi, tandis qu'une autre branche faisait le commerce d'ouvrages de fin lin,

‚ÄĒ Voir: Hel.


JOKMH√ČAM,
ville d'√Čphra√Įm, 1 Rois 4:12, qui fut plus tard donn√©e en partage aux L√©vites de la famille de K√©hath, 1 Chroniques 6:68.


JOKN√ČHAM,
ancienne résidence royale d'une peuplade cananéenne, au pied du mont Carmel, Josué 12:22. Elle était comprise dans le territoire de Zabulon, mais fut donnée aux Lévites, 21:34.


JOKTAN,
Sémite, fils de Héber, et père de plusieurs peuplades de l'Arabie Heureuse, Genèse 10:25-30. Les Arabes le nomment Kachtan, et sont d'accord à dire que tous les vrais Arabes, habitants de l'Yémen, lui doivent leur origine. Joktan eut treize fils; les Arabes ne lui en donnent qu'un seul, nommé Jaarab, dont l'arrière-petit-fils Sébah est la souche de tout l'Yémen; on montre encore son tombeau dans la contrée de Keshin, et Niebuhr parle d'une ville nommée Kachtan à trois journées de Nedcheran; Edrisi nomme également une ville Baischat-Jaktan dans l'Yémen. Ces données ne contredisent en rien les notices bibliques, et l'on ne risque pas de se tromper en les admettant.


JOKTH√ČEL.
  1. Ville de Juda, Josué 15:38.

  2. Ville principale de l'Arabie Pétrée, primitivement nommée Sélah, et qui reçut son nouveau nom de Amatsia qui la conquit, 2 Rois 14:7; 2 Chroniques 25:11. Eusèbe pense avec raison que c'est la même que Pétra;

    ‚ÄĒ Voir: S√©lah.


JONA,
dont le nom signifie colombe, √©tait p√®re de Pierre et Andr√©, Matthieu 16:17; Jean 1:42; 21:15; il est du reste compl√®tement inconnu. On pense qu'il √©tait p√™cheur comme ses fils sur les bords du lac de G√©n√©sareth, et que probablement il √©tait mort lors de la vocation des deux ap√ītres, puisqu'il n'est mentionn√© nulle part.


JONADAB, ou Jéhonadab,
  1. fils de Samma ou Simha, et neveu de David, 2 Samuel 13:3; 1 Samuel 16:9, est d√©peint comme un homme tr√®s rus√©. Il seconda les vues incestueuses d'Amnon son cousin, et ne lui donna pas de regrets √† sa mort; il parut plut√īt vouloir justifier Absalon,√† qui la mort d'Amnon donnait les droits √† la couronne; apr√®s avoir cherch√© la faveur du fils a√ģn√©, il chercha celle du second; il n'aima ni l'un ni l'autre, et se montra vil et obs√©quieux pour leur plaire √† tous deux, hideux dans le service qu'il rendit au premier, calme et froid dans la mani√®re dont il excusa le second aux yeux de David.

  2. Jonadab ou J√©honadab, K√©nien, fils de R√©cab, 2 Rois 10:15; 1 Chroniques 2:55 (884 ans avant J.-C.), salua le premier J√©hu l'usurpateur √† son entr√©e √† Samarie, monta sur son char, et fut t√©moin de l'ex√©cution des pr√™tres de Bahal. Il est plus connu par ce que J√©r√©mie nous dit de sa sagesse et de sa pi√©t√©, J√©r√©mie 35:6: chef d'une grande famille, il voulut l'unir, elle et ses descendants, par des formes oblig√©es et des vŇďux s√©v√®res, qui devaient assurer √† la fois leur ind√©pendance et leur fid√©lit√© au vrai Dieu. En leur interdisant le vin, en leur d√©fendant de semer et de planter, il leur d√©fendait de poss√©der des champs; ils les d√©tournait ainsi de la vie agricole vers la vie pastorale, il les for√ßait ainsi de loger dans des tentes, et de voyager √† la suite de leurs troupeaux; et la d√©fense qui leur est faite de poss√©der des maisons, √©tait presque devenue inutile par l'impossibilit√© o√Ļ ils eussent √©t√© de s'en servir. Ce genre de vie leur rendait ainsi plus facile le p√®lerinage de J√©rusalem, et leurs pas se portaient sans peine vers les montagnes de Juda et vers le mont de Sion pour adorer. Les R√©cabites formaient ainsi un ordre, mais libre, et cette institution resta toujours fid√®le √† la loi de Mo√Įse, toujours fid√®le aussi aux vŇďux de son fondateur, jusqu'au moment o√Ļ elle dispara√ģt √† l'√©poque de la ruine de J√©rusalem. Quant aux rapports de Jonadab avec J√©hu, ils s'expliquent par l'int√©r√™t qu'il y avait pour ce dernier √† s'attacher un homme influent et bien connu par sa pi√©t√©, pour Jonadab de concilier √† sa nombreuse famille Je chef de la nouvelle dynastie.


JONAN,
fils d'√Čliakim, un des anc√™tres de J√©sus par Marie, Luc 3:30; inconnu.


JONAS.
Le cinqui√®me des petits proph√®tes, le m√™me qui est nomm√© sous J√©roboam II, roi d'Isra√ęl, comme ayant annonc√© les victoires de ce monarque et l'extension de son royaume, 2 Rois 14:25; car, Jonas 1:1, il est √©galement indiqu√© comme fils d'Amitta√Į. On ne conna√ģt, du reste, autre chose de son histoire que l'√©pisode qui nous en a √©t√© conserv√© dans le livre qui porte son nom. Ce livre renferme le r√©cit de la mission du proph√®te aupr√®s de la ville de Ninive, alors capitale du puissant empire d'Assyrie, et d√©veloppe d'une mani√®re pleine d'int√©r√™t les diff√©rentes sc√®nes de ce drame, les efforts de Jonas pour se soustraire √† cette mission, la temp√™te √† laquelle est expos√© le vaisseau qui le porte, la conservation miraculeuse du proph√®te dans le ventre d'un grand poisson, q.v., sa pr√©dication √† Ninive, enfin ses r√©sultats, ses heureux succ√®s, et les tristes sentiments de d√©pit qu'ils lui inspirent.

Bien des questions ont surgi √† propos de ces quatre chapitres. On a commenc√© par ne rien en croire du tout, et ensuite on s'est demand√© si le poisson dans lequel Jonas a pass√© trois jours et trois nuits est un v√©ritable poisson, si ce ne serait pas plut√īt le cachot du vaisseau, qui avait pour enseigne un grand poisson; d'autres supposent qu'il a quitt√© le navire et qu'il a √©t√© oblig√©, par indisposition, de passer trois fois vingt-quatre heures √† l'h√ītel du Grand Poisson qui se trouvait au bord du rivage; d'autres, et en particulier M. Coquerel, pensent que le grand poisson est une caverne ou un enfoncement de rochers au bord de la mer, dans lequel Jonas se sera sauv√© √† la nage. Ces th√©ologiens sont ainsi d'accord √† ne voir dans l'histoire de Jonas qu'une all√©gorie, un mythe emprunt√© √† une tradition pa√Įenne qui rattache √† la ville de Joppe le s√©jour d'Hercule dans le sein d'un monstre marin.

Mais pour ceux qui admettent l'autorit√© du Nouveau Testament la question est tranch√©e, puisque √©videmment le Seigneur a pr√©sent√© ce r√©cit comme une histoire v√©ritable, et cela dans tous ses d√©tails, par deux fois, Matthieu 12:39; 16:4; Luc 11:29-32; et il est bien plus naturel et plus logique de faire d√©river la tradition pa√Įenne de la tradition biblique, que de proc√©der √† l'inverse. Le fait lui-m√™me a une grande importance, d'abord en ce qu'il est une proph√©tie de la vocation des Gentils, par opposition aux fausses id√©es du particularisme juif et d'une mani√®re charnelle de comprendre l'√©lection, erreur dont Jonas √©tait le repr√©sentant; ensuite, parce que l'Esprit saint nous autorise et nous invite m√™me, dans les passages cit√©s, √† consid√©rer la conservation du proph√®te dans le ventre du poisson pendant trois jours et trois nuits, par la puissance divine, comme un type de la r√©surrection du Christ.

‚ÄĒ On peut lire sur ce livre les articles qui ont paru dans la Gazette √Čvang√©lique de Berlin 1834, #27-29; et en fran√ßais les Sermons de E. Guers sur Jonas.


JONATHAN
(don de l'√Čternel),

  1. jeune l√©vite, fils de Guerson et petit-fils de Mo√Įse, Juges 47:7; 18:30. R√©solu de chercher fortune hors de Bethl√©em, sa premi√®re demeure, il arriva dans les montagnes d'√Čphra√Įm, o√Ļ il consentit, moyennant une honn√™te r√©tribution, √† servir de pr√™tre aux faux dieux de Mica; mais bient√īt les Danites s'√©tant empar√©s de ces petites idoles, et Jonathan ayant voulu s'opposer √† ce vol, ils le s√©duisirent lui-m√™me par l'app√Ęt d'une plus forte r√©compense, et l'emmen√®rent avec eux √† La√Įs, o√Ļ il consentit √† servir les m√™mes idoles chez ces nouveaux propri√©taires. Ses enfants lui succ√©d√®rent comme sacrificateurs au milieu de cette petite colonie danite, et l'idol√Ętrie subsista jusqu'au jour o√Ļ ils quitt√®rent le pays, et tout le temps que l'arche demeura √† Silo, c'est-√†-dire jusqu'au temps o√Ļ l'arche ayant √©t√© prise, les Philistins obtinrent une suite de succ√®s sur les H√©breux. Il a v√©cu entre Josu√© et Hothniel.

  2. Jonathan, fils de Sa√ľl et d'Ahinoham, l'intime ami de David, 1 Samuel 14:49; 13:2; 1 Chroniques 8:33; 9:39 (1095 avant J.-C.). Il se distingua dans la guerre et dans la paix, d√©buta dans la vie militaire par un brillant fait d'armes qu'il accomplit √† la t√™te de mille hommes, en chassant les Philistins du coteau de Kiriath-J√©harim, puis, seul avec son √©cuyer, il r√©ussit √† s'emparer d'un avant-poste ennemi. C'est apr√®s cette exp√©dition qu'il faillit devenir victime d'un vŇďu imprudent que son p√®re avait fait; accabl√© de fatigue et de besoin, il avait go√Ľt√© de quelques rayons de miel sauvage, et Sa√ľl avait jur√© la mort de quiconque prendrait quelque nourriture avant la nuit; Jonathan, pr√™t √† mourir, ne dut sa conservation qu'aux regrets unanimes du peuple. Ce h√©ros aima un autre h√©ros; il aima le vainqueur de Goliath, il l'aima comme son √Ęme, et, fid√®le √† son p√®re comme √† son ami, il √©vita de se prononcer dans les longues querelles qui divis√®rent le roi tomb√© et le roi futur; il chercha √† les r√©unir, √† les r√©concilier; il y r√©ussit une fois; mais le plus souvent sa sollicitude dut se borner √† avertir son ami des pi√®ges que son p√®re lui dressait. D√©j√† David a cess√© de venir √† la cour, Sa√ľl s'en irrite, Jonathan veut l'excuser, et ce p√®re, aveugl√© par sa rage, cherche √† le frapper de sa hallebarde, mais le manque. √Ä cette haine, Jonathan comprit ce dont il ne s'√©tait peut-√™tre pas encore dout√©, que David √©tait le successeur d√©sign√© de Sa√ľl, celui qui arracherait √† la famille du premier roi le tr√īne et la couronne d'Isra√ęl. Priv√© de son avenir, parce que Dieu l'avait ainsi r√©solu, Jonathan ne voulut pas perdre encore un ami: il se rendit aupr√®s de David, dans les d√©serts de Ziph, et lui demanda d'√™tre le second dans son royaume, et de garder sa place aupr√®s de lui: ¬ęTu r√©gneras sur Isra√ęl, et je serai le second apr√®s toi, et Sa√ľl, mon p√®re, le sait bien.¬Ľ Les deux amis ne se revirent plus, et Jonathan mourut sur la montagne de Guilboah, en combattant avec son p√®re contre les Philistins, 1 Samuel 31:2; 2 Samuel 1:4; 1 Chroniques 10:2. Son nom se retrouve 2 Samuel 1:17; 4:4; 9:7; 21:14. C'est une des figures les plus pures de l'Ancien Testament; il reste sans tache, guerrier intr√©pide, tendre ami, fils respectueux; il est appel√© √† tous les sacrifices, et consent √† tous sans murmure, donnant sa vie √† son p√®re et la couronne √† son ami, ne pensant qu'√† ses devoirs et jamais √† ses droits, ne pensant qu'au bonheur des autres et jamais √† lui-m√™me.

  3. Jonathan, 2 Samuel 15:27; 17:17, fils du grand prêtre Abiathar, fut le premier qui vint avertir les complices d'Adonija que leurs projets étaient découverts. On ne sait pas s'il était du nombre des conjurés, ou si, par l'avis qu'il donna, il voulut sauver seulement la vie de son père, en l'engageant à fuir pendant qu'il en était temps encore. Lors de la révolte d'Absalon, il était resté fidèle à David et avait même rempli pour lui une mission difficile, mais une première fidélité n'en garantit pas une seconde, et l'exemple seul de son père Abiathar suffit à le prouver.

  4. Oncle de David, scribe et conseiller de ce prince, 1 Chroniques 27:32, renommé pour sa sagesse.

  5. Neveu de David, et fils de Simha, 1 Samuel 16:9; 1 Chroniques 20:7; 2 Samuel 21:21. Il tua un g√©ant philistin de Gath, de la race de Rapha, qui avait six doigts √† chaque main et √† chaque pied, et qui √©tait venu d√©fier Isra√ęl.


JOPPE,
tr√®s ancienne ville des Philistins, sur les fronti√®res de la tribu de Dan, Josu√© 19:46, et sur les bords de la M√©diterran√©e, avec un port assez connu, quoique peu s√Ľr √† cause des rochers qui s'avancent dans la mer, 2 Chroniques 2:16; Jonas 1:3; Esdras 3:7. Joppe √©tait situ√©e dans une belle plaine, √† six milles ouest de Rama, ayant Jamnia au midi et C√©sar√©e de Palestine au nord, √† l'extr√©mit√© occidentale de la route des montagnes qui joint J√©rusalem et la mer. Elle appartenait √† la Syrie aux jours des ap√ītres; Tabitha y demeurait, et c'est dans cette ville que Pierre re√ßut la vision qui lui annon√ßait que la distinction entre les Juifs et les Gentils devait cesser, Actes 9:36; 10:5; 11:5,13. Plus tard elle fut d√©truite par le g√©n√©ral romain Cestius; ayant √©t√© r√©tablie et √©tant devenue un repaire de pirates, elle fut de nouveau ras√©e par Vespasien, qui fit construire sur ses ruines un ch√Ęteau-fort, et bient√īt une jeune ville reparut tout √† l'entour. Elle est nomm√©e Jaffa dans les auteurs du moyen-√Ęge (d√©j√† chez Anne Comn√®ne), et ce nom lui est rest√© jusqu'√† nos jours; elle compte maintenant 7,000 habitants. Au temps de J√©r√īme, on montrait encore le rocher et les marques de la cha√ģne √† laquelle Androm√®de avait √©t√© attach√©e, lorsqu'on l'exposa au monstre marin qui devait venir la d√©vorer. Ce mythe grec bien connu a sans doute √©t√© forg√© sur l'histoire de Jonas, comme d'autres traditions mythologiques qui reposent sur un fondement historique, et souvent sur des faits de l'histoire sainte.


JORAM ou Hadoram.
  1. Joram, ou Hadoram, fils de Tohi, roi d'Hamath en Syrie, 2 Samuel 8:10; 1 Chroniques 18:10, fut envoyé par son père pour féliciter David de la victoire qu'il venait de remporter sur Hadad-Héser son ennemi (1040 avant J.-C.)

  2. Joram, cinqui√®me roi de Juda, fils a√ģn√© de Josaphat, r√©gna huit ans (891-883). Mais pour concilier les passages 1 Rois 22:24; 2 Rois 1:17; 3:1; 8:17, il faut admettre que d√©j√† pendant cinq ann√©es il avait √©t√© associ√© au tr√īne de son p√®re comme cor√©gent. Son alliance avec la famille d'Achab par Hathalie, la fille de J√©sabel, l'entra√ģna dans le p√©ch√© et l'idol√Ętrie, et fut une source de maux pour son royaume, qui eut beaucoup √† souffrir par les invasions successives des √Čdomites, des Arabes et des Philistins; lui-m√™me fut afflig√© d'une terrible maladie, qui dura deux ans et termina ses jours. Il mourut sans √™tre regrett√©, et ne fut pas enseveli dans les s√©pulcres des rois, 2 Rois 8:16-24; 2 Chroniques 21. Quant √† la lettre du proph√®te √Člie qui lui fut remise, et dans laquelle ces ch√Ętiments se trouvaient annonc√©s, 2 Chroniques 21:12-15, il n'est pas n√©cessaire de supposer qu'√Člie l'e√Ľt pr√©par√©e par une pr√©vision proph√©tique avant de quitter la terre, car il v√©cut certainement pendant une partie du r√®gne de Joram, comme on peut le conclure de 1 Rois 22:51; cf. 2 Rois 2:11; 1:16-17.

    ‚ÄĒ Quelques auteurs pensent qu'au lieu d'√Člie il faut lire J√©hu.

  3. Joram, neuvi√®me roi d'Isra√ęl, second fils d'Achab et de J√©zabel, monta sur le tr√īne √† la mort de son fr√®re Achazia, et r√©gna douze ans (896-884). Il n'imita pas enti√®rement les √©garements de son p√®re, mais n'alla jamais jusqu'√† une r√©forme v√©ritable de ses mŇďurs et de celles de son royaume. Il renon√ßa au culte de Bahal, mais conserva celui des veaux d'or, qui para√ģt avoir √©t√© comme le fondement de la politique d'Isra√ęl, sa base √† d√©faut de la base th√©ocratique. Les Moabites s'√©taient r√©volt√©s contre Isra√ęl peu de temps apr√®s la mort d'Achab; gr√Ęce au secours de Josaphat, roi de Juda, et surtout √† celui du proph√®te √Člis√©e, dont les divins avertissements le mirent longtemps √† m√™me de d√©jouer les plans et les projets de ses ennemis, Joram r√©ussit √† ramener les Moabites √† l'ob√©issance. √Člis√©e lui rendit de plus grands services encore dans ses guerres contre les Syriens, qui envahissaient continuellement ses √©tats, qui finirent m√™me par assi√©ger sa capitale Samarie, et lui firent souffrir toutes les horreurs de la famine (Sermon de Gaussen). Il re√ßut une grande blessure dans une de ces campagnes, se retira √† Jizr√©hel pour s'y faire soigner, laissant son arm√©e sous les ordres de J√©hu, et bient√īt apr√®s fut assassin√© par ce m√™me J√©hu, que, sur l'ordre de Dieu, √Člis√©e avait oint roi d'Isra√ęl, 2 Rois 3-9. C'est sous le r√®gne de ce prince qu'eut lieu la gu√©rison miraculeuse de Naaman; d'autres miracles encore, √©galement admirables, ont √©t√© faits sous ses yeux; le minist√®re et les soins d'√Člis√©e semblaient appeler ce fils d'Achab √† se repentir et √† se soustraire ainsi, lui et ses descendants, aux coups d'un Dieu si puissant, et si terrible quand on l'irrite; mais ces appels furent vains, Joram ferma les yeux, et sa dynastie, la quatri√®me d'Isra√ęl, fut vou√©e √† la destruction.


JORIM,
fils de Matthat, un des ancêtres de Jésus par Marie, Luc 3:29, du reste inconnu.


JOSAPHAT
(jugement de l'√Čternel),

  1. le quatri√®me roi de Juda, fils et successeur d'Asa, r√©gna vingt-cinq ans (914-889), et fut certainement l'un des meilleurs princes que ce royaume ait poss√©d√©. Son histoire nous est rapport√©e avec beaucoup de d√©tails dans le livre des Chroniques, 2 Chroniques 17-20, dont l'auteur s'est plu √† conserver le souvenir de tout ce que Josaphat fit pour bannir l'idol√Ętrie et restaurer le culte du vrai Dieu. Il s'occupa avec z√®le d'une bonne organisation de la justice; il construisit des forteresses, √©tablit des greniers publics, cr√©a des magasins de bl√©; en m√™me temps il se rappela l'essentiel, il n'oublia pas de pourvoir au bien-√™tre spirituel de son peuple, en chargeant des l√©vites de r√©pandre partout l'instruction religieuse. Sa pi√©t√©, sa confiance enti√®re dans le secours du Dieu de ses p√®res, se manifesta d'une mani√®re particuli√®re, lorsque, menac√© par une peuplade arabe, il convoqua tout son peuple √† un grand je√Ľne national, 2 Chroniques 20, qui fut de navire √† laisser dans l'√Ęme de tous une profonde impression. Le succ√®s justifia sa confiance, et il eut le bonheur de voir triompher ses armes contre les Syriens. Mais, d'un autre c√īt√©, l'alliance et les relations trop intimes qu'il forma avec l'impie Achab, roi d'Isra√ęl, furent de sa part un acte de faiblesse qui ne lui attira que des revers, en particulier lorsqu'ils entreprirent d'√©quiper une flotte √† frais communs. La flotte des deux rois r√©unis fut bris√©e par une temp√™te dans le port d'Hetsjon-Gu√©-ber, et Josaphat, comprenant cette le√ßon, refusa, malgr√© les instances d'Achab, de renouveler cette entreprise. C'est ainsi que l'on peut tr√®s bien concilier les passages en apparence contradictoires de 1 Rois 22:50; 2 Chroniques 20:35. L'alliance qu'il forma plus tard avec Joram fut plus heureuse; la campagne qu'ils firent ensemble pour soumettre les Moabites r√©volt√©s fut couronn√©e de succ√®s, mais Dieu lui montra par des miracles que c'√©tait √† sa faveur seulement, et non point aux forces de son alli√©, qu'il √©tait redevable de ses victoires, 1 Rois 22:41; 2 Rois 3:14; 2 Chroniques 17:10. Sa m√©moire est rest√©e b√©nie et respect√©e, 2 Chroniques 22:9, et l'on peut dire qu'il fut √† la fois homme de bien et homme de talent, vaillant √† la guerre, sage pendant la paix. Juda n'a peut-√™tre joui sous aucun de ses rois d'autant de bonheur que sous Josaphat.

  2. La vall√©e de Josaphat, Jo√ęl 3:2,12, n'√©tait, dans l'intention du proph√®te, qu'un nom all√©gorique; on a voulu l'expliquer par 2 Chroniques 20:26. Quoi qu'il en soit de cette explication, la tradition s'est empar√©e du nom et l'a donn√© √† cette √©troite et rapide vall√©e qui s√©pare le temple de J√©rusalem de la montagne des Oliviers, se dirige au sud-est du c√īt√© de la mer Morte, et est travers√©e par le C√©dron qui lui dispute son nom.


JOS√Č,
fils d'√Čli√©zer, nomm√© parmi les anc√™tres de Christ et de Marie, Luc 3:29, est inconnu.


JOSEB-BAS√ČBETH,
‚ÄĒ Voir: Jasobham.


JOSEPH
(accroissement).

  1. Le onzi√®me fils de Jacob, l'a√ģn√© de Rachel, Gen√®se 30:24; 33:2; 37:2; 46:49; 1 Chroniques 2:2; 5:1 (1745 avant J.-C.). Son histoire est de celles qu'il est le moins n√©cessaire de raconter, son parce qu'elles sont trop connues, soit parce qu'elles perdent plus que d'autres √† √™tre racont√©es dans des termes diff√©rents de ceux de la Bible. On se rappelle sa jeunesse, ses dix-sept ans et l'affection de son p√®re, la jalousie de ses fr√®res, ses r√™ves singuliers, sa tunique bigarr√©e, son arriv√©e aupr√®s de ses fr√®res √† Dotha√Įm, comment il fut vendu √† des Isra√©lites et revendu √† Putiphar, et comment l√†, apr√®s une longue prosp√©rit√©, il vit s'ouvrir pour lui les portes de la prison parce qu'il avait su respecter l'honneur de sa ma√ģtresse, et son honneur √† lui-m√™me. Cet honorable prisonnier devint bient√īt comme le ge√īlier de ses compagnons, et deux officiers disgraci√©s de Pharaon apprirent de sa bouche, l'un sa mort, l'autre son prochain retour en gr√Ęce; trois jours apr√®s, l'heureux √©chanson rentrait √† la cour; mais ingrat dans la bonne fortune, il oublia son compagnon de prison, et deux ann√©es s'√©coul√®rent sans apporter √† Joseph aucun changement. Alors Pharaon songea, ses songes le troubl√®rent, tous les sages furent consult√©s inutilement, et l'√©chanson se rappela Joseph. ¬ęC'est Dieu, et non pas moi, qui expliquera ce qui concerne a prosp√©rit√© de Pharaon¬Ľ, r√©pondit le fils de Jacob, que l'on consultait comme un devin; et avec une sagesse qui lui √©tait donn√©e d'en haut, il annon√ßa les sept ann√©es d'abondance qui devaient √™tre suivies de sept ann√©es de famine, et invita le roi √† se pr√©cautionner dans les premi√®res contre les derni√®res. Pharaon ne crut pouvoir mieux profiter de r√©v√©lations aussi importantes qu'en chargeant Joseph lui-m√™me de l'administration des affaires publiques, et il le fit son premier ministre (1715 avant J.-C.), en changeant son nom en celui de Tsaphenath-Pahan√©ah, qui, dans le haut style de la chancellerie √©gyptienne, signifiait le salut du si√®cle, ou selon saint J√©r√īme, le sauveur du monde. Joseph avait alors trente ans; il √©pousa Asenath, fille de Potiph√©rah, qui lui donna deux fils, √Čphra√Įm et Manass√©.

    Les ann√©es de famine avaient commenc√©, et de toutes parts on venait acheter du bl√© en √Čgypte, lorsqu'un √©pisode d'une grande importance vint rendre Joseph √† sa famille. Parmi les nombreux marchands √©trangers qui venaient se prosterner aux pieds du sage ministre de l'√Čgypte, Joseph, un jour, crut reconna√ģtre ses fr√®res; il ne se trompait pas, un de ses songes d'enfance venait de s'accomplir. Il ne pouvait penser √† se venger d'eux, il √©tait trop grand de caract√®re et de position; mais il crut devoir les √©prouver avant de se faire conna√ģtre: il leur parla brutalement, les traita en espions, retint Sim√©on aupr√®s de lui, exigea la promesse qu'√† un prochain voyage ils am√®neraient Benjamin avec eux, et fit remettre l'argent dans leurs sacs. Apr√®s un assez long espace de temps, que les h√©sitations de Jacob avaient encore prolong√©, Joseph vit revenir aupr√®s de lui ses fr√®res et Benjamin; son ton fut affectueux et doux, ses paroles furent aimables, il leur rendit Sim√©on, et fit pr√©parer pour eux un repas dans sa maison; l'√©motion parfois √©tait plus forte que lui, il e√Ľt voulu se jeter au cou de Benjamin; cependant il se contint, les fils de Jacob avaient encore une √©preuve √† subir, celle de la coupe; ils s'en tir√®rent √† leur honneur, Joseph eut la certitude que le remords √©tait entr√© dans le cŇďur de ces m√©chants fr√®res, et lorsque Juda se fut offert en sacrifice √† la place de Benjamin, Joseph, hors de lui d'√©motion, fit sortir tout le monde, et s'√©cria: ¬ęJe suis votre fr√®re, je suis Joseph; mon p√®re vit-il encore?¬Ľ C'est une sc√®ne qu'on ne peut d√©crire; il semble que chacun y assiste, que chacun partage l'√©motion de Joseph et celle de ses fr√®res, surpris, heureux et troubl√©s. Des ordres furent aussit√īt donn√©s pour que Jacob put venir en bonne vieillesse achever ses jours en √Čgypte, et Pharaon lui-m√™me s'int√©ressa √† la famille de son premier ministre. Le vieux p√®re ne se fit pas longtemps attendre, et Joseph, apr√®s l'avoir pr√©sent√© √† Pharaon, lui assigna pour demeure la fertile contr√©e de Goscen en Rahm√©s√®s.

    Cependant Joseph ne n√©gligeait pas ses devoirs envers l'√Čgypte; il se souvenait qu'il √©tait administrateur et politique, et sa politique n'√©tant gu√®re autre que l'autocratie orientale, il mit tous ses soins √† obtenir des √Čgyptiens, en √©change de son bl√©, leur argent, leurs terres et leur libert√©, pour pouvoir ensuite les administrer comme des fermiers, les parquer selon que l'int√©r√™t du pays le voulait, et les imposer au profit de la couronne: la population fut d√®s lors et pendant longtemps astreinte √† abandonner au roi le cinqui√®me des r√©coltes, le clerg√© seul √©tant exempt√©, et le pays fut dans la main du roi.

    La fin de Jacob approchait; le patriarche fit promettre √† Joseph que ses os seraient transport√©s en Palestine et ensevelis dans le s√©pulcre d'Abraham; puis Joseph amena aupr√®s du vieillard mourant √Čphra√Įm et Manass√©, vit avec surprise la plus grande b√©n√©diction retomber sur la t√™te du plus jeune, entendit le testament proph√©tique du patriarche √† ses fils, et recueillit son dernier soupir. Apr√®s l'avoir fait embaumer, Joseph, fid√®le √† sa promesse, conduisit en Canaan, accompagn√© d'un immense cort√®ge, la d√©pouille paternelle, et la d√©posa dans la grotte de Macp√©lah pr√®s des restes de ses anc√™tres. De retour en √Čgypte, il dut rassurer ses fr√®res qui craignaient que ses vengeances, comprim√©es par la vie de Jacob, n'√©clatassent apr√®s sa mort; il pleura avec eux, et leur promit de nouveau tout l'appui de son cr√©dit en cour et de son affection fraternelle. Sa vie d√®s lors fut tranquille et calme, il vit encore ses arri√®re-petits-fils, et s'endormit √† l'√Ęge de cent-dix ans, apr√®s avoir exprim√© le vŇďu d'√™tre ramen√© dans la terre promise pour y √™tre enseveli avec ses p√®res lorsque la post√©rit√© de Jacob quitterait l'√Čgypte. Mo√Įse se rappela ce vŇďu de Joseph et Josu√© fut charg√© de l'ex√©cuter, Exode 13:19; Josu√© 24:32.

    Il est impossible de trouver nulle part, dans tout ce qui s'est √©crit depuis le commencement du monde, un r√©cit plus attachant, plus √©mouvant que celui de la vie de Joseph; sans doute, les sc√®nes de la r√©demption sont plus sublimes et plus d√©chirantes, et bien des enfants, bien des pauvres sauvages, bien des chr√©tiens aussi ne peuvent les lire sans pleurer (qu'ils sont heureux!); mais elles sont trop pures, trop c√©lestes, trop surhumaines pour que chacun consente √† les comprendre; on peut s'y refuser: mais pour les sc√®nes de Joseph, elles sont tellement √† la port√©e de chacun, si simples, si naturelles dans leur grandeur, si humaines, que les plus grands ennemis de la r√©v√©lation sont contraints d'avouer que tout leur paganisme, et le paganisme encore plus noble des anciens, n'a rien produit qui puisse √™tre compar√© √† cet admirable r√©cit. Aussi, bien des auteurs ont-ils voulu rattacher leur nom √† une imitation de Joseph; la po√©sie s'en est empar√©e, et l'art dramatique lui doit une de ses cr√©ations les plus s√©rieuses et les plus admirables, dont la musique, peu fran√ßaise de caract√®re quoique fran√ßaise d'origine, semble rappeler l'√Ęge th√©ocratique, l'√Ęge des patriarches, l'isra√©litisme des premiers temps.

    Une chose peut surprendre dans l'histoire de Joseph, c'est qu'il soit rest√© vingt-deux ans sans s'enqu√©rir de sa famille, surtout lorsque sa position le mettait √† m√™me de le faire facilement. Il est difficile de se l'expliquer; on ne peut douter qu'il n'ait souvent d√©sir√© de revoir son p√®re et ses fr√®res, et surtout de rendre √† son p√®re le bonheur qu'il avait perdu; mais √† cette √©poque les relations √©taient rares entre les deux pays, longtemps Joseph fut hors d'√©tat de communiquer avec le dehors; quand il redevint libre et ma√ģtre, les soins du gouvernement durent l'absorber; il se consolait peut-√™tre par la foi qu'il puisait dans les songes de sa jeunesse, et croyait ne pas devoir h√Ęter un moment que Dieu avait lui-m√™me fix√© dans sa providence; peut-√™tre craignait-il de troubler la paix de sa famille en r√©v√©lant apr√®s treize ans d'absence le crime de ses fr√®res; et si au contraire il fit pour retrouver son p√®re des recherches dont il ne nous est pas parl√©, peut-√™tre les voyageurs eurent-ils de la peine √† trouver une famille nomade et sans nom, dont le si√®ge pouvait varier consid√©rablement d'ann√©e en ann√©e; peut-√™tre enfin put-il se tenir lui-m√™me au courant de ce qui se passait chez Jacob, sans vouloir cependant, et sans croire pouvoir lui faire conna√ģtre qu'il vivait encore. Il faut le dire aussi, les sentiments de tous genres n'√©taient pas aussi tendres et eff√©min√©s chez ces anciens patriarches que chez nous, et si les affections de famille sont une des plus douces jouissances qu'il soit accord√© √† l'homme de go√Ľter sur la terre, encore doit-on savoir au besoin √™tre plus fort que ces affections, les dominer au lieu de s'en laisser dominer, et penser l√† comme ailleurs au but de la vie et non point √† ses jouissances. La s√©paration d'Abraham et de Lot, celle d'Abraham et de Nacor, celle d'Isaac et de Jacob surtout, pr√©sentent le m√™me caract√®re; on voit Jacob avoir √©t√© s√©par√© de son p√®re pendant vingt ans au moins, de 77 √† 97 ans, s'√™tre mari√©, avoir eu onze ou douze enfants et avoir fait fortune, sans qu'il paraisse s'√™tre inqui√©t√© en aucune fa√ßon du sort de sa famille: doit-on l'attribuera un vice d'organisation, √† un manque de d√©veloppement des sentiments de famille et d'affection, ou bien √† certaine force de caract√®re qu'on ne peut plus comprendre de nos jours, qui para√ģt tout au moins exag√©r√©e, et qui est en tout cas le contre-pied de la sensibilit√© moderne? Mais comme la Bible ne nous raconte pas tous les d√©tails de la vie des personnages, nous pouvons croire aussi qu'il y a eu, entre les absents et leurs familles, des rapports dont il n'est point parl√©, d'autant plus que l'on voit Jacob revenir de chez Laban avec la nourrice de sa m√®re.

    Le nom de Joseph se retrouve Exode 1:5; Psaumes 105:17; Jean 4:5; Actes 7:9; H√©breux 11:22. Il sert aussi √† d√©signer quelquefois les tribus, soit d'√Čphra√Įm, Apocalypse 7:8, soit de Manass√©, Nombres 13:12, soit toutes les deux √† la fois, Deut√©ronome 33:13.

    ‚ÄĒ Voir: Tribu.

  2. #3, et #4...

  3. et #4. Trois hommes du nom de Joseph sont nommés parmi les ancêtres de Jésus et de Marie, Luc 3:24,26,30; ils sont les uns et les autres inconnus.

  4. Joseph, fils de Jacob, Matthieu 1:16; Luc 1:27; 3:23. Il descendait de la famille de David, et se fian√ßa avec une jeune parente d'une origine royale comme la sienne, mais devenue modeste aussi par suite de l'abolition de la royaut√©. Divinement averti des choses merveilleuses qui √©taient arriv√©es √† Marie, il renon√ßa √† une s√©paration qu'il avait d'abord cru n√©cessaire; il continua de vivre √† Nazareth de son m√©tier de charpentier, et se rendit √† Bethl√©em √† l'√©poque du d√©nombrement; l√† il vit les mages adorer J√©sus et Sim√©on saluer l'enfant de ses b√©n√©dictions proph√©tiques; mais sa surprise s'accrut-quand, au lieu de la grandeur qu'il pouvait attendre, il se vit oblig√©, par une vision divine de s'enfuir, d'abord en √Čgypte (pendant deux ans?), puis en Galil√©e, pour √©chapper aux cruelles pers√©cutions d'H√©rode et de son fils et successeur Arch√©la√ľs. Isra√©lite pieux, Joseph faisait chaque ann√©e le p√®lerinage de J√©rusalem; c'est dans une de ces courses que J√©sus, √Ęg√© de douze ans, resta en arri√®re dans le temple, et Joseph partagea √† son √©gard les inqui√©tudes de sa m√®re. D√®s lors, cet homme qui para√ģt avoir √©t√© humble et doux, dispara√ģt de l'histoire; on sait qu'il eut de Marie quatre fils et deux filles, Marc 6:3, mais comme il n'est plus reparl√© de lui, tandis qu'il est souvent question de la m√®re, des fr√®res et des sŇďurs de J√©sus, on conjecture avec raison qu'il √©tait mort lorsque son fils adoptif entra dans la carri√®re publique, et les paroles de J√©sus, Jean 19:27, prouvent qu'au moins √† l'√©poque de la crucifixion Marie √©tait veuve. Le nom de Joseph se trouve dans les g√©n√©alogies rapport√©es par saint Luc et saint Matthieu; on est g√©n√©ralement d'accord √† penser que celle de Matthieu renferme seule la descendance de Joseph, tandis que celle de saint Luc renferme celle de Marie; Joseph a √©t√© substitu√© √† Marie dans cette derni√®re, d'apr√®s l'ancien usage de l'Orient et des H√©breux de ne comprendre dans leurs listes que les hommes, et de nommer le mari comme fils et descendant, alors m√™me qu'il n'√©tait entr√© dans la famille que par une alliance. Il fallait que le Christ f√Ľt fils de David, selon la chair par Marie, et selon la loi par Joseph, son p√®re putatif, en quelque sorte son beau-p√®re (en anglais, l'expression father in law exprime parfaitement les rapports de Joseph et du Christ).

  5. Joseph d'Arimathée, Matthieu 27:57; Marc 15:43; Luc 23:50; Jean 19:38, membre du sanhédrin et ami caché de Jésus, refusa de consentir par son vote à la mort de Jésus et ne fut point écouté. L'épreuve le manifesta; prudent lorsque rien n'était à craindre, il ne craignit pas de se compromettre quand il y eut du danger à le faire, et il demanda à Pilate le droit de rendre les derniers devoirs à celui dont il avait reconnu, sans la comprendre encore, la mission divine.

  6. Joseph ‚ÄĒ Voir: Barsabas.


JOSES,
fr√®re de Jacques, de Simon et de Jude, fils de Marie, Matthieu 13:55; 27:56; Marc 6:3; 15:40. Ses trois fr√®res devinrent ap√ītres, et lui seul ne le devint pas, circonstance remarquable, soit qu'on les regarde comme fils de Cl√©opas ou comme fils de Joseph le charpentier, comme les cousins de J√©sus ou comme ses fr√®res. Dans l'un et l'autre cas, les quatre paraissent avoir √©t√© de ceux qui prirent J√©sus pour un fou et voulurent s'emparer de lui, Marc 3:21; on pourrait croire que l'exclusion de Joses tient √† ce qu'il s'est montr√©, dans cette circonstance, plus violent et plus obstin√© que ses fr√®res. Plus tard cependant, il fut gagn√© √† la v√©rit√© comme les autres, et prit part aux r√©unions des fid√®les apr√®s l'ascension, Actes 1:14. On ignore d'ailleurs s'il y a eu deux Joses, l'un fr√®re, l'autre cousin de J√©sus; il arrive souvent que dans des familles parentes, les enfants portent les m√™mes noms. La parent√© de Joses offre sous ce rapport les m√™mes difficult√©s que celles de J√©sus et de Jacques, q.v.


JOSIAS
(le feu de l'√Čternel),

  1. seizi√®me roi de Juda, fils et successeur d'Amon, r√©gna trente-et-un ans (642-611), 2 Rois 22 et 23; 2 Chroniques 34 et 35. Il ne suivit point la mauvaise voie de ses anc√™tres, il fit au contraire tous ses efforts pour combattre l'idol√Ętrie et r√©veiller la foi dans son royaume; il fit une guerre acharn√©e aux autels, aux hauts lieux, aux bocages, aux idoles de tout genre, d√©truisant, d√©molissant, profanant partout o√Ļ il les rencontrait les moindres vestiges de ce culte impie et adult√®re, ne se contentant pas de demi-mesures, mais r√©solu d'exterminer impitoyablement jusqu'√† la racine tous ces d√©bris d'importations √©trang√®res et pa√Įennes. Mais s'il fut implacable envers les id√©es, il fut charitable envers les hommes, et pourvut √† la subsistance de tous ces pr√™tres auxquels il enlevait, avec leurs autels, le produit des autels, 2 Rois 23:9. Il ne fit mettre √† mort que les sacrificateurs de B√©thel, et peut-√™tre ceux de Samarie, mais on peut conclure de toute sa conduite que cette exception particuli√®re fut justifi√©e aussi par des circonstances particuli√®res, peut-√™tre par une tentative de soul√®vement de leur part. Josias ne borna pas son Ňďuvre r√©formatrice √† son royaume seulement, il entreprit aussi la r√©formation d'Isra√ęl et traversa les dix tribus en saint et vaillant triomphateur. Cependant on voit par les plaintes d'un proph√®te contemporain, J√©r√©mie 3:6, qu'il ne r√©ussit pas aussi bien que son cŇďur l'aurait d√©sir√©. Mais une circonstance providentielle vint encore √† son aide: la dix-huiti√®me ann√©e de son r√®gne, les hommes occup√©s aux r√©parations du temple retrouv√®rent un exemplaire du Pentateuque, peut-√™tre l'original √©crit de la main m√™me de Mo√Įse, qui avait √©t√© pendant longtemps √©gar√© ou n√©glig√©, et dont la lecture fit une grande impression. Les travaux de Josias qui, apparaissent, dit un auteur allemand, comme un regard du soleil avant la nuit tombante √† travers les nuages d'un soir orageux, ces travaux, et le nom m√™me du r√©formateur, avaient √©t√© d√©j√† annonc√©s trois si√®cles auparavant √† J√©roboam, 1 Rois 13:2, et l'oracle accompli √©tait venu r√©pondre √† la longue attente du petit nombre de fid√®les qui n'avaient jamais cess√© d'esp√©rer.

    Si le r√®gne de Josias fut honorable, il ne fut cependant qu'une tr√™ve dans les malheurs comme dans les iniquit√©s du peuple; la proph√©tesse Hulda, consult√©e, lui rendit un oracle bien consolant pour lui-m√™me, bien terrible pour son royaume: des malheurs allaient fondre sur Juda, et Josias ne devait avoir d'autre consolation que celle de mourir avant qu'ils arrivassent. Aussi, quoique les jugements de Dieu sur son peuple fussent bien pr√®s de s'ex√©cuter, son r√®gne fut en g√©n√©ral heureux et paisible. Il trouva la mort dans une bataille qu'il livra au roi d'√Čgypte Pharaon N√©co, qui voulait malgr√© Josias traverser la Syrie pour porter la guerre en Cald√©e: cette bataille est mentionn√©e par H√©rodote 2, 159. On peut s'√©tonner du r√īle que Josias joua dans cette occasion, et lui-m√™me para√ģt presque ne pas avoir agi avec pleine bonne conscience, car il se d√©guisa pour se mettre √† la t√™te de ses troupes; cependant on se l'explique par la supposition que ce roi prudent et pieux √©tait vassal de Nabopolassar, et qu'il dut agir comme sujet fid√®le de la Cald√©e, et non comme roi de Juda. Ce vasselage, qui comprenait probablement aussi le royaume d'Isra√ęl, pouvait dater du temps de Manass√©.

    ‚ÄĒ Le nom de Josias se retrouve encore Sophonie, 1:1.

  2. Josias, contemporain d'Esdras;

    ‚ÄĒ Voir: Helda√Į.


JOSU√Č
  1. (Dieu est la d√©livrance), nomm√© d'abord Os√©e (d√©livrance), √©tait fils de Nun, de la tribu d'√Čphra√Įm; il sortit d'√Čgypte, le pays de sa naissance, sous la conduite de Mo√Įse √† qui il devait un jour succ√©der dans le commandement du peuple. Chef des guerriers au d√©sert, il se distingua d'abord par la d√©faite des Hamal√©cites, Exode 17:9, accompagna Mo√Įse sur le Sina√Į, 24:13, fut charg√© de la garde du tabernacle d'assignation, 33:11, et, jaloux des privil√®ges de son ma√ģtre et ami, voulut emp√™cher des proph√®tes de proph√©tiser, Nombres 11:28. Il fut un des douze espions envoy√©s en Canaan, Nombres 13:9, et c'est alors que son nom fut chang√© pour lui rappeler, √† lui et √† ses compagnons, qu'il n'y a qu'une seule d√©livrance efficace; mais seul avec Caleb, il montra par ses Ňďuvres la fermet√© de sa foi, et seuls ils √©chapp√®rent √† la sentence de mort prononc√©e contre tout Isra√ęl (√Čl√©azar et les l√©vites furent probablement aussi except√©s). $on courage, ses talents et sa fid√©lit√© √©prouv√©e, le firent sans doute choisir par Mo√Įse pour le remplacer dans la conduite des milliers d'Isra√ęl, et il fut rev√™tu de l'autorit√© supr√™me en pr√©sence du peuple et d'√Čl√©azar le souverain sacrificateur, Nombres 27:18; Deut√©ronome 31:3. Il re√ßut encore les ordres de son ma√ģtre, Nombres 32:28, entendit avec joie son dernier cantique de b√©n√©dictions, Deut√©ronome 32:44, et entra sans difficult√©s dans l'exercice de ses nouvelles fonctions, Josu√© 1:1.

    Son minist√®re est inaugur√© par une vision magnifique, destin√©e √† lui confirmer de la part de l'√Čternel les promesses qui lui ont √©t√© faites par Mo√Įse, et √† l'encourager √† monter hardiment contre les nations guerri√®res et puissantes qu'il a devant les yeux et dont la conqu√™te lui est assur√©e. Des espions sont envoy√©s; sur leur rapport, Josu√© donne trois jours √† l'arm√©e pour se pr√©parer, les eaux du Jourdain se partagent miraculeusement pour donner au peuple √©lu un libre et franc passage dans la terre de la promesse, un autel s'√©l√®ve en souvenir de cette cons√©cration solennelle de la mission de Josu√©, semblable √† celle qu'avait obtenue Mo√Įse dans le lit de la mer Rouge. Avant de proc√©der √† la conqu√™te de J√©rico, les Isra√©lites sont circoncis; ils c√©l√®brent la P√Ęque, qu'ils n'ont pas encore c√©l√©br√©e depuis le d√©part de l'√Čgypte, et qu'ils ne devaient pas c√©l√©brer non plus, Exode 13:5; enfin la manne cesse de tomber, et le peuple se nourrit de la nourriture de l'homme et trouve du grain en abondance, Josu√© 5:11. Les ennemis d'Isra√ęl, quoique vaillants et r√©solus √† se d√©fendre avec courage contre le petit peuple qui veut les envahir, deviennent l√Ęches, et leurs cŇďurs se fondent √† l'ou√Įe des merveilles que Dieu a faites pour Isra√ęl. Une premi√®re conqu√™te ach√®ve d'effrayer les anciens habitants de Canaan, et d'encourager les nouveaux; c'est la prise de J√©rico, la clef du pays, la ville forte, la ville aux solides murailles. Elle tombe devant les cris de joie et d'esp√©rance du peuple, devant ses promenades solennelles et silencieuses que trouble seulement le bruit √©clatant des trompettes; les murailles s'√©croulent, la ville est mise √† sac, tout est √©gorg√© ou br√Ľl√©, Rahab seul est √©pargn√©e parce qu'elle avait √©pargn√© ses h√ītes. De l√†, sur le rapport de quelques espions, 3,000 hommes sont envoy√©s contre Ha√Į; mais Josu√© avait oubli√© de consulter l'√Čternel, les 3,000 hommes sont battus, et Dieu r√©v√®le √† Josu√© les causes de cette d√©faite, le p√©ch√© d'Hacan. Apr√®s le ch√Ętiment du coupable, Isra√ęl, pr√™t √† faire la volont√© de l'√Čternel, peut marcher en avant, Ha√Į est ais√©ment subjugu√©e, et Dieu permet aux vainqueurs de se partager les d√©pouilles au lieu de les mettre √† l'interdit. Cependant les rois de Canaan se r√©unissent pour combattre l'ennemi commun; les Gabaonites seuls, usant de ruse, r√©ussissent √† se mettre sous la protection d'Isra√ęl, et s'ils deviennent coupeurs de bois et puiseurs d'eau, ils ont au moins le droit d'habiter en la maison de l'√Čternel, et d'√™tre prot√©g√©s par Isra√ęl dans la mauvaise fortune. Irrit√©s de cette d√©fection, les rois de Canaan commencent les exploits de leur ligue par le si√®ge de Gabaon, mais l√† d√©j√† ils √©prouvent les coups de Josu√©, en m√™me temps que les Gabaonites peuvent se f√©liciter de l'alliance qu'ils ont faite: un grand carnage a lieu, les cinq rois sont mis en fuite, le jour est trop court pour l'ach√®vement de la victoire, Josu√© commande au soleil et √† la lune de s'arr√™ter, et les cinq rois sont mis √† mort au fond de la caverne dans laquelle ils ont cherch√© leur refuge. Profitant de ses avantages, Josu√© assi√®ge plusieurs autres villes canan√©ennes, Makk√©da, Libna, Lakis, H√©glon, H√©bron, il saccage tout le pays depuis Kad√©s-Barn√© jusqu'√† Gaza, de Goscen jusqu'√† Gabaon, et devenu ma√ģtre de toute la partie m√©ridionale de Canaan, il rentre triomphant √† Guilgal o√Ļ le peuple √©tait camp√©. Une ligue du Nord succ√©da √† la ligue du Midi, Jabin succ√©da √† Adonits√©dec, et malgr√© leur multitude ils ne furent pas plus heureux, ils ne s'assembl√®rent que pour √™tre d√©truits d'un seul coup. Josu√© les chargea √† l'improviste, et les battit tellement qu'il n'en laissa √©chapper aucun; il revint de l√† √† Hatsor, qu'il br√Ľla ainsi que toutes les villes d'alentour, et en fit mourir les enfants, les rois et les chevaux. Mais il fallut quelques ann√©es pour r√©duire √† l'ob√©issance tout le pays, car ces petits rois se succ√©daient les uns aux autres √† mesure que Josu√© en abattait quelques-uns, et il fallut leur faire la guerre √† tous, aucun ne s'√©tant rendu sans combat. Ce ne fut donc que six ou sept ans apr√®s leur entr√©e en Canaan que les Isra√©lites purent commencer le partage des terres, √©tant ma√ģtres alors de tout le pays, √† l'exception de quelques villes, Gaza, Gath et Asdod, qui √©taient rest√©es aux Hanakins, et de quelques peuplades qui purent conserver longtemps encore leur ind√©pendance, n'ayant pas √©t√© extermin√©es lorsqu'elles pouvaient l'√™tre, et comme Dieu avait ordonn√© √† Josu√© de le faire.

    On suppose en g√©n√©ral que le sacrifice du mont H√©bal (8:30-35) dont nous avons parl√© en son lieu, ne fut c√©l√©br√© qu'alors, une fois que le peuple put se reposer enfin de ses longues et p√©nibles guerres. C'est dans le m√™me temps √† peu pr√®s que se passa la touchante sc√®ne d'une noble querelle, de franches explications, et d'aimable r√©conciliation: ce furent des jours de r√©veil qui peuvent compter parmi les plus beaux de toute l'histoire d'Isra√ęl; Josu√© 22.

    Deux tribus et demie demeuraient au-del√† du Jourdain; la terre promise devait √™tre partag√©e entre les autres neuf et demie; ce partage se fit peut-√™tre au fur et √† mesure que le peuple avan√ßait dans le pays, et proportionnellement √† la force et √† la population des tribus; les villes de refuge furent d√©sign√©es, et les L√©vites se virent assigner les lieux de leur h√©ritage. Lorsque tout fut en r√®gle √† cet √©gard, que les tribus furent entr√©es en possession de leur territoire, et que les parts furent faites, Josu√© crut pouvoir √† son tour se choisir un h√©ritage avec le consentement du peuple, et il prit Timnath-S√©rah en la montagne d'√Čphra√Įm. Servi le dernier, il dut se contenter encore d'une petite ville peu importante, situ√©e dans une contr√©e moins favoris√©e que d'autres, mais il √©tait pr√®s de Silo, et le voisinage du saint lieu ne fut sans doute pas sans influence sur son choix.

    Josu√© avan√ßait en √Ęge, il touchait au terme de sa carri√®re, il avait √©t√© une lumi√®re ardente et vive; l'√Čcriture sainte nous pr√©sente peu de caract√®res qui aient √©t√© aussi actifs au service de leur ma√ģtre, aussi fid√®les dans leur profession, aussi in√©branlables dans leur foi; l'histoire tout enti√®re ne pr√©sente aucun conqu√©rant dont les guerres offrent le m√™me caract√®re de justice dans le but, et de d√©pr√©occupation personnelle dans l'ex√©cution. Il mourut comme il avait v√©cu; sa derni√®re pens√©e fut pour la gloire de son Dieu et pour le bonheur de son peuple. √āg√© de cent dix ans, et voyant approcher son heure, il fit convoquer toute l'assembl√©e d'Isra√ęl, ses anciens, ses chefs, ses juges et ses officiers, et lui, seul survivant de tous ceux qui avaient vu la captivit√© de l'√Čgypte, seul survivant de tous ceux qui avaient vu les sc√®nes du d√©sert, gouverneur de vingt-cinq ann√©es et vrai patriarche et roi du peuple, il ne parle √† ceux qui l'entourent, ni de lois, ni de conqu√™tes, ni d'administration; un mot suffit √† ses victoires, et son discours d'adieu ne suffit pas √† leur dire tout ce qu'il voudrait sur les dangers de l'idol√Ętrie, et l'importance pour eux tous de rester fid√®les √† ce Dieu qui leur avait toujours √©t√© fid√®le. Peu de temps apr√®s, il les rassemble de nouveau en Sichem pour leur adresser une derni√®re fois des paroles d'exhortation, il leur rappelle les merveilles que Dieu a faites en leur faveur, et les presse de se d√©cider d'une mani√®re franche sur le Dieu qu'ils veulent adorer: mais pour moi, leur dit-il, pour moi et ma maison, nous servirons l'√Čternel. Alors il traite alliance avec le peuple, lui propose des ordonnances et des statuts, met par √©crit tout ce qui vient de se passer, et dresse pour monument une grande pierre sous un ch√™ne: puis il s'endort √Ęg√© de cent dix ans, et le peuple qui le pleure et qui n'a plus de chef, l'ensevelit √† Timnath-S√©rah dans le lieu de son h√©ritage.

    Le nom de ce pieux conquérant se retrouve Juges 1:1; Néhémie 8:17; Actes 7:45; Hébreux 4:8.

    Josu√© para√ģt √™tre l'auteur du dernier chapitre du Deut√©ronome; quant au livre qui porte son nom, les Juifs le lui attribuent assez ordinairement; cependant il ne para√ģt pas qu'il en soit l'auteur: les uns y voient un extrait du livre de Jahzer ou du Droiturier, Josu√© 10:13; d'autres pensent qu'il a √©t√© compos√© par √Čl√©azar le souverain pontife, contemporain de Josu√©; d'autres enfin supposent, avec vraisemblance, que Josu√© a √©crit quelques m√©moires d√©tach√©s, qui ont √©t√© plus tard r√©unis, compl√©t√©s, et r√©dig√©s par un proph√®te, Esdras par exemple,

    ‚ÄĒ Voir: H√¶vernick's Einleitung.

    La c√©l√®bre station du soleil et de la lune, qui a √©t√© l'objet de tant de plaisanteries, d'explications, de doutes et d'hypoth√®ses, forme la principale difficult√© de l'histoire de Josu√©, et l'une des plus grandes de la r√©v√©lation tout enti√®re. On a essay√© des traductions diff√©rentes du texte, on a imput√© √† la po√©sie des paroles qui appartiennent √† la prose, on a fait de l'arm√©e des cieux une arm√©e terrestre, du soleil qui brille au firmament l'√©tendard d'une des compagnies de Josu√©, de la reine des nuits le drapeau d'un autre corps d'arm√©e, des paroles proph√©tiques de Josu√© un ordre strat√©gique donn√© √† ces compagnies de se poster, l'une sur Gabaon, l'autre sur les hauteurs qui dominent la vall√©e d'Ajalon. Ces diverses tentatives, toutes plus ou moins hasard√©es, toutes forc√©es, car l'interpr√©tation litt√©rale est la seule naturelle, doivent leur naissance aux nombreuses objections, aux difficult√©s r√©elles que soul√®ve le r√©cit biblique d√®s qu'on le prend √† la lettre. Nous n'appellerons pas s√©rieuse l'objection tir√©e du langage m√™me de Josu√©, qui para√ģt supposer le mouvement du soleil, et non la rotation de la terre. Josu√© parle comme tout le monde, comme les plus savants, comme l'Annuaire du Bureau des longitudes; tout le monde dit: Le lever, et le coucher du soleil. Et, comme Chaubard le fait remarquer, l'ordre de s'arr√™ter, donn√© simultan√©ment au soleil et √† la lune, non seulement ferait supposer, mais prouve m√™me que Josu√©, ou celui qui lui dictait ses paroles, ne confondait point √† cet √©gard l'apparence avec la r√©alit√©. Mais on peut regarder comme s√©rieuses les trois objections suivantes, auxquelles nous r√©pondrons en peu de mots:

    1. Si la terre s'est réellement arrêtée, tout ce qui était alors debout, principalement dans les zones torride et tempérées, arbres, maisons, hommes, animaux, doit avoir été à l'instant même renversé et brisé par la violence du choc de l'atmosphère.

      ‚ÄĒ Oui, si l'atmosph√®re ne s'est point arr√™t√©e avec la terre; non, si au contraire l'atmosph√®re, qui fait en quelque sorte partie int√©grante du globe, s'est arr√™t√©e avec lui; non, surtout, si l'arr√™t, au lieu d'√™tre subit, a √©t√© graduel.

    2. Il répugne d'admettre comme historique un passage dont on s'est autorisé pour condamner Galilée et le véritable système du monde.

      ‚ÄĒ Sans doute; mais comme ce passage n'a √©t√© qu'un pr√©texte mal compris, on aurait tort de conclure de l'abus contre l'usage,

    3. Mais la plus grave objection, c'est que, d'après le récit biblique, ce dérangement du système de l'univers, ce bouleversement de toutes les lois du mouvement des corps célestes, ce cataclysme général, n'aurait eu lieu que pour donner aux Israélites le temps de consommer la déroute de leurs ennemis, lorsqu'il y aurait eu une foule d'autres moyens moins effrayants, moins effroyables, pour obtenir le même résultat.

    ‚ÄĒ Les r√©ponses √† cette objection sont faibles, du moins √† notre point de vue. On peut dire que Dieu subordonnait la terre enti√®re aux succ√®s de son peuple, comme il subordonne √† notre globe le r√©cit de la cr√©ation tout enti√®re; que la prise de possession des Isra√©lites devait √™tre marqu√©e par des signes dans le ciel et sur la terre; que Dieu se proposait peut-√™tre de d√©truire une partie du monde d'alors par un d√©luge partiel (‚ÄĒ Voir: plus bas), et que les deux faits ont co√Įncid√©; que dans la bouche de Josu√©, inspir√© de l'Esprit de Dieu, ces paroles sont moins un ordre qu'une proclamation; qu'il se borne √† annoncer le fait que Dieu lui a r√©v√©l√©; que, dans tous les cas, les historiens juifs sont bien excusables d'avoir attribu√© √† une intervention de Dieu en leur faveur le prolongement de jour qui leur a assur√© la victoire, etc. Mais si ces r√©ponses sont faibles, nous pouvons demander aussi quelles conclusions l'on veut tirer de l'objection. En conclura-t-on que la station du soleil et le double jour qui en est r√©sult√© soient des faits imaginaires? Ici nous en appelons √† la g√©ologie, et nous trouvons une fois de plus, que le plus ancien de tous les livres en est aussi le plus vrai, √† quelque point de vue qu'on le consid√®re, et que la science ne m√©rite son nom que lorsque ses progr√®s l'ont conduite jusqu'√† rendre t√©moignage √† la r√©v√©lation.

    Si la terre s'est r√©ellement arr√™t√©e, que le temps d'arr√™t ait √©t√© de 40 secondes, ou de 18 minutes, peu importe (‚ÄĒ Voir: Gaussen, Th√©opneustie, p. 360, sq.), l'immensit√© des eaux de la mer a d√Ľ n√©cessairement continuer le mouvement qui lui √©tait commun avec le globe, et se d√©verser ainsi sur les continents; et, en second lieu, le globe cessant d'√™tre sollicit√© √† s'aplatir vers les p√īles par la rotation, a d√Ľ tendre √† reprendre sa forme, sph√©rique originelle, se renfler vers les p√īles, se r√©tr√©cir √† l'√©quateur; de l√† des convulsions, des tremblements de terre, des ruptures. Or, la g√©ologie et les traditions rendent t√©moignage de ce double ph√©nom√®ne.

    La tradition: en effet, le d√©luge de Deucalion, selon la chronologie vulgaire, remonte √† l'an du monde 2504 environ; Josu√©, n√© l'an 2460, aurait eu alors quarante-quatre ans (il √©tait certainement plus √Ęg√©, mais lorsqu'il s'agit de d√©luges, et dans des temps o√Ļ l'art des dates n'√©tait pas tr√®s avanc√©, l'on doit se contenter de dates qui concordent √† un demi-si√®cle pr√®s); la co√Įncidence entre ces deux √©v√©nements para√ģt prouv√©e; on peut en dire autant du d√©luge d'Ogyg√®s, appel√© aussi Ogygus, et peut-√™tre le m√™me que l'Augias des fables grecques, dont Hercule nettoya les √©tables par une inondation. Platon, dans son Tim√©e, fait intervenir des pr√™tres √©gyptiens, qui reprochent aux Grecs de ne parler jamais que d'un seul d√©luge, alors qu'il y en a eu plusieurs, ¬ęun d√©luge, entre autres, accompagn√© de tremblements de terre, qui dura l'espace d'un jour et d'une nuit (24 heures),... et engouffra l'Atlantide elle-m√™me, qui disparut enti√®rement, ab√ģm√©e sous les flots¬Ľ, etc. Le long jour des H√©breux se retrouve encore sous le d√©guisement d'une double nuit, dans les traditions des Latins et des Grecs, qui l'attribu√®rent aux voluptueux caprices de Jupiter (Ovid. Amor. 1, 13. Prop. 2, 22. Lucain, Phars. 6). La double nuit correspond au double jour si, comme on va le voir, la station de la terre a eu lieu peu apr√®s le lever du soleil; alors il devait encore faire nuit chez les Grecs, et la variante de la tradition prouve, mieux que ne ferait son entier accord, la r√©alit√© m√™me du fait.

    La g√©ologie, avons-nous dit, rend t√©moignage √† l'histoire. Au moins on a constat√© une formation de terrains tertiaires de transports dont on a √©t√© longtemps avant de reconna√ģtre le caract√®re sp√©cial, et qu'on ne peut expliquer que par une inondation violente, subite, courte, g√©n√©rale, mais partout partielle, dirig√©e de l'occident √† l'orient, et parfois, par suite de circonstances particuli√®res, du nord-ouest au sud-est, beaucoup plus forte vers l'√©quateur que vers les p√īles, autant de caract√®res qui ne s'expliquent que par une suspension momentan√©e du mouvement de rotation du globe. Cette formation, confondue tant√īt avec les terrains secondaires sup√©rieurs, tant√īt avec les alluvions modernes qui se forment sous nos yeux, comprend les grands d√©p√īts de sable de l'Afrique occidentale (Sahara, etc.), des c√ītes occidentales et bor√©ales de l'Europe et de la Nouvelle-Hollande, les d√©p√īts ar√©nac√©s de la Sib√©rie, avec les gros quadrup√®des qui y ont conserv√© leurs poils et leur peau, les br√®ches coquilli√®res ou falun, les br√®ches osseuses du calcaire jurassique, les cavernes √† ossements du m√™me d√©p√īt; les coquillages bivalves qu'on y rencontre y sont entass√©s sans ordre, tandis que dans les autres formations ils sont toujours dans leur position naturelle, c'est-√†-dire, leur valve sup√©rieure en haut. Ce fait d√©montre la soudainet√© et la bri√®vet√© de la catastrophe. Les for√™ts souterraines qu'on trouve ensevelies sous les sables de la Russie septentrionale sont dirig√©es du nord-ouest au sud-est; enfin l'on voit en Auvergne des produits volcaniques et pseudo-volcaniques, alternant avec les sables et graviers qui recouvrent les formations secondaires les plus r√©centes de ces contr√©es, et l'on a reconnu parmi les fossiles carbonis√©s, au-dessous d'un de ces amas volcaniques, une planche travaill√©e par la main de l'homme (√† Boutaresse), ce qui semble faire remonter √† une date comparativement peu ancienne l'amas de ces terres sableuses et cr√©tac√©es, et le gisement de cette formation.

    Ces faits qui rendent plausible, probable, et m√™me n√©cessaire, l'interruption momentan√©e du mouvement de rotation de la terre, ces faits dont le souvenir s'est conserv√© ailleurs que chez les H√©breux, et qui semblent √©crits sur les ruines qui couvrent la surface du globe, sont d√©velopp√©s dans les √Čl√©ments de g√©ologie du modeste et savant Chaubard (1833), de mani√®re √† ne laisser presque aucun doute dans l'esprit. Il nous a paru convenable d'en reproduire les traits principaux, √† cause de l'importance du sujet, et de l'invraisemblance apparente du miracle. La station de la terre se place donc, comme ph√©nom√®ne, sur le m√™me rang que le ph√©nom√®ne de la cr√©ation et celui du d√©luge, et si sa cause nous para√ģt moins digne du but, nous r√©pondrons encore avec Chaubard: Quelles conclusions veut-on en tirer?

    Ajoutons, d'après le même géologue:

    1. que Josu√© se trouvait vers la position de Beth-Horon-la-Basse au moment o√Ļ le soleil suspendit sa course;

    2. que, vu de l√†, le soleil avait en ce moment 24¬į 10' environ d'amplitude ortive nord;

    3. que ce jour est postérieur au 20 mars et antérieur au 24 juillet; Chaubard le fixe au 5 juillet environ; la lune devait se trouver dans son troisième quartier;

    4. enfin, que le soleil n'était levé que depuis 26 ou 27 minutes lorsqu'il s'est arrêté.

    Voir sur l'ensemble de cette question Chaubard, √Čl√©m., p. 267-334. La g√©ologie renferme encore tant de myst√®res que l'on ne saurait rien affirmer; chaque savant pr√©sente son syst√®me, et nous commande le doute par son absolutisme m√™me. Il suffit d'ouvrir un ouvrage quelconque pour s'en convaincre. Le travail de Chaubard nous a paru ne pas r√©pondre √† tout d'une mani√®re satisfaisante, mais il a le grand m√©rite d'√™tre simple, sans pr√©tentions, naturel, et de se rapprocher de la r√©v√©lation plus que tous les autres syst√®mes, ce qui est une garantie contre l'erreur, car c'est toujours l√† qu'il faut en revenir. Ce qu'il dit des terrains de la derni√®re formation est d'ailleurs plus fort et plus solide que les raisons qu'il all√®gue pour expliquer les formations pr√©c√©dentes.

  2. Josu√© de Beths√©m√®s, 1 Samuel 6:14. C'est au milieu de son champ que s'arr√™t√®rent les jeunes vaches que les Philistins avaient attel√©es au char qui devait emmener du milieu d'eux l'arche sainte. Les deux g√©nisses furent offertes en holocauste √† l'endroit m√™me o√Ļ elles s'√©taient arr√™t√©es, mais l'indiscr√®te curiosit√© des Betbs√©mites donna √† ce lieu un renom de malheur, √† cause de la plaie soudaine qui fut leur ch√Ętiment.


JOTBA,
‚ÄĒ Voir: Jatba.


JOTHAM,
  1. le plus jeune des fils de G√©d√©on, et celui qui √©chappa seul au massacre de toute la famille, ordonn√© par Abim√©lec, Juges 9:5. Il est connu par la fable qu'il raconta aux gens de Sichem, la premi√®re fable que l'on d√©couvre dans toute l'antiquit√©, et qui prend place deux si√®cles au moins avant le grand fabuliste de l'Orient: cette fable de l'√©go√Įsme puni se distingue par son √©l√©gance, sa po√©sie, et la justesse de son application. Jotham ne tira, du reste, pas d'autre vengeance des Sich√©mites qui avaient abandonn√© la famille de son p√®re, et il s'enfuit en diligence √† B√©er entre J√©rusalem et B√©thel.

  2. Jotham, onzi√®me roi de Juda, fils et successeur d'Hozias, occupa le tr√īne pendant seize ans (759-743). Il fit le bien devant l'√Čternel, sans pouvoir cependant extirper l'idol√Ętrie de Juda, 2 Rois 15:33; cf. 2 Chroniques 27:2. La nation seule fut coupable du bien qu'elle emp√™cha le roi de faire, et Jotham eut un r√®gne prosp√®re et florissant: il pourvut √† la s√Ľret√© du royaume par la construction de places fortes, et agrandit la porte principale du temple. Au dehors ses armes triomph√®rent des Hammonites, et il en re√ßut pendant trois ann√©es un riche tribut en argent et en bl√©. Il mourut en paix, et fut enseveli dans les s√©pulcres de ses p√®res. Son nom se retrouve √Čsa√Įe 1:1; 7:1; Os√©e 1:1; Mich√©e 1:1; 1 Chroniques 5:17; Matthieu 1:9. Son av√®nement au tr√īne fut marqu√© par le commencement du minist√®re d'√Čsa√Įe, qui fut son contemporain, ainsi que Os√©e et Mich√©e.


JOTSADAK,
‚ÄĒ Voir: J√©hotsadak.


JOUR.
Les H√©breux comptaient leurs jours d'un coucher de soleil √† l'autre, selon le commandement de Mo√Įse, L√©vitique 23:32. Les Romains avaient deux sortes de jours avec des noms diff√©rents, le jour civil et le jour naturel: le premier √©tait le m√™me que chez nous; le second, qui √©tait celui de la vie ordinaire, commen√ßait √† six heures du matin, et finissait √† six heures du soir. Le jour civil des Juifs variait en longueur, suivant les saisons de l'ann√©e, mais √©tait toujours partag√© en douze parties ou heures, Jean 11:9, qui devaient elles-m√™mes varier consid√©rablement, puisque les plus longs jours allaient jusqu'√† 14 heures 12 minutes, tandis que les plus courts ne comptaient que 9 heures 48 minutes, et que la diff√©rence √©tait ainsi de 4 heures 28 minutes. Il ne para√ģt pas du reste que les H√©breux, avant l'exil, aient connu d'autres divisions du jour que la division naturelle du matin, du midi, Gen√®se 43:16. Deut√©ronome 28:29, et du soir; on peut y joindre encore l'aurore et le cr√©puscule: c'est des Babyloniens qu'ils ont pris, comme les Grecs aussi, d'apr√®s H√©rodote 2, 109, la division du jour en 12 heures, Daniel 4:19; 5:5, division qui fut d√®s lors g√©n√©ralement adopt√©e et qu'on retrouve dans le Nouveau Testament. C'est √† la m√™me √©poque probablement que remonte aussi la division du jour en quatre parties, et celle de la nuit en quatre veilles, q.v.

‚ÄĒ Quant aux jours de f√™te,

‚ÄĒ Voir: F√™tes.

C'est par journées de chemin que les premiers patriarches, et même les Juifs postérieurs, jusqu'après les temps de l'exil, appréciaient les distances, Genèse 30:36; 31:23; Exode 3:18; 5:3; Nombres 10:33; 33:8; Deutéronome 1:2; 1 Rois 19:4; 2 Rois 3:9; Jonas 3:3; cf. 1 Maccabées 5:24; 7:45; Tobie 6:1. La même expression se retrouve encore dans le Nouveau Testament, Luc 2:44, et dans Flavius Josèphe. Dans les anciens temps cette manière sommaire de mesurer l'éloignement de deux villes était la plus ordinaire, peut-être la seule, comme elle est encore en usage de nos jours chez les Arabes et les Perses; mais sous le point de vue géographique c'est une évaluation sans valeur, les journées des caravanes variant aisément de 6 à 12 lieues; la journée moyenne est évaluée à 7 lieues; Hérodote, 4, 101, quia donnée ajournée moyenne le chiffre le plus élevé, lui donne 200 stades ou 8 lieues.


JOURDAIN,
le plus grand fleuve de la Palestine. Son nom (en h√©breu, Jarden ou Yarden) vient, selon les uns de yeor ou y√īr, qui signifie fleuve, et Den ou Dan, fleuve qui a sa source pr√®s de Dan; selon les autres, et avec plus de probabilit√©, de yarad, descendre, couler avec imp√©tuosit√© (comme en allemand Rhein, le Rhin, vient de rinnen, couler). Il a plusieurs sources, dont deux principales; l'une est l'Hasb√©ny ou Hasb√©ya, ruisseau qui parcourt la haute vall√©e de l'Hermon sur un sol noir, basaltique et poreux; l'autre est le Banjas, qui sort d'une grotte profonde au pied des flancs bois√©s de l'Hermon, dans une belle et pittoresque contr√©e; ce second ruisseau, dont les eaux arrivent, dit-on, du lac de Thiala par des canaux souterrains, acquiert imm√©diatement une largeur consid√©rable. Le Banjas est le bras le plus consid√©rable du Jourdain: il se r√©unit, quelques lieues plus bas, √† l'Hasb√©ny et √† plusieurs autres ruisseaux qui descendent de tous les c√īt√©s, et forme le lac M√©rom, dont les rives sont mar√©cageuses. Lorsque les eaux sont hautes, √† l'√©poque de la fonte des neiges, ce lac remplit la vall√©e presque enti√®re, sur une largeur de trois lieues; en d'autres temps, au contraire, il n'est plus qu'un marais, ou parfois m√™me il se dess√®che et dispara√ģt presque compl√®tement (Seetzen). Alors des roseaux, le papyrus et d'autres plantes aquatiques, croissent sur son sol noir et gras, et des b√™tes sauvages, des sangliers et des serpents y cherchent leur demeure. De l√† la vall√©e se r√©tr√©cit extr√™mement, et le Jourdain parcourt 25 kilom√®tres environ, avec une tr√®s grande rapidit√©, entre le bras est de l'Hermon et les montagnes de Nephthali. (√Ä deux kilom√®tres au-dessous du lac M√©rom est un pont qu'une tradition inexacte a nomm√© pont de Jacob). Apr√®s une quarantaine de kilom√®tres il entre dans le lac de G√©n√©sareth, qu'il alimente et d'o√Ļ il ressort 25 kilom√®tres plus bas. Son cours se r√©gularise alors, et l'espace de 100 kilom√®tres environ il marche du nord au sud, presque parall√®lement √† la M√©diterran√©e, dans une vall√©e chaude et profonde appel√©e la grande vall√©e du Jourdain (arabe, El Ghor), tr√®s √©troite d'abord, mais qui s'√©largit vers le midi. Les deux parois de montagnes qui forment cette vall√©e ne pr√©sentent aucune interruption sensible, et, comme le Jura du c√īt√© de la Suisse, elles semblent dans le lointain √™tre de hautes murailles d'un bleu √† la fois mat et fonc√©. La cha√ģne orientale est la plus √©lev√©e, la plus continue et la plus uniforme. La vall√©e du Ghor se divise en trois parties: la sup√©rieure, qui participe √† la nature du lac de Tib√©riade; la moyenne, dont la largeur est de 7 √† 8 kilom√®tres, et qui pr√©sente de beaux p√Ęturages, quelques habitations et quelques ruines; enfin le Ghor inf√©rieur, qui participe √† la nature de la mer Morte; sa largeur est de 20 kilom√®tres; il comprend la campagne de Moab, sur la rive orientale, Nombres 22:1; 26:3,63; 33:48, et celle de J√©rico, Josu√© 4:13; 5:10, sur la rive occidentale. La largeur et la profondeur du Jourdain varient beaucoup, suivant les lieux et les saisons de l'ann√©e. √Ä son entr√©e dans le lac M√©rom on √©valuera largeur √† 20 pas, √† 80 lorsqu'il sort du lac de G√©n√©sareth, de 60-90 pieds pr√®s de J√©rico, de 2 √† 300 √† son embouchure dans la mer Morte; sa profondeur pr√®s de J√©rico est de 5 √† 6 coud√©es; elle n'est que de 6 ou 7 pieds √† 800 pas au sud de la mer de Tib√©riade, et en √©t√© seulement de 3 pieds. (Ces diverses mesures sont prises dans divers ouvrages; on craindrait, en les r√©duisant √† l'unit√©, de commettre des erreurs, les mots pieds, pas, coud√©es, etc., n'ayant pas toujours la m√™me valeur). Le Jourdain est poissonneux, ses rives sont couvertes d'arbres et de roseaux, de joncs, de cannes et de saules; ses eaux sont troubles et jaun√Ętres, plut√īt ti√®des que froides, mais potables et pouvant se conserver assez facilement.

‚ÄĒ L'√Čcriture sainte parle du Jourdain en pr√®s de deux cents endroits: on sait les miracles dont ce fleuve a √©t√© le t√©moin, le partage de ses eaux sous Josu√©, 3:13; comment √Člie et √Člis√©e le pass√®rent √† sec, 2 Rois 2:8; comment le fer de la hache surnagea, 2 Rois 6:6-7, et la descente du saint Esprit sur notre Sauveur lors de son bapt√™me, Matthieu 3:16;

‚ÄĒ Voir: encore Gen√®se 14:14-20; cf. Psaumes 110:4; H√©breux 5:6,10; 7:1-4.

‚ÄĒ Nombres 23:24-25; 31:12; cf. Apocalypse 2:14.

‚ÄĒ Josu√© 1:2,14; J√©r√©mie 12:5; 49:19; 50:44; Zacharie 11:3.


JOZABAD et Jozacar ou Jéhozabad,
et Jozacar ou Zabad, fils, le, premier d'une Moabite, le second d'une Hammonite, tous deux prosélytes, assassinèrent Joas sur son lit, pour venger la mort de Zacharie, et furent mis à mort eux-mêmes par Amatsia, fils et successeur de Joas, 2 Rois 12:21; 14:5; 2 Chroniques 24:26; 25:3.


JUBAL,
Gen√®se 4:21, fils de L√©mec et de Hada, et fr√®re de Jabal. Il inventa, disent nos versions, le violon et les orgues, ou, d'une mani√®re plus g√©n√©rale et sans pouvoir pr√©ciser davantage, les instruments √† cordes et les instruments √† vent, peut-√™tre une esp√®ce de guitare et une sorte d'harmonica. Chez tous les peuples, l'invention de ces instruments de musique remonte √† une haute antiquit√©, et l'on aime assez √† l'attribuer √† quelque personnage important; c'est ainsi que les Grecs ont leur Apollon, dont le nom n'est pas sans quelque rapport √©tymologique avec celui de Jubal. Remarquons encore combien la d√©couverte de cet art, si difficile en m√™me temps qu'il est si naturel, touche de pr√®s √† l'√©poque o√Ļ les premiers m√©tiers utiles ont commenc√© d'√™tre invent√©s, combien l'agr√©able et l'utile ont aim√© √† marcher de front dans l'histoire du d√©veloppement de l'humanit√©.

‚ÄĒ Voir:Musique.


JUBIL√Č,
‚ÄĒ Voir: Ann√©e du Jubil√©.


JUCAL,
‚ÄĒ Voir: J√©hucal.


JUDA.
  1. Le quatri√®me fils de Jacob et de L√©a, Gen√®se 29:35; 35:23; 37:26; 1 Chroniques 2:1; Matthieu 1:2; Luc, 3:33 (1755 avant J.-C.). Ce fut lui qui sauva la vie de Joseph, et qui conseilla de le vendre au lieu de le tuer. Apr√®s un si grand crime, l'union ne pouvait plus exister parmi des fr√®res aussi jalousement haineux. Juda s'√©loigna de sa famille, et vint demeurer √† Hadullam. Il y fit la connaissance d'une Canan√©enne, nomm√©e Suah, qu'il √©pousa, et dont il eut trois fils. Il maria successivement les deux a√ģn√©s √† une jeune fille, Tamar, idol√Ętre comme Suah, et, apr√®s leur mort, il la destina encore pour √©pouse √† S√©la, le plus jeune de ses fils; mais il tardait √† accomplir ce mariage, soit que S√©la f√Ľt trop jeune, soit plut√īt que Juda craign√ģt pour son cadet un sort semblable √† celui des deux a√ģn√©s. En attendant, il devint veuf; quand les jours de son deuil furent √©coul√©s, il se rendit √† Timnath, non loin d'Hadullam, et, ayant rencontr√© une femme qu'il prit pour une prostitu√©e, il vint vers elle, lui promit un chevreau, et lui donna des gages. Bient√īt apr√®s, on lui rapporta que Tamar, sa belle-fille, √©tait enceinte; qu'elle avait viol√© la foi promise √† S√©la, qu'elle √©tait adult√®re: le supplice du feu, en usage contre ce crime parmi les anciens peuples (Juges 15:6), est impitoyablement prononc√© par Juda contre Tamar; mais il doit r√©voquer sa sentence lorsqu'elle lui prouve, en lui montrant les gages qu'elle a re√ßus de lui, que c'est de lui-m√™me que lui vient son d√©shonneur. Cette honteuse histoire se lit au 38e chapitre de la Gen√®se, triste √©pisode dans une vie qui a eu des moments sublimes √† c√īt√© de beaucoup de faiblesses et de l√Ęchet√©s. On ignore √† quelle √©poque on en doit placer le commencement et la fin; il est probable que, lors de la vente de Joseph aux Isma√©lites, Juda √©tait d√©j√† mari√©; car, depuis ce moment jusqu'√† la reconnaissance de Joseph en √Čgypte, il ne se passa que vingt-deux ans, temps qui serait trop court pour comprendre toute l'histoire de Suah et de Tamar, le mariage de Juda, la naissance de trois fils, et le mariage possible de son cadet; or, lors du voyage d'√Čgypte, tout cet √©pisode est termin√©. Sur le mariage successif d'une femme √† trois fr√®res, cf. Deut√©ronome 25:5. L'impression que ce r√©cit laisse dans le cŇďur est un d√©go√Ľt profond, une sorte de m√©pris pour la licence effr√©n√©e d'une √©poque pareille,

    ‚ÄĒ Voir: Grandpierre, Essais sur le Pentateuque.

    Nous ne voudrions pas avoir parmi nos ancêtres le fils illégitime d'un beau-père et de sa belle-fille; mais Jésus ne l'a pas craint: il est descendu en ligne directe de ce Phares, l'un des deux jumeaux de Juda et de Tamar.

    À l'époque de la famine, on trouve de nouveau Juda réuni à son père et à ses frères, Genèse 43:3. C'est lui qui décide Jacob à laisser venir avec eux Benjamin; c'est lui qui porte la parole devant Joseph, quand il voit Benjamin sur le point d'être retenu comme esclave; c'est enfin lui qui vient annoncer à Joseph l'arrivée de son père.

    Juda, qui para√ģt avoir h√©rit√© du droit d'a√ģnesse, en suite de l'inceste de Ruben avec Bilha, et de la violence de Sim√©on et de L√©vi contre les Sich√©mites, est le chef de la plus grande des tribus d'Isra√ęl. On la voit la plus nombreuse d√®s le temps de Mo√Įse, Nombres 1:26-27, marchant dans le d√©sert √† la t√™te des autres, Nombres 2:3; 10:14, et s'avan√ßant la premi√®re au combat. Juges 1:2; 20:18, comme elle figure aussi la premi√®re dans l'√©num√©ration de 1 Chroniques 12:24. Son territoire s'√©tendait, √† l'est, jusqu'√† la mer Morte; √† l'ouest, jusqu'√† la M√©diterran√©e; au sud, il allait de l'extr√©mit√© de la mer Morte au ruisseau d'√Čgypte; au nord, de l'autre extr√©mit√© de la m√™me mer jusqu'√† Jamn√©, par la vall√©e du C√©dron et par Kiriath-J√©harim. Juda √©tait donc, par sa position, le d√©fenseur naturel des fronti√®res m√©ridionales du pays contre les Philistins, les Hamal√©cites, les √Čdomites et l'√Čgypte. Il re√ßut en partage 115 villes: dont 29 dans des contr√©es inconnues, voisines d'Hamalek et d'√Čdom, dans le pays du midi; 42 dans la plaine, depuis le pied des montagnes du plateau √† la M√©diterran√©e; 38 sur la montagne ou sur le plateau, et 6 dans le d√©sert qui est √† l'ouest de la mer Morte. Quoiqu'il en ait c√©d√© plusieurs √† Sim√©on, √† Dan et √† Benjamin, son territoire resta cependant encore plus grand qu'aucun autre, √† l'exception peut-√™tre de celui de Manass√©. Il combattit longtemps contre les Canan√©ens de son territoire, contre les Philistins, les Idum√©ens et les autres peuples voisins, avant que de les soumettre enti√®rement. Ses ennemis √©taient plus redoutables encore que ceux de Manass√©, et ses fronti√®res plus importantes que celles de l'Hauran, mais il en vint √† bout; la pri√®re de Mo√Įse fut exauc√©e: ¬ę0 √Čternel, √©coute la voix de Juda! que ses mains lui suffisent, et sois-lui en aide contre tous ses ennemis!¬Ľ (Deut√©ronome 33:7) Les pr√©dictions du vieux Jacob s'accomplissaient aussi: ¬ęJuda, est un faon de lion; il s'est couch√© comme un lion qui est en sa force, comme un vieux lion; qui le r√©veillera?

    ‚ÄĒ Sa main a √©t√© (sous David) sur le collet de ses ennemis, et (depuis la royaut√© davidique), ses fr√®res se sont prostern√©s devant lui¬Ľ, Gen√®se 49:8. Juda habitait un pays de vignobles, et ses d√©serts m√™me √©taient de bons p√Ęturages, selon ce que Jacob avait annonc√© (ibid. 11 et 12) ¬ęIl attache √† la vigne son √Ęnon, et au cep excellent le petit de son √Ęnesse; il lave son v√™tement dans le vin, et son manteau dans le sang des grappes; il a les yeux vermeils de vin, et les dents blanches de lait.¬Ľ

    Apr√®s la mort de Sa√ľl, la tribu de Juda se s√©para des onze autres, et reconnut seule la royaut√© de David, alors √Ęg√© de trente ans, pendant qu'Is-Boseth, fils de Sa√ľl, r√©gnait sur tout le reste du pays. Juda soutint son roi les armes √† la main, et vit, au bout de sept ans et demi, son parti victorieux et les tribus ennemies se r√©unir √† lui: cette vaillante tribu devint ainsi la premi√®re du royaume en influence; elle conserva ses avantages, et David y fixa sa r√©sidence. Mais celle d'√Čphra√Įm ne put voir sans jalousie ce triomphe qui assurait √† une autre tribu la pr√©pond√©rance √† laquelle elle avait toujours aspir√©; et, profitant du m√©contentement qui s'√©tait manifest√© chez plusieurs tribus sous le r√®gne de Salomon, et qu'elle s'√©tait sans doute appliqu√©e √† entretenir, elle se mit √† leur t√™te √† la mort de ce monarque, et, ne pouvant r√©unir √† elle le royaume tout entier, elle proclama la division du Royaume en deux parties, dont l'une fut appel√©e, de son nom, royaume d'√Čphra√Įm (quelquefois, mais improprement, royaume d'Isra√ęl), et l'autre, royaume de Juda.

    Deux tribus seules, celles de Juda et de Benjamin, compos√®rent le royaume de Juda; il faut y joindre cependant aussi quelques villes de Dan et de Sim√©on, 2 Chroniques 11:10; 1 Rois 19:3. Mais si ce royaume fut petit, il n'en resta pas moins le plus important des deux, non seulement parce qu'il avait √† sa t√™te la dynastie l√©gitime, la royaut√© davidique, mais encore parce qu'il renfermait la plus grande ville de toute la Palestine, J√©rusalem, et le temple et le tabernacle, seul sanctuaire vers lequel pussent se tourner les Juifs pieux et fid√®les du royaume des dix tribus; enfin, Juda commandait √† l'Idum√©e, dont les ports lui √©taient assujettis, et pouvaient √™tre pour lui d'une grande utilit√© militaire ou commerciale; mais il ne sut pas toujours profiter de ses avantages. La faiblesse num√©rique du royaume de Juda ressort de ce qui est dit, 1 Rois 12:21, que Roboam, voulant attaquer J√©roboam, ne put mettre sur pied que 180,000 hommes, chiffre bien peu consid√©rable quand on se rappelle ce que nous avons dit des arm√©es de ces anciens temps; on voit encore, par 2 Rois 14:9, l'immense diff√©rence que le roi d'Isra√ęl mettait entre sa puissance et celle de Juda. Mais, dans l'esprit du peuple, la dynastie de Juda fut toujours consid√©r√©e comme la l√©gitime, tandis que celle d'Isra√ęl √©tait sortie d'une r√©volution, et n'avait pas pour elle ce droit divin que, seule parmi toutes les dynasties qui ont exist√©, celle de David a pu revendiquer √† juste titre; les proph√®tes n'ont pas manqu√© de relever toujours cette l√©gitimit√© du royaume de Juda. Sans doute, un proph√®te pr√©dit √† J√©roboam son av√®nement au tr√īne d'Isra√ęl, et lui annon√ßa m√™me qu'il serait b√©ni s'il √©tait fid√®le; mais une pr√©diction n'est pas une autorisation;

    ‚ÄĒ Voir: d'ailleurs 1 Rois 14:14.

    J√©hu m√™me, nouvel usurpateur, fut √©galement consacr√© roi d'Isra√ęl par un proph√®te, 2 Rois 9:1, sq., et la dynastie de J√©roboam tomba comme elle s'√©tait √©lev√©e.

    Le royaume de Juda √©tait garanti, √† l'orient, par de puissantes fronti√®res naturelles, contre ses ennemis ext√©rieurs; mais, des trois autres c√īt√©s, il √©tait presque sans d√©fense. Sa dur√©e, jusqu'√† sa destruction par les Babyloniens, a √©t√©, d'apr√®s les calculs les plus exacts, de 387 ou 388 ans (√Čz√©chiel, 4:5, en nombres ronds dit 390), c'est-√†-dire de 975-588 avant J.-C. Les chiffres indiqu√©s dans les livres historiques pour le r√®gne de chaque roi porteraient la somme totale des ann√©es √† 393 ans et six mois; mais les ann√©es n'√©tant pas toujours compl√®tes, il est bien facile de r√©duire ce chiffre √† celui de 387 sans alt√©rer la justesse des calculs. Voici la liste de ces vingt rois:

    Roboam
    Abijam
    Asa
    Josaphat
    Joram
    Achazia
    Hathalie
    Joas
    Amatsia
    Hosias
    Jotham
    Achaz
    √Čz√©chias
    Manassé
    Amon
    Josias
    Joachaz
    Jéhojakim
    Jéhojachin
    Sédécias
    régna 17 ans
    régna 3 ans
    régna 41 ans
    régna 25 ans
    régna 8 ans
    régna 1 ans
    régna 6 ans
    régna 40 ans
    régna 29 ans
    régna 52 ans
    régna 16 ans
    régna 16 ans
    régna 29 ans
    régna 55 ans
    régna 2 ans
    régna 31 ans
    régna 3 mois
    régna 11 ans
    régna 3 mois
    régna 11 ans
    1 Rois 14:21.
    1 Rois 15:1.2.
    1 Rois 22:42.
    1 Rois 18:10.
    2 Rois 8:17.
    2 Rois 8:26.
    2 Rois 11:3.
    2 Rois 12:1.
    2 Rois 15:33.
    2 Rois 14:2.
    2 Rois 18:2.
    2 Rois 16:2.
    2 Rois 18:2.
    2 Rois 21:1.
    2 Rois 21:19.
    2 Rois 22:1.
    2 Rois 23:31.
    2 Rois 23:36.
    2 Rois 24:8.
    2 Rois 24:18.

    Ce fut, pendant toute l'existence du royaume, une seule et m√™me dynastie; le fils (et presque toujours l'a√ģn√©) monta sur le tr√īne √† la place de son p√®re, et cet ordre ne fut chang√© ni par l'usurpation momentan√©e d'Hathalie, ni par le meurtre de Joas, ni par celui d'Amon, ni m√™me par l'intervention √©trang√®re qui d√©tr√īna Joachaz et lui donna pour successeur √Čliakim son fr√®re (J√©hojakim), et qui, plus tard encore, rempla√ßa J√©hojachin par son oncle Mattania (S√©d√©cias), fr√®re de Joachaz. 2 Rois 11:1; 12:20; 21:23; 23:34; 24:17. Malgr√© la solidit√© du tr√īne de Juda, presque aucun de ses r√®gnes ne fut tranquille: d√®s le commencement il dut lutter contre Isra√ęl, et acheta le secours des rois syriens; puis l'anarchie du royaume schismatique lui donna la paix pour quelques ann√©es, 1 Rois 14-46. Lorsque Isra√ęl se fut raffermi, les deux cours rivales conclurent une alliance, 1 Rois 22, bient√īt suivie d'un mariage, 2 Rois 8:18, qui blessa le royaume de Syrie, premier alli√© de Juda. Les suites de cette alliance furent f√Ęcheuses, sous le double point de vue politique et religieux, pour le royaume de Juda qui n'e√Ľt point d√Ľ rechercher la faveur des tribus rebelles. Une nouvelle r√©volution, dans le royaume des dix tribus mit fin √† cette alliance, et les Syriens irrit√©s fondirent alors sur Juda, qui dut racheter sa faiblesse par de grands sacrifices, 2 Rois 12:17, Un succ√®s momentan√© rendit √† Juda son premier courage et remonta son ardeur: il r√©ussit √† ramener sous le joug les √Čdomites qui l'avaient secou√© nagu√®re, 2 Rois 14:7, et enivr√© de cette victoire, il d√©clara la guerre au royaume d'Isra√ęl, 2 Rois 14:8; mais J√©rusalem fut pill√©e, et la guerre cessa. L'anarchie ayant recommenc√© en Isra√ęl, Juda put respirer un moment plus √† l'aise et jouir en paix de ses conqu√™tes sur l'Idum√©e, 2 Rois 14:22. Puis Isra√ęl, remis de ses troubles int√©rieurs, renouvela ses attaques contre Juda, et s'allia aux rois de Syrie, qui s'empar√®rent √† leur tour des ports d'√Čdom, 2 Rois 16:6. Juda, trop faible pour r√©sister seul, crut se fortifier par une nouvelle alliance avec une puissance infid√®le, et rechercha le secours de l'Assyrie, qui s'√©tendait d√©j√† vers l'Euphrate; mais au lieu d'√™tre son alli√©, Juda fut bient√īt son vassal tributaire, 2 Rois 18:7; il dut, comme le cheval de la fable, servir de monture √† son lib√©rateur. Il essaya de secouer ce joug, se reposant sur l'appui qu'il attendait de l'√Čgypte, 2 Rois 18:24; mais il est probable qu'il n'e√Ľt fait qu'aggraver sa position, si un miracle de l'√Čternel ne f√Ľt venu lui rappeler, en dispersant l'arm√©e d'Assyrie, qu'il vaut mieux se confier en Dieu que de se reposer sur les grands, 2 Rois 19. Isra√ęl fut emmen√© captif, les arm√©es de l'Assyrien durent se tourner vers d'autres ennemis, et Juda eut un temps de r√©pit, dont il profita pour rallier sous son autorit√© religieuse ceux qui √©taient demeur√©s de reste en Isra√ęl; mais bient√īt, jet√© entre les arm√©es d'√Čgypte et d'Assyrie, il devint la proie de la premi√®re de ces puissances; la dynastie c√®de √† l'influence malfaisante de l'√Čgypte, contre laquelle les proph√®tes avaient d√©j√† de bonne heure essay√© de la mettre en garde; d'un autre c√īt√© N√©bucadnetsar, le conqu√©rant de Babylone, creuse la fosse o√Ļ doit p√©rir l'ind√©pendance et la royaut√© terrestre de ce petit royaume: il chasse vers l'occident de l'Asie ses troupes innombrables, pille J√©rusalem, conduit en captivit√© la meilleure partie du peuple, et finit par bouleverser et d√©truire enti√®rement capitale et royaume, sous le r√®gne et par la fausse politique de S√©d√©cias, qui n'avait que l'ombre du pouvoir et qui ne la sut pas m√™me conserver, 2 Rois 24:20; √Čz√©chiel 17:15.

    Le culte du vrai Dieu ne fut jamais enti√®rement abandonn√©, alors m√™me que l'idol√Ętrie avait pris possession du pays, et plusieurs rois s'efforc√®rent, comme Josias, de maintenir la puret√© du culte et de lui rendre l'√©clat qu'il avait eu aux premiers temps de la royaut√© juive, sous David et Salomon; cependant ce ne fut, le plus souvent, qu'une religion ext√©rieure et c√©r√©monielle, J√©r√©mie 6:20; 7:4. Les pr√™tres jouirent d'un grand cr√©dit √† la cour de plusieurs rois, mais ne r√©ussirent pas toujours √† purifier les mŇďurs, contre le rel√Ęchement desquelles les proph√®tes, et notamment √Čsa√Įe, s'√©lev√®rent souvent et avec √©nergie.

    ‚ÄĒ Dans la p√©riode qui s'√©coula depuis √Čz√©chias jusqu'√† la fin, une lutte s'√©leva entre la royaut√© et l'aristocratie, √Čz√©chiel 22:6, et les grands essay√®rent plus d'une fois de mettre les rois faibles dans une honteuse d√©pendance; parfois ils r√©ussirent, J√©r√©mie 4:9; 36:12; 37:15; 38:25.

    Comme mŇďurs publiques, l'√Čcriture fait ressortir: un fort penchant √† l'incr√©dulit√©, √Čsa√Įe 5:19; 7:13; 28:9; 29:11; 30:9, et un syst√®me de d√©sob√©issance √† quelques-unes des prescriptions de la loi divine, la violation du jour du Seigneur, J√©r√©mie 17:21; 34:9; √Čz√©chiel 5:6, un luxe, une mollesse effr√©n√©e, √Čsa√Įe 3:16; 5:14, qui endurcissait de jour en jour le cŇďur et aveuglait le peuple, √Čsa√Įe 32:9; √Čz√©chiel 11:3; J√©r√©mie 5:3,21; l'injustice para√ģt avoir √©t√© √† l'ordre du jour, et l'oppression des faibles, √Čsa√Įe 5:20; 10:1; J√©r√©mie 5:28; 22:3; le mensonge et la tromperie avaient chass√© la confiance mutuelle, J√©r√©mie 9:3; enfin le peuple se livrait sans honte comme sans crainte, au culte de dieux √©trangers, J√©r√©mie 10:3, et ailleurs, √Čz√©chiel 6:5, et ailleurs; des pr√™tres m√™me de J√©hovah se joignirent souvent √† ces profanations, soit ouvertement, soit en secret, Sophonie 3:4; √Čz√©chiel 44:10. C'est ainsi que ce malheureux royaume m√Ľrissait lentement pour sa ruine; il ne dut qu'√† des circonstances √©trang√®res de survivre comme il le fit au royaume d'Isra√ęl.

    ‚ÄĒ Quant au sort du pays et de ses habitants pendant l'exil,

    ‚ÄĒ Voir: Gu√©dalia.

  2. Juda, fils de Joseph;

  3. fils de Johanna, et

  4. fils de Joseph, Luc, 3:30,26: deux des ancêtres de Jésus par Marie; l'un et l'autre inconnus.


JUDAS.
  1. Le dernier des douze ap√ītres, Matthieu 10:4; Marc 3:19; Luc 6:16; Jean 6:71. Il √©tait surnomm√© Iscariot, soit qu'il f√Ľt de la tribu d'Issacar, dont ce surnom serait un abr√©g√©, soit plut√īt qu'il fut de K√©rijoth, ce que son nom indiquerait en h√©breu. Compagnon de J√©sus dans toutes ses courses, il √©tait charg√© de la bourse et du maniement des aum√īnes, et son caract√®re, peut-√™tre naturellement avare, trouva dans cette circonstance un aliment de cupidit√© qui le perdit. Pour l'avare, le simple plaisir de l'addition est d√©j√† une sensualit√©; son bonheur consiste √† ajouter, sa douleur est de soustraire. Au souper de B√©thanie, on le vit regretter le parfum que Marie avait r√©pandu sur la t√™te et sur les pieds de J√©sus, Jean 12:4; les autres disciples parurent croire aussi que cette d√©pense √©tait une prodigalit√©, et que le prix en e√Ľt √©t√© employ√© plus utilement √† soulager les pauvres, Matthieu 26:8; Marc 14:4. Mais les pauvres n'√©taient pour Judas qu'un pr√©texte; s'il √©tait avare, il √©tait aussi voleur: l'un conduit √† l'autre; et dans la soci√©t√© dont il faisait partie, soci√©t√© fond√©e sur l'amour et sur la confiance, on n'examinait pas ses comptes, on le laissait faire, et il en abusait. Irrit√©, soit de ce qu'une occasion si favorable pour commettre un nouveau larcin lui e√Ľt √©t√© enlev√©e, soit des reproches indirects que J√©sus lui avait faits, et dont il √©tait mieux √† m√™me que les autres de comprendre la port√©e, il con√ßut √† la premi√®re occasion (Jean 13:2) le projet de se procurer de l'argent d'une autre mani√®re. Les marchands √©taient tout trouv√©s, la chose √† vendre √©tait √©galement sous sa main; il vendit son ma√ģtre, argent comptant, aux sacrificateurs pour le prix ordinaire d'un esclave, 30 pi√®ces d'argent, cf. Exode 21:32. De ce moment les d√©tails donn√©s par les quatre √©vang√©listes pr√©sentent quelque incertitude sur l'ordre des √©v√©nements. Judas para√ģt √™tre retourn√© vers J√©sus √† B√©thanie, Marc 14:17: il revient avec lui √† J√©rusalem, le jeudi; il prend sa place au milieu des douze, dans la maison o√Ļ la derni√®re P√Ęque juive va √™tre c√©l√©br√©e sous la forme d'un symbole, pr√®s de celui qui va √™tre immol√© comme le v√©ritable agneau pascal qui √īte les p√©ch√©s du monde; il entend J√©sus d√©clarer qu'un tra√ģtre est au milieu d'eux; J√©sus lui donne un morceau tremp√©, et le malheureux, qui voit Pierre et Jean parler avec leur ma√ģtre sur cette trahison qui les effraye tous, ose encore demander: Ma√ģtre, est-ce moi? Il sort alors, et, sachant que J√©sus va passer la nuit en Geths√©man√©, il va s'entendre avec les pr√™tres pendant que la c√®ne s'ach√®ve et que J√©sus prie pour le monde et b√©nit ses disciples. Bient√īt le Sauveur a pass√© le C√©dron, et le tra√ģtre vient l'embrasser au lieu m√™me qu'il vient de tremper de ses larmes, de ses sueurs et de son sang. Le Fils de l'Homme est saisi comme un brigand par les valets des pr√™tres; il quitte Geths√©man√© pour la croix. Mais bient√īt Juda apprend que son ma√ģtre a √©t√© condamn√© √† mort; peut-√™tre s'√©tait-il flatt√© que J√©sus √©chapperait √† ses ennemis cette fois, comme en d'autres rencontres; il avait suppos√© peut-√™tre que J√©sus en serait quitte pour une r√©primande, une interdiction, tout au plus la prison. Il n'avait pas pr√©vu, il ne pouvait pas pr√©voir une condamnation √† mort: le dernier des supplices n'√©tait fait que pour le dernier des criminels, et Judas, comme Pilate, ne voyait rien en J√©sus qui f√Ľt digne de mort; il avait compt√© sans la haine, sans la haine des pr√™tres. Aussi, quand il apprend la terrible sentence, tourment√© de remords, il va rendre l'argent, mais on ne lui rend pas la victime; il est plus facile d'√īter la vie √† un homme que de la lui rendre; et le fils de perdition, d√©sesp√©r√©, va se pendre, nous dit saint Matthieu, 27:5. Saint Pierre ajoute que son corps s'est crev√© par Je milieu, la corde s'√©tant peut-√™tre rompue, et que ses entrailles ont √©t√© r√©pandues √† terre, Actes 1:18.

    Judas le tra√ģtre a-t-il communi√©? Cette question, d√©battue depuis des si√®cles, n'a pas √©t√© r√©solue, et ne le sera pas; elle d√©pend de l'impossible solution des trois questions suivantes:

    1. le chapitre 13 de Jean parle-t-il du souper de la P√Ęque, ou bien d'un repas qui eut lieu √† B√©thanie deux jours auparavant?

      ‚ÄĒ Voir: Tholuck ad Joh., 13.

    2. Si ce chapitre parle du souper de la P√Ęque, J√©sus a-t-il institu√© la c√®ne avant ou apr√®s le lavage des pieds? Si ce fut avant, Judas √©tait l√†; si ce fut apr√®s, il n'a pas communi√© puisqu'il est dit (verset 30) qu'il partit aussit√īt apr√®s avoir pris le morceau.

    3. Le morceau tremp√© que J√©sus lui donna √©tait-il un morceau de l'agneau pascal, le pain m√™me de la communion, ou bien encore un mets indiff√©rent? Cette question, au reste, est moins importante que quelques personnes n'ont voulu la faire, et si m√™me Judas a communi√©, il l'a fait, non comme tra√ģtre, puisqu'il n'√©tait pas manifest√©, mais comme disciple; √† coup s√Ľr, il n'aurait pas √©t√© admis √† la c√®ne le lendemain, parce qu'alors il e√Ľt √©t√© reconnu comme impie et comme tra√ģtre d√©clar√©; aucun des ap√ītres n'e√Ľt voulu manger avec lui. (‚ÄĒ Voir: sur la c√®ne de Judas: Guers, Essai sur les √Čglises, 143-146; Bauty, R√©ponse, 81; F. Olivier, R√©ponse, 102-105, etc.)

    Jésus a fait de cet homme le plus malheureux de tous les hommes, Matin, 26:24, et l'on a tout dit quand on a dit un Judas.

  2. Judas le Galil√©en, Actes 5:37, appel√© de m√™me par Flavius Jos√®phe, qui lui donne aussi le surnom du Gaulonite (Antiquit√©s Juda√Įques 18, 4, 1; 20, 5, 2), √©tait de Gamala, ville fortifi√©e, au bord de la mer de Galil√©e, dans la basse Gaulonite. D'accord avec un certain Tsadok, il chercha √† exciter les Juifs √† la r√©volte, √† propos d'un recensement ordonn√© par l'empereur Auguste, l'an 7 de l'√®re chr√©tienne, trente-sept ans apr√®s la bataille d'Actium, et les poussa √† refuser de payer √† un monarque terrestre un imp√īt qu'ils ne devaient qu'au Roi des rois. Il p√©rit dans un engagement; la s√©dition fut apais√©e, mais ses adh√©rents n'en continu√®rent pas moins leur Ňďuvre de soul√®vement, et, plus tard, sous les ordres de Manahem, son fils, et d'√Čl√©azar, ils reprirent les armes, allum√®rent dans toute la Jud√©e le feu de la r√©volte, et furent cause de l'arriv√©e des Romains et de la ruine de tout le pays. Gamaliel, en disant que ce parti avait √©t√© dissip√©, √©tait mal inform√©, ou bien il a voulu parler seulement d'une dispersion momentan√©e.

  3. Judas, propri√©taire de la maison o√Ļ logea Paul √† Damas; inconnu. Actes 9:11.

  4. Judas Barsabas.

    ‚ÄĒ Voir: Barsabas #2.


JUDE, ou Lebbée, ou Thaddée,
surnomm√© Lebb√©e (mon cŇďur), ou Thadd√©e (ma poitrine), l'un des douze, √©tait fr√®re de Jacques, de Joses et de Simon, fils de Cl√©opas et de Marie. Les √Čvangiles ne nous rapportent de lui qu'un seul fait, la demande qu'il adressa au Sauveur pendant le dernier souper: ¬ęSeigneur, d'o√Ļ vient que tu te d√©clareras √† nous, et non pas au monde P¬Ľ Jean 14:22. Sa vie et sa carri√®re apostolique sont peu connues; les traditions des diff√©rentes √Čglises varient √† son sujet. Selon les p√®res de l'√Čglise grecque, il a pr√™ch√© l'√Čvangile dans l'Idum√©e, l'Arabie, la Syrie et la M√©sopotamie, et il est mort tranquillement √† √Čdesse. Les auteurs syriens le font mourir martyr √† Bayrouth, en Syrie. Selon les √©crivains de l'√Čglise latine, il a p√©n√©tr√© en Perse, o√Ļ il a succomb√© aux fureurs des mages. Eus√®be raconte qu'un des soixante-dix disciples, nomm√© Thadd√©e, a √©t√© envoy√© par Thomas √† √Čdesse, et la tradition syriaque parle √©galement d'un Add√©e ou Thadd√©e qui aurait √©vang√©lis√© la M√©sopotamie, mais qui ne serait pas un des douze. Enfin, selon H√©g√©sippe, les petits-fils de Jude auraient √©t√© d√©nonc√©s √† Domitien comme sectateurs de Christ, pr√©tendu roi d'Orient et descendant de David; mais l'empereur, voyant leur pauvret√© et leur profonde ignorance politique, les aurait fait rel√Ęcher aussit√īt.

√Čp√ģtre de Jude. L'auteur lui-m√™me se nomme Jude, serviteur de J√©sus-Christ, fr√®re de Jacques. Plusieurs opinions ont √©t√© mises en avant; cependant celle qui regarde Jude l'ap√ītre comme auteur de l'√©p√ģtre l'emporte de beaucoup sur les autres, soit par l'unanimit√© de la tradition, soit par l'autorit√© des th√©ologiens nombreux qui l'ont adopt√©e, soit enfin, par l'√©vidence des arguments qui militent en sa faveur.

  1. De Wette, et d'autres avec lui, voient l'auteur de l'√©p√ģtre dans Jude fr√®re de Jacques et fils d'Alph√©e, mais diff√©rent de celui qui est surnomm√© Lebb√©e ou Thadd√©e, lequel Jude selon eux devrait √™tre entendu comme fils et non fr√®re de Jacques, Luc 6:16; Actes 1:13. Jude Lebb√©e serait ainsi fils d'un Jacques inconnu. Ils s'appuient, entre autres, sur ce que l'auteur de l'√©p√ģtre ne prend pas le nom d'ap√ītre. Mais on peut r√©pondre que l'auteur √©tait libre de se d√©signer comme il l'entendait, et qu'il a omis son titre d'ap√ītre comme Paul, Philippiens 1:1. Il a pr√©f√©r√© se faire conna√ģtre quant √† son autorit√© par le titre de serviteur de Christ, et quant √† son individualit√© par celui de fr√®re de Jacques.

  2. Welker a pris Jude pour Judas Barsabas, et Schott, lisant Judas Bar-Zébed, ferait de ce Jude un troisième fils de Zébédée, opinion qui n'a pas même besoin d'être réfutée.

  3. Grotius, qui voudrait voir dans cette √©p√ģtre une allusion √† la secte gnostique des carpocratiens, l'attribue √† un Jude √©v√™que de J√©rusalem sous Adrien, vers 130, et retranche en cons√©quence les mots ¬ęfr√®re de Jacques¬Ľ, contre l'autorit√© de tous les manuscrits.

  4. Enfin, l'opinion √† laquelle nous n'h√©sitons pas √† nous ranger, attribue l'√©p√ģtre √† l'ap√ītre Jude surnomm√© Lebb√©e et Thadd√©e, fr√®re de l'ap√ītre Jacques et fils d'Alph√©e. Jacques, l'√©v√™que de J√©rusalem, si connu et si estim√© dans l'antiquit√© chr√©tienne, √©tait le seul qui e√Ľt assez de c√©l√©brit√© pour que Jude p√Ľt se servir de son nom comme d'une recommandation suffisante, et si Jude n'y a pas ajout√© le nom de son p√®re, c'est qu'Alph√©e √©tait peu connu et qu'il n'a servi √† distinguer les deux Jacques qu'aussi longtemps que le fils de Z√©b√©d√©e √©tait encore en vie.

On ne sait rien de positif sur l'√©poque de la composition de cette √©p√ģtre, non plus que sur l'occasion qui lui a donn√© naissance. Il y a un rapport intime entre cette lettre et la seconde de Pierre, et nous en reparlerons √† propos de cette derni√®re. Il est probable que c'est aux m√™mes lecteurs que l'une et l'autre ont √©t√© adress√©es; elles ont toutes deux le m√™me but, celui qui est indiqu√© versets 3 et 4. Un mal immense s'√©tait gliss√© dans les √Čglises, mal sem√© par les faux chr√©tiens qui pouss√®rent les doctrines de l'√Čvangile, et notamment celles de Paul sur la lin de la loi et sur la libert√©, jusqu'√† la licence dans la conduite, en propageant des id√©es qui plus tard se d√©velopp√®rent dans le gnosticisme, et selon lesquelles le Dieu des Juifs, organisateur de l'univers et objet du culte juda√Įque, aurait √©t√© un esprit subordonn√© et m√™me malin; c'√©tait en un mot une satire faite sur la doctrine de Paul. Pierre et Jude, qui habit√®rent longtemps l'Orient, virent le mal et s'y oppos√®rent. Jude commen√ßa, et Pierre vint plus tard le soutenir de son autorit√© plus connue sinon plus r√©elle, en d√©veloppant la lettre de Jude √† laquelle il a emprunt√© plusieurs d√©tails.

‚ÄĒ L'authenticit√© de cette √©p√ģtre n'a jamais √©t√© s√©rieusement contest√©e; elle ne fut re√ßue dans le canon syrien qu'au quatri√®me si√®cle, et Eus√®be raconte qu'elle √©tait re√ßue par les uns et lue dans les √Čglises, mais que d'autres ne la reconnaissaient point, non plus que celle de Jacques et les deux derni√®res de Jean. On comprend facilement qu'une si petite lettre, qui de plus n'√©tait pas de la main de Paul, et qui fut adress√©e √† des √Čglises de l'Asie Mineure, ne soit pas entr√©e en circulation aussi vite que d'autres. J√©r√īme nous apprend encore, une raison qui a pu retarder la reconnaissance publique de cette √©p√ģtre; c'est une de ces raisons dogmatiques que les p√®res ont souvent pr√©f√©r√©es aux raisons critiques, le fait de la citation du livre d'√Čnoch; mais,

‚ÄĒ Voir: cet article.

Au reste, les témoignages en faveur de l'authenticité remontent assez haut, et sont assez nombreux pour l'établir d'une manière complète. Clément d'Alexandrie, Origène et Tertullien la citent en propres termes; un autre passage d'Origène est douteux.


JUD√ČE.
Ce nom tout √† fait g√©n√©ral, et qui signifie proprement terre des Juifs, fut employ√© d'abord pour d√©signer tout le territoire occup√© par la nation juive, la Palestine, la terre de Canaan. C'est surtout imm√©diatement apr√®s le retour de l'exil que cette d√©nomination pr√©valut, peut-√™tre parce que la plupart de ceux qui revinrent appartenaient √† l'ancien royaume de Juda. Il d√©signa plus tard, d'une mani√®re d√©j√† plus sp√©ciale, la partie sud de la Palestine, les territoires de Juda et de Benjamin, avec une portion de ceux de Dan et de Sim√©on. La division par tribus ayant disparu depuis l'exil, cette contr√©e √† laquelle fut ajout√©e encore la partie m√©ridionale des montagnes d'√Čphra√Įm, et peut-√™tre la plaine enti√®re de Saron, ne fut plus connue que sous le nom de province de Jud√©e, Matthieu 2:1; 3:1; 4:25; Luc 1:65; 2:4; Jean 3:22; Actes 2:9; Apr√®s la mort d'H√©rode le Grand, la Jud√©e reprit une esp√®ce d'existence politique; elle fut donn√©e en partage par Auguste √† Arch√©la√ľs, de m√™me que la Samarie et l'Idum√©e, et la province redevint royaume; mais cet √©tat dura peu; Arch√©la√ľs ayant √©t√© banni, la Jud√©e fut annex√©e √† la Syrie, et gouvern√©e par des procurateurs. Agrippa, petit-fils d'H√©rode, la ramena de nouveau sous son sceptre, mais √† sa mort elle fut rendue √† la Syrie, √† laquelle elle ne cessa plus d'appartenir jusqu'√† ce qu'arriva la catastrophe qui mit fin, pour un temps, √† l'existence du peuple juif comme peuple.

La Jud√©e √©tait une contr√©e presque tout enti√®re montagneuse par la r√©union des montagnes d'√Čphra√Įm et de Juda qui parcouraient le pays du nord au midi, et qui ne s'abaissaient que vers l'ouest; mais ces montagnes √©taient pour la plupart d'une grande fertilit√©, et de riches vall√©es portaient en diverses directions l'abondance de leurs productions et la fra√ģcheur de leurs eaux.


JUGE, jugement, justice.
De m√™me que dans chaque maison c'√©tait le chef de la famille qui exer√ßait l'autorit√© supr√™me √† tous √©gards, et particuli√®rement pour les diff√©rends qui pouvaient s'√©lever entre les membres de la famille, de m√™me dans les tribus, les villes et les bourgades, ce droit appartenait, en mati√®re de jugements civils et criminels ordinaires, √† des juges la√Įques, les m√™mes qui sont nomm√©s anciens, Deut√©ronome 21:2-4,6; 16:18; Exode 18:13-26. Les sacrificateurs formaient une instance sup√©rieure, sans cependant qu'on puisse les comparer √† une cour d'appel, puisque c'√©tait aux juges et non point aux parties de d√©cider si l'affaire serait port√©e plus loin, Deut√©ronome 17:8; 19:17. C'√©tait aux portes de la ville que les juges tenaient leurs audiences, et comme les Isra√©lites √©taient tous laboureurs, sortant le matin pour se rendre aux champs et revenant le soir, le lieu choisi pour rendre la justice √©tait ainsi le plus public qu'il put y avoir, et les passants pouvaient s'arr√™ter, √©couter ou d√©poser. Deut√©ronome 21:19; 22:15; 25:7; Ruth; 4:1; Proverbes 22:22; Amos 5:15; Zacharie 8:16. Le plaignant et l'accus√© comparaissaient en personne; ce dernier √©tait en habit de deuil et se tenait √† la gauche, Zacharie 3:1,3. Les d√©bats √©taient simples et oraux, les jugements sommaires; l'accus√© √©tait de fait presque toujours jug√© par ses pairs, propri√©taires et laboureurs comme lui, et le tribunal √©tait un jury sans doute peu vers√© dans la loi, mais bien instruit des faits. La justice para√ģt avoir √©t√© enti√®rement gratuite. La preuve l√©gale r√©sultait du t√©moignage, mais il fallait au moins deux t√©moins; cet ordre est trois fois r√©p√©t√© dans le Pentateuque, Nombres 35:30; Deut√©ronome 17:6; 19:15; √† d√©faut de t√©moins suffisants, le serment √©tait d√©f√©r√© au pr√©venu, Exode 22:11; cf. H√©breux 6:16. Le sort para√ģt avoir √©t√© introduit plus tard pour la d√©cision de questions trop difficiles √† trancher, Proverbes 16:33; 18:18; mais la torture, cette invention du paganisme inconnue aux H√©breux, ne p√©n√©tra dans leur vie publique que sous les H√©rodes. Dans les cas o√Ļ la loi ne parlait pas assez clairement, on consultait l'√Čternel, L√©vitique 24:12; Nombres 15:34-35. On voit par ces d√©tails que les formes √©taient toutes en faveur de l'accus√©.

√Ä l'√©poque des juges, ce furent ces hauts magistrats qui d√©cid√®rent des questions difficiles, Juges 4:5. Samuel para√ģt avoir √©tabli une esp√®ce de jurisprudence plus r√©guli√®re, faisant lui-m√™me, et plus tard faisant faire par ses fils le tour du pays pour l'administration de la justice, 1 Samuel 7:16; 8:1. Apr√®s lui, les rois furent juges, et non seulement en derni√®re instance, mais encore juges ordinaires, et abordables √† tous ceux de leurs sujets qui venaient pour demander justice; on peut en voir des exemples 2 Samuel 15:2,6; cf. 2 Chroniques 19:4-5; 1 Rois 3:16; 2 Samuel 14:4; 2 Rois 15:5. Cependant on trouve sous David et sous Salomon r√©tablissement de tribunaux sp√©ciaux pour les diff√©rentes localit√©s, cf. 1 Chroniques 23:4; 26:29. Lors de la r√©organisation judiciaire qui fut faite par Josaphat, ces tribunaux eurent √† r√©gler tout ensemble les cas de conscience et les proc√®s civils ou criminels; ils se composaient des sacrificateurs, ou d'un seul, r√©unis au juge du lieu ou bien au chef du pays; dans ce dernier cas c'√©tait la cour supr√™me, 2 Chroniques 19:8,11.

Les proph√®tes et le livre des Proverbes montrent que de nombreuses plaintes s'√©levaient sur la partialit√© des juges, et l'on peut se convaincre que, malgr√© les s√©v√®res d√©fenses de la loi √† cet √©gard, Deut√©ronome 1:17, la v√©nalit√© des juges √©tait presque g√©n√©rale, comme aussi les faux t√©moins √©taient √† l'ordre du jour, √Čsa√Įe 1:23; 5:23; 10:1; J√©r√©mie 22:3; Amos 4:1; 5:12; 6:12; Mich√©e 3:11; 7:3; Zacharie 7:9; Proverbes 18:10; 24:23; 6:19; 12:17; 19:5; 21:28; cf. d√©j√† 1 Samuel 8:3.

Les rois avaient le droit, principalement en matières criminelles, de prononcer des sentences de leur chef; c'était une justice de cabinet, comme on la rencontre encore de nos jours en Orient, 1 Samuel 22:16; 2 Samuel 4:9; 1 Rois 22:26; 2 Samuel 12:5; 2 Rois 21:16; Jérémie 36:26.

Selon l'usage oriental l'exécution suivait de près la sentence; lorsque la peine de mort avait été prononcée et qu'il n'y avait pas un vengeur du sang, c'étaient d'ordinaire les spectateurs qui remplissaient cet office en lapidant la victime. Les témoins, plus solennellement responsables, devaient jeter la première pierre. Deutéronome 17:7,5; 25:2; Jérémie 37:15.

Des contrats de vente se faisaient aussi assez souvent en public, Jérémie 32:10,44, devant les juges ou simplement devant des témoins, Jérémie 32:25; Ruth 4:9, et ce genre de notoriété pouvait remplacer pour eux les preuves écrites.

Pendant l'exil et après le retour, un ordre semblable de judicature continua de subsister, et Esdras institua des juges de chaque ville pour la nouvelle colonie. Esdras 7:25; 10:14.

Sur tout ce sujet,

‚ÄĒ Voir: Cell√©rier, Esprit de la L√©g, mos. 1, 183, sq. II, 80, sq..


JUGES.
C'est le nom particulier que l'√Čcriture donne √† ces hommes extraordinaires qui furent suscit√©s entre les jours de Josu√© et ceux de l'√©tablissement de la royaut√©, charge en dehors des autres, fonction passag√®re, et toujours une manifestation sp√©ciale de la bont√© de l'√Čternel. Le peuple n'√©tait pas encore ma√ģtre du territoire, il n'en occupait aucune portion d'une mani√®re compl√®te et d√©finitive; partout les Canan√©ens √©taient m√™l√©s aux Isra√©lites qui, dans le commencement, avaient voulu, contre l'ordre de Dieu, m√©nager leurs ennemis, et qui ne purent plus les d√©poss√©der enti√®rement lorsqu'ils le voulurent. Ce premier d√©savantage politique √©tait encore augment√© par le penchant naturel de ce peuple au sensualisme religieux; et bien loin de songer toujours √† repousser les premiers habitants du pays, ceux d'Isra√ęl se laiss√®rent entra√ģner plus d'une fois √† partager leur idol√Ętrie: c'est ainsi qu'avant la venue de Jephth√©, nous les voyons adorer les uns apr√®s les autres, ou tous √† la fois, les dieux de Syrie, de Sidon, de Moab, des Hammonites et des Philistins. N'ayant ainsi ni territoire assur√©, ni principes religieux auxquels ils s'attachassent d'une mani√®re s√Ľre et ferme, ils √©taient sans force; et l'histoire sainte nous montre, dans ces six diff√©rentes servitudes, autant de ch√Ętiments pour autant de chutes religieuses. Ces servitudes consistaient parfois en de simples tributs √† payer, Juges 3:13; d'autres fois c'√©taient une s√©rie d'hostilit√©s, des atteintes continuelles √† la propri√©t√©, l'enl√®vement des moissons ou des troupeaux, Juges 6:3,11, avec quelques intervalles de repos. Lorsque la d√©tresse √©tait arriv√©e √† son comble, les Juifs idol√Ętres retournaient √† J√©hovah qui, seul, pouvait les d√©livrer; c'est alors que Dieu leur envoyait des juges rev√™tus de toute puissance, qui chassaient l'ennemi et ramenaient le peuple au sanctuaire. Quinze juges gouvern√®rent ainsi le pays avec des interr√®gnes plus ou moins longs; ce sont:

Hothniel
Ehud
Samgar
Débora
Gédéon
Abimélec
Tolah
Ja√Įr
Jephthé
Ibtsan
√Člon
Habdon
Samson
Héli
Samuel
1405 av. J.-C.
1325 av. J.-C.
1305 av. J.-C.
1283 av. J.-C.
1243 av. J.-C.
1236 av. J.-C.
1233 av. J.-C.
1210 av. J.-C.
1188 av. J.-C.
1182 av. J.-C.
1173 av. J.-C.
1163 av. J.-C.
1157 av. J.-C.
1137 av. J.-C.
1116 av. J.-C.
Juges 3:9
Juges 3:15
Juges 3:34
Juges 4:4
Juges 6:12
Juges 9:4
Juges 10:1
Juges 10:3
Juges 11:1
Juges 12:8
Juges 12:11
Juges 12:13
Juges 13:24
1 Samuel 1:9
1 Samuel 7:13

On peut voir chacun de ces articles en son lieu et place, ainsi que mon Histoire des Juges. Quant √† la chronologie, on ne peut la d√©terminer; en additionnant toutes les dates qui se trouvent dans le livre des Juges, on arrive pour cette seule p√©riode, au chiffre de 462 ans qui ne peut s'accorder avec celui de 480 indiqu√©, 1 Rois 6:1, pour toute la p√©riode qui s'est √©coul√©e depuis la sortie d'√Čgypte jusqu'√† la construction du temple. On a donc √©t√© oblig√© de r√©duire ce chiffre, ce que l'on a essay√© de faire, soit en regardant comme simultan√©es des administrations qui semblent indiqu√©es comme successives (par exemple Samgar et D√©bora), soit en confondant la dur√©e des servitudes avec celle du gouvernement du juge qui a pr√©c√©d√© ou suivi (par exemple Ehud et l'oppression de Jabin; l'oppression des Philistins et les judicatures de Jephth√©, Ibtsan, √Člon, Habdon et Samson). Ces calculs sont arbitraires; plusieurs peuvent se justifier, tous ne le peuvent pas, et l'on ne doit les regarder que comme des essais. Uss√©rius, au lieu de 462 ans, n'en compte que 389, Bonne chose 389, Archinard 331, etc.

L'histoire des juges renferme une des p√©riodes les plus int√©ressantes de la vie du peuple d'Isra√ęl, une p√©riode qui se retrouve √©galement dans la vie de toutes les nations, sous les noms divers de temps fabuleux, h√©ro√Įques, chevaleresques ou f√©odaux. Plus que tout autre √©tat social, cet √©tat d'enfance pr√™te √† l'imagination; ce ne sont plus ici les grands miracles du voyage dans le d√©sert, ce n'est plus la vie singuli√®re des H√©breux vivant sur la terre conduits par Dieu m√™me et nourris de lui jour par jour pendant quarante ans comme s'ils n'eussent pas √©t√© de la terre. Cette phase-l√†, qui ne s'est pr√©sent√©e nulle part ailleurs, √©tait exceptionnelle, et n'appartient pas √† l'histoire humaine de la th√©ocratie; ce fut un long et brillant √©clair au milieu duquel les ombres terrestres du caract√®re h√©breu parurent plus t√©n√©breuses sans doute et bien nombreuses, mais comme des ombres seulement sur un fond c√©leste. Dieu √©tait tout et en tous, √† la fois l√©gislateur, pourvoyeur, guide, proph√®te, juge et roi. Ce temps miraculeux passa lorsque le peuple fut √©tabli dans son pays et constitu√© comme nation; bien des miracles se firent encore; mais l'organisation juive √©tait devenue la base de la vie isra√©litique, et l'intervention visible de Dieu ne fut plus, √† son tour, qu'une exception, quoique fr√©quente encore; des chefs, des pr√™tres, des juges administraient le pays ou √©taient cens√©s l'administrer; les d√©livrances venaient de la terre m√™me, et ce furent des hommes suscit√©s de Dieu, non plus Dieu en personne, qui accomplirent pendant le cours des quatre si√®cles de cette p√©riode, les grandes choses que l'√Čternel voulut faire en faveur de la post√©rit√© d'Abraham, d'Isaac et'de Jacob. Isra√ęl est plus ind√©pendant, il jouit de la protection divine; mais il vit comme peuple au milieu d'autres peuples, √©tant charg√© lui-m√™me de sa d√©fense et de son gouvernement. Des crimes atroces et de grandes vertus se montrent dans cette histoire sans unit√©; des guerriers, des h√©ros paraissent, libres, agissant pour eux-m√™mes, chefs de chevaliers errants, tant√īt pouss√©s par l'esprit de Dieu pour le salut d'Isra√ęl, tant√īt sans autre mobile que leurs passions ou leur ambition. Cette histoire, si elle e√Ľt √©t√© √©crite par d'autres que par les saints hommes de Dieu, porterait certainement le cachet de merveilleux et de mythologie que l'on retrouve chez les po√®tes de l'antiquit√© ou chez les minnes√¶nger du Nord.

Livre des Juges. L'auteur en est inconnu, mais comme le livre tire toute son autorit√© du Dieu qui l'a fait √©crire, et non de celui qui l'a √©crit, cela importe peu. Les H√©breux l'attribuent g√©n√©ralement √† Samuel sur la fin de sa vie, et c'est l'opinion la plus probable, celle qui peut le mieux se soutenir en l'absence de preuves positives. Des passages tels que Juges 17:6; 18:1; 21:25, montrent que la royaut√© existait d√©j√† en Isra√ęl, et que cependant le royaume n'√©tait pas encore divis√©. D'un autre c√īt√©, la brusque interruption du livre au chapitre 16, apr√®s le r√©cit des exploits et de la mort de Samson, lorsque la vie d'H√©li et de Samuel eussent d√Ľ le compl√©ter, semble indiquer que ces deux hommes vivaient encore, qu'ils appartenaient √† l'histoire contemporaine, et que l'auteur n'a pas jug√© convenable, peut-√™tre pas m√™me n√©cessaire, de raconter des faits connus de tous. Cette lacune surprend d'autant plus que le commencement du livre, dont les deux premiers chapitres sont l'introduction, annonce un plan suivi, l'histoire compl√®te d'une √©poque; or H√©li, et surtout Samuel, ne pouvaient √™tre pass√©s sous silence dans un travail de ce genre: un contemporain seul a pu n'en rien dire, ou faire sur ces deux judicatures un travail √† part, et les raisons int√©rieures sont toutes en faveur de l'opinion que nous avons exprim√©e. D'autres ont attribu√© ce travail √† Esdras, d'autres enfin supposent que chaque juge a √©crit l'histoire de son administration, et qu'un compilateur quelconque en a fait le livre canonique des Juges.

‚ÄĒ Les trois premiers chapitres sont un expos√© de l'√©tat du pays apr√®s la mort de Josu√©, de l'humiliation des Isra√©lites d'abord, puis de leur premi√®re idol√Ętrie; les chapitres 4-16 renferment l'histoire des six oppressions et des six d√©livrances; c'est l'histoire des juges proprement dite; les chapitres 17-21 contiennent enfin deux √©pisodes de la profonde immoralit√© qui s'√©tait introduite en Isra√ęl apr√®s la mort de Josu√©, et qui amena sur ce malheureux pays tant de calamit√©s, et la destruction presque totale de la tribu de Benjamin.

Pour plus de détails,

‚ÄĒ Voir: H√¶vernick, Einleit. II, p. 67-111, et le commentaire de Studer, publi√© √† Berne, 1835, rationaliste, mais bon comme travail critique et philologique.


JUIFS.
C'est le nom que prirent collectivement tous les enfants d'Isra√ęl sans distinction de tribu apr√®s le retour de l'exil; il d√©rive soit de Juda la premi√®re des tribus, soit du royaume de Juda, auquel la plupart de ceux qui revinrent dans leur patrie avaient appartenu: des raisons politiques contribu√®rent peut-√™tre aussi √† ce que les membres des tribus d'Isra√ęl se confondissent par un m√™me nom avec ceux de Juda, parce que c'est √† ces derniers seuls que le texte de l'√©dit de Cyrus semblait rendre la libert√©. Le nom de Juifs ou Jud√©ens a d√®s lors pr√©valu.

L'histoire des Juifs est ainsi, en quelque sorte, une continuation de celle des H√©breux ou des Isra√©lites, mais comme elle ne fait pas partie de l'√Čcriture sainte, nous n'avons pas √† nous en occuper, ici. L'exil de Babylone fut le dernier ch√Ętiment des Juifs idol√Ętres; d√®s lors, instruits par l'exp√©rience, ils ne coururent plus apr√®s les dieux √©trangers, mais lorsque le Messie vint, ils le rejet√®rent, ne voulant rien d'un roi faible, m√©pris√©, dont la gloire n'√©tait pas de ce monde: ils le crucifi√®rent, et le sang du Juste retomba sur eux; la ruine de J√©rusalem, la d√©vastation du pays, la dispersion du peuple veng√®rent ce forfait inou√Į, et les pa√Įens sont entr√©s dans l'alliance de gr√Ęce qu'avait rejet√©e la race √©lue, la nation sainte. Quel est maintenant l'avenir de ce peuple longtemps si b√©ni? Cet avenir est sans doute plus brillant encore que son pass√©, car les dons et la vocation de Dieu sont sans repentance; ils seront ent√©s de nouveau; on peut pr√©voir leur retour √† J√©rusalem, leur conversion, et par eux l'√©vang√©lisation et la conversion du monde, ¬ęcar si leur chute a √©t√© la richesse du monde, et leur diminution la richesse des gentils, combien plus le sera leur abondance.¬Ľ

‚ÄĒ Les temps actuels sont significatifs √† cet √©gard, et sans entrer dans des d√©veloppements que le travail actuel ne comporte pas, je me borne √† renvoyer au discours de M. Gaussen, ¬ęLes Juifs enfin √©vang√©lis√©s, et bient√īt r√©tablis¬Ľ, Gen√®ve, 1843, ainsi qu'au Voyage en Orient de MM. Keith, Black, Bonar et Mac'Cheyne, ayant pour titre: ¬ęLes Juifs d'Europe et de Palestine.¬Ľ


JULE,
centenier de la cohorte appel√©e Auguste (l'empereur avait donn√© son nom √† une cohorte dans chaque l√©gion). C'est √† lui que Paul et quelques autres prisonniers furent remis pour √™tre conduits en Italie, Actes 27. Il t√©moigna toujours beaucoup de d√©f√©rence pour l'ap√ītre, et lui permit d'aller voir ses amis √† Sidon. Plus tard, la navigation √©tant devenue dangereuse, Paul conseilla au centenier de s'arr√™ter √† Beaux-Ports, mais celui-ci, plus confiant en l'exp√©rience du pilote, crut pouvoir continuer sa route. Cependant une forte temp√™te ne tarda pas √† menacer le navire, la vie de tous ceux qui le montaient fut expos√©e √† un danger imminent, et les conseils de Paul furent recherch√©s et suivis. Jule rendit alors √† Paul service pour service, et lui sauva la vie ainsi qu'√† tous ses compagnons de captivit√©, que les soldats voulaient mettre √† mort pour les emp√™cher de s'√©vader; √† Rome enfin, il remit les prisonniers au pr√©fet du pr√©toire, et para√ģt avoir obtenu pour Paul un traitement plus doux que celui de la prison, et la libert√© de demeurer √† part.


JULIE,
Romains 16:15, femme disciple de Rome, l'√©pouse de Philologue selon Orig√®ne, du reste inconnue. Quelques-uns m√™me pensent que Julie ou plut√īt Julias √©tait un homme.


JUNIAS,
Romains 16:7, ou peut-√™tre Junie, serait, dans ce dernier cas, la sŇďur d'Andronique, ou sa femme: c'est le sentiment de Chrysost√īme, de Th√©ophylacte, et d'autres; elle √©tait parente de saint Paul. Le nom d'ap√ītre que Junias partage avec Andronique a fait croire que c'√©tait un homme. Incertain.


JUPITER,
‚ÄĒ Voir: Cald√©ens.

Cette divinit√© bien connue des Grecs et des Romains, n'a √©t√© connue des Juifs sous ce nom qu'apr√®s l'exil quand Antiochus √Čpiphanes voulut les contraindre d'adorer Jupiter Olympien √† J√©rusalem, et Jupiter l'Hospitalier √† Gu√©rizim, 2 Maccab√©es 6:2. √Ä l'√©poque des ap√ītres, Barnabas fut pris pour Jupiter en m√™me temps que Paul pour Mercure, et on voulut leur offrir des sacrifices dans le temple de Jupiter qui √©tait √† Lystre, Actes 14:12-13. Des taureaux couronn√©s sont d√©sign√©s dans ce passage comme victimes, cf. Iliad. 2, 402. √Üneid. 3, 21. 9, 627.


JUSTE.
  1. ‚ÄĒ Voir: Barsabas.

  2. Juste, chr√©tien d'entre les gentils, logea Paul √† Corinthe lorsque celui-ci eut quitt√© Aquila pour se tourner des Juifs vers les pa√Įens. D'anciens manuscrits portent qu'il s'appelait Tite Juste, d'o√Ļ Chrysost√īme et Grotius ont cru que c'√©tait le m√™me que Tite √† qui Paul a √©crit; mais c'est une opinion peu probable.

  3. J√©sus appel√© Juste, honorablement mentionn√© par saint Paul parmi le petit nombre de ceux qui, Juifs de naissance, travaillaient activement avec l'ap√ītre √† l'√©vang√©lisation des Juifs, Colossiens 4:11. Du reste inconnu.


JUSTICE,
‚ÄĒ Voir: Juge.


JUTTA,
ville sacerdotale de la tribu de Juda, située sur un plateau à peu de distance d'Hébron, Josué 15:55; 21:16. Non loin de là se trouvait une des sources du Bésor. Quelques-uns pensent que c'est la ville indiquée Luc 1:39, et ils lisent la ville de Juda ou Jutta, au lieu de une ville, trouvant cette dernière expression trop vague pour Luc qui aime à préciser.

___________________________________ Publicité ___________________________________
___________________________________ Publicité ___________________________________

Marque de commerce © 1999-2022 GoDieu.com - Tous droits réservés universellement